Penderie : nos erreurs

Nos penderies débordent, mesdames! Si elles ne débordaient que de tenues ravissantes, qui nous mettent en valeur et que nous portons régulièrement, il n’y aurait pas de quoi faire un article sur le sujet sur ce blog. Mais non. Nos penderies débordent d’erreurs de shopping.

  • La tenue de soirée achetée à prix d’or… portée une fois et plus jamais depuis 2001
  • La paire (bon, LES) paire(s) de chaussures superbes, aux talons vertigineux/lanières coupe-pied/cambrure improbable/trop petites mais il n’y avait pas ma taille et si je ne les porte que pour aller dîner je pourrai les retirer sous la table, non ?
  • La jupe qui ne va avec rien, mais rien
  • Le pull (très très bouloché et très très déformé, bref  importable) mais qui ira bien pour la campagne
  • Les débardeurs qui dénudent bras et décolleté, qu’on ne peut porter qu’avec une chemise par dessus mais ce n’est pas mon style, de toute façon
  • La veste informe qui nous transforme en tonneau mais qui est bien chaude, tout de même
  • Le haut en polyester qui moule impitoyablement nos bourrelets et dans lequel on transpire dès qu’on l’enfile
  • La veste en jean que notre premier petit ami a laissé derrière lui après notre rupture… en quelle année, déjà?
  • Le tailleur de working girl au look tellement démodé que même en l’appelant vintage … non, vraiment, pas moyen de le remettre
  • Les paires de jean slim, moulant, collant, pattes d’eph, boot-cut, délavé, foncé, gris … mais devenus trop petits ou trop grands
  • La robe que je porterai quand j’aurai perdu … 6 kilos, si j’y arrive
  • Les soldes achetés à l’heure du déjeuner, sans même avoir eu le temps de les essayer, parce que ce n’était pas cher.
  • Le cinquième chemisier blanc, parce que c’est un basique et que ça va avec tout
  • Le top vert kaki, jaune moutarde, orange flamboyant, vert pomme … qui me donne le teint de Dracula
  • Les vêtements que mes soeurs, mes cousines, ma mère (!) m’ont donné pour ne pas avoir à les jeter elles-mêmes
  • Les pantalons tachés, à l’ourlet irrécupérable, à la fermeture éclair qui ne fonctionne plus
  • La jupe qui gratte mais qui vient de chez un créateur
  • Les soutiens-gorge qui baillent, boudinent, blessent, nous font le sein triste, ou pire, nous en créent une deuxième paire dans le dos, sous l’élastique!
  • Les culottes tachées, décolorées, à l’élastique mou, qui marquent sous les vêtements
  • Les collants filés, les chaussettes à la couleur inidentifiable
  • Le manteau qui engonce dans lequel on ne peut pas lever les bras à plus de 30°
  • Les gants mités, les chapeaux alors qu’on n’en porte jamais, les écharpes et foulards effilochés

Et pourtant, nous n’avons rien à nous mettre. N’est-ce pas ?

6 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Coach en organisation, Comment ranger, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison

6 réponses à “Penderie : nos erreurs

  1. Claire

    Je trie au changement de saison. Tout ce qui n’a pas été porté deux années de suite est à éliminer. Tout ce qui est trop usé aussi.
    Et surtout, je fais une liste des tenues ou des combinaisons de vêtements que j’ai par saison. Je l’affiche ensuite.
    Et hop, le soir, je choisis dans la liste pour le lendemain.

  2. Claire

    P. S. : que j’aime la photographie qui illustre cet article !

  3. Ouh là; mais c’est le niveau « advanced », la liste! Très fort.

  4. J’aime beaucoup l’idée de la liste 🙂
    Hier soir j’ai fait le rangement « intelligent » de ma penderie : comment ais-.je pu passer autant de temps sans penser PRATIQUE ?!?!
    Je n’ai quasiment rien jeté (Le tri avait déjà été fait), mais j’ai noté que qui manquait pour les vêtements que j’aime n’allant avec rien et j’ai mis devant simplement : t-shirt / bas / pulls fins, le reste ne me sers pas. Trop froid pour des robes, trop chaud pour les gros pulls.
    J’ai aussi repris l’idée des collants sur les cintres et j’ai gagné une place folle ! Je les ai classé par « avec-pieds » / « sans-pieds ». Je peux maintenant choisir entre collants et leggins sans me prendre la tête à savoir s’ils s’arrêtent à la cheville ou non – Et choisir la couleur juste en regardant le cintre et non plus en sortant toute la pile … MERCI !

  5. « La robe que je porterai quand j’aurai perdu … 6 kilos, si j’y arrive »
    Avec de la volonté, on y arrive. Bon moi je suis un MEC et mes pantalons trop grands ou trop petits, j’en garde un ou deux histoire d’avoir quoi m’habiller en cas de perte ou de prise de poids. Si cela fait de moi un écureuil (j’ai ri la première fois que j’ai lu cela ! :D), j’assume.
    « Le pull (très très bouloché et très très déformé, bref importable) mais qui ira bien pour la campagne »
    On remplace le dernier mot par bricolage ou ménage … Et là j’avoue que j’ai trop de tenues usées ou bien abimées pour rester à la maison. J’ai trop de mal à jeter une tenue dans laquelle je me sens bien (mais j’essaye de me soigner)(promis)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s