Urgence, vous dites?

Nous ressentons tous cette culture de l’urgence, cette habitude de travailler en « flux tendu »: ça fait « agile », « réactif », « moderne », » temps réel ». Bref, l’action semble valorisée. La réaction, plutôt. Et au détriment de la réflexion, ça c’est sûr.

Vous n’avez jamais reçu, vous, en réponse à l’un de vos mails, une réponse ultra-rapide, mais parfaitement inutilisable? Et n’avez-vous jamais reçu un coup de fil « t’as pas reçu mon mail? » de la part de l’agité du mulot qui n’arrive pas à comprendre que vous ne soyez pas branché en permanence sur la messagerie… enfin sur SES messages à lui? Moi si. Souvent (soupir).

Perception et réalité

En réalité, cette ambiance survoltée, dopée à l’urgence, est une arnaque. On ne travaille pas mieux dans l’urgence. Invariablement, le  résultat d’un travail fait à la dernière minute est moins satisfaisant que celui qui a été réfléchi puis peaufiné. L’urgence devient plutôt une façon de prioriser ses actions, lorsque l’on sent qu’on est débordé.

Distinguer vraie et fausse urgence

Il y a les vraies urgences (problème imprévisible chez un client, accident du travail, retards imputables à des dysfonctionnements…). Là, on ne se pose pas de questions, on laisse tout tomber et on AGIT. Ca tombe bien, on est très nombreux à adorer ça, fonctionner en pompier.

Et puis il y a les fausses urgences: celles qui étaient de banales « choses à faire » il y a 1 semaine, trois jours ou hier. Celles-là, vous les avez vu venir. Mais vous avez choisi de ne pas leur accorder d’attention du tout puisque ce n’était pas des urgences au moment où vous en avez eu connaissance.

Ajoutons les pièces jointes pas lues, les mails survolés négligemment, les réunions non préparées qui s’éternisent et qui débordent sur le temps de travail de tout le monde… Toutes ces micro-négligences transforment la suite des actions en urgences.

C’est celles-là que nous pouvons  limiter. En anticipant, évidemment.

Une petite habitude à prendre pour en finir avec les urgences qu’on aurait pu éviter

Prenons donc quelques instants, lorsqu’on nous informe de quelque chose, pour:

  • lire complètement le document/mail
  • réfléchir de suite aux situations de blocage possible (qui sera en congé? Ai-je bien tous les éléments? Qu’est-ce que ça implique?)
  • poser immédiatement les questions complémentaires pour nous permettre d’agir en autonomie maximum
  • être explicite du premier coup quand on transfère un mail: que doit faire exactement la personne qui le reçoit?

Vous pensez ne pas avoir le temps de le faire? Dans ce cas, demandez-vous si vous avez du temps à perdre plus tard… au moment de rattraper des bombes à retardement!

1 commentaire

Classé dans Apprendre à s'organiser, Comment mieux s'organiser, Comment s'organiser au travail, Conseil en organisation personnelle

Une réponse à “Urgence, vous dites?

  1. Luke

    Cela fait quelques semaines que je lis vos articles. Je les trouve instructifs, et je compte bien continuer 🙂

    Il existe un livre qui parle de l’urgence : « Le culte de l’urgence, la société malade du temps » de Nicole AUBERT. J’ai appris des choses sur les différentes urgences, comment on y réagit face aux urgences, les conséquences de vivre dans l’urgence, les dépressions, les shootés à l’urgence, etc. Peut-être l’avez-vous lu ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s