Soigner une banale collectionite utilitaire

Certains de mes clients sont des collectionneurs. Pas d’objets d’art, ni de jolis galets, non.

De sacs plastiques, de bocaux, de pots de yaourts en verre, de boîtes de fromage blanc, de bouteilles en verre… Que de l’utilitaire. Enfin… utilitaire, si on veut. Je constate souvent qu’on peut facilement en remplir un placard + deux étagères + une caisse, de ces utilitaires potentiels.

Ils sont atteints de collectionite utilitaire, dite aussi CA-PEUT-SERVIR.

  • C’est grave, Docteur? me demandent-ils en souriant
  • Mais non. Ca prend de la place, et ça aggrave le désordre, c’est tout.
  • Ah ? Comment ça?
  • Parce que, si votre « collection » prend de la place (même joliment dissimulée), les objets réellement utiles, dont vous vous servez au quotidien, n’ont pas de place, eux: ils sont là, dans vos pattes, pour ainsi dire. Et vous, vous n’avez plus d’espace pour faire vos activités quotidiennes.
  • Je ne vois pas…
  • Prenons votre cuisine, par exemple: votre placard du haut, à gauche en entrant, est rempli de sacs plastiques.
  • Mais ça sert toujours, des sacs plastiques!
  • Oui, c’est vrai. Cependant, regardez l’enchaînement: comme ce placard est plein, vous ne pouvez rien y ranger d’autre. Votre machine à pain  dont vous vous servez une fois par semaine, pourrait être stockée en haut. Mais ce n’est pas possible, alors elle reste là. Vos nombreux épices (usage quotidien) et votre vaisselle habituelle (usage quotidien), faute de place, restent eux aussi sur le plan de travail alors qu’ils seraient rangés dans le bas du placard.
  • En effet. Et alors?
  • Eh bien, votre plan de travail est encombré par ces objets. C’est pour ça que vous avez l’impression qu’il n’y a pas de place dans votre cuisine. Et puis, cuisiner devient plus compliqué: c’est  difficile d’éplucher les légumes lorsqu’il n’y a pas d’espace pour poser une planche à découper.
  • Que suggérez-vous?
  • Fixer des quotas.
  • C’est-à-dire?
  • Comme vous savez pertinemment que vous n’avez pas besoin de TOUS ces sacs plastiques, vous décidez avec vous-même combien vous voulez en garder. Et, quoiqu’il arrive, vous ne dépassez pas ce nombre.
  • Mais combien dois-je en garder?
  • Aucune obligation d’aucune sorte. Voulez-vous en conserver 10? 20? 25? Juste la partie gauche du placard? C’est vous qui décidez. L’idée, c’est de juguler l’invasion.
    Puis, lorsque la tentation vous prendra de continuer à empiler, rappelez-vous de votre quota et ne le dépassez pas. Soit en ne laissant pas le petit nouveau rejoindre les anciens objets (jeter tout de suite). Soit en laissant le petit nouveau rejoindre les anciens objets. Mais à condition qu’ un très ancien (ou très moche, ou pas si pratique) sorte de chez vous en échange.

Il va de soi que ceci s’applique aux jolis emballages cadeaux, aux boîtes plastiques Tup’, aux ampoules de rechange, aux crayons et stylos, aux sacs en tissu/paille/synthétique, aux fournitures scolaires, aux boîtes de pâtes, au matériel de bricolage,…

A retenir: fixez le quota avec lequel vous êtes à l’aise et n’achetez plus/ne stockez plus au-delà de ce nombre.
Car tout ce que vous conservez qui dépasse ce nombre contribue au bazar général et vous encombre.

Bénéfice secondaire: comme vous allez faire le tri, je l’espère, vous ne conserverez que les plus beaux, les plus utiles, ou un exemplaire de chaque sorte. Bref, le meilleur.

8 Commentaires

Classé dans Arrêter de procrastiner, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Désencombrer, S'organiser à la maison

8 réponses à “Soigner une banale collectionite utilitaire

  1. orangette

    Moi c’était la collectionite des boîtes en carton, boîtes à chaussures de préférence : c’est super pratique, ça peut servir à ranger plein de choses. Donc je ne les jetais jamais. Pensez, on ne va pas jeter un truc qui peut vous aider à mettre de l’ordre !
    Sauf que dans une famille de 6 personnes, qui achètent forcément au moins 2 à 4 paires de chaussures par an… un peu de maths élémentaires : 6 x 2= 12… 6 x 4= 24… Bon allez, on va être gentille : ça faisait environ une bonne quinzaine de boîtes à chaussures par an ! Et j’ai mis 5 ans à comprendre. 15 x 5 = 75… on en arrivait à des dizaines de boîtes à chaussures, pratiquement toutes vides ou presque, stockées un peu partout en attendant de ranger un jour quelque chose !!!!! Je crains de n’en avoir jeté que les 2/3 et si vous me demandez très précisément ce qu’il y a dans celles qui restent…hem ! Donc sans étiqueteuse, les boîtes à chaussures CA-PEUT-SERVIR mais C’EST DANGEREUX !!!

  2. je me reconnais mais c’est dur!!!
    ce soir déjà je me suis raisonnée pour jeter la vieille baignoire amovible des enfants qui dort dans le grenier en attendant d’être mise sur ebay (le siècle prochain!)

  3. Josie77, dites-vous que vous allez rendre un grand service à une jeune maman qui n’a pas les moyens (ou l’envie) d’acheter du neuf. Ca aide à passer à l’action.

  4. Emmie

    les sacs en plastiques ? Dans une boite de mouchoir vide (et jolie) qui sert dedistributeur 🙂

  5. Cécile

    Sinon, on peut tout simplement éviter de faire rentrer tous ces multiples chez soi ! Quoi de + simple que d’avoir toujours un sac en tissu sur soi? On évite ainsi d’utiliser des sacs plastiques ! 🙂

  6. Hello les filles,
    c’est exactement ce que faisais ma grand-mère qui vient d’entrer en maison de retraite. Ma mère me refile tout un tas de trucs en double/triple/quintuple qu’elle trouve lors de ses séances de « tri » mensuelles.
    J’en jette une bonne partie mais certains peuvent servir (les sacs en plastique comme sac poubelle qui ne sont plus distribués en magasin … j’en utilise une quantité industrielle à moi tout seul)
    Des idées pour fixer des quotas ? Ou bien cela dépend simplement de la place qu’il reste dans les placards ou à la cave ?

    NicK.

  7. NicK, il y a plusieurs façons de fixer soi-même ses quotas. 1/ Sans les regarder (c’est important), avec combien de sacs plastiques pensez-vous que vous couvrez raisonnablement vos besoins? Ce sera votre quota. 2/ D’autres personnes utilisent un espace donné comme quota. Ca ne doit pas déborder d’un placard ou d’un tiroir.

  8. Bon,
    pour vous répondre chère Coach(e) Laurence [j’ai toujours rêver de dire une phrase de ce style 😀 ], les sacs plastiques sont un mauvais exemple (je dit moi-même qu’on en récupère plus en supermarché et que j’en fais une utilisation industrielle style 5 à 6 par semaine à moi tout seul, le stock va partir vite, pas la peine de trop se prendre la tête :P). Bref.
    J’ai récupéré (de force) certains vêtements de mon grand-père décédé.
    Tout ne va pas dans mon placard. Alors le quota sera la place que j’ai.

    Merci pour votre blog même si je n’adhère pas à toutes vos idées. 🙂

    NicK.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s