Le Mystère du Temps Pour Moi

L’autre lundi, à l’une de mes formations, il y avait deux jeunes femmes qui se sont présentées comme très planificatrices et n’ayant pas besoin de méthode d’organisation, merci.
En fait, elles se demandaient si, par hasard, elles n’en feraient pas un peu trop, parce qu’elles auraient voulu avoir du temps pour elles et se sentaient souvent fatiguées.

Leur présence à cette session de formation, justement nommée « Améliorer votre organisation, pour gagner du temps, de l’espace, du bien-être », m’a laissée perplexe. Vous comprenez, moi, je n’ai affaire qu’à des débordés chroniques, des bordéliques de charme, des bohèmes invétérés. Des « sur-organisés », j’en vois rarement. Normal.

Du Temps pour Moi… hm. Je leur ai assuré que nous ferions collectivement notre possible pour répondre à leurs attentes, bien que celles-ci soient à 180° de celles des autres participants. Progressivement, il devint clair pour tout le monde que se surcharger d’obligations en tout genre était, en fait, leur façon de voir la vie. Elles bourraient leur agenda jusqu’à la trame pour être sûres de ne rien oublier et de faire ce qu’elles avaient prévu. Du coup, elles s’imposaient en permanence des dates-limite, même quand ce n’était pas nécessaire. Epuisant, certes. Mais elles ne voulaient pas faire autrement.

Cela m’a fait réfléchir.

Il paraît que, sollicitées de partout, les femmes auraient besoin de Temps pour Elles. C’est ce que nous disent les magazines. Est-ce à dire que nous nous dévouerions corps et âme à notre famille, notre employeur, nos amis? Et que, dans le processus, nous nous oublierions nous-même?

On en arriverait à tenter de combler les besoins de tout le monde autour de nous, en négligeant les nôtres. Mais qu’est-ce qu’on gagne à s’efforcer de satisfaire tout le monde en permanence? De l’amour? De la reconnaissance? De l’argent? La satisfaction de notre propre perfectionnisme?

Remplir sa vie des exigences des autres (réelles ou supposées), ne serait-ce pas une façon de vivre qui nous convient, en réalité? Et si ça nous évitait de nous poser trop de questions sur notre vie et nos vraies aspirations? Et si, sans s’en rendre vraiment compte, on s’arrangeait pour être toujours débordées?

Qu’en pensez-vous?

Question subsidiaire pour vous, lectrices de ce blog: Que feriez-vous de Temps pour Vous (dans l’hypothèse où, débordée, vous en manqueriez)?

27 Commentaires

Classé dans Comment s'organiser au travail, S'organiser à la maison

27 réponses à “Le Mystère du Temps Pour Moi

  1. MielDreams

    Du temps pour moi : me coudre de jolis vêtements (ma nouvelle passion), lire, me promener !

    J'aime

  2. mamanbooh

    Plus de temps pour moi?
    Alors, je réussis à faire du sport quelques fois par semaine, je me fais masser et je prends le temps de savourer les beaux petits moments.

    J'aime

  3. aller plus souvent voir des expositions, aller en Toscane, me concentrer sur de la création personnelle, voir des amis enfin ça ne manque pas, mais pour tout ça il faut d’abord que je prenne le temps de M’ORGANISER…

    J'aime

  4. Stéphanie

    Bien que je ne me reconnaisse pas du tout dans le portrait des planificatrices, comme elles j’aimerais avoir du temps pour moi. Mais entre mon travail, la gestion de la maison, les activités des enfants… je me sens souvent désorganisée (mais je me soigne depuis que je suis abonnée à ce blog !!!!) Quand par miracle j’ai un peu de temps pour moi ça me fait culpabiliser : qu’est-ce que j’ai oublié ? qu’est-ce que je pourrais faire pour « occuper » ce temps ?…
    Je fais un travail d’analyse depuis quelques mois et très vite le travail s’est axé sur l’estime de soi. Ne serait-ce pas ça le problème de fond ???

    J'aime

  5. Du temps pour moi??? Simplement une balade, ou lire un des livres que je n’ai pas le temps de lire en temps normal… mais le must, quand même, un petit weekend en solitaire pour prendre le temps de faire le point, de réfléchir… d’écouter mon « moi intérieur »… Ces 4 jours que je m’offrais chaque année avant, et que je n’ai plus fait depuis que les enfants sont là…

    J'aime

  6. Sylvine

    Je connais une personne comme ça. Elle finit par me taper sur les nerfs. C’est comme si j’avais un moustique qui me tourne autour tout le temps.
    J’ en suis arrivée à penser comme vous. Ces gens là ne veulent plus se pencher sur leur vie.

    J'aime

  7. Pascale

    A mon avis ces deux personnes qui n’ont pas assez de « temps pour elles » ne sont justement pas bien organisées car elles n’ont pas donné la priorité qu’il convient à ce « temps pour elle ».

    Je suis bien d’accord avec vous, Laurence, que tout ce que l’on fait dans nos 24 h quotidiennes est toujours du temps pour nous, pour prendre soin de nos besoins. Par exemple quand nous travaillons, nous prenons soin de nos besoins de subsistance, sécurité, reconnaissance, …

    Et pourtant, il y a un temps qui me semble plus un « temps pour soi ». J’ai du mal à définir pourquoi il est plus pour moi que les autres temps. Je peux juste dire ce qu’il contient. C’est celui du repos, de la détente et des choses un peu folles ou inhabituelles. Dans mon cas cela peut-être me plonger des heures dans un roman, prendre un café prés de mon chat, me promener dans la nature, faire du sport-plaisir, aller visiter un salon sur un sujet pas très utile à première vue mais qui m’intrigue … Ce sont surtout des moments calmes, où je fais les choses à mon rythme, où je ne me donne pas de but. Cela correspond en partie au « rendez-vous avec l’artiste » dont parle Julia Cameron dans son livre « Libérez votre créativité ».

    Je ne sais pas pourquoi non plus on a tendance à oublier de se garder du temps pour soi. Pour éviter cela, j’ai créé dans mon agenda une catégorie spéciale « temps pour moi » et chaque jour j’essaie d’y inscrire quelquechose.

    J'aime

  8. Pauline

    Bonjour Laurence,
    cette question m’a déjà traversé l’esprit car je suis moi aussi une « psychorigide » de l’organisation. J’ai trouvé mon truc : écrire une life list. Ca m’a permis de rêver, de m’interroger sur le sens que je voulais donner à mon existence, et maintenant je sais ce que je veux faire du temps pour moi. En commençant par tout le temps que je ne passe plus devant la télé !

    J'aime

  9. victoria

    Laurence, ces 2 jeunes femmes sont peut être « parfaites » dans leur organisation, mais loin d’être « parfaites » tout court…
    Elles sont tellement perfectionnistes, et persuadées d’être parfaites, qu’elles sont sourdes à tout conseil.
    C’est peine perdue que d’essayer de leur expliquer quoique ce soit, tant qu’elles ne se remettront pas en question…
    Se laisser du temps pour soi, c’est AUSSI savoir s’organiser tout court…
    Vous l’avez déjà dit sur un autre billet, qu’importe le fouillis si on y retrouve ses petits & si on a plaisir à vivre dedans…
    Pour moi, la 1ère chose à faire si l’on veut être « organisée » c’est se laisser du temps pour soi. (Plus aisé à dire qu’à faire, c’est vrai)
    Les femmes ont parfois des contraintes de « société » : s’occuper d’enfants en bas âge, cumuler maison/boulot.
    Que les jeunes ou moins jeunes femmes se rassurent, à un moment donné, tout devient plus facile…
    C’est comme pour aimer autrui, il faut commencer par s’aimer soi même.
    Pour répondre à votre question, je pense que tout le monde, hommes & femmes, manque de temps. C’est peut être « l’époque » qui veut ça, tout va très vite, & pour être dans la norme, il faut tout faire très vite.
    J’ai vécu, il y a 10 ans, un très grave accident de santé.
    C’est là que j’ai compris que vivre à 100 à l’heure n’apporte rien.
    Le luxe dans la vie, c’est justement prendre son temps, le savourer et bien l’utiliser.
    Pour s’initier, voici un article :http://www.aufeminin.com/dossiers/description-phenomene-slow-movement-d14341.html
    En tout cas, si j’avais le temps, tout le temps, je prendrais mon temps…
    Et, là, à l’instant où je vous écris, je prends mon temps!! :))

    J'aime

  10. je dessinerais plus. je lirais. je regarderais the mentalist. je dormirais, je finirais ce tricot de bonnet-masque de chat, je etsterais cette recette de linzer torte et je me remettrais à faire des madeleines

    J'aime

  11. Dafodil

    C’est exactement moi! Je me rends bien compte que je ne m’autorise pas ce temps pour moi… mais malheureusement, identifier ses problèmes ne suffit pas à les résoudre (même si c’est un préalable indispensable). Je n’avais pas pensé que cela pouvait être pour éviter de réfléchir sur soi-même, mais à la réflexion, c’est vrai que je ne m’accorde jamais aucun moment pour laisser mon esprit vagabonder. Même pour fumer une cigarette, j’emmène systématiquement un livre ou un magazine. Et je ne connais pas l’ennui, seulement la frustration de ne pas réussir à faire tout ce que je me suis programmé.
    Je pense que cela a aussi à voir avec l’image de soi, l’impression de ne pas être capable d’être à la hauteur, pas légitime, pas assez bien…

    Et si j’avais du temps pour moi, je me ferais faire un massage!

    J'aime

  12. A mon avis aussi, vous tenez une clef du problème, Stéphanie.

    J'aime

  13. Ah, du temps pour soi serait donc plutôt du temps solitaire?

    J'aime

  14. Certaines me disent en effet, que si elles ne planifient pas ce temps pour elles, aussi « sérieusement » qu’elles planifient le reste, elles risquent de ne pas le prendre.

    J'aime

  15. Bonne idée, cette life list. Ca aide à y voir clair, c’est vrai. Et merci de souligner l'(in)intérêt de la TV.

    J'aime

  16. Cà sent la sagesse, Victoria. On ne sait plus pourquoi il faut aller vite, mais on le fait tout de même. C’est comme chercher à s’occuper à tout prix: dégainer son portable dès qu’on a 2 secondes de libre, tout ça… comme si attendre (un peu) et ne rien faire (un peu) était répréhensible.

    J'aime

  17. Que de bonnes choses dans tout ça, Mamzelle (surtout la linzertorte, en ce qui me concerne) 😉

    J'aime

  18. « Je ne m’accorde jamais »: Comme si vous n’y aviez pas droit, comme si vous ne le méritiez pas? Intéressant…

    J'aime

  19. victoria

    Michèle, pourquoi voulez vous d’abord apprendre à vous « ORGANISER », pour avoir du temps pour vous? J’ai tendance à penser que vous prenez le problème à l’envers, ou bien que l’un n’empêche pas l’autre. C’est frustrant de vouloir d’abord vous organiser pour vous autoriser des moments de plaisir, non?

    J'aime

  20. Durant le temps pour moi rien que pour moi, je ne fais rien. Mais alors rien!
    Et c’est tous les matins que je le prends!
    Ce temps est circonscrit entre le moment où mon mari se lève et le moment où je me lève. Environ une heure pendant laquelle je reste sous la couette, ni endormie, ni réveillée, une espèce d’entre-deux qui se révèle régulièrement très intéressant voire carrément éclairant.

    J'aime

  21. Dufay Claire

    Bonjour à tous et à toutes. Cette question m’interpelle je prend donc le temps de répondre 😉
    Ces dames se demandent si elles n’en feraient pas un peu trop? Et bien pour moi leur question contient la réponse tout simplement.
    Se complaisent elles dans leur planning de ministre? Pour elles « prendre du temps pour soi » est peut être moins important que les multiples tâches qu’elles se contraignent à faire chaque jours. En changeant de philosophie elles pourraient peut être arriver à concillier temps pour soi et planning tenu.

    J'aime

  22. orangette

    Un avis personnel car tout le monde n’est pas croyant, mais voici mon ordre de priorité :
    1- du temps pour Dieu. Prier, ça m’aide à garder la paix du coeur et à maintenir l’ordre de priorité
    2- du temps pour moi. « Moi », je viens juste après, car si je n’ai pas en quantité raisonnable sommeil, sport, le temps de me pomponner un peu, un certain loisir, j’ai vu que j’explose. Et donc mon loisir à moi une après-midi par semaine, c’est la couture, j’adore ça !!
    3- du temps pour mon mari, du temps pour être à 2, sinon avec des enfants le couple trinque !
    4- du temps pour nos enfants
    5- et enfin du temps pour pourvoir aux besoins de la famille et de la maison, mon boulot.

    ça ne veut pas dire que je passe de moins en moins de temps sur chaque chose de 1 à 5, mais juste que j’essaie pour mon programme de garder en tête le bon ordre des choses importantes dans ma vie. Et j’ESSAYE de lâcher prise sur les trucs qui ne sont pas faits mais qui ne sont pas importants. (le « manuel de survie d’une mère de famille » de Holly Pierlot m’a aidée à clarifier tout ça )

    J'aime

  23. le temps pour soi sert à développer des choses qui ne correspondent à aucune demande des autres et de la société, comme faire du sport, écrire, dessiner, mais sans faire « joli », en étant à l’écoute de soi-même, de ses sensations. Le temps pour soi sert à developper ce que la société étouffe naturellement, pas pour consommer davantage

    J'aime

  24. J’aime bien votre définition du temps pour soi.

    J'aime

  25. Pascale C.

    Moi aussi j’aime beaucoup la définition de Jean, d’ailleurs je la note pour moi.

    J'aime

  26. Du temps poùr moi ce serait aller chez le coiffeur seule.
    M’épiler sans hurler de la salle de bains que non on ne mort pas sa soeur pour lui prendre sa poupée.
    Lire tranquillement sans que quelqu’un allume la télé à côté.
    Pouvoir rajouter une petite séance de sport à ma semaine.

    J'aime

Commentez, ca nous fait plaisir...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.