Quand il faut vider la maison d’un proche

Lors d’un départ d’un parent vers une maison de retraite ou lors d’un décès, il appartient aux enfants de vider la maison familiale.

Ceux-ci sont alors confrontés à la masse d’objets accumulés depuis des décennies.

Au bout de quelque temps, le respect initial fait place à l’exaspération. Au début, on prend pieusement les objets un par un. Chacun nous évoque le parent qui s’en servait et c’est touchant.

Cependant, une fois mis à part les vrais objets de valeur et ceux qui comportent une vraie charge affective, on commence à réaliser que la génération précédente a entassé tout un tas de trucs et de machins « ça peut servir », « on ne sait jamais », « chez nous on ne gaspille pas », « c’est joli », « on me l’a donné », « c’était à ton père » etc.

Et ce sont alors des dizaines de sacs poubelle qui sortent de la maison. Des heures à passer dans la poussière pour évacuer les « trésors » de Mamie.

S’il vous plaît, ne faites pas subir ça à vos enfants. Pour éviter ces situations, voici quelques conseils:

1- Tant qu’à conserver, protégez

Vous êtes écureuil, soit. Cependant, si ce que vous conservez est moisi, rouillé, illisible, n’a jamais été nettoyé ni entretenu… que pensez-vous qu’on pourra en faire?

2- Distinguez bien vos souvenirs du reste

Vos cahiers d’écolier, pourquoi pas. Je suis toujours émue de voir les prix d’excellence de mes parents.

Quant aux 12 598 vis de différentes tailles que vous gardez parce que « on ne sait jamais »… si vous ne bricolez guère et qu’on ne vient jamais vous en emprunter, c’est que vous confondez votre habitation et un entrepôt.

Si les cahiers et les vis sont dans les mêmes boîtes… c’est dommage.

3- Transmettez vraiment

Une grosse boîte de photos, c’est précieux. Sauf s’il n’y a que vous qui pouvez reconnaître les personnes. Notez lisiblement derrière chaque photo les protagonistes, une date (même approximative) et le lieu. Là, ce sont de vrais souvenirs.

4- Laissez des indications

Montrez à vos enfants ou petits-enfants ce qui a de la valeur (marchande) et ce qui n’en a pas. Mais n’oubliez pas de leur dire aussi ce qui compte pour vous, et pourquoi.

Pour Mamie, un collier de pacotille, parce que c’était le premier que lui a offert son amoureux, peut avoir beaucoup plus de valeur que ce qu’on croit.

5- Paperasse!

Pour avoir vu des pièces entières remplies de papier en désordre, je peux vous dire que cela frôle le cauchemar pour les descendants.

Comment repérer ce qui est important de ce qui n’est que de la paperasse? Où sont les traces des différents comptes et placement? Où sont les actes notariés et les titres de propriété?

Ne déléguez pas à vos enfants ce que vous n’avez pas eu le courage de faire vous-même lorsque vous le pouviez encore.

Un dernier conseil, si c’est à vous de faire le tri: faites-vous aider.

Entre le chagrin, l’appréhension, l’ampleur de la tâche,… difficile de ne pas être bouleversé. Vous pouvez faire appel à un ami, plutôt qu’à un membre de votre famille. Moins impliqué(e) que vous, il/elle vous aidera à décider et à trouver des débouchés pour tout ce que vous ne voulez pas garder.

67 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, S'organiser à la maison

67 réponses à “Quand il faut vider la maison d’un proche

  1. Anonyme

    mon grand père qui gardait beaucoup « au cas ou ça pourrait servir », avait hérité des affaires de ma grand mère -qui avait fait des réserves de cahiers entre autres pour nous pour 30 ans! et de mes arrières grand parents (couturière et bricoleur, ça en fait du bazar!) ma mère ne s’en sort plus et je récupère tout dans ma grande maison: d’ou mon inscription sur ce blog, qui me sert vraiment de guide! Quand à mon père, il ne lui restait pas grand chose, car il avait beaucoup d’emménager et n’était pas très soigneux.
    A voir cette différence quand nous avons dû vider leurs maisons (à deux ans d’intervalles) j’ai compris: 1/ je trie; 2/ je range; 3/ je ne garde RIEN! (les vêtements de bébé, les cahiers d’école…) 4/ je scanne les vieilles photos et je me mets au sérieusement au scrapbooking! Qui se souviendra de la vielle tante si on ne lui fait pas une belle page dédié à son environnement? (une page parce qu’elle le vaut bien!)

    Pour les nostalgiques comme moi, je me suis fait violence pour pas TOUT garder, mais dites vous bien que les souvenirs ce sont dans la tête et pas dans le grenier! Vous ferez des heureux avec le reste: associations, brocantes… prenez le temps de dire adieu aux objets et tout se passera bien!
    Personnellement j’ai gardé une chemise de mon papa et j’ai l’idée d’en faire quelque chose par 3 (3 enfants), habillé un nounours ou un truc dans le genre…. les BD qui se lisent tout le temps, les petites voitures pour une déco originale à venir dans le garage et c’est tout.
    Concernant les affaires de mes grands parents, c’est autre chose: je bricole, jardinage, crée et coud donc j’avoue je suis coupable, je garde tout. (mais pour ma défense j’ai bientôt mon atelier!)

    Bon courage pour ceux et celles qui sont dans ce rangement bizarre qui prends aux tripes, faut l’avouer 😉

  2. Véronique

    Ce message me touche bcp … je dois vider la maison de mes parents suite au décès de mon père en janvier … (ma mère est décédée il y a 4 ans) N’étant pas sur place … c’est d’autant + dur ! A chaque vacances … on y va en famille : mes 2 enfants de 13 et 6 ans et mon compagnon vient parfois. Pas facile !! Mais je retiens la leçon 😉
    Je trie, je range, je donne … je n’en suis pas encore à … je ne garde RIEN !
    Mais ça va venir ! ça va venir !
    Merci de toutes ces infos …
    Véronique

  3. Merci pour cet article qui est malheureusement plein d’actualité pour nombre d’entre nous. Il y a chez nos parents les bricoles que nous y avons laissées quand nous avons volé de nos propres ailes (mais que nous n’avons pas emportées par manque de place, habitude, envie de retrouver « sa » chambre quand on revient passer quelques jours), tout le fourbis que nos parents ont entassé au fil des ans (surtout s’ils n’ont jamais déménagé), les archives de la génération précédente que l’on a jamais pris le temps de trier (se mettre d’accord entre frères et sœurs n’est pas toujours facile; chacun à son propre ressenti de ce qui est affectivement important…)… sans compter ce que chaque génération antérieure a jugé indispensable de conserver… Pas facile de concilier souvenirs et place disponible dans un monde où les logements tendent à se rapetisser à vue d’œil! Je donnerai un seul exemple/conseil concret concernant les livres: les brocantes et « bonnes œuvres » sont toujours un bon moyen de se défaire du superflu, mais les collégiens et lycéens doivent aussi penser à regarder dans la bibliothèque de leurs grands-parents avant d’acheter un grand classique dans une ixième édition! Bon courage à tous ceux qui sont confrontés à ces périodes difficiles chargées de fatigue et de beaucoup d’émotion.
    Laure de A TOUS LES ÉTAGES

  4. JOooo

    Pour ma part, j ai fait appel à …Laurence!
    Le fait de faire appel à un œil extérieur m à mis le pied à l étrier pour débarrasser une grande maison foutoir suite aux décès de mes parents à 2 ans d intervalle.
    J ai garde les bijoux ( nettoyés, ils sont devenus magnifique) fait fondre alliances et bijoux cassés dans un bracelet jonc gravé d une mention souvenir datée que je porte très souvent et qui comble discrètement mon besoin de « loyauté » filiale, ai donné à mes filles un bijou souvenir « portable avec plaisr en2012 » de leur grand mère et à mon fils une caisse (neuve ) d outils sélectionnés en bon état de marche
    J ai garde deux cartons de lettres de la guerre 14,et de vieilles photos pas encore bien triées, ça attendra encore un peu
    J ai donc vide la maison, trie les meubles, donne ce qui leur a plu aux voisins, même si ça avait de la valeur mais je ne pouvais pas tout garder! La maison à été vendue à prix « raisonnable » mais à la première visite et les nouveaux occupants m ont récemment fait part de leur contentement à occuper ces lieux qui me pesaient tant.
    Bref, pouvoir redonner une nouvelle vie à toutes ces choses prolonge l existence de mes parents bien plus que d avoir voulu tout garder en croulant sous le poids de souvenirs douloureux et stagnants
    Et je suis bien d accord: je m emploie à ne pas laisser les enfants s attacher aux choses sans valeur ou trop encombrantes, faire pour eux un tri préalable et les autoriser « psychologiquent »à prendre de la distance avec les objets est un vrai devoir éducatif!
    Mais quand même, pas facile à traverser tout ça!

  5. Merci JOooo pour votre témoignage. A bientôt.

  6. mon intention est de m’offrir les services d’une organisatrice quand ce moment arrivera, j’y songe depuis que j’ai découvert vos livres, Laurence.
    Je suis trop nostalgique pour faire les choses facilement et ça se résumera à « je garde tout » ou « je ne garde rien du tout », sachant que l’un ou l’autre me procurera des regrets…
    ça râlera probablement dans la fratrie mais tant pis, d’autant qu’il faudra probablement aller vite puisque c’est une location. Aux grands maux, les moyens qu’il faut.

  7. Merci Laurence, conseils très utiles.
    J’ai vidé l’appartement de ma mère et comme j’ai disposé de très peu de temps, cela s’est fait vite.
    Grâce à une amie qui m’empêchait de m’attarder sur chaque petite chose, j’ai vécu cette épreuve assez bien.
    Dire que j’ai même retrouvé des chaussures que j’ai porté à 12 ans, ma mère gardait tout, aussi.

  8. J’ai fait le ménage de la maison de mes parents de leur vivant. Ce fut beaucoup plus agréable. Nous avions un rendez-vous, ma mère et moi, pour cette tâche. Le mardi. Durée : pas plus de 1h30. Juste assez pour avoir le goût de jetter. Juste assez pour ne pas être fatiguées. Juste assez pour se rappeler. Juste assez.

  9. pouilhe

    pour ma part, je n’ai pas encore fini cette corvée (ma mère étant décédée il y a 2 mois). J’ai trié toutes les photos. Elle était couturière amatrice et je me retrouve avec un stock de tissus impressionnant (je garde pour l’instant). Il ne me reste plus que ses vétements personnels. Mon père étant toujours en vie, nous ferons cela ensemble quand on sera pret.
    Mais j’avoue que c’est très facile de jeter quand c’est chez les autres. Chez moi, je fais plus attention mais ce n’est pas encore cela. Mais je me soigne.
    Attention tout de même à ne pas jeter des choses que vous croyez sans importance et qui en ont : ma grand-mère a donné toute la correspondance de son frère détenu pendant la guerre à un brocanteur ainsi que toutes ses cartes postales. Idem pour des meubles anciens en échange d’une superbe cuisine en formica.

  10. mouneluna77

    j’ai déjà jeté beaucoup de choses, mes papiers sont presque triés, je prépare mon départ, ton article est fort intéressant
    bonne journée
    Moune

  11. Véronique

    Je rentre tout juste de la maison de mes parents, qu’on doit vendre dans 10 jours. Les cartons sont là, sur la table (les albums photos que j’ai fait à leurs retours de voyage, les souvenirs divers), sous la table, à la cave, chez mes soeurs et mon frère. On n’a pas les mêmes notions de valeur que ce soit souvenir ou marchande. Mon frère jetterait tout, on récupère au vol des trucs qui peuvent servir ou être vendus… Maintenant, il faudra trier et partager.

  12. migmoug

    Ce qui m’a le plus étonnée lorsque j’ai aidé ma mère à vider l’appartement de ma grand-mère : les placards de la cuisine étaient remplis de bocaux vides. Plus de 150! Réflexe certainement d’une époque où elle faisait des conserves… J’ai fait un boucan d’enfer à la borne de récupération du verre! 😉

  13. Dites, Migmoug, elle ne collectionnait pas aussi les sacs en plastique votre grand-mère?

  14. Rosalie

    Quand mes parents ont vidé la maison de mes grands-parents, eux mêmes ayant emménagé à la suite de leurs parents sans rien vider des immenses greniers, ils ont trouvé une boîte étiquetée « petits bouts de ficelle ne pouvant servir à rien »….

  15. migmoug

    Et non! Sur ce point, elle ne s’est jamais séparée de son cabas en filet… comme quoi…

  16. Rosalie, c’est presque poétique…

  17. Neillia

    J’espère pouvoir enfin commencer à vider la maison de maman, avant sa mort, je préférerais. Elle achète beaucoup de tout et en jette rien depuis des décennies, sa grande maison est une vaste horreur. Son jardin également (pots vides/sacs de terreaux et sièges cassés..)

    Lorsqu’il n’y a plus de place dans les placards, elle entasse partout, sur et sous les lits, sur et sous les tables, dans les escaliers. On en retrouve rien, elle non plus, tout s’abîme. Un enfer.

    Je n’y met plus les pieds depuis plus de dix ans, je suis moi même en réaction, très ordonnée, je trie et range, il n’y a jamais de désordre ou pratiquement chez moi, tout désordre est ponctuel. Je fais des tris au fur et à mesure, jette et donne beaucoup. Je ne veux pas faire subir à mes enfants ce calvaire.

    J’adore cependant les collections, cela va de vieux rubans soigneusement rangés dans une boîte aux chapeaux en déco sur un mur….

    Je suis « tombée » sur cet article en faisant une recherche pour mettre en place une méthodologie adéquate pour la maison de maman.

  18. awa

    J’adore votre article où je me suis tout à fait retrouvée …quel dommage que NOUS les enfants nous lisions ce genre de post mais pas eux les parents . Combien de fois ai je dis à maman , range , trie je t’en prie ! d’autant qu’elle savait la galere que j’avais vécu en 2011 lorsque ma tante sans enfant est décédée …et je vous en prie NE VOUS ADRESSEZ PAS AUX SALLES DES VENTES ! mieux vaut le bon coin meme à 5euros , contrairement à ce qui est décrit dans l’emission de la 6 , tout se brade , et ça fait encore plus mal au coeur que de donner !
    J’ai retrouvé moi aussi le cabas en filet (la filoche je crois qu’elle l’appelait !)
    les vis de toutes tailles pour des etageres en equilibre qu’elle n’a jamais fait installer
    des outils rouillés
    les sacs en plastic , bocaux vides (et pourtant elle n’a jamais fait de confiture mais c’etait peut etre pour quand elle serait vieille car elle n’a que 86 ans !), les boites en carton (et je me suis souvenue de « papa maman la bonne et moi  » lorsque la maman ouvre le placard …
    et les bouts de papiers pour ecrire des notes pour les mille ans à venir …
    ah et puis puisque nous somme sen periode de noel j’ai trouvé aussi les bolducs et papiers cadeaux pour les 20 prochaines décennies ;…il faut dire que maman vivait dans 160m² et n’avait plus de place !!!
    bref j’ai donné , essayé le vide grenier du village mais c’est pas la peine alors je me lance dans l’ecriture d’un blog .
    le seul avantage lorsque nos parents ne nous dévoilent pas la valeur des choses qu’ils entassent c’est que j’apprends à connaitre le cristal de sevres, le baccara, le cristal de boheme ou d’arque, la ceramique la faience , les tables style monastere qui ne sont pas les meme que style rustique de ferme, le louis XVI qui n’est pas le louis XV, etc…

    bon courage à tous …

  19. hp

    Sans vouloir interférer dans les douloureux commentaires qui parfois émaillent l’article de ce blog, je vous livre mon opinion sur ce sujet.
    Je suis prestataire de services et il m’arrive souvent d’être sollicité pour le débarras d’un appartement , maison, etc… (c’est même le coeur de mon métier). Ainsi, je rencontre 2 cas différents :
    Soit les héritiers ont un intérêt pécuniaire (soit personnel, soit pour que le produit de la vente soit reversé directement au parent parti en maison de repos par exemple) à vendre eux même le contenu de l’habitation et dans ce cas après le tri le travail est très fastidieux car il renvoie aux souvenirs (et l’on patauge souvent dans l’indiscrétion de la vie d’un proche).
    Vendre soi même le contenu de l’habitation , c’est souvent s’exposer à de nombreuses visites à domicile, à des appels téléphoniques, etc…
    Soit après le tri des objets, effets personnels, je suis sollicité pour acheter le contenu tout en m’engageant à rendre le lieu définitivement vide.
    Cette démarche rencontre souvent plus de succès car un débarras n’est pas un déménagement et l’idée d’une dispersion (ou simple mise en déchetterie parfois) de biens, meubles sans valeur, trop datés, est bien plus douloureux qu’un déménagement (que l’on a tous au moins connu dans une vie).

  20. Merci pour votre témoignage, hp.

  21. Fontaine Annick

    je dois aussi vider la maison de mes parents , car elle est vendue , seulement mon problème c’est qu’il ne reste que des « cochonneries » certains membres de ma famille sont venus se servir , et il me laisse que déchets , poussières, cartons vides et objets inutiles , et il y a en beaucoup surtout le grenier et la cave , comme j’ai un peu honte de cette situation que je suis prête à payer pour débarrasser cette maison , inutile de vous dire que je suis assez écoeurée , avez-vous quelques conseils à me donner ? Merci

  22. awa

    Pour ma part ce n’est pas une motivation pecuniaire qui m’a poussé a tout trier par moi meme , mais je souhaitais avant de débarrasser demander à maman ce qu’elle souhaitait que je donne, que je garde meme si ce n’est que dans ma cave mais parce qu’elle voulait le « revoir » si elle en avait envie , soit l’apporter ici à djerba où je viens regulierement puisque j’ai une petite maison pour faire profiter de ces objets qui pour nous n’ont peut etre pas grande valeur mais pour les gens ici dont certains sont tres pauvres , reçus avec plaisir , j’ai ainsi apporté une vieille machine à coudre plutot que de la jeter car meme aux puces personne ne la voulait « cadeau » , des livres car ici il y a peu de livres en français meme pour les éleves….quant aux bibelots toutes les semaines quand je suis en france j’en apporte un à maman et remporte l’autre ainsi elle rete au milieu de ses souvenirs en attendant que je leur toruve une autre famille car non franhcement je vous l’avoue certains je n’ai pas le coeur à les jeter !
    quant à demander de l’aide à quelqu’un meme pour les cochonneries car il y en a c’est certain je ne pourrais pas non plus ,je veux etre la seule à dire « franchement elle gardait n’mporte quoi » ….
    bon courage

  23. hp

    Réponse à Madame Fontaine Annick.
    Il n’y a pas de honte à considérer comme douloureux le spectacle du lieu d’habitation de ses parents – par définition rempli de souvenirs de jeunesse – et qui aujourd’hui se trouve « dévasté » pour ne pas dire plus par les prélèvements successifs de ses proches (que parfois on finit par considérer… différemment)
    Il n’y a rien d’agréable à fouiller / retourner des armoires – qui autrefois nous étaient interdites d’accès ! – des lieux qu’on aurait voulu garder secrets, etc…
    La disparition de nos parents nous déclarent définitivement adultes.
    Soyez bien certaine que mes écrits ne sont empreints d’aucune intention pécuniaire car bien souvent j’offre une somme (même modeste) pour débarrasser intégralement le lieu d’habitation qui m’est confié.
    Si celui ci se trouve sur Paris / région parisienne, vous pouvez prendre contact avec moi par l’intermédiaire de ce blog

  24. Je tiens à préciser que je ne connais pas l’auteure de ce commentaire (hp en l’occurrence) et que je ne cautionne en aucune façon son activité. Il s’agit apparemment d’une démarche commerciale… vous saurez en évaluer la pertinence.

  25. hp

    A l’attention de Madame Laurence Einfalt.
    Vous avez raison, mes écrits peuvent porter à confusion.
    Pourtant, Il n’y avait aucune démarche commerciale dans mon témoignage. A défaut j’aurais procédé autrement.
    Je veux donc bien croire que mon expérience et ressenti professionnel ici retranscrits s’eloignent trop de l’esprit de votre site.
    Je vous remercie de bien vouloir supprimer sans délai mes 2 posts sous les intiales HP

  26. Hp, je n’ai pas jugé utile de modérer vos commentaires, avant leur publication, à cause de leur pertinence par rapport aux sujets abordés. Avec votre permission, je pense les laisser intacts au contraire. Mais je me devais de préciser aux autres lecteurs le contexte de vos interventions. Vous êtes la bienvenue quand vous voulez, évidemment.

  27. Marie-Claude

    Ce blog tombe à pic. Je vais avoir besoin de recourir à un professionnel pour me débarrrasser des meubles, livres, vinyles et autres objets que mes parents ont entassé depuis 50 ans de vie commune. Je n’ai pas le coeur à le faire moi-même, même s’il va bien falloir que je fasse le tri de ce que je veux garder pour moi ou pour mes enfants et autres membres de ma famille qui voudront un « souvenir » partagé avec mes parents. Alors je serai ravie qu’un professsionnel me contacte pour savoir quelles sont les modalités.

  28. Pascal

    En vidant l’appartement de maman décédée, j’ai trouvé dans la table de chevet un de mes dessins d’enfant : une tête de Donald que je dessinais autrefois et qui lui amenait le sourire quand elle avait un coup de dépression. Ce petit jeu de vider l’appartement de son enfance après la disparition de ses parents n’est pas anodin et demande du courage. Il faut s’attendre à rencontrer des objets qui nous font chavirer tout à coup. Il ne faut pas avoir peur de regarder son passé avec tous les bons mais aussi les mauvais moments. Je crois qu’on est fort quand on accepte et assume ses faiblesses. Il faut savoir tourner la page : un conseil tout ouvrir et trier pour garder le minimum, garder les quelques meubles de valeurs, et tourner le dos à tout le reste en donnant tout à une association qui va venir débarrasser. Pour moi c’est fait, j’ai signé la vente de l’appartement la semaine dernière. Bon courage à ceux qui doivent le faire.

  29. arianne

    Pas simple, en effet…je baigne dans cette atmosphère lourde depuis un mois, puisque papa est décédé et en tant que fille unique, tout passe par mes mains. Et croyez moi, une fin d’activité, via une liquidation judiciaire plus un appartement a débarrasser, sans compter les décisions a prendre sur l’immobilier, c’est lourd même si mon mari m’apporte un soutien actif.

    Une fois par semaine, depuis un mois, j’y passe ma journée avec mon mari a trier, jeter, mettre de côté… certains jours, l’énergie dégagée est telle que je me sens presque joyeuse du travail accompli. D’autres fois, je me sens voleur et violeur d’intimité et cela me déstabilise. D’autres fois encore, je suis en colère  »pourquoi m’a t on imposé de trier ce que deux générations et une fin d’entreprise plus tard n’ont pas eu le courage de faire ? »…

    J’ai alimenté la boulangerie de mon village avec des cartons d’emballages en bon etat, préparé les cartons pour le vide grenier des restes d’un magasin de cadeaux de ma grand mère, récupéré de quoi monter une maroquinerie avec les dizaines de portefeuilles et porte monnaie en bon état, alimenté les églises de la France et de la Navarre en missels, crucifix, et autres bondieuseries, trouvé les chocolats de pâques 2011 et leur destinataire, etc…

    J’ai également trouvé des livres de compte et des comptes fait sur tout et n’importe quoi…même les cadeaux comme un bouquet de fleurs, un gâteau, lorsqu’il venait nous voir était noté avec le prix, la TVA, etc….angoissant et flippant au maximum….l’argent n’était plus un moyen mais était devenu un tout…

    Et enfin, un début de journal d’une vie où malheureusement seul le premier épisode était écrit, au fond du fond d’un carton, une personne a prévenir en cas de  »mon décès » une de ses maitresses,….

    Bref, des journées de fatigue intense : physique  »que c’est lourd le papier », psychologique et morale  »on devrait nous obliger a trier nos vies avant tout héritage », psychique, car cela réveille tant de choses que l’on savait, sans vraiment savoir.

    Tout m’est donné mais j’ai du mal a tout accepter….alors je fais des cartons de vaisselle pour le fils, j’offre des verres a cet ami qui en raffole, et je jette a la benne ce que je ne peux plus utiliser.

    Oui pas simple, car je suis dans cette phase difficile ou chaque objet, lettre, dossier passe obligatoirement entre mes mains et c’est lourd a en mourir

  30. Ariane, merci pour votre témoignage qui trouvera un écho chez beaucoup d’entre nous. Bon courage!

  31. Anonyme

    Bonjour, je cherchais des conseils sur le net pour trouver le courage de vider la maison familiale, et je suis arrivée ici! J’ai lu tous les messages précédents, et j’ai ressenti beaucoup d’émotion, car je sais que ce qui m’attends va être éprouvant… La maison n’est plus habitée depuis 4 ans et demi, ma maman étant venue habiter avec moi, ne pouvant rester seule. Elle est décédée en aout 2012, et je suis la seule « rescapée » de notre famille(mon père étant décédé en 1982 quand j’étais enfant, et mon frère, mort en 2008 à l’âge de 34 ans)… Il m’a fallu tout ce temps pour oser imaginer vendre cette maison, pleine de tout ce qu’une famille entasse au fil des ans, et surtout, de « fantômes » d’une vie passée. Je vais avoir 40 ans dans une semaine, et je pense que le moment est venu de me séparer de cette maison qui est morte maintenant… J’ai en tout cas trouvé un soutien en venant ici, et j’ai même sourit en lisant certains messages, car je sens que moi aussi, je vais trouver des tas de bocaux vides, etc… Merci. Odile

  32. Vous y trouverez aussi de beaux souvenirs. Vous verserez des larmes parfois. Vous rirez parfois. Si laisser aller certaines choses vous est difficile, photographiez-les. Si la mélancolie vous gagne, vous aurez ces photos pour vous bercer. Bonne chance et surtout courage. Le cadeau est souvent à la grandeur de l’épreuve. Vous m’en reparlerez.

  33. Bjr Laurence & merci pour ton blog qui est très intéressant,

    Moi même ayant perdu mes parents j’ai eu à faire un trie monumental & après avoir donner aux membre de ma famille, associations caritative et jeter, je me trouve encore avec des meubles dans mon garages que j’aimerais voir partir le plus tôt possible.

    Je ne sais à qui m’adresser & quoi faire aussi je vous demande conseil aujourd’hui.

    Merci par avance & bonne semaine à tout le monde

    Didier de Lyon

  34. Bon courage Odile. Nous sommes nombreux à vous soutenir via ce blog. A bientôt.

  35. Anonyme

    Merci pour tous ces témoignages, je suis fille unique et je me suis permise de regarder sur le net si d’autres comme moi, avaient partagés leur expérience. Ma mère est en centre d’accueil depuis 10 mois et mon père est décédé depuis 7 ans. Tout ce qu’il y a dans la maison est resté tel quel.
    Mais je dois me résigner a faire le tri.
    C’est une charge énorme car maman garde tout depuis toujours. Elle n’a jamais rien jeté de périssable. Tout, tout, les chaussures, les sacs plastiques, papier, les bocaux, les contenants de médicaments, les médicaments inclus….il n’y a pas de mots pour décrire ça, personne ne peut s’imaginer. Donc j’y vais a l’occasion car je dois espacer mes visites de nettoyage c’est trop exigeant mentalement. Je vais y arriver, non sans larmes, car chaque objet me touche. Depuis ce temps, je me fais un devoir de ne rien garder de superflus dans mes propres affaires, pour ne pas encombrer mon fils unique qui aura a faire le tri un jour de mes choses.

  36. awa

    Bonjour à tous et un petit mot pour anonyme …lorsque vous trouverez un de ces objets totalement inutile que votre maman gardait précieusement pensez à moi ! c’est exactement la meme chose que vous , alors oui nous imaginons aisement , les listes de commission datant de 2011, les modes d’emplois pour des objets qui n’existent meme plus …et puis cette douleur au souvenir des jours heureux ou nous etions une famille …
    quand je vous lis je me retrouve , fille unique , maman absente depuis 9 mois, un fils unique ..et ces milliers de bricoles entassées au cas ou …
    bon courage .

  37. serge

    Bonjour,
    je me trouve dans la situation de devoir débarrasser un appartement suite au décès de mon père. Cet appartement est vraiment très très encombré. Il n’y a pas beaucoup de choses de grande valeur, surtout un grand bazar de choses à jeter et je ne sais vraiment pas par quel bout commencer ni à qui m’adresser. Pourriez-vous m’aider?

  38. Je vous propose de me contacter par mail laurence.einfalt@agence-jara.com

  39. Mais chez nous le malheur c’est que tout est rangé, trié, annoté, mais c’est plein comme un oeuf ! Dur, dur (la tâche, pas l’oeuf)

  40. glycines

    très douloureux de vider la maison pleine de ses parents.
    Moi; j’ai choisi au bout de 2 ans, de trier, jeter, garder, donner aux associations, récupérer des souvenirs, faire des cartons de vaisselle et de linge pour l’un de mes fils, et laisser la maison à mon autre fils qui souhaite l’habiter

  41. mami gigi

    Bien l’idée de GinTonHicde faire ce rangement du vivant de sa maman avec les souvenirs qui ne sont pas perdus,bien le temps de 1het demi.Près de chez nous il y a eu un vide maison pour aider à payer la maison de retraite de la maman,je trouva ça pas mal!!Personnellement,à 56 ansje ne garde que ce qui est utile et indispensable,les souvenirs je les réduits dans un classeur :quelques pages pour les évènements heureux de notre vie.Avant de garder je pense toujours à simplifier la tache future de mes enfants

  42. Froufrou38

    Bonjour,
    De mon côté, je suis en pleine période de tri. Mon papa est parti, il y a 3 mois. Maman pour sa part, cela fait 3 ans. Il était insurmontable pour moi de faire le tri lorsque mon papa était encore présent dans l’apprtee l’appartement. Maintentant, je suis seule à faire le tri, à nettoyer, à trier. C’est une situation pas évidente mais une amie m’a aidée hier à jeter et à ne pas trop m’attacer au superflu. L’oeil d’une personne externe est fort utile.

  43. Martine

    Bonjour c’est un très beau témoignage et c’est vraiment une bonne illustration de ce qui m’est arrivé. Il y a 3 mois, j’ai perdu ma maman âgée de 94 ans qui vivait sur la région PACA. Moi j’habite sur la région IDF donc déjà que c’est la galère de devoir tout gérer mais avec la distance je ne vous raconte pas !!! Je me suis donc rendu sur place et tout ce que vous décrivez m’attendait : Des affaires accumulées pendant des années dans tous les placards, toutes les pièces, tous les recoins où cela pouvait être accumulé… Grosse solitude… Par où commencer ? Que jeter ? Que garder ? Que faire ? Sachant que je n’avais pas beaucoup de temps sur place et pas beaucoup de courage face à la masse de travail : bibelots, papiers, vêtements, divers objets et variés… Ce que j’ai fait c’est que j’ai contacté une entreprise spécialisée (conseillée par mon notaire) qui a tout pris en charge : Ils m’ont accompagné dans le tri de ce que je voulais garder, jeter, conserver et même vendre. Je suis retourné chez moi et ils ont tout géré. Ils m’ont envoyés par camion ce qu’on avait vu que je voulais garder, ils ont tout vidé la maison et donner les vêtements à des associations. Ils m’ont même proposé de vendre certains objets et meubles ce qui a permis de récupérer un petit truc… donc très content d’eux et surtout une belle épine dans le pied en moins. Même si psychologiquement cela a été très dur de devoir se séparer de pas mal d’affaires personnelles de maman, heureusement qu’une aide extérieure était là ça a permis d’atténuer le stress. Je peux si ça peut vous aider vous donner les coordonnées, il s’agit de l’entreprise SENIOR TRANSITION
    Bonne chance à vous tous !!!

  44. la fourmi

    bonjour,
    ça fait du bien de savoir qu’on n’est pas seul à vivre cela même si c’est une évidence. Fille unique, pas sur place, de jeunes enfants à charge, des parents « collectionneurs » de vis , de sacs plastiques, de boites vides, de photos, de factures, de listes de courses.. j’ai décidé de trier d’abord les papiers importants, puis de procéder pièce par pièce en faisant le tri des meubles après conseil sur photo. Je sais que j’en ai pour des années, mais je ne me sens pas encore prête à faire venir quelqu’un d’extérieur, et puis il y a un temps nécessaire pour accepter de se séparer de certaines choses. Et je pense que je suis la seule à pouvoir trier les documents les lettres, les objets chers, que peut en savoir quelqu’un d’extérieur ? C’est un genre de « chemin de croix », mais ça va mieux qu’au début où je pleurais à chaque fois. Deux ans après le deces, la douleur est différente, et je ne veux pas avoir de regrets, il y a aussi de la joie à retrouver des morceaux de son enfance, une loyauté pour les objets et ce qu’aurait voulu le défunt, même si on a l’impression d’être un peu Sisyphe et de ne pas en voir le bout. Le temoignage d’Ariane me touche particulièrement car il y a d’autres lieux à vider et c’est inextricable !

  45. awa

    Pour Maman , j’ai fait comme vous « la fourmi » piece par piece … et je ne voulais pas qu’un etranger s’en mele , comme vous dites tres justement « que peut en savoir quelqu’un de l’exterieur » . Ma tante est décédée il y a 3 ans , je n’etais pas sa tutrice , et pas son heritiere mais j’ai dû assister à la visite du commisssaire priseur . Cela m’a arraché le coeur maintes fois de voir des objets si précieux pour elle , mais qui n’ayant pas de valeur marchande etaient considérés avec dedain (et je suis poli) par le commissaire ..Je ne pouvais pas les recuperer n’ayant aucun droit sur eux, certains sont partis à la poubelle !!!
    Maman est en maison de retraite , cela fera 2 ans en octobre ..alors je voulais vider sa maison en aussi longtemps que mon ame l’imposerait .. et puis je ne me sens pas de tout jeter , vendre ou ranger au fond de ma cave , parce que maman est toujours là et elle peut avoir envie de cet horrible objet mais qui lui tient à coeur , ou cela , ou ceci …et ma maison n’est pas si grande ! mais voilà ..les impots eux n’ont pas de probleme d’ame .une maison si elle n’est pas totalement vide neccessite de payer la totalité des impots locaux comme foncier ..je l’accepte mais depuis quelques semaines j’ai découvert que si maman vends sa maison alors qu’elle est en maison de retraite depuis plus de 2ans sa maison sera touchée par « impots residence secondaire » .. Alors vous qui comme moi avez encore la chance d’avoir votre dernier parent mais devez vider une maison pensez que NON on ne vous donnera pas le temps pour votre tristesse,votre nostalgie, votre rangement et trie, la vente des meubles , la visite à votre parent …vos job vos enfants ou petits enfants …et votre santé qui subit le contrecoup de tout cela … il faudra en plus prendre la decision de vendre meme si cela arrache le coeur à votre maman qui de temps en temps le dimanche a besoin de se retrouver dans « son  » jardin , ses souvenirs, plutot que ces 4 murs qui aussi charmants ( !!???) soient ils ne seront jamais « sa maison ».
    et une superbe maison de famille devient une chose que l’on deteste parce qu’elle vous prend le temps que vous pourriez consacrer à votre parent qui peut etre demain ne sera plus là … mais la maison n’est pour rien dans cet etat de fait … la mere patrie (!!) aujourd’hui s’appelle putot « tenardier »

  46. Froufrou38

    Je viens enfin de terminer de vider l’appartement de mes parents … , après les émotions négatives mais aussi positives, un sentiment d’achèvement s’empare de moi. La vente est prévue dans quelques jours et désormais la page matériel sera tournée. Il ne restera que l’affectif, ce qui à mes yeux est le plus grand des réconfort. Une petite larme sera sans doute au coin de l’oeil lorsque je remettrais les clés à la famille qui construira son histoire « chez nous ».
    J’en profite pour vous faire part d’un site dont on m’a parlé, il s’agit de donnons.org . Laurence, j’espère que vous m’accorderez cette publicité désinteressée. N’arrivant pas vendre les derniers biens qui restaient après que les héritiers se soient servis, j’ai mis des annonces et les meubles vont avoir une nouvelle vie.
    Si cela peut aider certains, … on ne sait jamais.

  47. Stella

    Bonjour,
    J ai perdu ma mere le 23 mai 2013, son decés fut tres douloureux pour moi, nous ne fesions qu une et de plus ma mére avait le syndrome de diogene ( amasser les choses).
    Nous sommes venu à bout en 4 mois à 4ou6 pers pour un appartement de 70m2, car pour moi il n etait pas question de tout jeter et j avais fait une promesse à ma mere, mais pour faire vite car dans les heritages on à un delai et que l appartement devait etre vendu on as fini par tt mettre ds des cartons,sacs et tout enmener dans la maison de campagne qui elle etait deja encombré.
    Et il y avait un garage qui celui n etait pas compris dans la vente du coup, nous le vidons en se moment surtout que dedans c est beaucoup de souvenirs de mes grands parents que je n ai pas connu et je ne voulais pas que mon frere prenne une entreprise, je veux ressentir le fais de decouvrir, d apprendre sur eux comme si je les avaient connu.
    Mais par la suite j ai peur car je devrais aller trier la maison de campagne et je ne sais pas si j aurais assez de force pour faire ca une 3 ieme fois mais je dois le faire pour mes enfants qu ils aient un endroits sains et habitable pour leur avenir et remplies de souvenirs de nous tous.
    Merci pour se blog, j ai lu tout le monde et je souhaite du courage à tous .

  48. aude

    Moments difficiles.. il faut libérer l’espace mais tout le monde n’a pas le même affecte avec tous les objets du défunt. Du coup cela traîne souvent et on doit stocker les affaires dans un garde meuble et ça finit par coûter cher en plus. On a trouvé une solution de notre côté ans stockant chez un particulier trouvé sur http://www.ouistock.fr Mais bon on a toujours pas finit le tri..

  49. Bonjour,
    Dans le cadre de mes études en Statistiques Marketing, je fais actuellement une recherche (mandatée par Emmaüs) sur le devenir des meubles après un décès. Dans cet objectif, accepteriez-vous de répondre à quelques unes de mes questions?

    Merci beaucoup,
    Alix

  50. Je viens de retrouver ce billet et j’ai l’impression de revivre ce que je viens juste de terminer dimanche.
    L’appartement de ma maman est vendu vendredi matin. Maman est décédée en aout dernier. Il m’a fallu beaucoup de temps pour me décider à commencer vraiment le tri. En fait, j’ai fait tout dans l’urgence parce que j’étais au pied du mur. Dommage de ne pas avoir lu cet article avant, j’aurais eu des pistes pour des aides.

  51. sabrina

    Bonjour, j ai vraiment besoin d aide le père de mon mari es décédé il y a deux ans deja et nous avont ete obliger de quitter la maison de suite sachant qui fallait vider la maison n ayant pas beaucoup de revenu et pas asser de temp nous avont tout mis dans des caisses sans regarder Et maintenant que nous avont pu avoir un pret pour notre maison nous nous retrouvont dans une maison plein de caisse a ne cassi plus savoir bouger mon mari es très conservateur comment puis je faire pour me débarrasser de toute ses caisses ? Car je n en peut plus de vivre comme sa 😢

  52. Dorothée

    Bonjour, je suis heureuse d’avoir trouvé ce blog. J’espère que vous aurez des réponses a me donner. Voilà mon histoire.
    Mon beau père est décédé il y a 3 et demi et nous a laissé une grande maison encombré du sous sol au 2 eme étage. Nous avons décidé de reprendre la maison il y a 1 an mais depuis quasiment rien a été vidé car mon mari n’arrive pas à ce séparer de tout ces objets, il ne veut pas les garder non plus ( un peu contradictoire !!!) mais il a le sentiment qu’en se débarrassant de tout ce qu’il y a dans la maison, il jette tout ce que ces parents on construit. En plus c’est quelqu’un de très concervateur qui n’aime pas jeter et ce dit que chaque chose a une valeur pécuniaire ou peut servir à quelqu’un.
    Il ne sait pas par ou commencer pour faire le tri. Et moi je commence à désespérer car nous avons 2 enfants (9 ans et 4 ans) et vivons dans un appartement 3 pièces ou nous commençons a être a l’étroit, alors que l’on pourrait être bien tous les 4 dans cette maison. Que faire? Le temps lui manque car il est artisan donc si il ne travaille pas il ne gagne pas d’argent, donc pas de temps pour aller trier.
    HELP!!!!

  53. Dorothée, sans connaître à fond votre situation, je peux tout de même vous suggérer une façon de procéder. Premier temps: vous faites un tri, pièce par pièce, sans votre mari. Bien entendu, vous l’informez au préalable. Vous vous débarrassez de ce qui n’a vraiment, mais vraiment pas de valeur. Votre mari doit pouvoir vous faire confiance là-dessus. Puis, vous lui proposez de venir pour une heure seulement et de décider ce qu’il veut faire de ce que vous avez gardé. Même si c’est long et peu efficace, ne vous fâchez pas, ne vous moquez pas. Au bout d’une heure, demandez-lui comment il se sent: en a-t-il assez? A-t-il envie que ça s’arrête (et donc vous autorise-t-il à continuer sans lui?). Se laisse-t-il aller à la nostalgie? (il a besoin de plus de temps, il faudra patienter encore un peu). Procéder ainsi, par petite tranche de temps (un tri d’une heure, ce n’est pas plus long qu’un barbecue aux beaux jours ou qu’une émission sportive). Bon courage.

  54. Sabrina, je vous propose de procéder comme je l’ai indiqué à Dorothée. On ne peut pas faire trier un Ecureuil, sauf petit bout par petit bout.

  55. Bonjour, concernant les professionnels du débarras, n’hésitez pas à faire faire différents devis, car les offres des brocanteurs varient énormément en fonction de leurs moyens (coûts liés aux équipes de déménageurs,) et de leurs spécialités : Certaines entreprises de débarras sont spécialisées dans certaines époques bien précises et auront plus ou moins de facilité à revendre les objets collectés. Une expertise doit être faite, préalablement, sur place, afin de bien déterminer la valeur des objets et du prix que vous pourrez en tirer. Vous pouvez également négocier le prix de débarras des objets sans valeur, sachant que l’antiquaire se remboursera sur les objets qui seront revendus.

  56. Rousset

    Laurent
    Bonjour, à tous. Je suis dans une toute autre situation que les personnes que je viens de lire , et je pense que mon commentaire pourra peut être aider certaines personnes.
    Depuis un certains temps je scrute les annonces de vide maison sur des sites spécialisé ou sur le BC. car je suis acheteur collectionneur (non revendeur) et je m’aperçois que tout se vends et tous les objets ont une nouvelle vie.
    Plusieurs personnes sont même très contente de savoir que tel ou tel chose va rejoindre une collection ou va avoir une nouvelle utilisation.
    Cela pour dire, après avoir vu ce que vous vouliez garder et récuperer, ne jettez rien, même si vous pensez que cela n’a aucune utilité ou valeur, cela fera toujours plaisir à quelqu’un.
    Et vous aurez peut-ëtre le sentiment d’avoir fait plaisir en conservant une histoire à toutes ces choses accumulées.
    A vous de choisir un vide maison ou un don à des associations, mais surtout pas de décheterie, car là c’est la fin de toutes histoires;
    Bon courrage

  57. AudeL

    Bonjour
    Sur ce sujet délicat, je vous recommande la lecture de « Comment j’ai vidé la maison de mes parents » de Lydia Flem. Elle y aborde le sujet avec beaucoup de sensibilité, de rage, de tendresse, de colère. Très poignant.
    Belle journée à tous !
    AudeL

  58. Merci AudeL pour votre recommandation. On a parfois besoin d’un bouquin poignant pour mieux comprendre et s’approprier nos émotions.

  59. bibine

    On commence demain à faire le tri de la maison de nos parents qui sont partis maintenant il y a 3 ans et demi pour mon père et 3 ans pour ma mère. Nous sommes 4 enfants et c est étrange comme destin de vie que de se retrouver orphelin entre 30 et 40 ans… mais c est comme ça. Il est grand temps d avancer, de quitter définitivement l enfance en se libérant de trop d objets, car on l a bien vu: on emmène 3 fois rien dans son caveau. Mon père a eu dans sa veste un jeu de cartes pour jouer au bridge avec ceux qui étaient déjà partis avant lui, avec un petit carnet de sudoku, son crayon fétiche et une photo de nous 6 avec les conjoints et leur petite-fille. Ma mère a eu à son annulaire gauche un dizenier et une rose. On emmene que l essentiel dans sa tombe. Alors peut-être qu’une piste pour s aider tous à faire le tri, pour ces parents comme pour soi même, c est peut-être de se demander quel objet est essentiel dans sa vie et le représente : tout le reste ne devient qu’accessoire… Le grand-père de mon conjoint par exemple, ça a été sa casquette de pêcheur… un seul objet qui a lui seul évoque toute sa vie… Alors peut-être qu en fait, il ne s agit que de garder que ces 2 ou 3 objets vraiment symboliques, les objets qui peuvent vraiment nous être utile régulièrement et le reste… bah on dit merci et au revoir à chaque objet qui nous a évoqué des souvenirs, bons ou mauvais… et même si la plupart finiront à la déchetterie, dans la mesure où rien ne se perd, rien ne se crée mais tout se transforme, ces vêtements recyclés offriront de nouvelles fibres pour faire des pulls bien chauds, ces vieux meubles permettront de faire des fibres de bois pour faire des meubles flambant neuf, ces paperasses éviteront de couper de nouveaux arbres et toutes ces babioles données feront des heureux ! Bon courage à tous. Moi, ce que je voudrai dans mon cerceuil dans ma poche, ça sera juste les textes sur le don du sourire et les béatitudes : ça sera mon essentiel à moi ! 😉

  60. Bibine, votre façon d’envisager les choses est réaliste et probablement triste pour certains. Comme la fin de vie, je trouve… Merci de nous en faire profiter.

  61. marianne

    bonjour, je dois vider la maison de ma grande tante. connaissez vous un organisme, association ou une entreprise qui aide pour faire le tri et vider la maison svp? c’est une lourde tache et je suis enceinte donc je ne peux pas tout faire. je vais avoir besoin d’aide. merci par avance pour vos conseils

  62. catherine

    Bonjour,
    Une orpheline de plus qui va raconter ce passage de vie particulier et donner son avis.4 étages d’une maison atypique et charmeuse,5 générations qui se faisaient un devoir de ne rien jeter…Des moments d’émotion lorsque la vieille pendule cachée au fond d’une malle toute aussi vieille,en attente de revoir la lumière,nous livre sa musiquette…la dernière lettre d’un ange d’à peine 20ans,fier de défendre la France dans les tranchées de Verdun et qui ne reviendra pas….Les pas de danse et l’écoute toute en émotion du premier phono de Joséphine…Du linge brodé intact du début 19ième….Les coupures de presse d’un ancien joueur de rugby….ou la fierté d’un petit scout qui va oser parcourir toute l’Algérie et l’Italie à vélo….Des milliers de lettres d’amour…des milliers de cartes postales….des milliers de photos,diapos….
    J’ai lu et entendu les messages précédents mais s’il faut retenir une chose,c’est bien que la façon de tourner la page et le poids de cette page nous est propre.J’ai beau me raisonner sur l’inutilité de ces souvenirs,mon respect de l’autre en prend un sacré coup..les disperser aux 4 vents ,d’une manière ou d’une autre,ne m’aidera pas à la tourner,cette fichue page.
    Je me suis mise à la place de mon petit fils,que je vois rarement,qui peut etre un jour,voudra savoir…..
    J’ai donc choisi une petite armoire,facile à déménager ou je suis arrivée à concentrer (et le mot est faible en regard du travail de titan effectué),un arbre généalogique clair,une photo choisie,une écriture,une trace,un passage de vie marquant,un objet précieux de chaque génération,un condensé de vie de quelques grammes pour un passage sur terre……Une grande valise en fait que je vais emporter avec moi,loin de cette maison à qui,je pourrai enfin dire adieu.
    C’est ma manière à moi de faire face au chagrin….de laisser des réponses à ce petit garçon,qui,peut etre,un jour,ouvrira la porte de l’armoire ou pas….

  63. faure

    bonjour, ma mère est décédée en mars. elle a fait un testament comme quoi elle me déshérite, sauf mes trois soeurs. il est spécifié que mes soeurs doivent faire l’inventaire de la maison de ma mère. mais une de mes soeurs habite à l’étranger et ne s’entendent pas avec les autres. que doit elle faire? sachant qu’elle ne peut pas se déplacer faute de moyen. et en ce qui me concerne que dois je faire? merci

  64. je pense que vous devez faire appel à un commissaire priseur ,il fera un inventaire qu’il chiffrera pour que les héritiers puissent payer les impots sur les objets contenus dans la maison .. sans testament vous auriez pu le faire entre vous mais là , impossible .
    le commissaire priseur sera soit payé par le notaire , soit pas vous .
    bon courage

  65. Greniez

    un ami aurait besoin d’aide pour vider la maison de sa mère décédée dimanche dernier en Alsace ; hp où seriez-vous joignable?

  66. Greniez

    Merci pour votre non réponse, du temps a passé et ce n’est plus la peine.

  67. mume

    Bonjour,
    Je souhaitais vous faire part de mon expérience.
    Mes parents sont décédés tous deux dans des circonstances difficiles : Dépendants, atteints de maladies neuro-dégénératives. Je me suis occupée d’eux pendant 5 ans, à distance puisque demeurant à 350 kms. Au décès de mon père, j’ai vendu leur maison très vite et me demande aujourd’hui si j’ai eu raison. J’étais dans un besoin presque vital de « tourner la page », car j’étais épuisée. Mais j’ai eu tort, je crois. Mon mari me dit que cela m’empêche de trouver la paix et de faire le travail de deuil, comme on dit.
    Quelqu’un a t’il vécu qcq chose de similaire ?
    Qu’en pensez-vous ?
    Merci pour vos réponses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s