Les FBI de l’organisation: cloisonner vie privée et vie professionnelle

« Laurence, me disent parfois les jeunes femmes que je forme à l’organisation personnelle, je ne veux pas que ma vie professionnelle déborde sur ma vie privée. J’adore mon job mais je veux cloisonner. Avez-vous des astuces pour réussir à bien séparer l’une de l’autre? »

Comme je les comprends! Et comme j’y croyais moi aussi!

Jusqu’à ce que les situations ci-dessous se reproduisent un peu trop souvent:

– vous pensez qu’il faut rappeler Mme Durant de la société MonFournisseur  pendant que vous faites les courses. Arrivée au parking, pour récupérer votre voiture, hop, c’est sorti de votre tête. Rien ne garantit que vous vous en souviendrez demain.

– ça fait une semaine que vous vous dites qu’il faut prendre rendez-vous chez le pédiatre mais ça se fait aux heures de bureau et justement, vous n’avez rien pour vous le rappeler quand vous êtes au travail,  puisque c’est privé. Tous les soirs, lorsque vous retrouvez votre famille, vous vous dites « et zut, j’ai encore oublié d’appeler! ».

– vous aviez dit à votre belle-soeur que vous la rappelleriez ce week-end mais tout s’est bousculé et vous avez oublié. Vous vous dites que vous l’appellerez à l’heure du déjeuner lundi. Mais comment y penser au bon moment?

Vous avez remarqué? Qu’on le veuille ou non, notre cerveau ne fait pas la différence entre « c’est privé » et « c’est professionnel ». Pour lui, il s’agit de « choses à faire« , point. Et il s’en moque que ce soit le bon moment ou pas.

En somme,  l’étanchéité vie pro/vie privée est une FBI. Alors, que faire?

La solution (paradoxale, mais essayez tout de même, vous m’en direz des nouvelles):

En plus de votre agenda, il vous faut une liste unique de choses à faire.

Le mot-clef, c’est UNIQUE.

Oui, allez-y, mélangez tout, comme ça vous vient dans la tête, au fur et à mesure que ça arrive dans votre vie. Ne vous occupez pas de savoir l’origine (privé? pro?) du « truc à faire ». Notez-le, c’est tout.

Veillez cependant  à bien noter de vraies actions (voir cet article) et non des projets.

Exemple: Noter « cuisine » (= sa rénovation est un projet en soi) ne sera pas utile si, ce que vous voulez dire vraiment, c’est « chercher des fournisseurs pour rénover ma cuisine » (= action).

Pour faire cette liste, il vous faut un outil fiable, toujours sur vous. Votre smartphone? Un petit cahier? un grand cahier? Qu’importe, pourvu que vous puissiez noter super vite.

D’accord, Laurence, me disent mes stagiaires, mais comment faire le tri dans cette (longue) liste?

Pour faire le tri dans les choses à faire, vous allez inventer un petit code pour désigner les choses à faire à la maison, le soir par exemple. Et puis un autre pour les choses à faire seulement le week-end. Vous indiquez ce code devant chaque tâche.

Ces codes, ça peut être:

  • pour la maison: une petite maison stylisée ou un M pour signifier  « à la Maison », …
  • pour le week-end: WE, par exemple.
  • et pour le bureau? Comme nous y passons beaucoup de temps, je considère que c’est un contexte par défaut: pas besoin de code.

Ainsi, lorsque vous serez dans l’un ou l’autre de ces contextes, il vous suffira de regarder les tâches qui comportent le code correspondant et de choisir celles que vous voulez faire. Vous négligerez exprès les autres.
Note: Si vous utilisez la fonction liste de votre smartphone, vous ferez un tri sur la première lettre pour ne voir apparaître que les tâches que vous pouvez faire ici et maintenant.

Exemple: WE appeler Jeanne (ma belle-soeur)

Alors, allez-vous essayer ma solution paradoxale?

Je tiens à re-préciser ici que je suis une fervente partisane du cloisonnement dès lors qu’il s’agit d’empêcher les appels/mails/sms  professionnels de venir polluer notre temps privé.  Réfléchissez toujours au pourcentage de vous-même que vous voulez rendre disponible aux uns et aux autres. Un job, ce n’est pas forcément un sacerdoce, vous savez. C’est plutôt un échange: votre temps contre une rémunération. Cela doit rester équilibré, juste.

18 Commentaires

Classé dans Comment s'organiser au travail, FBI (Fausses Bonnes Idées), S'organiser à la maison

18 réponses à “Les FBI de l’organisation: cloisonner vie privée et vie professionnelle

  1. Bonjour Laurence,

    J’utilise cette méthode depuis plusieurs années avec succès. Dans mon cas l’outil fiable est un ipad qui me suit partout. La liste de tâche est maintenue avec une application de mind mapping (iThoughtsHD). Les tâches professionnelles sont en orange et les personnelles sont en bleues. Lorsque la prochaine action ne dépend pas de moi mais que je suis en attente de la réponse de quelqu’un, c’est en gris. Rarement, lorsque une tâche devient impérativement urgente, c’est en rouge.

    Tenir la liste de tâches sous forme de mind map et non de liste me permet une flexibilité bien plus grande que celle des logiciels de ToDo lists. Avec en prime une vision globale des choses.

    Le tout est sauvegarder automatiquement par l’application sous dropbox de manière à ce que je ne perde aucune donnée même si l’on me vole mon ipad.

    Merci pour votre article Laurence.
    A bientôt

  2. Nanou

    Dans le même genre, j’ai en permanence sur moi une liste de « cadeaux à faire ». J’y note les idées cadeaux qui me passent par la tête pour ma famille et comme ça, le jour où on me demande « et pour untel, tu as pensé a quoi ? », eh bien j’ai plein d’idées !

  3. Giraud

    Bonjour, le meilleur outil pour moi c’est mon i-phone et son application TODO que vous connaissez peut etre déjà, qui permet de tout noter partout tout le temps et de programmer des rappels.
    On peut même ajouter le « contexte » de la tâche à faire (exemple : à la maison, au travail, en ville etc), ce qui permet de voir tout ce qu’il y a à faire lorsqu’on se trouve dans un certain contexte.
    En plus de TODO je n’ai qu’un seul agenda pour tout (pro et privé), uniquement sur mon i-phone, l’avantage est que je n’ai toujours sur moi, il y a des alertes avant les RV et je peux partager les événements avec d’autres même si c’est privé…
    En tout cas, c’est vrai que depuis que j’ai lu votre livre, je note tout tout de suite pour me libérer l’esprit, merci pour vos précieux conseils !

  4. Pour ma part, ce n’est pas un réel cloisonnement car j’ai un carnet unique pour mes listes, mais la page de gauche correspond au boulot et la page de droite à la maison. J’ai essayé plein d’autres choses mais honnêtement c’est ce qui me convient et j’y reviens toujours : on ne change pas une équipe qui gagne 😉
    Belle journée à tous !

  5. Tres intéressant .. pour ma part, quand je travaillais .. faut dire que c’était plus physique qu’autre chose c’était facile de faire une séparation entre les deux ..

  6. Stéphane, c’est la première fois que j’entends parler de quelqu’un qui utilise une combinaison de mind map et de to-do list. A l’occasion, j’aimerais bien voir comment vous faites…

  7. Avec plaisir.
    Je vous envoie un petit mail pour vous proposer une manière de procéder.

  8. Myriam

    J’ai essayé cette méthode Laurence car j’ai votre livre et suis régulièrement votre blog 🙂
    Je suis assez d’accord, par contre cette longue liste étant très hétéroclite, je fais une liste quotidienne extraite de la grande liste. Sinon ça me stresse et me déprime de voir tout ça, et je m’éparpille. La petite liste quotidienne doit à tout prix être faite le soir, la notion d’engagement est très importante et énergisante.
    Les contextes aussi sont à personnaliser, je n’ai pas encore vraiment trouvé mes contextes, maison ne veut rien dire pour moi puisque je travaille à la maison et à l’extérieur, certaines choses du même type pouvant se faire dans les deux cas.
    Je me suis renseigné sur des solutions comme celles dont parle Stéphane (je suis assez facilement geek …) mais pour l’instant je constate que je suis plus efficace avec le papier et crayon (par contre le choix du carnet et bloc-note est très important !) car je suis d’un tempérament rêveuse et m’éparpille facilement. C’est important de toucher et d’avoir un repère visuel toujours le même: le petit carnet bleu 🙂

  9. M de T

    Moi, je veux bien qu’on m’explique le mind map, les explications sur le Web me dépassent, mais ça a l’air très intéressant. Laurance, voulez vous inviter Stéphane pour un billet didactique?

  10. J’ai un cahier divisé en trois selon vos bons conseils 😉 et un stylo quatre-couleurs, mon arme magique : le noir pour le pro, le bleu pour le perso, le rouge si je veux ajouter des codes type T pour téléphoner ou M pour mél (assez rare), le vert pendant les réunions pour noter les choses à faire par moi (qui repassent dans la section « todo » par la suite).

  11. Excellente méthode, je fais des listes de couleurs différentes, toujours sur du papier (les machines, ça tombe en panne).
    Ma grande chance : pas de belle-sœur 😀
    Et puis, ne sait-on pas que les femmes sont multitâches, contrairement aux hommes ? Pardon, les Messieurs mais c’est scientifiquement prouvé….

  12. @Stephane Zenef : moi aussi je suis comme Laurence, je voudrais vraiment voir une de vos mindmap « todo »… ça m’aiderai surement à construire les miennes… ça m’interesse beaucoup 😉
    En tout cas, merci Laurence pour l’astuce des codes, je vais dores et deja l’essayer, ça me parle et ça me tente bien !

  13. Coco1313

    Moi aussi je suis preneuse d une petit demo de Stéphane :)))

  14. OH MY GOD! Du mind mappi g sur mon ipad!
    Stéphane, vous êtes providentiel!

  15. Rosalie

    Une petite question : est-ce que cela existe également sur Androïd ? ou y a-t-il un équivalent ?

  16. sif

    Bonjour, pour ma part j’utilise un cahier dont le format se glisse parfaitement dans mon sac à mains et je l’ai divisé en 3 parties (repérables facilement à l’aide d’onglets) : 1ère partie : « travail », c’est celle que j’utilise le plus, 2ème partie « en attente » ou vie privée et vie pro se mêlent, et une 3ème partie : « privé », où je note les idées qui me viennent où que je soit. La partie « travail » me sert tous les jours et plusieurs fois par jour, la partie privé, disons que je procrastine dans ce domaine, la pression au travail est parfois tellement intense que du coup je relâche à la maison et ça se ressent aussi vis à vis de mon cahier, je me laisse plus de liberté dans les choses à penser et à oublier et dans les délais de réalisation,ce que je ne peux faire au boulot. J’ai déjà essayé une liste avec des codes comme vous le présentez mais je ne suis pas à l’aise avec ; les différentes parties sont peut – être une manière symbolique de cloisonner même si au quotidien le cahier est utilisé dans le vie pro et dans la vie privée.

  17. Bonjour stéphane
    Je suis curieuse de savoir également en quoi consiste votre combinaison de mind map et de to-do list.
    Merci d’avance

  18. Bonjour Gaëlle.
    Cela tombe bien, c’est l’article du jour: https://sorganiser.wordpress.com/2013/01/28/faire-ses-listes-avec-des-mind-maps-article-invite/#comment-5006

    N’hésitez pas à dire ce que vous en pensez 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s