Les « Presque » qui font des dégâts

Je pars toujours avec une idée bien nette. Par exemple, je cherche des porte-revues robustes et jolies et je suis prête à faire plusieurs magasins pour les trouver.

porte revue

Je parcours effectivement plusieurs magasins à la recherche de mon Graal du moment.

Et voici le résultat, pratiquement à chaque fois:

  • je ne trouve pas exactement ce que je cherche: ça m’énerve et je suis fatiguée
  • comme je suis fatiguée, assoiffée et affamée, je m’octroie boisson et pâtisserie
  • comme  je n’aime pas me déplacer pour rien, je me rabats sur un « Presque Graal »
  • ma quête m’expose à tout un tas de tentations auxquelles je n’avais pas pensées  avant de les croiser
  • un peu penaude, je rapporte à la maison mon « Presque Graal » + les tentations que j’ai croisées en route, tout en rationalisant à plein tube sur le trajet
  • en gros, ma carte bleue a chauffé inutilement, je garde mon bourrelet autour de la taille et mon « Presque Graal » rejoint les autres « Presque » qui sont déjà chez moi
  • je me sens obligée de l’utiliser mais, rien à faire, ça ne va pas
  • malgré cela, son statut de « Presque » le protège pendant des années de la purge nécessaire.

elephant de dos

C’est dingue!

Il y a les Presque à ma taille, les Presque la bonne couleur, Presque utilisable, Presque comme ce que je voulais, etc.

Des exemples de « Presque » que je regrette:

  • ce pantalon noir « classique qui va avec tout »mais qui me fait des fesses d’éléphant,  parce qu’il n’y avait pas de recul dans la cabine d’essayage
  • les « maniques » orange aperçues sur cette photo parce que les autres en rayon étaient encore plus laides
  • les cache-pots pas du bon diamètre (à quelques mm près, bon sang!)
  • le rouge à lèvres acheté 10 euros, sans essayer, par dépit,  après avoir constaté qu’on ne fait plus la couleur que j’aime ou alors, si, mais à 32 euros le tube.

Comme dirait une de mes filles, « De toute façon, 10 euros pour un truc que tu finis par manger, Maman? Ne vaudrait-il pas mieux acheter des chocolats à ce prix-là?

patisserie

Grommellement maternel mezzo voce: « Mais non, innocente: je viens déjà de m’envoyer une pâtisserie monstrueuse, figure-toi. »

Vous aussi, vos placards sont pleins de « Presque »?

12 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Mon avis, S'organiser à la maison

12 réponses à “Les « Presque » qui font des dégâts

  1. zoe

    Moi,je fonctionne au coup de coeur .A chaque fois que j’ai acheté par fatigue ou sous pression de vendeur (plus jamais!) je l’ai regretté.
    pour info,je regarde d’abord sur le net ou dans des sites comme http://www.tempsl.fr/fr/index.aspx ou le suedois,bien connu( où j’ai trouvé par hasard des portes revues genre vannerie que j’adore),,ou en vpc…

  2. Marie

    Sans parler des tâches presque finies, que l’on abandonne parce que c’est presque terminé alors que parfois, il suffirait de s’y atteler 5 minutes de plus pour être définitivement débarrassée du problème … Mais cela pourrait faire l’objet d’un article à part entière : de la difficulté de terminer !!
    Procrastineuse moi ????

  3. haha, je connais bien le coup du cache-pot juuuste assez petit pour qu’on aperçoive le pot qui dépasse dedans… très énervant!

  4. J’ai passé plus d’un an à trier, élaguer, ranger… et je n’ai pas fini. Dans tout notre bazar, il y avait/a encore beaucoup de « presque » que je subis tous les jours (agression esthétique, nettoyage requis, culpabilité, etc.) et qui représentent une petite fortune. C’est probablement pourquoi ceux qui se trouvent en magasin ne me font pas/plus envie : je dirais même qu’ils m’écoeurent.
    À un moment, je me suis convaincue que je méritais que tout ce qui entre chez nous soit fabuleux. Donc toute nouveauté, du couteau au porte papier de toilette, doit me procurer un plaisir esthétique et être hyperfonctionnel, autrement je m’en passe ou je patente une solution temporaire avec ce qu’on a à la maison jusqu’à ce que je trouve exactement ce que je recherche ou que j’aie les moyens de me payer ce qui me fait vraiment envie.
    Il y a eu des dérapages au début, mais la discipline s’est acquise à la longue et me procure maintenant une grande fierté.

  5. Effectivement, notre impatience nous fait faire des achats mal pensées mais il arrive quelques fois .. et heureusement qu’on trouve tout de suite ..

    Ma fille est du genre a faire le tour des magasins (surtout les hyper grands centre d’achat) pour faire son choix .. meme si elle est sur d’avoir trouver quelque chose qui lui plait au début elle fera le tour

  6. Sujet intéressant… J’ai le problème inverse, ce qui s’apparente à l’insatisfaisant « perfectionnisme » : impossible de me contenter d’un « presque ». Donc… pas de porte revue alors que ce serait nécessaire, 1 an avant d’aménager l’entrée car pas la bonne commode (dimensions, contenance, esthétique, prix), etc… Et la même désagréable impression en rentrant d’un shopping rangements infructueux que celle que vous décrivez pour vos « presque »…

  7. valydelille

    avant j’étais « presque » mais ça c’était avant … non, rien à voir ( sans jeu de mot) avec une marque de lunettes. depuis la rentrée scolaire et après des années de recherches pour éradiquer mon bordélisme chronique, j’ai décidé de faire un grand tri par le vide de mon logement. donc, pièce par pièce, armoire par armoire, je vide, je trie, je range et surtout, je jette/vends/donne ce qui ne me plaît/sert pas. plus de sentimentalisme, plus de prise de tête de savoir si je garde ce moche vase offert par ma soeur , ce torchon souvenir du Portugal offert par une amie lors de son voyage, au pays, ce DVD acheté mais qui est un véritable navet en fin de compte, ce meuble récupéré à droite ou à gauche ( j’étais adepte des encombrants et des post-braderies) ou le 3 ème décapsuleur en stock dans le tiroir de la cuisine. je ne garde que l’essentiel, le beau, le coordonné, l’utile et l’agréable. au début j’avais du mal à me séparer des choses, aujourd’hui c’est avec un véritable plaisir que je me sépare de mon passé, de ces choses qui encombrent ma vie et mes armoires, et ça fait un bien fou !! et de fil en aiguille, mes achats compulsifs ont disparu d’eux même. car avant de céder à la tentation, je m’interroge : en ai-je vraiment l’utilité? où sera-t-il rangé ? que va-t-il remplacer ? bref, mon porte-monnaie, lui, suit le chemin inverse : plus je vide la maison, plus il se remplit. attention je ne jette pas pour jeter, j’ai trouvé pas mal d’associations qui récupèrent les vêtements, les meubles et tous les objets en bon état. il y a aussi la kermesse de l’école qui va hériter de bibelots jolis-pour-les-autres. et quelques sites de vente en ligne et bourses locales pour les choses vraiment de valeur et gagner 3 sous. mais du coup je suis d’une exigence absolue de ce qui aura l’autorisation d’entrer dans mon antre. j’ai un carnet avec les mesures de chaque fenêtres, tables, recoins aménageables de mon appartement, j’ai même un mini maître-ruban comme porte-clef ^^. si je ne trouve pas EXACTEMENT ce que je cherche, c’est bien simple : il reste là ou il est !

  8. Anne**

    Je pense qu’on choisit des « presque » justement quand on ne connait pas exactement ses désirs profonds…..

  9. Merci, Laurence pour ce post si drôle et dune grande justesse en plus…
    Pour éviter les « presque » je ne fais les achats que sur un coup de cœur, en passant car à chaque fois que je pars à la recherche de quelque chose, je reviens bredouille.
    Mais vous êtes presque parfaite, plus, ça serai inhumain 😀

  10. orangette

    Et une étagère dont les dimensions indiquées par le fabricant sur l’emballage étaient « presque » exactes… à 3 cm près ! Voilà qui vous enseigne à toujours vous donner 5 cm de plus que les mesures exactes, plutôt que de vous retrouver agacée chaque fois que vous rentrez dans cette salle de bains avec l’étagère encombrante car pas là où vous comptiez la mettre. Heureusement, j’ai déménagé depuis !
    Merci pour la piqûre de rappel, Laurence, pas du luxe puisque je pars chez Ikea ce matin !

  11. victoria

    Pour moi, les « coups de coeur », c’est la fin des haricots, & c’est surtout « les TOUJOURS qui font des dégâts »! Depuis un moment, avant de faire un « achat » : j’étudie… Il m’arrive d’être contente d’avoir attendu, mais aussi de « louper » mon achat : parce que ce que je veux n’existe plus !
    @Valydelille : Waouh! Chapeau bas & bravo 🙂 j’ai fait beaucoup de progrès depuis que je suis ce blog & les conseils de Laurence. Je suis sûre d’arriver au même résultat que vous, dans peu de temps. Mais pour l’instant : j’y suis « presque ».

  12. Marquisecoco

    J’A-DO-RE ! Mes placards doivent aussi être pleins de « presque »… j’ai aussi le pantalon « presque parfait » mais qui ne tombe pas comme je voulais, les rouges à lèvres « presque de la bonne couleur » mais qui me donnent mauvaise mine, les blush « presque bien » mais qui ne me donnent pas autant bonne mine que je le voudrais, les sacs à main « presque pratique » mais finalement pas pratiques du tout à l’usage et qui s’entassent dans mon armoire, remplacés au fur et à mesure par d’autres « presque »… Ah, pas simple !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s