Budget: nous et … les autres

Peut-être que si nous étions seuls au monde, nous n’aurions aucun mal à tenir notre budget.

Considérons tous ces moments où notre entourage s’attend à ce que nous dépensions de l’argent:

  • Au travail:   fins de période d’essai,  départs, mariages, anniversaires et maintenant, grâce aux américains,  « baby showers »: autant d’occasion de faire la quête, merci Martine de t’en être chargée.
  • Nos enfants: portable dès la fin du CM2,  anniversaires (les leurs et ceux de leurs copains, c’est important d’être populaire!), passage en classe supérieure, Halloween (merci les américains, encore eux), bac,  permis de conduire, entrée dans la vie active, shopping de rentrée, shopping inter générationnel de récréation, Mc Do en famille… ils s’attendent, « parce que tout le monde fait comme ça » à ce que les parents achètent, achètent.
  • Notre famille: si les revenus sont différents entre frères et soeurs, on peut se retrouver à gâter davantage ses neveux et nièces « parce qu’ils y sont habitués » que ses propres enfants.
  • Nos amis: repas au restaurant (mais si on ne boit pas de vin et qu’on ne prend pas de dessert?), collecte pour les cadeaux groupés, vacances légèrement au-dessus de nos moyens, loisirs coûteux, shopping entre copines… mais comment peut-on résister?
  • Nos voisins: nouvelle voiture, jardin impeccable grâce à un jardinier, décorations de Noël tape à l’oeil, écran plat dont on ne voit que le carton le jour des encombrants… on ne serait pas un peu à la traîne, des fois?

Alors, que faire?

  • Paraître « pauvre » peut sembler douloureux.
  • Refuser des achats à ses enfants peut sembler cruel.
  • Ne pas participer aux activités payantes mais amicales peut sembler snob.

C’est pour cela qu’on devrait se contenter d’un joli sourire et d’une explication simple « nous économisons pour …. (remplir les blancs) » ou « nous avons abusé dernièrement, on colle à notre budget pour le moment ».

Tout le monde peut comprendre ça. Et, bizarre, vous ferez même des envieux. Eux aussi, si ça se trouve, ils sont dans le rouge.

Ces histoires de budget, ça vous intéresse?

Commencez ici. Puis, la suite est .
Pourquoi s’organiser ne passe pas forcément par des dépenses pharaoniques.
Pour éviter le côté « pauvrichon » au travail.
Et je ne vous parle pas de vos habitudes d’achat… en fait, si. Ici.

17 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Budget, Comment faire des économies, Comment s'organiser au travail, Les autres et moi, S'organiser à la maison

17 réponses à “Budget: nous et … les autres

  1. mami gigi

    Merci Laurence pour ce sujet j’adhère totalement,si seulement tous les acheteurs de tout et rien ,ceux qui DOIVENT faire les soldes aujourd’hui pouvaient le lire ,ma devise(je ne l’ai pas inventée mais elle me colle parfaitement) »JE SUIS RICHE DES BIENS DONT JE PEUX ME PASSER »Je lis également Dominique Loreau.ca fait du bien de pouvoir échanger avec des personnes qui ont les memes convictions que nous ,merci encore

  2. Adhésion à 100% (non ce n’est pas un rabais pour cause de soldes) et merci pour cet éloge de la simplicité. Laure

  3. Rom

    perso, je suis pas si fan des soldes que ça mais j’irai bien m’acheter deux trois bricoles PARCE QUE J’EN AI BESOIN ! non pas envie … eh oui j’ai appris à différencier le vrai besoin de l’envie … claquer des sous sur des centaines de fringues … « pour changer tous les jours » oui mais euh … ça prend beaucoup de place non ? le placard déborde et faut faire du tri souvent … et même quand on me demande « qu’est ce qui te fait envie ? » mais rien j’ai BESOIN de rien … j’économise pour des projets, je sors avec mes potes quand je veux sans trop en faire… je propose des fois en rigolant « on s’prend une teille de champagne et on ressort plus pendant 6 mois ? » bref j’adhère et je reste dans le besoin… j’ai déjà assez de bordel chez moi alors pourquoi en rajouter plus …

  4. Rom

    J’oubliais … quand il s’agit de faire un cadeau groupé, en général je fais ça qu’au boulot je mets pas grand chose, le max que j’ai mis c’est 5€ parce que d’un : les collègues c’est pas les amis, de deux ils en ont rien à faire de qui a payé et de trois, je mettrai plus pour les meilleurs … ou un cadeau à part !
    et pour les amis, les cadeaux groupés, j’adhère pas, c’est souvent n’importe quoi sauf si idée précise ! je préfère que ça soit plusieurs personnalisés … donc à chacun son goût son inventivité
    Pour les neveux, ils sont seuls pour l’instant, c’est nos chouchous à nous donc on les gâte modérément ! je dis bien MODEREMENT hein … à Noël et à l’annif et un truc en cours d’année c’est tout !

    Merci encore à Laurence pour tous ces précieux conseils !

  5. xxx

    comme tout cela est vrai, et pan dans le mille pour moi.
    J’ai toujours été très ,très généreuse avec mes neveux, à tel point que maintenant c’est une obligation !
    Je suis très triste, car pour la 2é année mon neveu de 18 ans ne me téléphone pas pour la bonne année, et jamais dans le courant de l’année bien sûr.
    J’en ai fait la remarque à ma soeur, qui violemment m’envoie promener et c’est moi l’emmerd….Je suis très triste, et là en écrivant, j’ai envie de
    pleurer.

  6. XXX, ne vous inquiétez pas. Votre neveu pense à vous, c’est sûr. Mais, à 18 ans, on a tellement de choses à faire (jeux, copains, école)! On a l’impression que les « adultes » seront toujours là, qu’on a tout le temps de les appeler… C’est à nous de prendre l’initiative. Et de ne pas rester trop longtemps au téléphone avec eux, surtout! 😉

  7. Merci Mami Gigi d’encourager cette rubrique « budget ». Et si vous avez des astuces, hein, ne vous gênez pas. On prend!

  8. mami gigi

    Une astuce,(peut-etre pas budget mais désencombrement surement):début 2012j’ai décidé de faire des bons pour Dysneyland pour tous mes enfants et petits-enfants à l’occasion de leurs anniversaires et Noel,donc en novembre dernier nous sommes tous partis (16)pour 2 jours:nous n’oublierons jamais leur bonheur et ça ne prend pas de place dans nos placards ,seulement dans nos coeurs

  9. mami gigi

    une autre astuce(ça bouillonne)anti-gaspi:cultiver ses légumes et fruits quand on a du terrain ,ne pas oublier que la pelouse ça ne se mange pas ,on peut en garder un peu quand meme pour le plaisir,gout,sport,écologie économies:c’est du 4 en 1,évidemment il faut prendre du temps sur les écrans

  10. Autrefois on appeler cela, dépenser plus que de raison afin de tenir son rang. Cela n’était pas réservé à la noblesse, mais à tous ceux, du grand seigneur au petit paysan, qui avaient le souci du quand-dira-t-on, seuls les « traînes savates » et quelques hurluberlus s’en fichaient.

    Par chance je suis née, hurluberlue, je me moque de ce que pensent les gens de moi, je suis parfois généreuse, d’autres fois pingre, je me fiche pas mal du paraître, même si j’aime les choses jolies, je tiens mon budget, sans faire de comptes, parfois un temps de vie, m’oblige à des dépenses extravagantes, mariage d’un enfant, études, période de Noël.. Je l’accepte sans baragouiner mais le répercute sur ma vie.

    Ma seule concession permanente à cette pression extérieure fut pour mes enfants. On peut décider des choses pour soi, par pour nos enfants, il faut discuter avec eux budgets,renoncements et choix, leur apprendre petit à petit à faire leurs choix, mais je me rends bien compte que le tempérament ne se corrige pas facilement. Sur mes sept enfants, il y a deux dépenseurs presque compulsifs, ils ont du mal à faire des renoncements, sont accros au shopping, l’un gagne très bien sa vie, l’autre pas encore. L’aîné saurait vivre autrement, le cadet est encore trop jeune et manque de maturité.

    Intégrer que l’être est mieux que le paraître rend libre, acheter lorsqu’on en a vraiment besoin, ne pas craquer pour des marques à la mode, sauf si elles apportent un vrai plus en terme de qualité est possible pour tous, arborer des marques nazes, parfois difficile. Le recul nécessaire demande de la maturité, nombre de fois où j’ai acheté quelque chose sur un coup de folie qui m’a laissé vide aussitôt l’excitation de cette extravagance passée, j’ai appris à déjouer, Internet est pour moi, salvateur, pas de regard des vendeuses dont j’ai pitié, après les avoir dérangées.

    Vivre à la campagne aide, je ne vais jamais faire du lèche vitrine si je n’ai rien à acheter, ni à dépenser, ces virées « shopping pour rien » augmentent mon taux de frustration, un peu comme une cueilleuse qui trouve de super champignons, mais qui doit renoncer à les cueillir.

    @ XXX, un de mes fils ne remerciait jamais, il avait l’impression sinon qu’on l’achetait, cela n’a rien à voir avec l’attachement qu’il éprouvait pour les personnes, votre soeur n’y peut rien, mais vous pouvez, vous lui laisser un message sur Face book ou sur sa messagerie, lui demander des nouvelles, sans faire allusion au cadeau, l’inviter à venir vous voir… Il sera peut être très surpris, mais touché, 18 ans c’est un âge compliqué.

  11. Emmanuelle

    Au rayon des dépenses des enfants, on peut mettre le matériel scolaire égaré… y compris par la maîtresse.

    Quand à la dépense « pour faire comme » ou « pour paraître », je crois que chacun est capable de se raisonner et que si mon break fait tache au milieu des 4×4 rutilants de mon quartier, je suis capable d’assumer mon choix… la question à se poser ne serait-elle pas « est-ce que c’est bien moi, ce produit-là ? »

    Enfin, pour ce qui est de la valeur des cadeaux, elle me pose un vrai problème : si l’on prend la valeur financière du cadeau (ou la quantité de cadeaux) comme proportionnelle à l’amour porté à la personne et à l’attention due par le receveur en retour, alors c’est qu’on n’a peut-être pas la bonne idée de ce qu’est ou devrait être un cadeau… non ?

  12. Aliette

    J’aimerais donner mon point de vue à XXX : des neveux ingrats qui ne font que recevoir, et qui « oublient » la moindre des politesses envers une tante qui les gâtent depuis des années ? Et bien moi je ferais pareil : j « oublierais » le prochain Noël et je me mettrais aux abonnés absents.S’ils se rappliquent vite fait, cela prouvera que leur soi-disant affection est très intéressée, et est-ce une bonne chose ? … D’ailleurs la réaction violente de leur mère montre bien qu’elle se sent elle aussi mal à l’aise avec ça … enfin c’est mon point de vue …. dans les familles ce n’est pas toujours facile.

  13. Katherine

    excellent article qui fait résonner le livre de D.Loreau!! ici, par obligation autant que par réflexion, je fais des achats uniquement lorsque nous en avons un réel besoin; j’ai profité des soldes pour compléter ou remplacer des vêtements (ou chaussures) trop petits ou usés; souvent, pour habiller mes 2 petits, je cherche en foires à tout, d’ailleurs; pas facile de tout budgeter quand on est une procrastinée, toujours dans le rouge et pour quelques années encore, je distingue les réelles nécessités des tentations vaines, enfin j’essaie!! j’évite d’emmener mes enfants en courses ou je leur explique que j’achète uniquement des choses utiles; ma grande (ado) dispose d’un peu d’argent de noël, elle va devoir gérer pour ses achats personnels et faire des choix; j’essaie de ne plus être trop généreuse car cela n’apporte rien, de ne plus donner à tort et à travers, de ne plus me rendre hyper disponible jusqu’à l’épuisement (psychique et aussi financier)…sans pour autant perdre de ma spontanéité ou de ma bonne humeur!
    souvent je rêve de sortir de cet enchevêtrement de problèmes financiers, mais je ne pense pas que je deviendrais pour autant boulimique de la consommation et addict au shopping!!

  14. mami gigi

    En souhaitant une bonne année à un couple de personnes agée,ce matin ,Mme L…me répond: »on ne demande que la santé,si on n’a plus d’argent on n’achète plus »ça c’est la sagesse ,exemple à suivre!!

  15. mami gigi

    quand nos enfants étaient petits nous n’avions pas beaucoup de moyens non plus mais ils n’en gardent pas un mauvais souvenir.Maintenant qu’ils sont parents à leur tour ils sont économes,ils ne font jamais d’emprunts(sauf pour une maison)courage Katherine,je suis sure que vos enfants sont très heureux:c’est le principal

  16. Plus je vieillis et moins je fais de choses par obligation ! Difficile de se détacher du regard des autres c’est certains mais pour reprendre une expression bien US… Don’t give a shit ! Et pour les soldes, chez nous on ne « fait » pas les soldes, on les attend, si possible, pour les achats importants et pour les vêtements des petits pour l’an prochain (un système très économique chez certaines enseignes qui pratiquent vite le -50% à – 70%). Dur de ne pas craquer mais cela devient ensuite une discipline (surtout quand il faut tout caser dans un appartement pas si grand !). Merci Laurence pour cet article qui décomplexe !

  17. xxx

    je relis mon commentaire de 2014, je confirme je suis une banque, mais maintenant je m’en moque !
    je distribue des chèques à tout le monde, c’est mon stylo qui marche et non plus mon cerveau.
    Merci de vos commentaires, et très belle année à toutes
    Ps : je ne suis xxx que pour cet article, je suis assidue et réponds parfois
    sous mon nom.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s