Budget: le vrai prix de votre travail

Si je vous demande combien vous gagnez, vous savez me répondre rapidement. Mais si je vous demande combien vous rapporte votre travail? C’est-à-dire combien d’argent reste vraiment dans votre poche?

Mais Laurence, vous étonnez-vous mezzo voce, c’est la même chose, non?

Eh non. Travailler a un coût. Et on le sous-estime souvent. Je vous montre?

Pour pouvoir travailler, il vous faut:

– un mode de déplacement, carte d’abonnement aux transports, voiture (incluez essence, assurance, révisions)…

– un mode de garde si vos enfants sont petits.
Ajoutez la baby-sitter après l’école si besoin. Ou le centre de loisir le mercredi.

– des vêtements décents et… raisonnablement à la mode et variés.
Je parie que vous ne vous habillez pas en semaine comme le week-end. Et que vous n’aimez guère porter deux jours de suite la même tenue

– un rendez-vous régulier chez le coiffeur. On ne peut pas toujours se contenter d’une ‘tite barrette/chouchou pour être présentable au bureau

– un repas le midi. Même à la cantine, ce n’est pas gratuit. C’est en tout cas plus cher que ce que vous cuisineriez vous-même

– des plats cuisinés/surgelés/à emporter parce que, le soir, vous n’avez ni le temps ni l’énergie de faire à manger

– des distractions reposantes: série TV, jeux vidéos… pour vous remettre de vos longues et pénibles journées de travail

– des vacances, pour la même raison

Imaginons que vous inscriviez vos propres chiffres  en face de chacune de ces dépenses, induites par le fait que vous travaillez. Et imaginons que vous en fassiez l’addition. Puis soustrayez ce montant du salaire indiqué sur vos feuilles de paie.

Eh bien, c’est cela que vous rapporte votre travail.

Certaines ont fait le calcul: c’est négatif. Autrement dit, travailler leur coûte de l’argent.

Et vous, avez-vous fait ce calcul? Qu’est-ce que ça donne? Avez-vous choisi votre activité professionnelle en tenant compte de ces « dépenses cachées »? Qu’avez-vous mis en place pour rendre votre job plus »rentable »?

 

43 Commentaires

Classé dans Budget, Comment faire des économies, Comment s'organiser au travail, Conseil en organisation personnelle, Les autres et moi, Mon avis

43 réponses à “Budget: le vrai prix de votre travail

  1. Nel_Ly7

    bonjour,
    et bien en changeant de région j’ai vite compris! du coup je suis au foyer et l’argent + l’énergie que ça demande, certains jours j’étais moins fatiguée au boulot! lol plus sérieusement ça coûte cher l’indépendance… entre ce problème et celui du chômage (quoi que ici on a du travail: mais que pour les autres! les « très » pauvres, les étrangers, les femmes célibataires… bref) et c’est vraiment dommage d’attirer à ce point la France par le bas!
    J’avoue le travail me manque parfois (enfin la vie sociale) mais je me raccroche en me disant que si ma maison est propre et rangée c’est parce que j’ai le temps désormais de lire les supers articles de Laurence! 😉
    belle journée à tous!!

  2. Natacha

    les commentaires qui arriveront par la suite m’intéressent. Je fais partie de ces personnes qui ont mal à leur travail et je souhaite en changer. Un article tel que celui-ci ne peut que m’interpeller et me pousser à réaliser l’une de mes premières résolution de l’année : changer de travail avant fin 2014

  3. BD

    Bonjour,

    Bravooo d’avoir évoquer ce sujet. J’ai arrrêté de travailler depuis un an car pour moi c’etait un solde négatif.

  4. nathalie

    c’est tout à fait mon cas. je me suis mise en congé parental après avoir fait ce calcul. il me restait à peine 200e en enlevant nounou et essence. (je n’avais bêtement rien compté d’autres…) ces 200e, ils passaient dans les impôts… Congé parental, merci… Mais j’ai quand même hâte de reprendre le travail…

  5. Intéressant, votre calcul, Laurence!
    Après la naissance de Numéro Deux, je m’étais livrée à un exercice d’arithmétique bien plus sommaire que le vôtre: un salaire net (temps partiel 60%) de 1000 euros, une facture de crèche de 650 euros pour les deux enfants… Alors qu’en restant à la maison, la CAF pouvait me verser 450 euros (non imposables!!!) pour un congé parental.
    Nombre de femmes en effet travaillent à perte, mais c’est un choix nécessaire, puisque c’est la seule garantie d’assurance maladie et vieillesse !
    Ce n’est pas un hasard si les personnes en situation précaire sont aujourd’hui majoritairement des femmes…
    Bon Laurence, c’est bien joli de philosopher comme ça, mais je dois vous laisser… mes routines quotidiennes m’attendent 😉 !!!
    Belle journée à vous!

  6. C’est pour cela que j’ai « choisi » un travail de nuit. Bien rémunéré, grâce aux primes de travail de nuit. Je n’ai quasi pas de frais de cantine/garderie, car je suis là en journée (et heureusement, car 5 enfants à « placer », ça coûte vite cher). Jusqu’à présent, j’avais un poste qui m’apportait une énorme satisfaction personnelle. Cela compensait largement la fatigue due à ce rythme particulier.
    Ce n’est plus le cas depuis le début de l’année. A cause d’une mutation soudaine et imprévue, je gagne moitié moins, je suis donc obligée de travailler aussi la journée, plusieurs fois par semaine. Donc financièrement, je travaille presque à perte. Je suis fatiguée moralement et physiquement.
    Que du bonheur :p

  7. Anfofi

    Bonjour Laurence. Alors là tu tombes à pic. J’ai fais ce calcul la semaine dernière et effectivement je suis rendu compte que je travaillais pas pour grand chose. Mais surtout, vu que nous envisageons un deuxième enfant, je me suis demandé si les frais de garde devaient être imputés uniquement à mon salaire ou pour moitié à celui de mon mari. Ben oui pourquoi c’est moi qui devrais arrêter de travailler. J’avoue cela ne me déplairait pas de rester à la maison et de m’occuper des loulous mais Monsieur aussi aimerait bien sauf que dans son cas cela serait très mal vu et aboutirait très probablement à un licenciement (je sais c’est pas très légal, mais bon comme a dis son chef si on veut on trouve toujours une raison de licencier quelqu’un). Du coup je me dis que si on fait garder loulou c’est par ce que moi je travail !!!

    En tous les cas je me suis rendu compte que avec un 80% on ne perdait que 50€ par mois mais on gagne en sérénité, du temps, moins de fatigue alors je me pose la question : à partir que quelle perte de salaire est-il plus intéressant de gagner en sérénité ect. ? Oui je sais c’est pas facile mais on se dis souvent que le temps passé avec les enfants n’a pas de prix mais quand on fait cet exercice on se rend compte que si.

    Désolé j’ai été un peu longue.

  8. Vroum-Vroum

    Et oui ! avec mon mari nous avons fait ce calcul il y a 10 ans…du coup, nous avons décidé ensemble que je resterai à la maison pour m’occuper de toute l’intendance 😀

    10 ans plus tard, je fais une nouvelle formation n’ayant rien à voir avec mon métier d’origine, afin de pouvoir recommencer une activité en indépendant dès que notre enfant sera plus autonome ( ça ne va pas tarder 😀 et le temps passe si vite ! )

    Aucun regret, mais cela doit être un choix de vie et de couple avant tout 🙂

  9. she

    Bonjour Laurence !
    Pour rendre rentable mon travail j’ai pris… un congé parental !
    Tout simplement car faire garder 2 enfants de moins de 3 ans, ça coûte un salaire (même avec les aides qui sont plafonnées). Surtout loin de la famille.
    Je commence à réenvisager la chose car nous allons déménager plus proche de la famille et que le grand est entré à l’école maternel. Reste à voir avec cette histoire de rythmes scolaires modifiés. Les enfants sortent plus tôt de l’école donc, il faut payer plus de garde/périscolaire en fonction de l’organisation de la commune.

  10. odile

    Bonjour Laurence,
    effectivement, peu de personnes se posent cette question.
    Moi qui suis en congés parental, j’ai vite fait le calcul. En effet, mon travail se situe a 1h15 de la maison, j’y allais en voiture donc un plein tous les 15 jours si pas trop de bouchons(je suis en région parisienne= l’horreur). Mon fils allait a la garderie du matin (7h30) ET celle du soir (18h15), plus le centre du mercredi et des vacances. Maintenant que j’ai une petite fille qui va bientôt aller à l’école les frais de garde seront doublés… Sans compter la fatigue pour moi mais aussi pour mes enfants car ils sont réveillés plus tôt qu’actuellement ou je reste à la maison. Même si mon salaire était correct, j’ai décidé de ne pas reprendre mon travail en mars car le « jeu » n’en valait pas la chandelle. Au final, j’avais dans ma poche environ 200 euros de gain en travaillant, mais avec une vie de famille dégradée.
    J’attends que ma fille entre à l’école en septembre pour trouver un travail qui serait plus proche (moins de 1h) de la maison.
    voilà pour ma part.

  11. grande question à laquelle nombre de mamans solo sont confrontées tous les jours. j’ai une seule fille et je ne travaille pas. je suis un cassos comme on dit. mais le cassos n’a pas eu beaucoup de choix de bénéficier du RSA tout en s’occupant de son enfant qui a des problèmes de santé depuis sa tendre enfance. depuis cette fin d’année, j’ai trouvé un petit boulot de cantine pendant les vacances scolaires. ma fille a grandi, elle n’a plus autant besoin de moi en dehors de ses rdv médicaux et peut rester seule quelques heures. et bien c’est tout un calcul d’apothicaire à faire pour ne pas se retrouver encore plus dans la mouise en travaillant. m’étonne pas que les minimas sociaux restent minima sociaux : mon salaire que j’ai gagné en janvier/février, je ne dois surtout pas y toucher car il sera déduit du rsa de avril/mai/juin. mon bénéfice sera de 30 euros pour le trimestre qui partira dans l’essence du prochain contrat je travaille donc pour la gloire tant que je n’aurai pas un temps plein en CDI. et heureusement que je suis prévoyante, beaucoup de rmiste travaillant quelques heures ne prévoient pas la baisse des allocations le trimestre suivant et se retrouvent encore plus pauvre qu’ils ne l’étaient parce qu’il ont eu le malheur de dépenser leur salaire le mois touché. aujourd’hui on ne travaille plus pour gagner plus. c’est tout de même aberrant non ?

  12. Lagalinette

    Bonjour Laurence , pour ma part : travail précaire , peu rémunéré , tout le temps ‘la course’ , et bien … calcul fait , j’ai jeté l’éponge en novembre dernier , et toute la famille est gagnante ! Il faut bien-sûr que cela convienne à la personnalité de chacun , personnellement j’y trouve mon compte , je ne ressens pas le besoin de reconnaissance sociale liée au travail , mais c’est loin d’être le cas de toutes ! Je suis d’accord avec vroum-vroum , c’est aussi une décision de couple , il faut être en phase sur ce sujet-là !

  13. Myriam

    Bonjour,
    Je me permets de vous donner ce lien car j’ai vu passer cette video justement ce matin et cela me semble en résonnance avec l’article et les commentaires.
    http://touch.dailymotion.com/video/x18ok0c_creer-sa-propre-activite-innovante-et-ethique-version-courte_webcam
    Merci et bonne journée

  14. Odile

    Cet article tombe à point pour moi, qui n’ai quasiment jamais travaillé, mais qui étudie la question… Avant j’étais mariée, et maman au foyer de mes 3 enfants en bas âge, mon mari travaillait, moi je m’occupais de la maison et des enfants, un seul salaire(smic), des allocs, mais je me sentais « reconnue ». Depuis 13 ans je suis divorcée, solo, j’ai vécu des allocs(parent isolé, etc) uniquement, pendant plus de 7 ans. Ensuite j’ai hérité de plusieurs proches décédés, donc pas besoin financièrement d’aller travailler, aucun frais de garde pour les enfants puisque j’étais à la maison, idem pour l’essence de trajets boulot-maison, etc. Mes enfants n’ont jamais eu à se réveiller aux aurores ou aller à la garderie; je suis toujours dispo pour aller les chercher s’ils sont malades dans la journée, etc. Mais le fait de n’avoir jamais travaillé et d’avoir de l’argent sans l’avoir gagné à la sueur de mon front m’attire de nombreuses jalousies, remarques, me traitant d’assistée, alors je ne sais pas ce qui est le mieux finalement… Désolée d’avoir été si longue, et peut-être un peu hors sujet, mais pour moi c’est sûr que financièrement parlant, y a pas photo, je gagne plus en restant chez moi…

  15. cp

    bein, (pour BB4) j’aurais franchement bien aimé prendre un congé parental… Mais euh…. ça suffit pas pour tenir notre budget ! J’en ai pleuré, mais pas le choix : y’a que moi qui ai un job : 4 enfts à élever + le reste (loyer…) -> bien fallu y retourner ! Sinon, quels revenus ???
    😥

  16. Merci Laurence pour ce « calcul » très intéressant (pas financièrement bien sûr !). C’est une des raisons pour lesquelles j’ai attendu que mes enfants soient « grands » pour me lancer dans mon nouveau boulot de conseil en agencement & déco.
    En plus de la longue liste que vous énumérez, il faut aussi penser à tout ce qu’on dépense pour la formation et la mise à jour pour rester dans le coup ; pour moi ce sont livres, abonnements à de nombreux magazines déco, entrées (coûteuses) aux salons habitat/mobilier/décoration (+ les billets de train qui vont avec), etc. Sans compter les impôts & cotisations…
    Mais n’oublions pas de considérer aussi le bénéfice humain que nous apporte notre travail. Sachons aussi lister toutes les joies, les satisfactions, les partages qui font du travail un élément essentiel de la construction de notre personnalité et de la relation aux autres. Je crois que quand mes enfants étaient petits, ils avaient besoin de moi à la maison et qu’ils ont maintenant besoin d’une maman épanouie avec laquelle discuter et s’enrichir d’expériences nouvelles.
    Essayons d’être positifs dans la morosité ambiante !
    Bonne semaine ! Laure

  17. Zamou

    Alors pour moi le calcul n’est pas mathématique ou le prix inestimable: il est absolument hors de question que je dépende de qui que ce soit, y compris d’un mari aimant et aimé. Donc, j’ai toujours travaillé et à plein temps. Et pourvu que ça dure. Je me suis régulièrement débrouillée pour poser des jours pour accompagner ma fille à des sorties scolaires, ou pour les vacances. Je pense que ce qu’on a payé en assistante maternelle depuis sa naissance me donne tort mathématiquement, mais tant pis.
    Encore merci pour ce blog qui touche à tous les sujets en fait ! 😉

  18. Tres juste votre article Laurence.
    Entre le cout du travail et le cout des enfants, comment choisir ?

  19. lulu

    moi je travaille 26h/ semaine payé au smic…et je peux vous dire que pr rien au monde, je ne lâcherai ce job parce que ça m’occupe, je fais des choses utiles et rend services à des gens. en étant au chômage je « procrastinais grave » et c est franchement pas constructif. et puis travailler c est être indépendante et avoir le mérite de se payer ses trucs, ses factures et pas être tributaire d’un conjoint.

    pr optimiser mon petit budget voila ce que je fais :
    -je prépare mes repas de midi dans un tupperware et le calcul est vite fait par rapport à l’achat de sandwich
    -j’ai 60 km aller-retour, j’ai pris un véhicule diesel qui consomme 4L au 100 et je déduit tout ces km de mes impôts sur le revenu
    -je vais au soldes pr acheter des pantalons de travail (je fais de l’accueil) ou au magasin d’usine
    un vêtement lavé et bien repassé même si il est classique, fera tjrs « classe » qu’un vieux jogging crade
    -pr les cheveux si on achète des soins, des masques (5€) on peut réduire la fréquence des visites chez le coiffeur

    et n’oublions pas qu’avoir un job permet : d’acquérir de nouvelles compétences, connaissances et savoir-faire et d’avoir accès à des formations

  20. Une de mes filles a fait le calcul, elle avait eu une nounou géniale mais hyper chère pour son aînée, après son second elle a fait ses comptes et suivi une formation de nounou. C’est une nounou « de luxe », elle vit dans un bon quartier a des soucis éducatifs et méthodes qui sont enviables et enviées. Son salaire pour garder un bébé est de plus de 700 euros par mois, la demande est forte, pour le moment elle garde un bébé, l’an prochain elle prendra probablement un péri-scolaire.

    Son travail est un travail de valeur, reconnu, la maman du bébé qu’elle garde achète un appartement près du sien, qui dépend de l’école (publique) des siens.

    Il est évident que toutes les nounous ne sont pas si chères, il est surtout impératif de ne pas se lancer dans l’aventure si on a pas une réelle vocation pour ce type de travail, patience, amour, pédagogie….. Mais si votre nounou est hyper chère et que vous adorez éduquer les petits, il faut y songer.

    J’avais été « choquée » de son choix, un peu déçue de voir ma fille si intelligente, si active et imaginative faire ce choix, mais de fait, qu’ai je fait sinon de faire le même? Alice m’a dit, je fais le même truc que toi, mais moi, je ne le fais pas bénévolement. Elle a raison, je ne ferais plus le même choix de bénévolat, actuellement, pour garantir une retraite, un accident.

  21. mami gigi

    Odile:bien faire et laisser dire,laissez les jaloux parler,ça les occupe!!

  22. Anonyme

    Sur l’immédiat, soit le calcul tient peut-être la route. ..
    Mais quid de la retraite? De l’indépendance? Voire même de la reconnaissance professionnelle?

  23. Anonyme, ne nous méprenons pas. Cet article vous incite à regarder de plus près ce qui pourrait rendre votre travail plus « rentable »: plus près? mieux payé? depuis la maison? co-voiturage? meilleure organisation des repas?
    Il ne s’agit pas d’un article pour ou contre le travail des femmes. Je suis féministe, et pour moi, cela veut dire, entre autres, « indépendance ». Vous voyez que je ne suis pas loin de votre opinion…

  24. La reconnaissance professionnelle, c’est là où le bât blesse le plus. Je n’ai jamais été salariée, donc n’ai jamais travaillé?
    Lorsque Alice a choisi de devenir assistante maternelle, elle l’a fait en connaissance de cause, mais socialement c’est peu considéré, pourtant rien n’est plus précieux que les enfants. Les parents qui lui ont confié leur bébé, ont confié ce qu’ils ont de plus précieux au monde.
    Une femme qui ne travaille pas à l’extérieur est déconsidérée, plus qu’un homme, étrangement qui fait le même choix. Et cela qu’ils exercent ou pas une activité rémunérée. Notre regard est biaisé, il faut le changer

  25. mami gigi

    C’est vrai que quand on travaille à la maison nous ne sommes pas considérées,j’entends souvent dire : »comme tu ne travailles pas tu as le temps de… »pourtant j’accueille 2 adultes handicapés 24h/24 et 7jours sur 7 et 3 adultes le week-end et les vacances,il faut de l’organisation pour trouver du temps pour soi ,pourtant ces memes personnes me disent qu’elles ne voudraient pas faire mon travail

  26. Pistouche

    A un moment où mon travail me pesait et me stressait beaucoup (ça va mieux maintenant que j’ai plus d’expérience), j’avais fait le « calcul » suivant: je gagnais bien ma vie, j’avais de quoi m’offrir toutes sortes de petits plaisirs mais au fond, plutôt qu’un bon resto par semaine, j’aurais donné n’importe quoi pour avoir un peu plus de temps libre, un peu de temps pour moi, un rythme un peu plus cool, de la sérénité! Morale de l’histoire: après la naissance de ma fille, je n’ai pas hésité, j’ai demandé un temps partiel, ça m’a fait beaucoup de bien de prendre un peu mes distances et maintenant je retravaille à temps complet beaucoup plus sereinement qu’avant.

  27. cat

    Merci pour ces questions pertinentes qui pointent du doigt que nous marchons parfois sur la tête… Perso je suis en congé parental. Il n’aurait pas du tout été « rentable » pour moi de travailler aussi loin de mon domicile, et de faire garder mes enfants. Je perds certes un peu d’argent quand même mais pour une qualité de vie bien meilleure!!! Ce congé me permet de plus de prendre le temps de réfléchir à ma reprise. J’envisage de grands changements et je me poserai ces questions à chaque opportunité!! merci

  28. et bien j’ai fait mon calcul aussi à ma façon. Je gagne 1200€/ mois. Une misère, certes…..MAIS: je travaille à moins de 4km de chez moi (trajet possible à vélo > sport + économies), mes journées de travail ne font que 5 ou 7h, j’ai 2 après midi de libre par semaine; je suis réceptionniste, donc il y a des moments où je peux emmener du travail perso à faire, de la lecture, mon pc portable; comme je fais la journée continue, les repas que je prends au boulot sont pris sur mon temps de travail et j’ai de quoi cuisiner un peu ou me faire réchauffer un truc. Je peux même de temps en temps emmener une lessive à faire aux frais du boss ;-).
    Bref, j’ai comparé avec une voisine qui travaille à Lyon (30km, 1h de trajet aller, train + voiture) et qui gagne le double de moi: mon travail est plus rentable!! Et j’ai 2 fois plus de temps libre: inestimable, pour moi.
    Mon job est ennuyeux et mal payé, j’aimerais bien changer, mais franchement, je ne trouve pas autant d’avantages ailleurs

  29. lili

    Comme Natacha, mon objectif est de changer de travail en 2014. Maman solo de deux presque ados qui entrent au collège l’an prochain et ne sont donc pas autonomes, j’ai repris une activité en juillet dernier pour ne pas rester au chomage ( et le boulot m’intéressait vraiment). Sauf que…j’ai mal fait mes calculs. Un salaire ras les pâquerettes, des frais de trajet ( gasoil + péage) je ne compte pas le temps perdu dans les bouchons matin ET soir ( et pourtant, j’habite une commune dans le sud de la France, près d’Avignon, de quoi je me plains d’une demi heure de gros traffic matin et soir)…je me retrouve ajd en grande difficulté financière, car je bosse…à perte.
    Inutile de vous dire que le prochain calcul sera à mon avantage. Mais bon, au vu de la crise, c’est pas pour tout de suite le changement de job. Ou alors, un coup de chance terrible. Je vais lire les messages avec intérêt.

  30. Pascale C.

    Je suis d’accord avec Muriel, si l’on s’en tient strictement au calcul financier, il faut compter en gain différé la retraite pour laquelle on cotise en travaillant. C’est très important (voir le nombre de femmes qui se retrouvent avec des retraites incomplètes). Avant de prendre une décision je suggère donc d’aller faire une simulation sur les sites des caisses de retraite.

  31. lulu

    Je pense que le bon compromis par les gens qui ont des enfants est le temps partiel qui permet une bonne qualité de vie familiale.
    Également pour toutes les mères au foyer qui font du bénévolat dans une association vous pouvez faire reconnaitre vos compétences par le biais d une VAE

  32. Rosalie

    Je suis tombée cette semaine sur cet article de Madame Figaro :
    http://madame.lefigaro.fr/societe/combien-vaut-travail-dune-mere-foyer-230114-684996
    Cela me rappelle un bouquin de Christiane Collange dans les années 70-80 (« Madame et le management » si mes souvenirs sont bons) qui comparait la tenue d’une maison à la gestion d’une entreprise, ce qui finalement se révèle assez exact.

  33. Nel_Ly7

    mesdames, bonne nouvelle: une étude a reconnu notre utilité de femme au foyer! Au foyer certes, mais bosseuses contrairement aux mauvaises langues: nous valons environ 7000 euro par mois.
    Alors oui, c’est fictif mais moi quand on me sort « t’as bien de la chance de ne rien faire et de rester chez toi » bah je leur sort mon « salaire » soit ma « valeur » et paf ils sont mouchés! Qui aurait les moyens de m’avoir chez lui?! pas grand monde! 🙂

  34. Pascale C.

    Quand on calcule le « salaire » d’une personne au foyer, attention de ne pas compter tout le temps passé en tâches domestiques, car un « vrai salarié » doit lui-même passer un certain temps en taches domestiques.
    Le « salaire » d’une personne au foyer doit donc être calculé à partir du temps supplémentaire qu’elle passe en tâches domestiques. Comme par exemple s’occuper des enfants en journée, faire systématiquement toutes les courses de la maisonnée, …

  35. Pour ma part, je prends le transport en commun et l’été je me rends au travail en vélo. Je tente également de faire du télétravail, je peux ainsi manger un restant à la maison et cela me donne plus de temps pour cuisiner.

  36. C’est le calcul que nous avons fait avec notre mari. Nos deux salaires avaient un écart très important. Au lieu de tout donner à une nounou pour aller faire un job qu’en plus à l’époque je n’aimais plus… Je garde les enfants et je m’occupe du foyer. Reste la question évoquée plus haut de l’indépendance, de cette image un brin rétrograde de la famille (bien qu’agréable pour tous au quotidien), de la retraite, de la reconnaissance sociale etc. Mais pour le coût, la question est réglée !

  37. Pascale C.

    #la pintade aixoise,
    La retraite doit faire partie du calcul du coût. C’est un coût à long terme, que l’on voit plus tard, mais qui est bien un coût.

  38. Clo

    Vaste question! Après un an de congé parental à la naissance de mon 3ème j’ai repris le chemin du travail assez ambivalente… une fois déduis cantine garderie et nounou je gagne quand même un peu plus que s j’étais restée en congé parental on a par contre perdu un peu en qualité de vie…
    C’est pas simple comme question!

  39. Clo

    Ah j’oubliais! j’ai choisi de reprendre à 80% pour être avec mes enfants le mercredi. Nous cuisinons le dimanche pour la semaine et ainsi nous emmenons tous les 2 à manger de la maison (meilleur et plus économique) par contre nos travails sont trop loin pour y aller à vélo (18 km aller) et même s’ils sont à coté l’un de l’autre, les différentes questions de gestion d’horaires fait que nous ne pouvons pas covoiturer ce qui est quand même bien bête…

  40. Ma reconversion d’assistante maternelle me satisfait.
    Elle me permet d’exercer une activité que j’aime, d’avoir la valorisation sociale qu’offre un travail, d’être disponible pour mes deux enfants (11 mois et 26 mois) (le vrai job c’est le job de maman, mais là n’est pas la question apparemment dans la société actuelle) et nous offre une qualité de vie incomparable, puisque mon conjoint travaille dans la restauration, avec des horaires décalés. Si je travaillais à l’extérieur on ne se verrait pas, il verrait les enfants uniquement le week end, et avec les frais de garde de 2 enfants en ville, c’est sur le calcul est vite fait.

  41. Anonyme

    Après la naissance du 2ème enfant, j’ai pris un congé parentale à temps partiel. La Caf me versait presque 500 euros et je travaillais à 50% soit 2 jours et demi .Je tirais mon lait sur mon lieu de travail jusqu’au 1 an de ma fille . Comme cela pas besoin d’en acheter et de sevrer bébé.Je payais une nounou à domicile – en partie en tiket cesu préfinancé par ma boîte- qui partait quand mon mari rentrait (à 15 h 00 ) pour mes 2 jours hebdomadaires de travail et pour l’après – midi ou je travaillais mon mari arrivait à 14 h 00 pour garder ma petite. Les jours ou j’étais à la maison, pas de cantine pour le grand, je cuisinais des repas à l’avance dont ceux pour ma gamelle du midi.
    Mon 2ème enfant a eu ses 3 ans en décembre c’est la fin de l’aide de la CAF. Je travaille à 60% . Soit 3 jours par semaine.J’apporte toujours mon repas au boulot. Je profite de ma pause pour régler des problèmes administratifs et faire des courses car il y a tout à proximité de mon travail. Ainsi je ne ressort en général peu ou pas ma voiture les autres jours . Pour être bien coiffer je coupe moi même mes cheveux et ceux des enfants avec un kit spécial trouvé sur internet. Mon mari est cuisinier donc à tour de rôle nous cuisinons et achetons peu ou pas de repas tout fait. Nous faisons notre pain et nos yaourts maison. Après le budget vêtements/chaussures je n’ai pas trouvé de solutions miracles si ce n’est … LES SOLDES.

  42. Je découvre votre blog et je vais y revenir souvent je pense ! Tant de thèmes en communs, et une manière d’aborder ceux-ci qui me parle énormément… Cet article qui résonne par exemple, au moment où avoir fait ce genre de calculs m’a permis de négocier froidement et âprement mon passage à 50% AVEC augmentation de salaire, cr je savais que sinon bosser n’était pas assez rentable.
    Chouette, de quoi me nourrir, de quoi avancer encore un peu sur mon chemin !

  43. YopiYopa

    Peut-etre ne faudrait il pas oublier les droits à la retraite ?! Car en ne travaillant pas… on ne cotise pas…. Et des supers mamans (ou papas) au foyer qui se retrouvent, pour une raison ou une autre, seul(e)s au moment de l’age de la retraite, n’ont alors plus rien ou presque pour (sur)vivre…. il faut donc en tenir compte dans « les comptes »…
    Autre point: acceder a la propriété sans travail (a moins bien sur de s appuyer sur un mari ou une femme gagnant bien sa vie….) c’est très compliqué… il faut donc louer…. et louer, au bout de 40 ans, on a … rien ! Et le probleme de la non-retraite est encore plus préoccupant !
    Je pense enfin que les vacances (pour se détendre du travail comme vous dites) sont aussi les bienvenues pour les gens qui ne travaillent pas ! Changer d’air et d’environnement font du bien à tous ! Pour preuve, une des catégories qui part le plus en vacances est … celle des retraités (ceux qui ont une retraite suffisante) : les vacances sont donc nécessaires, meme pour ceux qui par définition ne travaillent pas 🙂 🙂 … Et je pense qu’elles sont nécessaires aux enfants, ca leur fait du bien de découvrir de nouveaux horizons 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s