Question des lecteurs: oser se débarrasser d’un objet (de valeur)?

vaisselleIsabelle me dit  » Je consulte votre blog depuis plusieurs mois déjà. Je suis quelqu’un de très organisée et j’aime que chaque chose soit à sa place. Depuis plusieurs mois également, je me penche vers le minimalisme et j’aurais deux questions à vous soumettre. J’ai reçu en cadeau lors de mon mariage un service à vaisselle que je n’utilise quasiment plus (étant divorcée dorénavant) et ne recevant pas 25 personnes dans mon appartement, je n’en ai plus vraiment l’utilité… Sauf que m’en séparer reste un peu difficile … Est-ce parce que j’en connais la valeur financière ? Le vendre ne me rapporterait pas grand chose, c’est ce que je me dis et donc je garde… »

Est-ce une bonne décision de conserver un objet (ou un groupe d’objets) dont on ne se sert pas, au motif qu’il a coûté cher et qu’on ne récupérerait pas sa valeur en le vendant?
J’ai tendance à considérer que cette conservation inutile est, en quelque sorte, du gâchis:

  • gâchis d’espace
    Qui a envie de confondre « home sweet home » et entrepôt de stockage?* Pourquoi payer des m2 utilisés uniquement par des objets?
  • gâchis sentimental
    A chaque fois que je le vois, je me fais du souci au sujet du passé, de l’avenir, du débouché potentiel de l’objet…  je n’arrive pas à me décider et cela m’exaspère;
  • gâchis « solidaire »
    Cette vaisselle, qui ne me fait même plus plaisir, rendrait certainement heureuse une autre femme ayant moins de moyens financiers que moi;
  •  gâchis financier
    Même si vous ne récupérez pas sa valeur (ce qui est valable pour tous les objets que l’on acquiert, de toute façon), le montant que cette vaisselle représente n’est pas sur votre compte en banque, là où il serait sûrement utile;
  • gâchis financier + entretien d’illusion
    Plus vous gardez quelque chose, plus ceci perd de la valeur parce que, en vaisselle comme dans d’autres domaines, il y a des modes et que la mode met environ 30 ans à « revenir ». Voulez-vous stocker votre service pendant si longtemps?

*mais il est vrai qu’en province, cette préoccupation d’optimisation de l’espace est peut-être moins présente qu’en région parisienne, coûts d’habitation obligent.

24 Commentaires

Classé dans Arrêter de procrastiner, Coach en organisation, Comment faire des économies, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Mon avis, S'organiser à la maison

24 réponses à “Question des lecteurs: oser se débarrasser d’un objet (de valeur)?

  1. passante

    Très bonne question d’Isabelle qui me concerne aussi, même si j’ai fait un tri lors de ma séparation en donnant à mes filles qui venaient de s’installer. Mais j’ai encore beaucoup de cadeaux stockés dont je ne me sers plus, qui prennent de la place. J’apprécie votre analyse Laurence, et si je ne vais pas jeter car c’est intact et a un certain coût, je vais essayer de vendre, soit directement soit par une « trocante ». Je suis d’autant plus motivée que c’est la retraite dans quelques mois, et que j’envisage de prendre un logement plus petit.. une sorte de pression coup de pied qui va me faire bouger ! Merci Laurence pour vos conseils judicieux qui m’aident à aller mieux, je progresse doucement mais sûrement. (Le 33 est encore en suspens…)
    Cordialement,

  2. 123 Soleil

    Bonjour,
    J’ai osé lâché le service en porcelaine blanche hérité de ma mère après avoir posé le constats que depuis 2 années (si pas 3) que je l’avais, je ne l’avais utilisé qu’une fois ou deux (et pas pour recevoir 12 convives…).
    Je l’ai cédé à une braderie à un jeune couple, tout heureux ;
    12 assiettes GM + 12 assiettes MM (moyen modèle) + 12 assiettes creuses + 12 assiettes dessert + 4 plats (rond plat, rond creux, idem format ovale) + la saucière (ouf !) ; Imaginez la place que j’ai libérée dans mon buffet !!!

    J’hésitais à lâcher ce service parce que … ma mère l’appréciait beaucoup ; il est très sobre et original (assiettes octogonales avec un liseré blanc en relief). Mais… moi j’aime les assiettes carrées (même en faïence qui a tendance à s’ébrécher…) Ça m’a libérée de la place à l’extérieur mais aussi à l’intérieur (cf. tout ce qu’a décrit Laurence ci-dessus).

    Mais si en plus, le service est relié à un mariage suivi d’un divorce : sans hésitation : DE-HORS !!! Une nouvelle vie implique une nouvelle énergie et les objets sont… chargés !! (de même les murs d’un lieu : déménager après un divorce est vivement recommandé… changer de voiture aussi…)
    Du NEUF pour vous ouvrir à votre futur !!!
    Et accueillir une nouvelle énergie.

    Une de mes amies en a fait l’expérience avec sa superbe lampe-cadeau de mariage qui trônait dans le salon…. 10 ans après son divorce : et hop je te la dépose au tri sélectif de l’immeuble ; et hop je ressens une vraie libération ! (30 mn + tard cette lampe imposante avait trouvé preneur…)
    Elle a racheté une lampe plus sobre et d’un prix raisonnable (30 €) qui lui convient parfaitement.

    LIBÉREZ-VOUS DE VOTRE PASSÉ. Quand vous l’aurez fait, mettez-vous à l’écoute de votre ressenti. Vous vous demandez alors « POURQUOI ne l’ai-je pas fait plus tôt ? »…

  3. Anonyme

    Je viens de virer ma vaisselle de tous les jours que je ne pouvais plus voir en peinture. A la place, au lieu d’en acheter d’autres, j’utilise mon service reçu lors de mon mariage, service qui végétait dans la salle à manger. J’ai fait des économies, utilise une vaisselle plus belle qu’avant (qui me plaît toujours) et ai plus de place dans ma salle. Ca en fait un peu beaucoup dans la cuisine à présent, mais chez nous, on est un peu maladroits…Le surplus se résorbera naturellement…
    J’ai décidé que ma belle vaisselle (que je sais chère en euros) n’a de valeur que si je l’utilise et j’ai aussi décidé de ne pas attendre qu’elle ne me plaise plus. Ca a pris un peu de temps (Aaaaah, je vais l’abîmer !!!!), mais je suis contente d’avoir passé ce cap.

  4. Anonyme

    Oh la la ! Mais que vais-je faire des couverts en argents de belle maman et la vaisselle que ma mère m’a donné pour que je n’oublie pas ma grand-mère ? Notez au passage que je n’avais rien demandé et que ma mère a conservé des vêtements….

  5. mon bel oranger, apprentie minimaliste à la maison engorgée

    Merci à Isabelle pour cette question intéressante, et pour votre réponse où vous soulevez des points qui me semblent (comme toujours) très pertinents, Laurence.
    Il me semble que dans la démarche du minimalisme, on vise à un objectif immatériel : se sentir mieux dans une maison où chaque objet a sa raison d’être (pratique, esthétique, sentimentale…) et sa place. Partir de ce choix personnel, intérieur en quelque sorte, me semble un point de départ. Et aussi de décider de vivre dans le présent, non dans le passé ou l’avenir : si cet objet n’a aucune chance de me servir cette année, à quoi bon ?
    Isabelle peut aussi couper la poire en deux si elle aime toujours ce service (en garder une petite partie) ; ou tout vendre et racheter quelques assiettes qu’elle aime vraiment ?

  6. Bonjour Laurence,
    étant presque parisienne, je me sers souvent de l’argument n°1 : vu le prix au m2, et vu la surface utilisée par tel ou tel objet… assez efficace !
    Par ailleurs, je cherchais si dans un article vous nous donnez quelques idées pour aménager des placards « trop profonds » (60 cm, idéal pour de la penderie, beaucoup moins pour le reste, comme pharmacie, chaussures, papiers, etc…) ? Je ne trouve pas…
    Et je me suis offert votre livre « j’aide mon enfant à s’organiser » car ma fille ressemble à son papa comme deux gouttes d’eau, c’est un écureuil incroyable (vous ne pouvez pas imaginer le nombre de noisettes et les endroits où elle stocke tout cela, cela défie toute concurrence)… Je potasse, je potasse…

  7. Anonyme

    Bonsoir à tou(te)s,
    Parlant de vaisselle, avez-vous connaissance de l’opération suivante :
    http://www.videzvosplacards.fr ?

  8. pétronille

    Bonjour,
    Je donne facilement à Emmaüs : plutôt une nouvelle vie chez quelqu’un qui en a envie/ besoin, qu’à encombrer ici.
    Pour ce que j’ai du mal à lâcher, généralement, c’est lié à une impression que je gaspille. Comme si garder ce qui ne sert pas ou ne plait pas gaspira moins (cadeau moche d’un proche, vêtement joli mais finalement pas mon style, etc). !!! Dans ces cas là, me demander si une fois donné ou vendu, j’y repenserai jamais me donne souvent l’impulsion manquante.

  9. Honorine

    Comme Mon Bel Oranger, je pencherais pour la solution intermédiaire : garder de quoi recevoir 6 personnes (6 de chaque série d’assiettes et 1 ou 2 plats) et vendre un ensemble pour 19 (ou 8 / 17 ou …). Cela peut sembler être un sacrilège, mais il me semble que les acheteurs eux-mêmes préféreront ne pas s’encombrer d’un service pour 25 personnes. Ou bien garder le service à café, ou à dessert ? Et s’en servir !!! Tous les jours, ou les dimanches ou pour recevoir …

  10. Valérie

    Une de mes amies a acheté sa ménagère sur internet il y a quelques années : en argent, payée une misère et utilisée chaque jour. Idem pour sa vaisselle d’ailleurs : 100% récup’, superbe et utilisée chaque jour.

  11. Je ne suis sentimentale que si j’aime, mais me méfie aussi des effets de mode, je garde ce que j’aime et surtout si c’est de qualité, même démodé. Les couverts en argent passent au lave vaisselle, mais ont le défaut d’être très lourds, ils ne prennent guère de place, la vaisselle c’est tout autre chose.
    La vaisselle ancienne ne passe pas au lave vaisselle, elle perd ses liserés en or et ses couleurs, je ne garde que des services à dessert, je les sors lorsque nous sommes nombreux, et les lave à la main, laver des assiettes à gateaux n’est pas répugnant et le lave vaisselle est alors plein de toute façon.
    Je ne garde rien de ce que je déteste, mais m’arrange d’abord pour ne pas en hériter. Les pièces de « forme » prennent une place folle, on peut se débarrasser des soupières et garder les assiettes.
    Chercher à vendre pour avoir un peu d’argent risque vite de devenir un regret si vous vendez mal et aimiez les objets, en revanche si vous n’aimez pas et vendez bien…

  12. anne-laure

    Moi, c’est la vaisselle de l’arrière-grand-mère dont j’ai hérité (et j’avais rien demandé!). Je vais suivre la bonne idée de ne garder que le service à dessert et m’en servir souvent.
    Merci pour ce super blog!

  13. Orlith

    Bonsoir,
    Comme souvent votre article tombe à point nommé pour moi aussi. Il y a 18 ans de ça, j’ai demandé comme cadeau d’anniversaire de la vaisselle. J’avais 18 ans et c’était ma façon de faire passer le message à mes parents que je voulais quitter le nid. Mon symbole d’émancipation m’a suivi depuis ces 18 ans donc, et malgré plus d’une dizaine de déménagements seules une tasse et une assiette ont été cassées. Ma mère, en bon écureuil qu’elle est, avait insisté à l’époque pour que je prenne la totale (vous êtes bien assis ?) : 12 assiettes plates, 12 assiettes à soupe, 12 assiettes à dessert, 12 ramequins, 12 tasses à café avec leur soucoupe, un plat assorti, un saladier idem, la théière, le pot à sucre et le pot à lait, et les couverts de la bonne couleur. Oui, un très beau cadeau que cette dînette pour adulte, et j’étais très fière de le recevoir 🙂

    Sauf que. Etait-ce adapté d’offrir une si grande quantité de vaisselle à une étudiante ? Hmmm avec le recul, j’aurais tendance à dire que non. Mais celle qui m’a élevée m’a pourvue plus que largement quand je suis partie (17 poêles et casseroles pour mon studio d’étudiante, qui dit mieux ? :-p) et je n’ai pas eu l’idée de remettre ça en cause.

    Mes goûts ont bien entendu changé depuis que j’ai choisi cette vaisselle, mais le cadeau était tellement chargé d’affects, tellement « considérable » tant au niveau du coût à l’époque que du plaisir qu’il avait procuré à la mère aussi, que je n’ai jamais osé m’en séparer. Et pourtant, il me sort par les yeux actuellement, et avec un mari militaire, je suis destinée à déménager tous les 3 ans donc me balader avec cette tonne de vaisselle n’est plus envisageable.

    Ce soir, j’ai donc pris mon courage à deux mains, je suis allée acheter de la nouvelle vaisselle pour tous les jours. J’ai pris 6 assiettes plates, 6 à dessert et 6 bols qui serviront pour la soupe aussi. Nous sommes 2 adultes et 2 enfants, je me pose la question de savoir si 6 suffit ou si je complète avec 2 autres grandes assiettes (deux très petites filles, je crains la casse : des suggestions ?). Mais tout le reste va partir dans une association, ça y est, c’est déjà empaqueté. J’espère que ça fera le bonheur de quelqu’un d’autre…

    Bref, le minimalisme me tente, mais je dois me battre contre les habitudes d’une longue lignée d’Ecureuilles dans ma famille. Ma l’une de mes soeurs a réussi, alors je ne perds pas espoir 😉

  14. Orlith

    Mais puisque j’y suis, j’ai une question dans le même genre… Comment faire quand on nous offre qqch qu’on trouve hideux mais qui tient particulièrement à cœur à la personne qui a offert, car elle l’a fabriqué de ses propres mains et demande à le voir quand elle vient ? Je tairai le nom de la personne, mais c’est un problème car ma belle-mère (OUPS ! ça m’a échappé :-p) prend mal le fait qu’on n’utilise pas ledit truc…

  15. Sharra

    Orlith, nous sommes 5 à la maison. Il y a une dizaine d’années, j’avais un service de tous les jours comprenant 12 assiettes plates, et autant d’assiettes à dessert et de tasses à café accompagnées de leurs soucoupes.
    Puis nous avons eu une machine à café un peu plus sophistiquée, et avons utilisé des tasses à expresso. J’ai donné mes tasses à café.
    Les assiettes plates se cassant fréquemment avec des enfants en bas âge, j’ai fini par jeter les 4 ou 5 qui restaient (toutes ébréchées) pour acheter 18 assiettes plates blanches pour éviter les problèmes d’assortiment. Il m’en reste aujourd’hui 6 !!! c’est vraiment juste, on utilise les assiettes à dessert le soir si je n’ai pas fait tourner le lave-vaisselle, et du coup mes assiettes à dessert se réduisent aussi à peau de chagrin 😉 Et oui, ça fait des années que les enfants sont en charge de mettre la table. Je déménage bientôt, les assiettes ne viendront pas avec moi. Mais je pense quand même acheter une grande quantité d’assiettes, histoire d’avoir de la marge.

    Pour le cadeau hideux, si on savait ce que c’était, ce serait plus facile de trouver des pistes :
    – un torchon : des tâches indélébiles.
    – un panier en osier : faire moisir des fruits dedans.
    – un vase en poterie : la casse malencontreuse, surtout avec des enfants autour
    – un tableau… euh, là, je sèche 😉 mais d’un autre côté, ça ne s’utilise pas, donc ça ne doit pas être ça !

  16. Rosalie

    @ Anonyme.
    J’ai découvert hier dans un magazine l’opération « videz vos placards » et j’ai la chance d’avoir un magasin participant dans ma ville. J’ai depuis 10 ans au sous-sol une quantité de vaisselle courante venant de mes parents et beaux-parents. Cela fait plusieurs années que je pense à m’en séparer, voilà l’occasion rêvée, et comme il y a une date butoir je m’y colle de ce pas. Le lave-vaisselle est en train de tourner, encore une ou deux charges et je pourrai aller déposer tout cela.

  17. @ Orlith : pour les enfants (2 petits), chez nous c’est vaisselle en plastique du Suédois, vraiment moins cher que moins cher (6 assiettes+ couverts et verres, le tout s’empile, passe au lave vaisselle, au frigo, au micro-ondes…). Et pour les « adultes + grands » (soit 2+1), nous avons 12 assiettes + 12 petites assiettes, je trouve que c’est trop (j’aurais préférés 6 d’un modèle et 6 d’un autre pour le plaisir de changer, mais avec les enfants, mieux vaut ne pas avoir le choix sinon ce ne sont jamais les bonnes ils voudraient les autres).
    Pour le cadeau : effectivement si on savait ce que c’est, on pourrait plus facilement trouver comment supprimer la chose (un tricot : oups, mauvais cycle de lavage, la laine à feutrer…) Une perte lors du prochain déménagement ? Etant moi-même coupable d’offrir du fait-main, j’insiste cependant toujours beaucoup pour être sûre que le cadeau plaît vraiment (beaucoup de boulot, donc je préfère que les gens aiment en vrai et pas seulement pour me faire plaisir) : si ta belle-mère n’est pas comme cela, prendre ton courage à demain pour dire, dès la disparition de l’objet, que tu n’en souhaites pas d’autre… Dur, dur…

  18. Grrrrr quelle faute d’orthographe ! La laine « a feutré » bien sûr !

  19. Anne**

    Je réponds à Orlith, à propos de cadeaux « hideux ». Chacun de nous en ayant déjà reçu, il faut en déduire que nous en avons forcément nous mêmes envoyé ! Le cadeau n’est hideux que pour celui qui le reçoit. C’était un mauvais choix, puisque cela n’a pas été apprécié.
    Lorsqu’on fait un cadeau, il faut éviter de penser que ce qui nous ferait plaisir est forcément désiré par autrui …. acheter un objet qui ne nous plaît pas trop est difficile, même si on sait que ça plaira à celui à qui il est destiné.
    Faire plaisir est un art …. délicat et difficile, qui demande beaucoup d’attention à l’autre.

  20. Une idée pour recycler la vaisselle qui ne plait plus: la casser en morceaux pour faire ou faire faire une mosaïque.

  21. Orlith

    Merci d’avoir été si nombreux à répondre 🙂
    En fait, d’habitude j’aime tout ce qu’elle fait, elle est douée même. Mais là, ce nounours, puisque c’est ça dont on parle, je le trouve… heuu non, j’y arrive pas, il me fiche la trouille même (!?). C’est un cadeau de naissance et je sais le soin qu’elle y a mis, je ne veux pas lui faire de peine. Je suppose que je vais continuer à le mettre hors de vue et le sortir au moment adéquat.

    En ce qui concerne le « fait main » qui peut déplaire, comme j’en fais aussi, j’ai toujours eu conscience de ce fait. C’est délicat comme situation. Mais j’ai l’avantage que mes créations soient peu durables dans le temps, j’ai moins de scrupules à me dire que ça sera jeté un jour 🙂

  22. Un nounours donc… On a eu ici un lapin d’un mètre tout brodé, une horreur. Je le sortais qd il fallait, et puis assez rapidement (après tout c’est un cadeau de NAISSANCE, et vient un jour où petit bébé n’est plus si petit…) à la cave. Tout au fond. Et l’argument pour vous débarrasser de celui ci illico presto : il fait peur à son destinataire qui en fait des cauchemars qui vous empêchent tous de dormir… Oui oui c’est mal de faire porter le chapeau aux enfants mais bon… pour une fois….

  23. Mon bel oranger

    Euh, un doudou, ça se perd, hélas… ; )
    Quitte à orienter fortement le remplacement éventuel en montrant un modèle à son goût (on n’est jamais trop prudent).

  24. lilikili

    En ce qui me concerne, j’ai du mal à dire que çà ne me plait pas puisque la personne qui offre voulait faire plaisir. Alors, en retour je m’efforce de lui faire plaisir aussi MAIS… pas pour toujours !
    Moins un cadeau me plait, plus je le mets en valeur le jour même (par exemple : un collier ou un foulard, ce sera mis dès que possible autour de mon cou; un service à café, je le lave rapidement et je l’utilise à la fin du repas; etc). Ensuite, je m’en servirai plusieurs fois, juste quand je revois la personne qui me l’a offert, et puis… BASTA, je m’en débarrasse.
    Personne ne m’a jamais fait la remarque que tel ou tel objet n’était plus visible. Puisqu’il a déjà exité pour de bon un certain temps, il est plus facile pour la personne concernée d’accepter de ne plus le voir (et même d’envisager que je finisse par m’en défaire car les goûts peuvent changer, sans compter qu’il a pu se perdre, ou se tâcher, ou se casser, etc).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s