Dissertation du jour: L’organisation est-elle l’ennemie de la spontanéité?

philo

via lefigaro.fr

Sujet du jour: « Devenir « trop » organisé(e) ne risque-t-il pas de me priver de cette spontanéité qui fait partie de ma personnalité? »

Pour répondre, je vais tenter de vous montrer comme j’ai bien retenu mes cours de philo. Enfin, je crois. Thèse, antithèse, synthèse: c’est bien ça, non? Allez, je me lance.

1Oui, l’organisation est l’ennemie de la spontanéité.

Indéniablement. S’organiser implique qu’on anticipe, qu’on prévoie. C’est donc, en soi, le contraire de l’improvisation.

2Non. En fait, l’organisation est la compagne de la vraie spontanéité.

Comment être vraiment spontané si les « basiques » ne sont pas en place? Or, la base de la décontraction c’est l’aisance, la facilité. Ainsi, pour que les événements se déroulent sans stress inutile,  il faut avoir déjà un brin d’organisation.

Par exemple, si vous invitez douze personnes à dîner, comme ça, au débotté, vous avez intérêt à posséder ne serait-ce que quelques pâtes d’avance dans le placard (anticipation). Sinon, au lieu de passer un bon moment avec vos amis, vous courrez à l’épicerie du coin, au risque de découvrir qu’elle est fermée. Et votre chère spontanéité tombera à plat.

3C’est l’inverse (en guise de conclusion de la rédaction de philo)

Je veux dire que si l’on se repose uniquement sur notre spontanéité, on posera par exemple ses clefs un jour ici, le lendemain là, les papiers dans ce coin-ci, pour le moment-on-verra-plus-tard. C’est charmant, cette improvisation permanente.

Mais c’est fatigant, aussi. Parce que, pour se permettre une telle décontraction dans toute sorte de situations, il nous faut deux ingrédients: premièrement, une fichue mémoire. Or on sait que celle-ci s’avère parfois capricieuse.

Deuxièmement, l’improvisation demande qu’il ait peu d’objets à gérer. Car au-delà d’une certaine quantité (mères Ecureuils, vous êtes là?), c’est fichu. On ne retrouve plus rien. Parce que, bizarrement, le jeune Ecureuil qui partage notre nid… fait la même chose. Il improvise, il pose là où ça l’arrange…

famille ecureuilsAdditionnez deux spontanés (ou plus) et vous obtiendrez un fouillis où la décontraction souhaitée est remplacée par le stress.

En somme, c’est l’excès de spontanéité qui empêche l’organisation et non le contraire. CQFD.

Pfiou! Ca va? Pas trop dur pour un lundi matin?

Quelles notes j’avais en philo, moi? Euh… je ne sais plus.

13 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Home organiser ou home organizer, Mon avis, S'organiser à la maison

13 réponses à “Dissertation du jour: L’organisation est-elle l’ennemie de la spontanéité?

  1. avant meme de lire votre article j avais deja le meme developement que le votre!!
    merci bonne journee

  2. Nat

    Chouette article! (Comme d’habitude^^)
    Mais tant que nous sommes dans ce type de débat, je pose la question suivante: trop d’organisation ne risque-t-elle pas d’avachir la mémoire?

  3. Lulle

    Drôle…débat ici aussi avec monsieur entre organisation pour faire les incomprésibles basiques pour avoir du temps pour être , et être trop organiser pour ne plus faire dans la spontaneité !

  4. Noiram

    Merci Laurence… c’est tellement vrai !
    J’ai eu beaucoup de mal à passer le cap, angoissée que j’étais par des intérieurs design et vides que j’assimilais au fait d’être organisé(e). Pourtant, sans remettre en cause drastiquement ma déco et mon mode de vie un peu bohème, certaines habitudes peuvent devenir des automatisme qui n’entachent pas la créativité ni la chaleur humaine… au contraire.

    Pour ma part, il s’agit de la table du salon, qui était toujours encombrée et que maintenant, je range machinalement sans effort (je n’aurais jamais cru cela possible) ainsi que les surfaces de la cuisine… Merci Laurence pour la métaphore de la pénicilline et Flylady (bien que son premier degré soit bien moins fun à lire) pour le « clean your sink ».

    Je n’ai plus l’angoisse de devoir ranger frénétiquement la veille pour la moindre visite, ce qui me rendait crevée, un peu stressée et donc bien moins capable de recevoir spontanément et d’apprécier la compagnie de mes invités.

    J’ai encore beaucoup à apprendre mais vive l’organisation qui nous libère l’esprit pour passer du temps sur les choses importantes !!

  5. Katherine

    c’est parfait!!!
    signé une maman de tribu d’écureuils
    😀

  6. Anna Ty.

    moi, aussi j’ai le même raisonnement, mais j’aime bien quand c’est Laurence qui l’écrit. pour une 1ère dissert. bien : non notée…

  7. verveine et lin

    @Nat, vous pouvez toujours mieux employer votre mémoire:
    Aimons donc, aimons donc! De l’heure fugitive,
    Hâtons-nous, jouissons!
    L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive;
    Il coule, et nous passons …

    Ou tout autre poète de votre choix !

  8. Emmanuelle

    C’est marrant, c’est une question que le fils d’une amie m’a posée un soir, en regardant d’un air éberlué mes « menus de la semaine », placardés sur le mur… du genre « mais alors, tu t’autorises jamais un truc pas prévu ?! »… ben si ! Mais au moins, mes trois enfants de moins de 6 ans ont toujours un dîner prêt et se couchent toujours avant 21h, et… je suis moins en stress que le jour funeste où j’ai découvert, à 21h30 un mardi soir, que je n’avais rien à leur préparer le lendemain midi alors que je partais au boulot à 8h et les laissais à une baby sitter qui devait manger avec eux… gasp. L’organisation m’a permis un « plus jamais ça » absolument salutaire…
    Il y a quelques années, j’aurais dit que l’organisation est l’ennemie de la spontanéité, mais maintenant, comme vous, je suis convaincue que c’est la bonne organisation qui permet une spontanéité détendue et confortable à tous (ouais, parce que manger un croûton de pain sec chez le voisin spontané mais pas très organisé, ben… c’est parfois générateur de tension… pour l’invité :-D)

  9. Excellent cet article 🙂

    Je pense aussi qu’avec un minimum d’organisation, on s’ouvre plus de portes, on se prépare mieux aux imprévus, et finalement on peut être beaucoup plus spontanés (-ées), tout en étant beaucoup moins stressés (-ées) !

  10. lil

    🙂
    quand on n’est pas à la bourre sur tout, on a le temps de spontanément s’installer dans le jardin avec la voisine pour spontanément boire l apéro bien tranquilles. Plusieurs fois par semaine, même, si on veut. Je dis ça, je dis rien 😉

  11. Miskouky

    L’organisation devient vitale quand le cerveau n’a plus assez d’espace libre (partiels et autres moments de boulot bien stressants et prenants) pour être spontané. En ce moment je suis bien contente d’avoir planifié mes menus 2 semaines à l’avance pour ne pas me retrouver avec un steak haché – purée tous les soirs. Ou comment s’écrier « je suis un génie » en rentrant à 21h et en découvrant qu’on a prévu un repas cuit en 10 minutes au micro-ondes ^^

  12. c’est vrai que lorsque qu’on est pas organisé, le cerveau a tendance a emmagasiner pleins d’informations , et à un moment donné il est complément surchargé

  13. L’envie de pouvoir recevoir chez moi à tout moment sans passer mon temps à me justifier de ce bazar omniprésent à été le déclencheur pour ranger ma maison et rechercher une organisation qui me facilite la vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s