Pourquoi « pourquoi » n’est pas aussi important que vous le croyez

Forgeron_Village_historique_acadien

via radiocampusangers

En bons cartésiens (ou lecteurs d’ouvrages de psycho), nous pensons parfois que, si nous avons la réponse à la question « Pourquoi? », nous possèderons forcément la solution. Cela devrait « nous donner des pistes ».

Ainsi, lorsque l’on est « bordélique », que l’on ne range guère, que l’on a du mal à trier ou à se débarrasser des objets, on a envie d’avoir la réponse à cette question (qu’on me pose souvent): « Laurence, mais pourquoi je suis comme ça? ».

Il y a des dizaines de réponses à cette question.

Mais j’ai envie de vous dire: en réalité, peu importe.

Mettons que je vous dise, après notre premier échange: « c’est parce que (remplissez avec moi)

  • vous ne …
  • vos parents ne vous ont pas …
  • vous avez peur de …
  • vous avez envie de … »

Bien. Là, maintenant vous savez. Et alors? En quoi est-ce que ça vous aide?

Concrètement, on fait quoi si vous voulez que ça change?

Ma réponse

Vous connaissez certainement le dicton « C’est en forgeant qu’on devient forgeron ».

Ce dicton est très différent, vous en conviendrez, de « C’est en comprenant pourquoi on ne forge pas qu’on devient forgeron ».

Si au lieu de vous focaliser sur le « Pourquoi » , vous vous concentriez sur le « Comment » ? Comment fait-on pour forger?

« Pourquoi » vous fait tourner en rond, le plus souvent. « Comment »  vous oblige à observer et chercher des solutions.

Par exemple, comment l’accumulation se produit-elle chez vous? Ou encore, comment faire pour modifier ces habitudes que vous avez (ou n’avez pas encore)? Vous pourriez ainsi vous demander: comment puis-je faire pour me rendre le tri plus facile (indice: essayez donc mes désencombrements express, jeune apprenti forgeron)?

En somme, c’est tout simple: dès que vous vous creusez la tête pour rechercher les réponses à « Comment », vous êtes déjà en train de forger changer. Bravo!

 

 

 

12 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Comment classer des documents, Comment faire des économies, Comment mieux s'organiser, Comment ranger, Comment s'organiser au travail, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, S'organiser à la maison, Se former à l'organisation personnelle

12 réponses à “Pourquoi « pourquoi » n’est pas aussi important que vous le croyez

  1. Nanoo

    Toujours aussi juste, Laurence! Merci pour tousvos conseils, les changements se font lentement mais au moins il y en a, 😀. Merci encore et Bonne journée!

  2. Emmanuelle

    Ha c’est amusant : dans mon cas, me poser la question « pourquoi » m’aide… mais je suppose que c’est parce qu’elle est posée différemment…

    Je ne me demande pas « pourquoi je suis bordélique »… j’ai toujours laissé des piles de papiers s’entasser sur mon bureau, par exemple… c’est donc que c’est une faiblesse chez moi (cela dit, si personne ne modifie mes piles, j’y trouve dans l’instant ce qu’on me demande).

    Par contre, me demander « pourquoi y a-t-il une pile de courrier non ouvert, de pubs et de matériel en attente de départ sur mon bureau ? » me mène à constater que, mon bureau étant dans l’entrée, face à la porte, c’est là que TOUS se débarrassent de ce qui encombre les mains quand on entre…
    Ainsi, les enfants y posent d’emblée les sacs et autres babioles bricolées à la garderie, Cher Mari y met les lettres à envoyer, le courrier ramassé dans la boîte (je me déchausse et je fais… mais j’oublie). Du coup, cela m’a menée à aménager partiellement mon entrée, avec des porte-manteaux, un banc et un bac à chaussures pour les enfants… le « pourquoi y-a-t-il une paire de chaussure en dehors du bac m’a fait constater que bien souvent, par flemme, on ne range pas la paire que l’on a délaissé… ce qui fait qu’on ne sait pas où mettre celle que l’on a sorti. Je me suis donc fixé comme limite : 2 paires par personne (une « qui craint rien » et une « pour aller au boulot/à l’école » au maximum… au delà, je range… et du coup, c’est moins long de ranger aussi…

    Bref… le pourquoi m’amène à « comment faire pour que ça n’arrive plus ».

    Pour l’instant, mon entrée n’est pas du tout parfaite… je sais à peu près comment arranger les choses… reste à s’y mettre…

    Même chose pour la salle de bains, ou pour le linge en attente… les solutions ne sont pas esthétiques, mais au moins, les choses sont à leur place.

    Du coup, pour moi, me demander « pourquoi » une zone est perpétuellement en bazar me permet de mettre le doigt sur le problème… c’est pas si mal 😉

  3. Yannick L

    Mais POURQUOI Laurence, parlez vous de moi aujourd’hui ? ,-p
    Mille mercis pour tous vos conseils si précieux !

  4. Je réalise à la lecture de cet article que je passe mon temps à dire à mon compagnon/mes enfants « pourquoi le meuble de l’entrée redevient aussi vite submergé » « pourquoi y a t il toujours des objets par terre », etc… Changeons donc par « comment se fait-il… » et voyons si j’obtiens un résultat plus probant !

  5. Alix

    Superbe, votre propos tombe à pic. Merci.

  6. siobhan

    Je me reconnais tout à fait dans les propos d’Emmanuelle!
    J’en profite pour dire à Laurence que, venant d’accueillir dans mon foyer deux jumeaux qui viennent de fêter leur troisième semaine d’existence, je me félicite d’arriver à mettre en pratique certains de ses conseils, comme: ne jamais quitter une pièce sans vérifier qu’il n’y a pas quelque chose à emporter qui devrait se trouver dans une autre pièce; ou bien, organiser la chambre des enfants de telle sorte que tout le monde s’y retrouve (mari, parents, beaux-parents qui viennent donner un coup de main), par exemple: bac à linge sale dans la chambre près de la table à langer, poubelle de couches à proximité aussi (et vidée chaque jour par Monsieur Papa), tiroirs étiquetés par prénoms et tailles (vêtements Choupette 0-1 mois, vêtements Choupette 3 mois, etc;); panneau aimanté avec une feuille rappelant la routine des soins quotidiens ou une autre précisant nature et heure des repas des bébés, heure de changements de couches…histoire que n’importe qui puisse prendre le relais sans me déranger pendant ma sieste…(Bon, je vous rassure, d’ici un mois ou deux nous abandonnerons une partie de ces feuilles à remplir, mais pour commencer au retour de la maternité, c’est bien pratique, surtout avec deux bébés dont on ne sait jamais lequel a bu son lait et à quelle heure, en tout cas, moi, je suis trop fatiguée pour retenir autant d’informations à la fois!).
    Bon, après, ça suppose que les intéressés fassent un petit effort de lecture de ces feuilles, et là, ça dépend de leur bonne volonté (résultat plus mitigé sur ce plan; j’ai beau avoir précisé le mode de mise en marche du lave-vaisselle, mes beaux-parents sont toujours perdus alors que c’est d’un simple…)
    Bon, voilà, alors merci Laurence!

  7. Emmanuelle

    Siobhan, pour les « coincés du mode d’emploi », les post-its directement au bon endroit sur la machine fonctionnent (fait avec ma môman)…
    La table à langer avait très vite migré dans la salle de bains pour se rapprocher du chauffage et des points d’eau (on l’a « customisée » pour qu’elle puisse être roulée au-dessus du WC, car il était dans la salle de bains)
    Pour les heures de repas des loupiots, franchement, pourquoi s’encombrer la mémoire ? pour mes trois enfants, j’ai noté, à chaque fois, l’heure approximative de la tétée et le sein donné pendant les premiers mois… pour la première, ça rassurait, pour les deux suivants, ça me permettait de me focaliser sur les plus grands… si on ne veut pas noter, on peut utiliser des moyens mnémotechniques (bracelet ou autre)

  8. Marie

    Pourquoi… Chez moi, hier, j’ai posé cette question à mon mari:
    – Dis-moi, rappelle-moi POURQUOI a-t-on acheté ce meuble (un banc avec une étagère en dessous) il y a qqs mois chez le grand Suédois???
    -Ben, pour y ranger les chaussures quand on entre dans la maison et y redéposer les pantoufles quand on sort de la maison tiens!
    -Alors POURQUOI 3 paires de tes chaussures se trouvent dans l’entrée, juste devant le meuble en question, et non sur les étagères à cet effet?
    – Heuh…
    J’espère quand même que ma question commençant par POURQUOI n’a pas servi à rien…

  9. Pour les heures des repas, on dit effectivement aussi maintenant que les biberons peuvent être donnés à la demande, comme au sein. Mais quand on passe le relais, cela rassure souvent les « relayeurs » d’avoir des repères « repas » (ok, il a mangé il y a 20 min, s’il pleure c’est peut-être autre chose…). Bravo Siobhan pour l’organisation avec des jumeaux !

  10. Bonjour Laurence,
    j’ai fini par rendre les armes à force de me poser le pourquoi , maintenant j’accepte d’être bordélique mais je me dis juste « comment faire pour continuer à emmagasiner mais moins et vider mais plus »; c’est pas mal comme cheminement, ça m’oblige à vider deux fois quand j’achète une fois, donc au final faute d’avoir le temps de prendre en photo pour vendre, eh bien je donne!
    merci pour vos précieux conseils et pour ces petites questions qui l’air de rien nous amène à changer doucement mais surement…..

  11. Laëtitia 94

    Bonjour Laurence,
    Passer du pourquoi au comment + l’article sur les vêtements d’enfants m’a permis de me mettre (enfin!) au tri des vêtements de mes deux filles : 20 cartons de vêtements du 0 au 6 ans (elles ont 7 et 3 ans) que je ne pouvais plus voir et qui encombraient tous mes placards. Je cherchais effectivement le pourquoi : je suis nostalgique, je regrette un peu de ne pas faire le 3eme, etc.
    Finalement, en passant au comment … trouver le temps de le faire avec les deux filles toujours sur les bras : j’ai sacrifié mes soirées télés du mois de mai, au lieu de m’avachir sur le canapé je sors mes cartons et je trie. Finalement, c’est plus facile que je ne le croyais. Et rapide : en quelques soirées, j’ai déjà vidé un tiers des cartons, trié les vêtements à jeter, à donner, à vendre, posé des annonces, etc.
    Je l’ai aussi annoncé tout haut, comme ça, pas moyen de renoncer au dernier moment.
    Je me suis fixé un objectif raisonnable : deux cartons par soir, 6 par semaine, pour finir fin mai. Déjà hier, la vue de mon premier placard quasi vide m’a rempli de fierté!

  12. Bonjour,
    Cela me rappelle une phrase de Bernard Werber (l’écrivain) :
    Pour l’instant le monde humain appartient à ceux qui se demandent « pourquoi ». Mais l’avenir appartient forcément à ceux qui se demandent « comment ».
    🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s