L’organisation en cas de coup dur

Quand on doit vider la maison d’un proche est encore l’un des articles les plus lus du blog. C’est un sujet sensible, qui renvoie à nos relations avec nos parents.

Justement, ma famille et moi sommes confrontés à une situation somme toute banale et pour laquelle, malgré sa prévisibilité, il n’était pas possible de se préparer. Mon père, en couple avec ma mère depuis… 65 ans, s’est retrouvé à l’hôpital pendant quelques semaines, laissant sa moitié seule à la maison. Ce sont donc les enfants (nous sommes trois, habitant relativement près) qui avons dû ajuster nos vies et alterner notre présence jour et nuit auprès de ma mère, dont les capacités cognitives ne sont plus intactes.

Pourquoi je vous raconte ça, alors que je suis plutôt secrète concernant ma vie privée?

Parce que,  la capacité à s’organiser et à déléguer est devenue cruciale du jour au lendemain.

Je voudrais partager avec vous les astuces qui nous simplifient la vie dans cette période compliquée.

1- Délégation

Pour certains d’entre nous, les enfants ont quitté la maison. Pour les autres, il nous reste des ados qui passent des examens, qui vont en stage, qui cherchent des jobs d’été: impossible de les planter là. Mais ils doivent pourtant se débrouiller un peu plus sans nous.

Pour ma part, vous le savez, j’ai toujours travaillé à rendre mes enfants aussi indépendants que possible (d’où le guide « J’aide mon enfant à s’organiser »). Dès lors, un simple sms, par exemple, et une lessive est lancée sans mon intervention directe. Les tâches récurrentes sont connues et maîtrisées depuis belle lurette: fabrication des repas, vaisselle, repassage, ménage.  Au départ une simple méthode d’éducation « ça leur sera bien utile plus tard », c’est devenu indispensable car il est difficile d’assurer la maintenance de deux foyers.

En continuant à se charger de ces tâches ménagères, mes enfants me permettent d’être plus disponible pour leurs grands parents. Ainsi, quand je rentre, le temps que je passe avec eux n’est pas centré autour des corvées.

2- Organisation administrative

Je rends hommage à mon père, dont le classement des papiers est tellement logique et tenu à jour, que j’ai pu instantanément prendre le relais auprès de tous les organismes (mutuelle, caisse de retraite,…) et fournisseurs divers (opérateur, assureur, garagiste…).

Si vous le pouvez, demandez à vos parents qu’ils vous expliquent comment ils classent  leurs papiers, et s’ils ne classent rien, proposez-leur de les aider là-dessus. Le gain en temps, tranquillité et économie est impressionnant.

Les documents concernant mes parents, dont je peux avoir besoin n’importe quand, sont regroupés dans une pochette, en permanence dans mon sac à dos, que je trimballe maintenant partout.

3- Planning

Les trois enfants que nous sommes avons des vies bien remplies et nous entendons bien. Du coup, nous nous tenons au courant de tout par sms et mails. Nous établissons par « visioconférence » notre planning hebdomadaire en tenant compte des contraintes de chacun.

Et ici, nouvel hommage: nos conjoints respectifs sont des soutiens indispensables et impliqués. Sans eux, nous n’y arriverions pas.

Nous avons, dès le départ, réparti les « rôles »: à l’une, les relations avec le corps médical, à l’autre l’aspect administratif, au troisième les « projets spéciaux » etc…

4- Suivi des tâches

Après avoir usé des douzaines de cahiers dans ma vie, j’utilise désormais un gestionnaire de tâches (Omnifocus) qui me permet d’avoir une vision

  • par projet (l’hospitalisation de mon père en est un),
  • par contexte (chez moi, chez mes parents, dans les transports, le week-end…)
  • par date d’échéance (paramétrée à trois jours dans le futur).

Les tâches récurrentes sont listées (sortir les poubelles chez mes parents? Check).

J’ai appris à me reposer sur sa fiabilité car je dois avouer que, même en « temps normal », si je devais mémoriser la totalité de toutes mes actions personnelles, familiales et professionnelles, mon cerveau exploserait.

Pour conclure cet article (au ton plus grave que d’habitude), si vous ne vous êtes pas encore penché(e) sur votre méthode d’organisation et la meilleure façon de gérer vos tâches, je ne saurais trop vous suggérer de le faire avant d’être submergé(e) par un événement grave.

Et vous, chers lecteurs*, avez-vous des astuces à partager concernant votre organisation en temps de crise?

*vous ai-je dit à quel point vos gentils commentaires et messages m’ont touchée?

 

39 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Comment mieux s'organiser, Les autres et moi, Mon avis

39 réponses à “L’organisation en cas de coup dur

  1. Je te souhaite beaucoup de courage pour cette épreuve. J’ai perdu mon père en décembre . Depuis deux ans je m’occupais de mes parents. Etant fille unique l’organisation fut parfois difficile ! Paperasse et administration ont fait partie de mon quotidien . Il m’a fallu une organisation en béton pour tout gérer et ce n’est pas fini. Je dois dire que tes conseils que je lis depuis le début de ton blog m’ont beaucoup aidé, notamment pour le classement des papiers et je ne parle pas du tri drastique à faire car mon père conservait tout depuis des années. Une douce pensée pour toi.

  2. Je n’ai encore jamais été confronté à ça mais ton article me fait réfléchir.
    Bon courage pour cette épreuve.

  3. Mahany

    Merci Laurence
    Je vous souhaite une grande patience pour cette épreuve. Et merci de nous faire profiter de cette expérience si personnelle. Je viens de vivre la même chose sauf que moi je suis loin et je me suis presque retrouvé fille unique à ce moment-là. Plus de vie privée, mes enfants n’avait plus de mère (je suis la seule à avoir des enfants) prendre des jours donner des nouvelles à toute la famille qui m’assailait de questions …administratifs….
    Au final 3 semaines après j’en suis toujours pas remise physiquement et la sensation d’être débordée !

  4. sabricoline

    Merci pour cet article Laurence.
    Je suis de tout coeur avec vous et je crois que ce vécu nous touche encore plus.
    Cela fait pas mal de temps qu’avec mon mari nous nous disons qu’il faudra à l’occase montrer les papiers importants à nos enfants…. on en parle mais on l’a pas encore fait !
    De même je me rend compte que ma mère m’a bien montré « ses petites planques » pour ses économies mais pas les papiers officiels. Je ne me fais pas trop de soucis car comme le vôtre, mon papa est bien organisé.
    Mais je pense qu’en cas de coup dur on ne réfléchit plus rationnellement.
    Je vous souhaite une bonne santé ainsi qu’à vos parents.
    c’est beau un couple avec 65 ans de mariage (on vient de fêter les 50 ans de mariage de mes parents)
    Amicalement
    Sabine

  5. jeanne

    contente d’avoir de vos nouvelles, Laurence.
    Depuis 12 ans !!! je demande à ma soeur de m’aider pour « en finir avec ce qui appartenait à ma mère. J’étais incapable de le faire seule et maintenant, je ne veux pas le faire seule.
    Quant à la belle soeur son seul mot de réconfort à l’époque a été « avez-vous fait votre ménage? » -c’est à dire ?- vous débarrasser des affaires de « maman ».
    Je n’ai rien répondu et tout cela me pèse encore sur le coeur et la tête.

    Donc Laurence a plus que raison, faisons le tri de notre vivant, la benne sera moins lourde pour les successeurs !

  6. Pascaline

    Même lorsque certains événements sont prévisibles, ils n’en sont pas moins difficiles. Courage !

  7. Estelledf

    Merci de nous montrer, un peu, de votre vie privée pour nous donner de bons conseils.
    Bon rétablissement pour votre père et bon courage pour vous.

  8. Noémie

    Quel courage Laurence de nous parler de cela, j’imagine qu’il n’a pas été facile de relater ces événements.
    Et merci de l’avoir fait, car ils sont une réalité que nous oublions parfois.
    A la lecture de cet article, j’ai envisagé ce cas chez nous, et je me rends compte qu’une discussion avec mes parents s’impose.
    Merci encore d’avoir mis en lumière cet aspect de l’organisation.

  9. Brigitte

    Je suis de tout coeur avec vous pour faire face à cette difficile situation.

  10. C. Emmanuelle

    N’ai pas l’habitude de laisser des commentaires….mais merci Laurence, d’avoir partagé cette épreuve si délicate et ce post si efficace car on est effectivement jamais assez préparé pour ce genre d’évènement ! Bon courage pour le reste à venir car un départ se digère en plusieurs étapes…et peut-être aussi un beau break estival !

  11. Sophop

    Bonjour Laurence, et merci de ces conseils judicieux, en cette période difficile…
    Pour ma part, j’aurais une question : comment faire intervenir, avec mesure selon leur âge, les enfants dans les tâches ménagères, sans que ce soit synonyme de bataille ni de mauvaise humeur ? L’aîné, 9 ans, rechigne (« pourquoi c’est toujours moi ? »), les autres, 5 ans et 3 ans, n’aident que sporadiquement…
    Merci !!
    Sophie, maman de 3 garçons (ce qui me met encore davantage la pression, car je ne veux pas faire d’eux des petits coqs qui ne savent rien faire de leurs dix doigts !!)

  12. CATHY

    Très touchée de ce partage… et pourtant tu ne dois avoir ni l’envie ni le cœur de le faire. Merci infiniment, je vais être confrontée un jour à ce problème étant toute seule avec ma maman, vieillissante et faible… Bon courage… Cathy

  13. Nanoo

    Bonjour Laurence, merci pour cet article touchant. Tôt ou tard, nous y sommes tous confrontés, et parfois maladroitement, on tente de tout faire. Un souçon d’organisation n’est en effet pas du luxe! Plein de courage à vous!

  14. julie

    juste des pensées positives pour ce moment difficile

  15. Emmanuelle

    Chère Laurence, contente de vous revoir… attristée de ce coup dur, si prévisible qu’il fût.

    Chez nous, pour l’organisation, en plus du petit classeur centralisant les coordonnées et documents utiles (ainsi que les poids des enfants, en cas de médicaments), nous avons des agendas partagés sur G… je vois celui de Cher Mari (perso et pro), nous pouvons gérer tous les deux ceux des enfants (trop petits pour le faire eux même) et je gère le mien… cela nous évite par exemple de prendre chacun un rendez-vous à 8h le même matin, ce qui serait impossible à gérer avec les 3 enfants…
    A celui là s’ajoute l’agenda du « pédibus » auquel nous avons inscrit les deux grandes et auquel nous participons : je vois donc facilement si c’est moi qui accompagne ou pas… et s’il manque des parents… en même temps que je regarde mon planning perso (utile pour ne pas se mettre de pédibus un jour où j’ai une surveillance d’exam à 8h30… ou inversement)

    J’ai également un outil de planification partagée, que j’utilise essentiellement avec l’un de mes collègues : Trello… il semble proposer les même fonctionnalités que votre outil, et permet également d’attacher aux tableaux de bords des documents complets et/ou des liens, ainsi que des historiques de mails… dans le cas de vos parents, cela pourrait permettre de partager les documents qui les concernent avec vos frères et soeurs et d’y accéder de n’importe où dès l’instant que vous avez une connexion…

    Courage à vous, en espérant que vous trouverez une routine pas trop stressante…

  16. Je suis en période de crise … ma mère est hospitalisée pour un traumatisme crânien suite à une chute. Elle vit dans une maison immense avec un énorme jardin et 2 chiens de races qui sont gardées sur place par une locataire. Hormis l’agenda , je n’ai pas trop de tuyau . Si ce n’est qu’un le plus important , quand on va bien faire faire une procuration pour avoir accès à l’argent sans galère, ainsi j’ai pu payer le toiletteur à domicile pour les chiens , faire faire des aménagements dans sa maison. On a décidé de « pailler » son jardin pour ne pas galérer avec les arrosages. Il faut aussi savoir se reposer et déléguer des choses et mêmes des visites à l’hôpital.

  17. Nicky

    Bonjour Laurence, Merci pour ce long message, vos parents ont de la chance d’avoir des enfants proches et qui savent les entourer. Cela suppose comme vous l’écrivez si bien, de l’organisation en tous points de vue car
    il faut faire face, quoiqu’il advienne. Je vous souhaite du courage pour la suite, très cordialement, Nicky

  18. BON COURAGE LAURENCE AINSI QU’ A TOUS CEUX QUI SONT DANS CETTE SITUATION,

  19. Pauline

    Je vous rejoins Laurence, mieux vaut s’organiser un minimum à l’avance pour ne pas être submergé au moment de la crise. Notamment pour l’aspect administratif et médical, ce n’est pas du luxe. De mon côté en temps de crise, ce qui m’aide c’est de faire des pauses pour faire le point sur les priorités. On m’a dit récemment : « tu es pressée? Fais une pause ! » Sinon on fonce tête baissée, on s’épuise, on ne fait pas l’important mais l’urgent.
    Bon retour sur le blog alors ! Toutes mes pensées.

  20. Béatrice

    Bon courage, merci pour cet article plus personnel il fait réfléchir en effet !! Je souhaite un bon rétablissement à votre papa Laurence mais je voudrais aller un tout petit peu plus loin : Ma maman s’est trouvée à 73 ans avec sa maman en fin de vie de 93 ans. Ma grand mère plutôt brouillon et ma maman, qq’un de tres organisée. Elle a donc du aller a la peche aux papiers, aux comptes, aux contacts médicaux… pour gérer le quotidien mais surtout elle a fait face ensuite à l’organisation des obsèques, de la succession.. qui arrivent à un moment où on est juste dans la douleur et le chagrin. Selon les familles, ce sont vite des complications administratives et en plus des coûts très importants. Alors comme dit mon mari : prévoir et anticiper certaines formalités ne font pas mourir plus tôt mais ça peut aider les enfants !!

  21. chocolasco

    Merci Laurence pour ce partage! J’ai vécu cette situation avec mon papa, qui vivait déjà séparé de ma maman, si la propreté du ménage laissait à désirer, l’ordre y régnait de façon logique, ses paiements étaient à jour, et de son vivant il m’avait donné une procuration pour la banque, il était même allé loin dans son idée de ne pas compliquer son « départ », puisqu’il avait déjà payé ses funérailles ( ce qui implique, choix du cercueil, de l’habit mortuaire, de l’avis de décès dans le journal local…) …. Pour ma maman, je suis en pleine pagaille morale, victime d’une hémorragie cérébrale, qui l’a laissé suffisament « bien » pour rester chez elle, mais pas assez bien, pour tous soins quotidiens… son hygiène est limite et son vieil appartement est dans un état déplorable…. Je suis seule pour l’aider, car mon frère qui se charge d’un coup de fil hebdomadaire, ce dont elle lui est très reconnaissante alors qu’elle ne voit pas ce que je fais pour elle, bref, j’atteins mes limites car sans reconnaissance, il est difficile de trouver la force de devenir parent de ses parents. Je précise que ma maman refuse toute aide extérieure qui ne soit la mienne… Elle a, ainsi, renvoyée infirmière et femme de ménage… Pour le côté administratif, elle jette tout, ne conserve rien et ne me montre son courrier que lorsqu’il devient litigieux faute de paiement… Je n’ai pas de procuration, elle gère son argent et le dépense largement sans que je sache comment ( je la « soupçonne  » d’être très « généreuse » avec mon frère, qui réussit toujours à se plaindre de qq chose qui lui manquerait… Bref, notre famille est divisée et l’organisation absente. Chaque fois, que je dis, j’abandonne, le problème est dans ma tête tout le temps, et je recommence, mais j’en deviens mal(ade), totalement déprimée….à tel point que je souhaiterais qu’elle fasse un nouveau malaise qui l’emmene à l’hôpital afin qu’une vraie structure soit mise en place… Désolée de m’être épanchée à ce point

  22. Mag34

    Déjà passée par là je vous envoie mes pensées les plus amicales. Merci pour vos articles toujours très utiles

  23. sassoon

    courage cordialement Gisèle

  24. Emmanuelle

    Chocolasco, je me mêle peut-être de choses qui ne me regardent pas, mais… la mise sous tutelle pourrait peut-être être une solution pour votre maman ?

  25. Je suis passée par là, d’abord pour aider ma mère à s’occuper de mon père qui était devenu grabataire (mon pauvre papa) , puis après le déces de mon père, je me suis occupée de ma maman. La différence est que j’étais seule pour le faire, mon frère étant décédée deux ans auparavant.
    Ce fut des années difficiles.
    Je vais lire ton article sur « quand on doit vider la maison d’un proche », un peu tard car je viens de finir de le faire, mais j’ai mis du temps, j’ai reporté tout au dernier moment, à la dernière minute .

  26. lenaetcie

    Merci Laurence pour ce témoignage , meilleure santé à votre papa.

  27. Sophie-Caroline

    Situation pas facile, et je suis de tout coeur avec vous et vos proches… Je conçois d’autant plus la difficulté de la situation que je suis également confrontée à la perte d’autonomie de ma mère, accueillie chez nous, et dont nous devons vider la maison, située à 6 heures de route de chez nous… et là, vraiment, vos conseils d’anticipation et de désencombrement m’ont « parlé », car il est si difficile, sur tous les plans, de vider la maison d’un proche ! Courage, donc ! Bien cordialement

  28. chocolasco

    @emmanuelle: votre intervention me touche, hélàs, pour une mise sous tutelle, il me faudrait l’accord de mon frère, mais comme « il est bénéficiaire » de cette situation, vous pensez bien qu’il trouve totalement inutile d’agir. pour lui, tant qu’elle se montre largement généreuse, tout va bien,,, J’ai tourné et retourné cette situation dans ma tête sans y trouver de solution.Merci Emmanuelle

  29. mag

    bonjour Laurence , merci pour ce partage , et pour vos précieux conseils. Bon courage dans ces moments difficiles .
    Pour Chocolasco , peut-etre est-il temps de prendre du recul : votre maman ne veut pas d’aide extérieure ? dites lui que vous n’en pouvez plus. C’est votre santé que vous mettez en péril si vous continuez ainsi toute seule .

  30. Bonjour Laurence,
    merci pour votre témoignage et sincérité.
    Je souhaite une meilleure santé à votre papa, et beaucoup de soutien à vous et vos proches.

  31. Emmanuelle

    Chocolasco, il me semble qu’il est possible de faire mettre quelqu’un sous tutelle en faisant constater son état… après, la tutelle pourrait échoir à votre frère s’il la réclamait, ce qui n’arrangerait sans doute pas les choses… prenez du recul si possible et courage à vous…

  32. Pour Chocolasco, je suis d’accord avec ce que dit Mag.
    Mais comme vous le dites, Chocolasco: « Chaque fois, que je dis ‘j’abandonne’ le problème est dans ma tête tout le temps, et je recommence ». Avez-vous vu un psychologue pour sortir le problème de votre tête ? Car alors si vous continuez à faire, votre frère ne fera pas.

  33. chocolasco

    @mag
    @Pascal C
    @emmanuelle
    Merci pour vos réponses que je prend comme autant de soutien! Le hic, c’est que je suis impliquée affectivement et tout est plus compliqué avec ce foutu facteur affectif… Bien sûr, que j’essaie de me préserver, j’essaie mais ça n’est pas simple… j’ai décidé d’accorder une durée determinée dans la semaine, pour le temps que j’accorde à ma maman, ainsi, je pense me donner 2 heures de ménage hebdomadaire+les courses+un repas avec elle, ça sera ma contribution possible sans craquer…Je conseille à toutes de lire: débarasser la maison d’un proche, cité en lien dans l’article de Laurence. En débarassant, l’appartement de ma belle-mère puis de mon père, j’ai vécu des moments éprouvants, ce qui m’a rendu très attentive: je ne cesse de penser à mes enfants et j’aimerais tant leurs épargner tous ces soucis… Merci à Laurence pour tous ses conseils et ce blog incroyablement utile et merci aux amies virtuelles qui, par leur intervention, rendent ce blog encore plus vivant. Chantal

  34. Bonjour Laurence et merci pour vos conseils toujours si pertinents. Je n’ai pas encore eu à vivre directement la prise en charge de mes propres parents, mais ma mère comme ma belle-mère sont filles uniques, et j’ai vu le travail que cela leur a demandé. Dans ces moments difficiles, avoir frères ou soeurs sur qui compter et réussir à s’entendre est, me semble-t-il, un socle solide. J’espère qu’avec mes frère et soeur nous saurons rester soudés le temps venus, enseigner la même chose à mes propres enfants, et je vous souhaite tout le courage possible.
    (PS : grâce à vous, votre blog et vos livres, notre déménagement en plein chantier c’est passé au mieux. Et le classement de l’administratif est fait à 90%, ce qui ne m’étais jamais arrivé. Alors encore merci).

  35. Marilou34

    Bonjour Laurence et bon courage,
    Merci pour cet article, il a fait resurgir des souvenirs pas très heureux. En 2012, mes parents se sont retrouvés hospitalisés à 24 h d’intervalle pour 2 raisons différentes et il a fallu jongler pendant 3 mois avec les emplois du temps de mes frères afin de pouvoir leur rendre visite tous les jours tout en assurant nos emplois, et nos familles (jeunes enfants)avec l’hôpital à 50 km. Puis mon père est décédé et nous avons du vider l’appartement car ma mère ne pouvait plus y vivre (4ème étage) et la rapprocher de chez nous.Je ne suis pas très organisée niveau ménage mais au niveau « papiers » ça peut aller. Mais autant les formalités pour le décès ont à la limite été « faciles », autant trier tous leurs papiers accumulés pendant 40 ans avec des classements « tout mélangé » dans des enveloppes, ont été un calvaire pendant plusieurs semaines…J’essaie donc maintenant de trier (chez ma mère et chez moi) afin de ne pas laisser accumuler des documents sans importance pour ne pas faire subir cela à mes enfants.

  36. Bonjour laurence et bon courage,
    Je suis passé plus ou moins par là car j’ai perdu un frère plus jeune que moi récemment, il est mort en Chine dans le cadre de son travail.(double embolie pulmonaire). Nous avons du nous répartir les tâches et ce n’était pas facile, de nombreux coups de téléphone (j’ai un neveu en Australie). j’en ai tiré une leçon, j’ai perdu du poids, et je perds plus vite depuis, j’ai délégué certaines choses et j’ai appris à être moins exigeante sur le travail de mes éventuels délégués. Le plus dur c’est au bureau où il me faut parfois accueillir du public et faire la mine « hôtesse de l’air » (je n’ai rien contre elles). Je suis allée aussi à l’hôpital et tout le monde a du gérer son quotidien. Par contre les papiers je progresse mais c’est encore du chemin à faire. Grâce à mon classeur GPS j’ai les papiers importants sous la main et c’est moins la panique, mais il faut que j’élimine encore des choses. Merci pour vos tuyaux .
    Une syllogomaniaque en reconversion.

  37. Katherine

    bonsoir Laurence
    merci pour cette confiance et cet article….je vous souhaite de surmonter en famille toutes les vicissitudes de la vie et de continuer à accompagner vos parents comme vous le faites!!!

  38. MARTINE

    Bonsoir ,
    Merci de partager ces moments difficiles.
    Il y a quelques années ,mon père est décédé suite à une maladie qui l’ a foudroyé en un trimestre ;lors d’un séjour en province avec ma mère (qui ne conduit pas) mais qui est extrêmement organisée;
    une procuration m’a permis de pouvoir retirer un carnet de chèques dont ils avaient besoin
    Grâce au soutien de mon époux qui a gérer le quotidien et notre fils, j’ai pu les voir et les aider en province et gérer aussi leur lieu de résidence principale qui est à quelques dizaines de kilomètres de chez moi.(je suis fille unique et dans ces cas là , on se sent seule et débordées).
    Cette expérience m’a permis de me recentrer sur ce qui me parait le plus essentiel : je souhaite laisser à mes enfants lorsque le moment sera venu des affaires en ordre , pas trop de papiers et pas trop d’objets et en attendant ,de profiter des moments de bonheur.
    Bon rétablissement à votre père et bon courage.Merci de nous aider encore à nous organiser.

  39. nine

    Merci Laurence de ce partage d’un pan de vie privée qui va aider beaucoup de personnes j’en suis sûre…
    Nous sommes passées par là ma soeur et moi pour aider nos parents avec un père souvent malade et hospitalisé, et une maman atteinte d’Alzheimer (en plus). Nous sommes 3 filles mais n’en avons pas voulu à notre soeur qui habitait trop loin Le fait de vivre ça à deux nous a bien aidées autant matériellement qu’affectivement, ma soeur très organisée se chargeait du côté administratif (très bien géré en aval par mon père) et moi plus libre au niveau temps, du côté matériel. Il faut aussi faire attention à ne pas profiter de la situation, comme le vit Chocolasco avec son frère car les personnes en difficulté sont très influençables… C’est une vraie chance d’avoir pu partager cette épreuve à 2, en totale confiance, de plus cela nous a rapprochées, quand l’une craquait ,l’autre prenait le relais…Sans compter l’appui de nos conjoints.
    Aujourd’hui âgée, je me dis toujours qu’il faudrait que je me débarrasse de tout ce que j’ai accumulé pour ne pas faire vivre à mes enfants ce que nous avons vécu mais je fais partie de ces gens qui ne savent pas jeter et cet article est une petite piqûre de rappel que je vais méditer sérieusement.
    Bon courage à toute la famille, et j’espère un bon rétablissement à votre papa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s