Est-ce de ça que vous rêviez?

Mouton2PapillonAdolescente, quand j’étais avec ma petite bande de copines, et que nous évoquions nos futures vies (tu veux des enfants, toi? Moi, j’aimerais voyager. Tu l’imagines comment, ta maison?…) aucune d’entre nous ne disait:

  • je veux acheter tellement de choses que je ne saurai plus où les mettre
  • mes placards déborderont de vêtements auxquels je n’enlèverai pas l’étiquette
  • je me créerai des obligations jusqu’à ne plus pouvoir me reposer
  • j’accumulerai les papiers le plus possible

Bien sûr, cela ne nous aurait pas fait rêver.

Je parie que vous non plus, vous ne rêviez pas de tout cet encombrement.

Et même, il se peut que tous ces objets et obligations dont vous êtes entouré(e)s aujourd’hui vous éloignent de vos envies de jeunesse.

Qu’en pensez-vous, chers lecteurs? A quoi rêviez-vous quand vous étiez plus jeune? Votre vie ressemble-t-elle à ce que vous imaginiez? Quelle place occupaient les objets dans vos rêves?

16 Commentaires

Classé dans Coach en organisation, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Mon avis, Oser jeter, S'organiser à la maison

16 réponses à “Est-ce de ça que vous rêviez?

  1. A 50 ans avec 4 enfants, j’ai vraiment une vie comme tu décris Laurence.
    Toute ma vie, j’ai attendu que les choses soient plus simples, d’avoir moins d’obligations, d’avoir un lieu de vie plus spacieux, d’avoir plus de temps…..Attendu pour réaliser mes rêves de voyages, de créer une entreprise,de prendre soin de moi, de vivre ma vie de femme et pas que celle de maman, prendre le temps d’aider le maximum de personnes grâce à ma passion….Et pourtant la vie que j’ai, c’est moi qui l’ai construite.
    A présent je veux alléger tout ça. Et je dois avouer que ton site m’aide énormément au quotidien pour alléger ma maison et ainsi récupérer de l’espace et du temps.

    Maintenant, je voyage beaucoup, j’ai un blog forme bien-être et je fais des vidéos pour celles qui veulent se remettre en forme et prendre soin de leur silhouette. Je réalise enfin mes rêves et ce n’est que le début 😉
    C’est vrai que ma vie a complètement changé. Et tout a commencé avec une petite habitude toute simple: 15 minutes de désencombrement tous les jours.

    Merci Laurence pour ces précieux conseils Laurence que tu nous donnes depuis des années.

    Nathalie
    Coach forme, minceur, bien-être
    http://www.lili-coaching.com/

  2. Katherine

    Bonjour Laurence !
    Ces questions me renvoient à énormément de choses et de choix par défaut que j’ai faits au cours de ma vie et c’est comme si dans votre article de ce jour se trouvait le questionnement pour que je trouve une issue à l’état de ma vie actuelle… Adolescente et jeune adulte, je rêvais de parcourir le monde, d’aller habiter dans plusieurs pays et j’espérais continuer à travailler comme interprète…. Pour différentes raisons je n’ai jamais osé ou pu partir et vivre librement comme je l’aurai aimé, j’ai ensuite fait des choix de vie conditionnés par ma mère (hé oui…), j’ai accumulé les obligations et l’encombrement à différents niveaux, même en redémenageant suite à une séparation j’aurais dû nécessairement désencombrer, j’ai remeublé de bric et de broc ce « chez moi » temporaire, j’ai accumulé bien plus d’objets et de livres que je ne l’aurais jamais pensé et, en plus de la fatigue, des kilos (50) accumulés, je suis remplie d’amertume et de colère contre moi même pour avoir trop donné au point d’être dans des difficultés financières énormes et ne pas avoir su imposer ce que je voulais être et faire et je ne sais pas comment « faire le ménage »…
    Je rêvais aussi d’une grande maison remplie de rires d’enfants et finalement j’oublie bien souvent de rire avec mes enfants que je porte à bout de bras dans mes galères
    Ne sachant plus par où commencer, je vais réfléchir aux questions de cet article

  3. A toutes les quinquas qui lisent ce blog, je voudrais vous rappeler ce que me disait ma copine O. la semaine dernière: « On arrive à un âge où je trouve qu’on mérite le meilleur ». Mais qu’elle a raison! 😉

  4. Je rêvais d’un logement immense, et quasi vide (parents roi des écureuils, petit appartement pour 5)… l’espace est là, par contre, il faut encore faire du vide !
    Merci pour la piqure de rappel 🙂

  5. Emmanuelle

    Ma vie n’est clairement pas celle que j’imaginais quand j’étais ado.
    Je ne crois pas avoir tant que cela fantasmé sur le matériel… sûrement à cause de mon éducation et de mon côté un peu « zorro », je fantasmais plus ma vie « avec les autres » que ma vie « avec les choses ».

    Au final, c’est différent de ce que j’imaginais, c’est évidemment très perfectible… mais c’est aussi agréablement surprenant la plupart du temps 😉
    (je ne suis pas célèbre, j’ai peu d’amis, mais bien choisis, mon travail n’est pas le plus rémunérateur, mais il me plaît, j’ai trois enfants fatigants car ils sont en pleine forme, un mari que j’aime et je peux me permettre le luxe de trier, de refuser ou d’accepter certaines choses sans que ce soit compliqué)…

  6. S Catherine

    Eh non, je ne voulais pas d’une vie encombrée, cela ne veut pas dire que je ne me suis jamais sentie dépassée …. Même bien organisée, je pense que c’est impossible 24724h et 365/365j !
    Ce qui m’a beaucoup aidée, c’est la méditation que je pratique depuis bientôt 25 ans. Le fait d’apprendre à commencer mes journées par dégager pour moi ce moment essentiel, env 1/2 h, m’a permis de garder le sourire et l’énergie nécessaires pour faire face à la vie que je me suis construite, avec ses à coups.
    J’ai 4 enfants aujourd’hui adultes, un mari (famille reconstruite), une carrière (sans pause à part mes congés maternité), assumé mes parents vieillissants jusqu’à leur mort, un grand jardin, une maison, des amis et plein de projets et de rêves… Je dois encore progresser (beaucoup) dans le désencombrement de mon dressing, des objets souvenirs, du ça peut encore servir, des livres que j’adore mais que je ne relirai certainement plus, etc, etc…
    Ce blog m’aide, merci….

  7. Deanne Kriel

    Je m’excuse de ma grammaire pauvre, surtout parce que je ne sait pas ou trouver les diacritiques ici pour les lettres d’alphabet. Je suis Sud-Africaine et j’ai etudier Francais a l’universite il ya trente ans! J’aime vraiment lire le magazine ‘Art et Decoration’ pour ce qu’il contien et pour essayer de maintenir la langue, parce que je n’ai aucune personne avec qui je peux le parler au quotidiennement. J’aime beaucoup votre ‘blog’ pour la meme raison!

    Moi aussi je suis vraiment inspire par vos mots au dessous (above?)!!
    Vous m’avez fait pense au mes reves d’enfant. J’ai 50 ans, et je suis au milieu d’un ‘midlife crisis’ et je souffre aussi d’un ’empty nest’. Tout dans ma vie se change maintenant – mon mari et moi, nous nous demenage la semaine prochaine de notre maison de 14 ans ou nous avons voir notre deux enfants grandir. J’ai quitte mon travail de professeur d’Anglais.

    C’est maintenant le temps de choisir soigneusement ce que je vais fair avec le reste du temps que le Dieu nous donnes.

    Mercie pour me rappelez de mes reves d’enfant. C’est vraiment une bonne demarche (?)

  8. Merci pour votre témoignage, Deanne. Votre français est très clair et à jour, alors n’hésitez pas à venir le pratiquer ici avec nous. Above = au-dessus 🙂

  9. Bonjour,
    Oh , j’en ai pas tant que ça, je me libère de certaines choses que je ne porte plus, en fait je porte quasiment les mêmes hôtes et d’autres que je garde et que je porte plus rarement …
    Ma philosophie faire le vide pour mieux remplir …

  10. Les mêmes choses (merci de corriger )

  11. Mme Proscrabordel en rehab

    Oh là là… dans le mille Laurence.
    J’ai été élevée dans une famille où on aime l’ostentatoire et dans laquelle on jalouse les autres quoi qu’il ait, dans laquelle on ne m’a pas appris à faire de choix (alors que cela aurait été financièrement salutaire).
    Mon but était une réussite professionnelle écrasante coûte que coûte.
    Un burn out et beaucoup de recul plus tard. J’ai saturé et commencé le tri dans ma vie par le vrai problème: oser couper une relation toxique. Depuis j’avance à petits pas, tâche après tâche, j’ai l’impression que c’est insignifiant mais je vois que ça commence à porter ses fruits et ne fais plus marche arrière. C’est déjà top, non?
    Je construis mon vrai bonheur dans une famille aimante où l’on offre du temps et crée des souvenirs heureux.
    Petit à petit les possessions s’amoindrissent mais sont d’autant plus précieuses.
    Merci de nous aider à nous poser les vraies questions 🙂

  12. julie

    bonjour Laurence
    alors en ce qui me concerne, je rêvais principalement d’un autre métier que celui que je fais aujourd’hui, mais il faut choisir tôt, à un âge où on est très influençable!
    sinon ça n’est pas radicalement différent de ce à quoi je rêvais.
    Mais pour ce qui est de l’encombrement, je fais de mon mieux mais je ne vis pas seule mais avec un mari très écureuil et un enfant de 2 ans donc j’essaye juste de ne pas me laisser déborder… ce qui arrive de temps en temps. Je pense qu’il est difficile de faire exactement ce qu’on envisage quand on vit à deux ou en famille.

  13. Cathy

    Je suis inorganisée comme c’est pas possible. Pourtant j’essaie… Les tâches (administratives) me rebutent au plus haut point. [d’ailleurs, Laurence, si vous avez un truc à ce sujet, je suis preneuse]
    J’ai un boulot que j’ai réappris à aimer, à 3 ans de la retraite il était temps, mais on ne m’a laissé libre champ pendant des années. Maintenant je respire.
    Je fais 1 000 choses et je rêve d’en faire plus… ça ne rentre pas dans les cases…
    Je pense que j’ai toujours été comme ça…
    Mais bon, j’ai de très bons amis et ça, c’est pour moi le plus important.
    Merci pour ce blog et ces partages…

  14. griseldis

    Bonne question. Je ne voyais pas l’encombrement. Je suis née dans une maison où j’étais la 6e génération de la même famille. Le mobilier, les vêtements des arrière-grands’parents défunts, leurs vaisselle, leurs outils étaient là et c’était normal. Et, j’ajoute : malsain. J’ai mis 20 ans à vider tout ça, par  » à-coups » avec des ralentis et des « comment? y’en a encore??? » et des feux de joie qui me faisaient grand bien. C’est fini, la maison est vendue. Me croirez-vous si je vous écris qu’un passage au recyparc est un plaisir et que je deviens minimaliste. Et vivre dans la légèreté avec l’essentiel, c’est vraiment ce que je souhaitais.

  15. Pascale

    Je me voyais libraire ou bibliothécaire. Avec un lit de camp sous le bureau, histoire de ne pas perdre bêtement de temps à ne pas lire.
    Et puis non, à la réflexion, pas libraire : me séparer d’un bouquin que j’aurais apprécié aurait été un véritable crève-cœur.
    Je ne suis devenue ni l’une, ni l’autre et — horresco referens — j’ai dû à l’occasion de mon récent déménagement me résoudre à donner quelques mètres cubes de livres. J’en ai toujours trop. Et j’en rachète…

  16. La bibliophilie est une maladie incroyablement courante. Et même avec une médiathèque au coin de la rue, on a du mal à se soigner. Toutes ces promesses que contiennent les livres! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s