Ce que nous enseigne le contenu de nos placards

L’entrée de la maison de Claire

Quand vous faites du tri dans vos placards, vous vous focalisez sur la façon la plus appropriée de vous débarrasser de ci ou ça. Bravo.

Mais puis-je vous suggérer un autre point de vue? Se pourrait-il que ces objets, utilisés une ou plusieurs fois, mais oubliés depuis, nous enseignent quelque chose? Pourraient-ils nous servir à réaliser que tous ces objets représentent

  • une dépense d’argent
  • un comportement qu’il vaudrait peut-être mieux ne pas reproduire dans le futur?

Creusons un peu ces idées (que j’espère bien voir enrichies par vos commentaires).

Ces objets qui vont partir de chez vous représentent de l’argent

Oui, merci Laurence, on n’a pas besoin de vous pour savoir ça. Ne vous fâchez pas, voyons. Disons juste que cet argent aurait pu se retrouver sur un compte d’épargne, pour préparer voyages passionnants ou études des enfants (appartement en grande ville, permis de conduire, école privée…) ou encore votre retraite. Car, comme vous le savez, plus vous économisez sur une longue période, plus ça vous rapporte (la magie des intérêts, tout ça).

Il est bon de se souvenir, la prochaine fois qu’une jolie blouse vous fait de l’oeil en vitrine ou sur internet, que vous venez d’en faire partir trois chez Emmaus. Et qu’il vous en reste encore sept. Ca devrait aller, peut-être?

Les jouets des enfants sont aussi de bons candidats à la réflexion: combien de jeux/tapis d’éveil, de mobiles aux couleurs pastels, de jouets aux couleurs de leur héros favori sont passés entre leurs mains?

Certes, si vous avez tout récupéré de chez votre cousine, moi je ne dis plus rien. Mais si vous, chers parents soucieux de l’épanouissement de votre progéniture, avez acheté tout cela; si vous  constatez maintenant qu’ils en ont plein leurs placards, sous leur lit et un peu aussi dans le salon, et que plus personne n’y joue plus parce que (attention: scoop) ils ont grandi, tâchez de vous en souvenir, la prochaine fois qu’une fête familiale arrivera.

Si je peux me permettre un conseil, passez plutôt du temps avec vos enfants (éventuellement en utilisant les sous que vous n’aurez pas dépensé en objets pour eux): c’est encore ce qu’ils préfèrent. Il arrivera bien assez tôt le moment où une tablette sera leur seule et unique source de divertissement.

Ces objets qui vont partir de chez vous représentent des comportements que l’on peut… discuter

L’exemple qui me vient en tête est le matériel sportif. Pour vous motiver à faire du sport, vous avez acheté un ballon de pilates, des haltères, voire carrément un elliptique.

Moi, je voudrais bien vous féliciter. Mais 95% du temps, ces objets se retrouvent entreposés à la va-comme-je-te-pousse* . Et non utilisés bien sûr.

Pourquoi? Vous avez tout simplement acheté le matériel en pensant qu’il créerait, comme par magie, l’habitude saine que vous cherchez à développer. Eh non. En réalité, il faut prendre le problème dans l’autre sens: d’abord on crée l’habitude recherchée (celle de se bouger régulièrement), puis, quand elle est bien installée, on se lâche sur le matériel.

Chers lecteurs, avez-vous, lors de vos tris, pris conscience de comportements que vous avez, du coup, pensé modifier?

 

 

*Bon sang, ce français, quelle langue! Ca vaut la poudre de perlimpimpin, non?

11 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Budget, Comment faire des économies, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter

11 réponses à “Ce que nous enseigne le contenu de nos placards

  1. J’ai pris conscience de tout ça le jour où j’ai commencé à pratiquer le Presque Zéro Déchet. J’ai encore beaucoup de travail à faire mais je me sens beaucoup mieux et libre surtout depuis que j’essaie de limiter ces nombreux déchets (et achats) inutiles !!

  2. Librarian

    Pour ma part, l’electrochoc est venu de la lecture de ce blog. Il est devenu évident pour moi dorénavant que chaque objet qui rentre chez moi fait l’objet d’une petite réflexion. Je pense à sa durée de vie dans sa globalité et la fréquence d’usage avant même de l’avoir acheté. Et bien souvent, j’en arrive au constat qu’on n’a pas besoin de ça. Petit à petit, je m’entoure uniquement d’objets dont je me sers. Et ça conduit à + de disponibilité pour du temps utile, un meilleur contrôle de l’environnement = meilleure estime de soi. Les bienfaits sont nombreux sur moi, ma vie est transformée.
    Pour les affaires de mon enfant, j’aime à penser que les jouets et les vêtements sont un flux. Ils vont, ils viennent au gré des besoins, mais ne restent pas dans mes placards.
    Pour les gros objets, j’utilise le site sharevoisins, où les gens du quartier se prêtent qui une perceuse à percussion, qui un lit parapluie ou un appareil à raclette.
    Les magazines dont je raffole, eh bien je les lis sur mon ordinateur grâce à un abonnement de bibliothèque aux revues numériques.
    Il y a plein d’autre astuces pour réduire l’entrée des objets chez soi !
    Tout ça, c’est effectivement des $$ en +. Je n’ai jamais quantifié mais il est clair que ça a contribué à hausser notre niveau de vie. Merci Laurence !

  3. Marquisecoco

    Chère Laurence, c’est toujours un plaisir de vous lire ! Comme Librarian, c’est en lisant votre blog que je prends conscience du temps/de l’argent/de la place que je perds à acheter certains objets /vêtements de façon tout à fait spontanée /compulsive /non réfléchie, objets que je regrette souvent d’avoir acheté après coup. .. Je n’ai pas encore acheté les haltères (j’avoue y avoir souvent pensé, avoir même été jusqu’à chercher où m’en procurer et à quel prix avant de me dire que 2 bouteilles d’eau pourraient bien faire l’affaire pour commencer à prendre de bonnes habitudes – même si en moi-même je me disais qu’avec de jolies haltères, je serais sûrement plus motivée 😉), mais j’avoue avoir déjà acheté un vélo d’appartement que j’ai revendu qq mois plus tard sans l’avoir utilisé ou presque (les premiers jours bien sûr, pressée d’utiliser mon nouveau jouet 😄)… bref, le chemin est long, j’essaie régulièrement de faire du vide mais quand je vois tout ce qui reste à faire, je me dis que je vais y passer des années !!! Heureusement, grâce à vous, j’y arrive un peu, prenant ici et là qq idées dont j’essaie de faire de nouvelles habitudes. .. Bonne journée.

  4. Emma

    Comme l’exemple de la blouse me parle ! Il faut vraiment que je fasse quelque chose, d’autant plus que j’ai la même chose en t-shirts.
    Je crois que je vais les compter et que ca m’effrayer 😉

    En revanche tout le matériel sportif sert, mais je suis sportive, et sais qu’un vélo d’appartement n’est jamais vraiment utilisé. En revanche s’il y avait une solution pour partager le matériel de randonnée/bivouac/cyclotourisme, ce serait top, car quelle perte de place pour une utilisation sporadique mais néanmoins régulière.

  5. Emmanuelle

    Arf… pour moi, c’est le maquillage… j’achète en me disant « allez, c’est décidé, je me maquille, je serai un peu plus jolie »… et dès le premier essai, je mets de côté (meuh ! J’ai pas l’air moins déterrée, je réessaierai plus tard)…. et je retrouve lesdits produits quelques années après, pas utilisés à la prochaine vague de « je suis pas assez féminine »…
    Pour les vêtements, j’ai adopté la stratégie qui consiste à être sûre d’en avoir envie… et celle qui consiste à me donner une saison pour donner (si je ne l’ai pas porté cette saison, c’est que je ne le porterai pas)… pas toujours efficaces ,mais mieux qu’avant en contrôle d’envie…

  6. Catherine P.

    Je récupère beaucoup de choses de chez mes soeurs, je n’achète aucun vêtement pour mes enfants, je garde certains jouets qu’elles me donnent pour les offrir aux anniversaires.
    Il n’empêche que je stocke bien trop de choses chez moi.
    Je m’en suis rendue compte quand j’ai trié des vêtements avec mon conjoint. Il disait : « On garde cette veste pour les jours où il pleut, celle-là pour quand il fait froid, un coupe-vent pour la mer, celle sans manche quand il fait beau. » On avait toutes ces vestes à disposition sans rien devoir dépenser alors on gardait au cas où… (les martiens viendrait nous voler ?)
    On s’est retrouvé avec 1 porte-manteau à 6 crochets pour nos 2 enfants et il était rempli !
    Je pense que si on avait dû faire la dépense, on aurait pris une veste pour chacun.
    Aujourd’hui je fais beaucoup plus attention à ce que nous achetons, gardons, récupérons et personne ne voit la différence (si ce n’est moi qui voit plus clair et qui suis plus légère).

  7. catherine

    Ici aussi, je me questionne désormais sur chaque achat d’objet, et même alimentaire. Et aussi j’y sensibilise beaucoup mes enfants. Ce sont de petits écureuils et ils veulent tout garder. Alors peu de jouets rentrent… Je donne beaucoup et j’achète d’occase ou j’emprunte. Notre niveau de vie a aussi beaucoup baisser car j’ai dû arrêter mon activité salariée. Mais nos dépenses ont vraiment baissées elles aussi car nos besoins sont minimes désormais et je me sens beaucoup mieux
    .

  8. Filo

    Et ces objets qui entrent parce qu’ils sont débarrassés de chez la cousine/beau-frère/tante, et qu’on ne va pas les jeter n’est-ce pas, ça vous servira surement à vous? Et nous voilà à surcharger les placards de choses qu’on n’aurait pas achetées mais pour lesquelles on doit remercier et qui encombrent….Bon je caricature un peu mais c’est l’idée! Et les listes de mariage? Je sais que ce n’est plus trop à la mode et qu’on préfère maintenant financer un beau voyage (belle idée!) Néanmoins, levez le doigts ceux qui se retrouvent avec un magnifique service à thé en Limoges d’aucune utilité, ou une ménagère complète en argent inutilisable en LV ou que sais-je encore…
    Comme beaucoup de vos lecteurs, je crois que c’est la lecture assidue de vos billets qui m’a donné à voir tout ce qui encombrait inutilement mes placards…..et m’a donné l’élan nécessaire pour me dire « mais tu n’es pas obligée de garder tout ça! »

  9. Eh M'dam

    Demain, déjeuner chez des amis qui viennent d’avoir des jumelles. On n’achète pas de cadeau mais on a sélectionné quelques vêtements (par 2) de ma fille, avec elle, on a mis dans une jolie boîte et…. hop la décroissance! hop de la place dans mon bazar!

  10. Cathie

    En réponse au commentaire d’Émma, pour le matériel sportif qui sert vraiment mais occasionnellement. Personnellement, je n’aime pas prêter, j’ai toujours peur que mes affaires soient abîmées. Alors je cherche à louer. Peut-être y-a-t-il ça aussi chez vous, j’habite Toulouse et à la maison du vélo la location est à 6,00€ la semaine, 12,00€ le mois. Parfait pour les balades de fin de semaine, je vais le chercher le vendredi et je le ramène le lundi. Où je loue un pliant qui rentre dans la voiture pour partir en vacances. Il n’encombre pas la maison, je n’ai pas besoin de l’entretenir, par contre je sais qu’il a été vérifié, frein, éclairage, tout.

  11. griseldis

    Pour moi, la suppression des achats de vêtements inutiles ont commencé quand je me suis mise à noter les dépenses quotidiennes dans un cahier de comptes (l’ordinateur à la maison n’existant tout simplement pas). Dans un premier temps, j’ai pris conscience de l’achat inutile en le voyant écrit noir sur blanc. Dans un deuxième temps, je me disais la main sur le cintre « tu vas encore pester en écrivant la dépense » et il y a 35 ans que cela dure, sauf qu,il n’y a plus de cahier de comptes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s