Archives de Catégorie: Apprendre à s’organiser

Alors, on se voit samedi?

Que vous ayez envie de découvrir enfin ce qu’est le mind mapping ou que vous vouliez vous entraîner à convaincre en moins de deux minutes, venez donc assister à l’atelier  que j’anime

samedi 23 septembre, de 11h00 à 12h30

à la médiathèque François Mitterrand des Ulis (91), Esplanade de la République.

C’est gratuit, aucune réservation n’est demandée.

Est-ce que cet atelier est pour moi, vous demandez-vous? Oui, surtout si

  • vous êtes amené à expliquer des choses à des gens qui n’ont pas beaucoup de temps, au travail ou dans votre vie privée
  • vous perdez facilement le fil de vos pensées quand vous devez prendre la parole
  • vous vous rendez compte que vous pourriez être plus synthétique pour être plus percutant
  • vous avez prochainement un entretien important et vous voudriez « assurer ».

J’espère vous y voir nombreux.

8 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Comment s'organiser au travail, Conseil en organisation personnelle

Organisation et plaisir: incompatible?

MoutonSauteMais, Laurence, quel plaisir pouvons-nous bien trouver à nous organiser? Pour nous, Bordéliques de fraîche date ou Bordéliques-nés, l’organisation est une contrainte. Et les contraintes, on n’aime pas ça. Allez, on vous lance un défi: essayez de nous convaincre qu’organisation et plaisir vont de pair.

Le plaisir simple du « ça, c’est fait ».

Tout le monde le connaît celui-là. Il suffit d’avoir, une fois dans sa vie, coché une liste de choses à faire, même toute petite, pour s’envoyer des bouffées de satisfaction qui font drôlement du bien à l’ego. La liste permet de bien visualiser ce qu’on a réussi à faire. Ca marche moins bien si c’est simplement dans notre tête.

Le plaisir du « ça roule tout seul »

Ce plaisir-là, on le trouve par exemple, quand on possède une ckeck-list et qu’on la passe en revue, item après item.

Prenons un exemple: vous êtes à peine revenus de vacances et vous souvenez encore bien de la difficulté que ça a représenté de préparer les affaires de tout le monde avant de partir. Sans parler des actions à effectuer (clefs, plantes vertes, animal, renouvellement de papiers d’identité…). Cela vous a occupé la tête pendant plusieurs jours, vous avez fini par boucler les valises à minuit alors que vous deviez partir le lendemain à 5 h du matin.  Et pour tout dire, vous avez embarqué quelques vêtements encore humides parce que vous aviez réalisé qu’il en restait dans le sèche-linge. Vous avez dû racheter des tongs et des paréos sur place parce que plus personne ne savait où ils étaient rangés.  Bref, vous êtes partis en vacances avec un niveau de stress phénoménal et vous êtes juré « plus jamais ça ». C’est vrai, quoi, il est où le plaisir, dans ces cas-là?

Pour vous éviter ces mauvaises expériences, et donc trouver du plaisir à  préparer vos vacances (pour poursuivre mon exemple),  il s’agit de séparer la phase de réflexion (stimulante, imaginative et donc plaisante) de la phase d’exécution pure.

On va d’abord constituer une check-list. Si les pilotes d’avion et les cuisiniers le font, on peut le faire aussi.

  • On démarre la liste sur un support qu’on aime bien, qu’on pourra retrouver à volonté  et qu’on peut déplacer (notes de votre téléphone portable, Evernote, cahier, voire, à ce stade, une feuille volante mais c’est risqué).
  • On inscrit tout ce à quoi on pense, en passant en revue mentalement une journée-type en vacances, par exemple.
  • Quand on pense qu’on a fait le tour, on laisse reposer.
  • Inévitablement, d’autres idées nous viendront en tête plus tard: il faudra bien sûr les ajouter à la liste. On peut modifier, enrichir, simplifier cette liste. A un moment, on sent qu’elle est aussi complète que possible.

Phase 1, dite de réflexion, terminée. Sans précipitation ni stress. Pas mal.

Phase 2: l’exécution.

Si vous avez déjà essayé de suivre une recette mal écrite, où vous découvrez en cours de route qu’il faut 50 grammes de beurre et de la farine,  alors que vous n’en avez pas, vous comprenez où je veux en venir. Le plaisir de la check-list vient de la possibilité de la suivre fidèlement, aveuglément, sans se poser de question, quel que soit votre état de fatigue ou (d’absence) de concentration.

Les valises vont se remplir presque toutes seules, le chat sera nourri en votre absence puisque vous y aurez pensé au bon moment, rien ne sera oublié, aucun enfant ne sera grondé et personne ne boudera dans la voiture jusqu’au péage de Saint Arnoult.

Le droit de s’accorder… du plaisir

Quand nous parlâmes de procrastination, sur le blog, je vous disais à quel point  les récompenses sont indispensables pour s’encourager à chaque fois qu’on choisit de passer à l’action au lieu de repousser à plus tard.

J’entends souvent « je ne m’autorise pas à faire quelque chose qui me ferait plaisir parce que je n’ai toujours pas rangé mon salon/trié mes vêtements/fait le ménage… ». Là encore, il est où, le plaisir? Non seulement vous avez reporté (encore) une activité que vous n’aimez guère, mais en plus vous vous sentez coupable et en plus vous vous punissez. Halte-là! Mon coeur tendre d’organisatrice supporte très mal ces souffrances morales. Jurez-vous la chose suivante: si, après la lecture de cet article, vous attaquez une « corvée » (attention: attaquer ne veut pas forcément dire « finir »), vous vous accorderez quelque chose qui vous fait plaisir:

  • si vous étiez dans le salon: regarder un film, écouter de la musique que vous aimez, lire un magazine
  • si vous étiez dans la cuisine: fabriquer un plat que vous aimez (mais pas forcément vos proches), inviter quelqu’un à prendre le café
  • si vous étiez dans votre salle de bain: se faire couler un bain moussant, se mettre du vernis sur les pieds
  • si vous étiez dans votre chambre: faire une petite sieste, lire au lit…

Choisissez un truc bien égoïste, régressif, qui signale « paresse, détente, voire gros péché ».

Le plaisir de se sentir progresser

J’ai la chance d’avoir des lecteurs qui me disent qu’ils font des progrès en organisation grâce à ce blog et mes livres. J’imagine que c’est parce que ça leur fait plaisir qu’ils m’en parlent.

Alors? Convaincus?

Pour aller plus loin:

  • Tiens, puisqu’on parle vacances et que, si ça trouve, vos valises ne sont pas encore tout à fait vidées… cet article va vous aider.
  • Ah! la check-list qui sauve le cerveau. C’est ici aussi.
  • Après « organisation et plaisir », pourquoi pas « organisation et confiance« ?
  • Enfin,  il me semble que « du Temps pour moi » et vos commentaires complètent bien  cet article du jour.

14 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Arrêter de procrastiner, Bordélique?, Coach en organisation, Comment mieux s'organiser, S'organiser à la maison

A la rentrée, s’organiser c’est (encore plus) facile

Pour préparer la rentrée, j’ai quelques nouvelles à vous annoncer:

A la radio

Ma co-auteure Stéphanie et moi sommes invitées à l’émission de Sophie Nouaille sur Radio Notre Dame, en direct,  demain mercredi 30 août, de 9h à 10h.

Plus radiophoniques que nous, ça se peut pas. Enfin, je parle pour Stéphanie, qui a davantage l’habitude que moi…

Dans les librairies

« Le Grand Livre pour s’organiser » devient « Apprendre à s’organiser, c’est facile!« , tout beau, tout « relooké », comme on dit chez Eyrolles. En voici la couverture:

Apprendre à s'organiser c'est facile

On sent bien que cette jeune femme a besoin de ce guide, non? Notez toutefois que les conseils qu’il contient conviennent à tous les âges et tous les sexes, à l’école, au travail et à la maison. Et que, grâce à notre méthode, vous n’aurez plus jamais besoin de notes adhésives (sauf si ça vous fait plaisir, bien entendu).

En live

Le programme d’ateliers à la médiathèque François Mitterrand des Ulis (91) reprend et ça m’enchante.

On va pouvoir faire connaissance (ou se revoir pour certains d’entre vous).

J’y anime:

« Convaincre en deux minutes grâce au mind mapping »

samedi 23 septembre, de 11h00 à 12h30.

C’est gratuit, l’entrée est libre, la médiathèque fournit le matériel.

 

4 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Comment mieux s'organiser, Comment s'organiser au travail, Conseil en organisation personnelle, Dans les media, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

Les VBI (vraies bonnes idées) de la semaine

Je suis allée piocher dans le catalogue Helline pour ces trois objets que je trouve bien utiles pour votre organisation à la maison:

 

L’égouttoir d’angle

Original et bien pratique dans une toute petite cuisine.

L’organiseur de bain (ou de WC)

Parce que c’est tout de même plus esthétique d’y stocker les produits d’hygiène féminine, par exemple. Ou encore le pschitt des toilettes, ou le papier, ou … à vous de voir.

Le vestiaire de porte

A placer par-dessus une porte (pas de trous à faire). On y met la veille au soir la tenue qu’on a l’intention de porter le lendemain ou les vêtements du jour, portés une fois et qu’on souhaite aérer avant de les ranger (note personnelle: Carol, j’ai pensé à vous pour celui-ci).

Et vous, chers lecteurs, possédez-vous des objets tout simples, comme ceux-ci, qui vous simplifient la vie? Vous nous en parlez?

8 Commentaires

Classé dans Aménager les pièces de la maison, Apprendre à s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Comment ranger, Conseil en organisation personnelle, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

La chance que j’ai

Je considère que j’ai de la chance, dans la vie. Vous voulez des preuves? J’ai choisi de vous montrer le mail de Nelly, qui a la gentillesse de m’expliquer l’impact positif que ma modeste contribution a sur sa vie. Si ça, c’est pas une chance…

 

« Chère Laurence,

Comment vous dire ? Oui, comment vous dire MERCI ?

Depuis maintenant 4 ou 5 ans je crois, vous avez considérablement changé ma vie. Oui, je dis bien CONSI-DÉRA-BLE-MENT. J’étais complètement perdue et épuisée dans ma vie, à même pas 30 ans.

Un jour, ma meilleure amie m’a envoyé un lien vers votre blog, et tout a changé. J’ai pris ma vie en main, j’ai acheté 2 de vos livres (Savoir s’organiser, et j’aide mon enfant à s’organiser). Je n’ai pas encore réussi à tout mettre en place, on ne soigne pas des années (que dis-je, des décennies !) de procrastination du jour au lendemain, cela nécessite une sérieuse reprogrammation du cerveau, mais malgré tout… j’ ai fait d’énormes progrès, grâce à vous. Je ne perds plus mes clefs, je ne passe plus des heures à chercher des papiers, plus personne n’est en panne de chaussettes le matin (hum, je vous entends penser… le soir pour le lendemain, je veux dire ! « Ce soir prépare demain ! »).

Bref on s’y retrouve, et je respire, finalement. Donc je voudrais vraiment vous dire merci, MERCI infiniment pour tout ce que vous m’avez apporté. Même si vous, vous ne me connaissez pas, vous êtes comme une amie pour moi. Parfois, je me dis : « Ah, Laurence serait fière de moi ! » ou au contraire : « FBI ! ». Voilà. Et ce matin, j’ai pensé à vous en visitant le blog des « Fabuleuses au foyer » et je me suis dit qu’Hélène (la blogueuse) gagnerait à faire la rencontre de Laurence…

Et j’ai réalisé à quel point vous aviez été un tournant dans ma vie, ( j’en ai eu les larmes aux yeux) et que j’avais depuis trop longtemps remis à plus tard cet e-mail. Voilà qui est fait.

Je vous souhaite très sincèrement une bonne réussite dans la poursuite de votre vie.

Bien cordialement, Nelly »
Pfiou, que d’émotion, ce matin. Merci Nelly.

Et un grand merci aussi à toutes celles qui m’envoient des mails adorables que je ne publie pas mais que je garde soigneusement.Sans parler des personnes qui ont fait de nombreux kilomètres samedi après-midi pour venir assister à mon atelier « l’efficacité au travail, sans le stress ». Ca me touche et je me sens privilégiée.

 

7 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Comment mieux s'organiser, Home organiser ou home organizer, Les autres et moi, Mon avis, S'organiser à la maison

Prochain atelier gratuit: le 25 mars à 15h00 – « L’efficacité au travail, sans le stress »

Mouton2TonteDu 13 au 26 mars, c’est la semaine d’information sur la santé mentale.

A cette occasion, j’interviens le samedi 25 mars à la médiathèque des Ulis, sur le thème:   « L’EFFICACITÉ AU TRAVAIL, SANS LE STRESS »

  • Endroit: médiathèque François Mitterrand, Esplanade de la République, Les Ulis
  • Quand: samedi 25 mars 2017
  • Horaires: de 15h00 à 16h30
  • Pour qui: adultes
  • Prix: gratuit, aucune réservation n’est nécessaire

On se voit le 25?

5 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Comment mieux s'organiser, Comment s'organiser au travail, Conseil en organisation personnelle

Dans la tête d’un jeune Ecureuil Sentimental

Moutons2_bebesNe reculant devant aucune expérience de psychologie comportementale, j’utilise souvent parfois mes enfants comme sujets. Après tout, l’illustre Piaget en faisait autant et on ne le lui a jamais reproché.

J’ai donc interviewé Fille Aînée au sujet de son grand tri de vêtements, l’autre jour.

Objectif: comprendre et partager sur le blog le point de vue d’un jeune Ecureuil Sentimental de 24 ans. Volontaire, je le précise.

Extraits du dialogue, façon pièce de théâtre

La mère: Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire le tri?

La fille: Je commence une nouvelle vie: j’avais besoin de préparer une nouvelle garde robe « d’adulte ». Travail oblige! On a tout de même retrouvé des vêtements qui dataient du début du lycée.

La mère: Quel effet ça fait de retrouver et trier ces vêtements-là?

La fille: Ca m’a fait me rendre compte que j’avais grandi, et que leur heure était arrivée. Mais je les ai remerciés pour leur loyaux services (commentaire de la mère: tiens donc, ma fille est shintoîste?).

La mère: Comment se fait-il que tu gardes des vêtements aussi longtemps?

La fille: Ca me rassure de posséder beaucoup de vêtements car j’aime bien avoir le choix et pouvoir les mélanger. Je sais que jeter est nécessaire mais je n’aime pas ça. J’ai peur qu’ils ne soient pas remplacés. Il y a des vêtements qui sont plus difficiles à jeter que d’autres: ceux qu’on a beaucoup portés et qu’on aime. Parfois on n’est pas prêt à jeter mais il faut se faire violence. Je ne me souviens pas d’avoir jamais fait un tri de vêtements comme ça!

La mère: Est-ce que tu as ressenti quelques pincements au coeur?

La fille: Oui et non. Oui parce que ça faisait longtemps que je les avais et non parce que je sais qu’ils vont être remplacés par d’autres qui me correspondront mieux. Je vais essayer de faire dans la qualité et plus dans la quantité comme avant. Mais il faut dire qu’ il y avait dans l’armoire autant de vêtements qu’on m’avait donnés que de vêtements achetés!

La mère: Qu’éprouves-tu en voyant partir ces vêtements?

La fille: Voir un gros sac poubelle rempli m’a fait du bien parce que ça signifie que je démarre une nouvelle vie et que ce que je vais racheter sera plus en accord avec mon âge.

La mère: Aurais-tu fait cette démarche toute seule?

La fille: Je n’aurais pas fait ce tri toute seule, pas à ce point, en tout cas. Je me serais dit « celui-là peut encore me servir… ». D’avoir quelqu’un qui te montre les raisons pourquoi tu ne les portes plus (trou, tâche, forme qui ne met pas en valeur…), ça aide. Ca prouve que les vêtements ne sont pas uniques et irremplaçables.

Chers Ecureuils lecteurs de ce blog, que vous inspire cet échange?

 

 

7 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Apprendre à s'organiser, Bordélique?, Comment ranger, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Les autres et moi, Oser jeter, S'organiser à la maison

Mes conseils pour votre fin d’année

Il y a des semaines clefs dans l’année*. Je veux dire clefs du point de vue du rangement.

La semaine 52, dite aussi « entre Noël et le jour de l’An » est l’une d’elles.

Ah oui, c’est sûr, cette semaine là, on va voir ce qu’on va voir. Ca va dépoter, à nous le tri et le rangement! Pas question de débuter 2017 dans ce fourbi. Quel courage, quelle détermination, bravo.

Parlons astuces, à présent, pour vous éviter dispersion et épuisement comme la dernière fois que vous avez attaqué le bazar, vous vous souvenez?

Astuce N°1: on ne s’occupe pas des fantômes

Pardon, Laurence? C’est quoi encore, cette histoire de fantômes?

fantomes

Je m’explique: un fantôme, on sent que c’est là alors même que c’est invisible et ça nous met mal à l’aise. Ainsi, vous pourriez croire qu’il faut d’abord s’occuper des parties invisibles de votre logement (placards, cagibis, fonds d’armoire…) avant de vous attaquer au reste. Pour faire de la place, pardi.

Funeste erreur, cher Ghost Buster.

Pour deux raisons:

– si c’est invisible, les résultats ne se verront pas non plus: frustrant et décourageant. Vous qui étiez si déterminé(e)!

– ce qui est à la vue est généralement plus utile à votre vie de tous les jours que ce qui est enfoui depuis des lustres: ce sera beaucoup plus agréable de constater les différences sur ces objets du quotidien.

Les fantômes, on s’en occupera plus tard, si on a le temps et l’envie.

Astuce N°2: on ne confond pas tri et rattrapage

Votre objectif prioritaire:  éliminer le plus d’objets inutiles et/ou moches possible.

Votre objectif secondaire: regrouper les « survivants » par catégorie d’occasion (voir cet article).

Il n’y a pas d’objectif tertiaire qui serait « tant que j’y suis, je vais recoller les pattes du petit lion en plastique, nettoyer le dessus des plinthes, me lancer dans la fabrication d’étiquettes maison trop jolies, rappeler Justine dont je viens de retrouver le message, relire tous les magazines avant de m’autoriser à les jeter…. ».

Halte. Ce n’est pas le moment de rattraper vos retards. En revanche, notez tous ces petits « il faut que » sur votre cahier pour pouvoir y revenir quand ça vous arrangera.

DSC_0408

Photo Michel Seguret

Quelques idées d’objets à éliminer en semaine 52?

– le service à foie gras qui n’a pas servi à Noël (c’est bien une preuve, non?) et la carafe de luxe, et le chauffe-machins et… à vous de voir

– guirlandes et décorations de Noël qui ne sont pas sorties des cartons ou qui sont cassées

cadeaux tombés à côté de la plaque (Ebay, Le bon coin, Emmaus?)

magazines et journaux non lus pendant l’année (pourquoi auriez-vous plus de temps en 2017?)

pile livres

– un petit tour dans la penderie (les soldes approchent, mais je ne vous ai rien dit, OK?)

– matériels et jouets d’enfants devenus trop petits ou cassés (il faut de la place pour les cadeaux)

papiers et catalogues périmés, de type « aucazou ».

Et vous, allez-vous utiliser cette semaine 52 pour retrouver un peu d’ordre et de paix?

*Cet article est repris d’un ancien article de 2012, notamment parce que je pense qu’il sera utile à Mathilde, qui se reconnaîtra.

 

14 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Comment ranger, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison

Mère au foyer, comment dégager du temps pour moi?

Mouton2GrimpeJe me souviendrai longtemps de mon intervention de jeudi dernier. C’est la première fois que j’ai dû prendre la parole devant un groupe de mères (et grand-mères) au foyer, tout en évitant les bébés qui rampaient sur le sol entre mes jambes. J’ai trouvé ça follement amusant bien qu’un peu déstabilisant, au sens propre!

Parmi les questions que l’on m’a posées:

« Comment dégager du temps pour moi alors que

je dois gérer une famille nombreuse, des activités individuelles et familiales multiples

et « faire tourner » la maison? »

 

Savoir ce qui vous ferait plaisir

Trivial, non? Pas tant que ça: quand on a la « tête dans le guidon », c’est-à-dire bien submergée dans le quotidien, on avance de « il faut que… » (j’aille chercher les enfants/ je réponde à Béatrice/ je n’oublie pas de passer à la banque…) en « il faut que… » (je rappelle à Bastien de donner les sous à son institutrice/je prenne rendez-vous chez l’orthodontiste/j’appelle Belle maman…).

La fatigue aidant, on peut se retrouver à repousser à plus tard une hypothétique activité personnelle à laquelle on n’a même pas l’énergie de réfléchir.

Etre bien persuadée que ce temps pour soi, personne ne va nous l’offrir. Personne… sauf nous-même.

Oh, ce serait peut-être un poil exagéré de traiter notre famille de tribu de vampires, mais parfois, on se demande jusqu’où ils sont capables de sucer notre énergie, nos émotions et notre temps. Réponse: il n’y a pas de limites. Tant vous leur en accordez, tant ils en prennent. Sans aucune malveillance, évidemment. Il faut dire que nous sommes infaillibles. Presque. Alors pourquoi ne pas laisser Maman en faire un maximum?

Pour se reposer sur nous, ils se reposent. Et qui se réveille la nuit pour voler au secours/faire des listes dans sa tête/ repasser (si, si)? En même temps, si l’on considère que c’est notre rôle d’être au service de tout le monde, tout le temps…à qui voulez-vous qu’on se plaigne?  C’est tant pis pour nous.

En revanche, si nous éprouvons l’envie de faire autre chose qu’enchaîner les lessives/le repassage/les trajets/la cuisine/les courses, ce temps, il nous faudra le prendre. Eh oui. Ils survivront. Il se pourrait même qu’ils apprécient de ne plus avoir, allez disons 1h30 par semaine, Maman dans les parages. A vous de ne pas faire votre mater dolorosa et trouver toute sorte de prétexte pour ne pas aller à la zumba/la broderie/l’assoc’.

Créer puis entretenir l’autonomie

C’est là qu’intervient l’organisation familiale.

Si nous voulons prendre du temps pour nous, cela signifie que nous allons faire en sorte qu’ils se débrouillent sans nous. Attention: sans que cela génère plus de travail pour Maman à son retour. Sinon, c’est pas sympa (le grand classique de la cuisine à récurer de fond en comble parce qu’on s’est lancé dans un plat en sauce en notre absence).

Nous allons devenir dispensables (l’inverse d’indispensable. Ca existe certainement).

A partir de maintenant, tout ce que vous pensiez être la seule à savoir faire à la maison, vous allez devoir l’enseigner aux membres de votre famille, selon leurs âges et compétences. Vous leur expliquez qu‘ils en auront besoin plus tard (on ne sait pas encore quand, mais ce n’est pas grave).

Exemples

  • Faire les différentes lessives: de la lecture d’étiquettes au vidage des poches en passant par les températures adéquates. Faites un tableau et affichez-le au-dessus de la machine, après avoir vérifié que tous les concernés peuvent le mettre en application
  • Planifier les menus. Contrairement à ce que croient vos enfants, vous ne faites pas les courses au « feeling », en butinant dans les rayons physiques ou virtuels (ou alors, vous dépassez souvent votre budget et hébergez probablement des salades toutes noires au fond du frigo, or ce n’est pas ce qu’on veut leur enseigner, n’est-ce pas?)
  • Faire les courses en suivant la liste (suite logique du point ci-dessus)
  • Faire des repas équilibrés. De quoi cela se compose, au juste? Pourquoi?
  • Prendre soin de son environnement: ranger, nettoyer; quels outils, quelles méthodes, quelle fréquence?
  • Découvrir les avantages de tenir soi-même son agenda (pour les ados): utile pour planifier, anticiper, prévoir contraintes et obstacles à l’avance
  • Un rangement simplissime, logique. On ne devrait jamais vous demander « Maman, où sont les…? » pour les objets du quotidien.  Sinon, non seulement vous fournissez les objets que l’on vous demande, mais, bien sûr, ce sera à vous de ranger derrière. Mon amour des étiquettes vient de là.

Donc, vous voilà à la tête d’une formidable équipe en cours d’autonomisation qui peut maintenant se passer de vous pour:

  • l’entretien de 80% du linge (le premier qui touche à mon pull en cachemire…)
  • faire les courses, puisqu’il y a une liste qui n’est plus dans votre tête mais en libre accès
  • faire les repas si vous n’êtes pas là, en se basant sur le très beau plan de menu, évidemment
  • l’entretien de 80% de la maison (vous saviez qu’ils sont persuadés que les fours à micro ondes se nettoient tout seuls? Un peu comme les toilettes. Soupir)
  • prendre ses rendez-vous après vous avoir consultée (si transport nécessaire)
  • ranger!

Maintenir le cap

Est-ce que vous commencez à percevoir comment votre organisation va vous permettre de déléguer les corvées du quotidien de façon à ce que vous puissiez prendre plus de temps pour vous?

J’ajoute,  qu’à mon avis, une famille n’est pas une démocratie. Je suis même sûre d’avoir déjà énoncé cette opinion plusieurs fois sur ce blog.

Famille nombreuse = famille heureuse et non famille râleuse. Je vous dis ça parce que si ce concept de délégation est nouveau pour vous, cela ne va pas arriver en deux jours. Ils vont sans doute renâcler, rouspéter, tenter de se défiler, oublier… c’est bien normal. On sourit, on reste ferme et hop, à la piscine!

Si vous êtes mère de famille nombreuse au foyer, vous voulez bien partager les astuces qui vous font gagner du temps, avec nous, en commentaires?

 

 

 

 

 

 

 

 

12 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Apprendre à s'organiser, Budget, Comment faire des économies, Comment mieux s'organiser, Conseil en organisation personnelle, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

Idée originale: l’imprimante à roulettes… et ses accessoires

Comment voulez-vous que je résiste à cette astuce? L’imprimante qui coulisse, c’est une bonne idée gain de place. Et les fournitures de bureau en dessous?  J’aime bien aussi.

imprimante

via Apartment Therapy

A propos de bureau à la maison, vous aimerez peut-être lire ceci:

1 commentaire

Classé dans Apprendre à s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Comment ranger, Comment s'organiser au travail, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison