Archives de Catégorie: Bordélique?

On travaille tous les deux, pourquoi c’est moi qui fais toutes les corvées?

Note: cet article date de 2012. Autrement dit, avant que la notion de charge mentale n’émerge publiquement. En cette journée internationale de la femme, je vous le soumets tel quel. Les conseils qu’il contient sont toujours valables, selon moi. Le confinement a évidemment ajouté sa dose de complication. Mais, qu’en-est-il de la répartition des tâches ménagères en 2021? Dites-nous en commentaire si la situation est différente de celle de 2012.

Mesdames, si vous vivez en couple hétérosexuel, ceci est un article pour vous. Parce que c’est vous, le plus souvent, qui amenez le sujet sur le tapis quand on parle de votre organisation à la maison.

Bizarrement, alors que vous travaillez tous les deux, c’est vous qui faites les lessives, nettoyez les toilettes, planifiez les activités des enfants, faites la vaisselle (ou pensez à vider le lave-vaisselle), pensez à inscrire les enfants… Pourquoi? me demandez-vous, vous sentant impuissantes à inverser la tendance (et pestant parce que vous éprouvez un grand sentiment d’injustice).

Mettons de côté l’éducation qu’a reçue Chéri (qui a de l’importance, certes, mais contre laquelle nous ne pouvons rien).

Vous au travail

Je parie qu’au travail, vous êtes professionnelle et réactive. On peut compter sur vous pour travailler en équipe. Vous suivez méthodes et procédures, voire en inventez au besoin.

Vous sauriez décrire votre job et les tâches à faire pour le mener à bien, pas vrai? Vous sauriez en déléguer une partie s’il le fallait (en admettant que vous ayez le temps d’expliquer, … ce qui n’est pas gagné, je vous l’accorde).

Vous à la maison

Je vous propose de vous comporter de la même façon chez vous.

Imaginons que vous soyez responsable du métier qui s’appelle « rendre notre foyer agréable ». Responsable, j’ai dit. Pas juste exécutante.

Maintenant, il s’agit que vous preniez ce job tout autant au sérieux que l’autre, celui qui s’exerce à l’extérieur.

Ma suggestion pour les tâches ménagères

1- Prenez une vieille page d’agenda papier et noircissez toutes les zones où vous dormez, vous lavez, mangez, êtes dans les transports, véhiculez les enfants et travaillez. Faites cela pour les deux membres de votre couple. Ajoutez les moments d’activités non professionnelles récurrentes et planifiées (yoga, foot, piscine,…).

A l’évidence, ces zones sont inutilisables pour votre home sweet home.
Vous vous concentrerez donc sur les zones non noircies pour la suite.

Vous remarquerez que « jeu video » ou « surf sur internet »  même si cela occupe pas mal de votre temps, n’est pas considéré comme une activité récurrente et planifiée.

2- Faites la liste précise, bien écrite (cela la rend plus crédible) des tâches que vous pensez qu’il faut faire chaque jour, 7 jour sur 7.

Exemples: débarrasser la table, faire les lits (bon, les recouvrir, ça ira), sortir le chien, faire la cuisine, préparer le petit déjeuner et les affaires des enfants la veille au soir, … comme vous voulez.

3- Faites la liste précise des tâches à faire plusieurs fois par semaine et hebdomadairement: faire les courses, passer l’aspirateur, nettoyer telle ou telle pièce, repasser, arroser les plantes, nettoyer la caisse du chat, vider les poubelles,  traiter les papiers, faire des sauvegardes du PC, tris divers…

Toujours sur une liste très « pro ». Je vous assure, c’est important.

Ne notez pas « lessive », alors que ce que vous voulez dire, c’est

  • ramasser le linge des différents bacs dans les chambres
  • vider les poches des vêtements
  • les trier par type et par couleur
  • lancer une machine (selon vos critères)
  • récupérer et faire sécher (selon votre méthode à vous)
  • plier et/ou repasser et/ou assembler les chaussettes…

Précis, chère Responsable. Votre compagnon n’a peut-être pas une vue complète de tout ça…

4- Soumettez ces listes à Chéri en lui proposant de répartir ces … hm… corvées entre vous. Précisez qu’il s’agit de réussir ensemble la mission « rendre notre foyer agréable » et pas « satisfaire la maniaquerie héritée de ma mère » ni « faire juste ce qu’il faut pour que j’arrête de râler ».

Réfléchissez ensemble au temps nécessaire pour chaque corvée et au moment le plus opportun de les réaliser dans la journée/semaine. Veut-on travailler en équipe ou pas? Veut-on conserver certains jours de la semaine sans aucune corvée ou pas?

Il se peut que, devant votre sérieux, Chéri vous trouve bien trop solennelle et se risque à se gausser (« dis donc, ma Douce, pour la poubelle, tu ne veux pas faire un rétroplanning avec des réunions de suivi trimestrielles, des fois? »).

Vous pouvez lui rappeler en souriant l’importance d’une caverne paisible, propre et chaleureuse pour les deux chasseurs de mammouth que vous êtes. Oui, vous aussi vous voulez vous détendre après une longue journée de travail. Justement.

5- Vérifiez que Chéri est à l’aise avec le maniement des outils impliqués. Si ce n’est pas le cas, prévoyez quelques sessions de formation (changer l’embout de l’aspirateur pour certains coins? cela ne l’a peut-être jamais effleuré).

6- Les engagements étant pris, il n’y a plus qu’à les respecter, n’est-ce pas? Tout petit, dans la cour de récréation, déjà, Chéri respectait les règles du foot, puis plus tard, les règles des études, puis celles de son travail. Pourquoi en irait-il autrement dans sa vie familiale?

7- Il arrive qu’on aboutisse à la conclusion que personne ne veut/peut faire telle ou telle tâche. Eh bien, soit vous l’abandonnez, soit vous la déléguez à une personne extérieure à votre couple.

Je m’attends à quelques témoignages qui viendront enrichir ma suggestion. Lâchez-vous Mesdames. Messieurs, on veut bien votre point de vue aussi, évidemment.

34 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Arrêter de procrastiner, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Comment mieux s'organiser, Home organiser ou home organizer, Les autres et moi, S'organiser à la maison

Qui a gagné le concours photo: »le plan de travail de la cuisine des bordéliques »?

Relevons donc les compteurs pour ce concours qui a fait nos délices, avouons-le.

Lire la suite

11 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Coach en organisation, Comment ranger, Mon avis

VOTEZ POUR VOTRE PHOTO PRÉFÉRÉE

LE PLAN DE TRAVAIL DE LA CUISINE DES BORDÉLIQUES

32 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Comment ranger, Mon avis

Concours photo: le plan de travail de la cuisine des bordéliques

Vous vous souvenez certainement des concours photos très spéciaux* que nous fîmes les années précédentes sur ce blog.

Figurez-vous que ça me manque, ces bons vieux concours déculpabilisants. Pas vous? Mais si, bien sûr, je m’en doutais.

On ne peut pas dire que vous jouez pour le prix à gagner: je le sais bien, vous n’êtes pas vénal (.es et/ou .aux? Bon, je n’y arrive pas, cette écriture inclusive me tue…).

Alors, pour la gloire des bordéliques, je vous propose de participer au concours photo:

« Mon plan de travail de cuisine de bordélique »

On veut de l’appareil électroménager, des provisions en vrac, des ustensiles, des jouets, des papiers, des lunettes, des… je ne sais pas, moi,… votre imagination de bordélique étant sans limite, je vous fais confiance.

Le principe: vous m’envoyez une photo évidemment non retouchée, bien ordinaire, bien quotidienne, du plan de travail de votre cuisine (si c’est celle de votre belle-soeur, c’est presque meilleur) à

laurence.einfalt@agence-jara.com

Date limite d’envoi des photos:

mardi 2 février à 22h00

Vous votez pour le plan de travail le plus bordélique ou inspirant à vos yeux jusqu’à:

vendredi 5 février à 22h00

Et lundi, on félicite le/la gagnant(e) qui recevra tout de même un cadeau de ma part parmi ceux que je lui proposerai (ça n’inclut pas un Therm**ix dernière version, qu’on se le dise).

Note: bien entendu, ce concours est anonyme, indiquez-moi juste votre prénom pour la photo.

**********

* Comme par exemple, les concours

« Les Bordéliques au bain« : aucune image de nu, mais croyez-moi, un plaisir pour les yeux tout de même;

« Fais gagner ton bordélique en nous montrant son bureau« : ça a l’air sournois comme ça, mais c’était pour le faire gagner, après tout…;

« Les tables de nuit en douce » peut importait le côté du lit;

« Entrées en désordre » et le triomphe des familles nombreuses;

« le Bazar des sacs à main« : un truc de femme que nous avons toutes savouré en connaisseuses;

et les tant appréciés « Hétéroclites tiroirs à machins« : on ne se lasse pas de la variété des objets qu’on est capable de planquer, pas vrai?

Photo Annika Palmari via Unsplash

11 Commentaires

Classé dans Aménager les pièces de la maison, Apprendre à s'organiser, Bordélique?, Comment ranger, Les autres et moi, S'organiser à la maison

Renoncer aux objets liés aux grandes étapes de ma vie?

J’ai reçu plusieurs questions sur ce sujet: je vous propose quelques pistes de réflexion.

De quelle nostalgie parle-t’on?

Dans l’un de ses livres, celui où elle retourne au Japon, il me semble, Amélie Nothomb parle de « nostalgie heureuse« .

La nostalgie que nous font éprouver certains objets peut être qualifiée d’heureuse. Un sourire en plus d ‘une petite larme, vous voyez. Une rêverie agréable, même si le thème est « ça ne reviendra plus ».

J’affirme que les objets que l’on a conservé qui provoquent cette émotion de nostalgie heureuse méritent d’être conservés. Dans de bonnes conditions de surcroît. Voire exposés, pourquoi pas?

Les exemples qui me viennent en tête: des courriers d’anciens amoureux (chut, j’en ai gardé quelques uns…), des photos d’amis dont je me souviens encore du nom, quelques vêtements de chacun de mes enfants, leur première paire de chaussures (on parlait dans cet article du sort des objets appartenant à nos enfants quand ils quittent la maison)…

Le poids de certains souvenirs

En revanche, il y a des objets qui, selon moi, ne nous font pas du bien.

Par exemple, le jean qui a marqué notre entrée en couple (avec 10 kilos de moins) alors qu’on a divorcé depuis: double peine.

Ou bien je pense à ce meuble encombrant, qui n’est pas à notre goût d’aujourd’hui, mais que l’on se sent obligé de conserver parce qu’il représente à la fois le décor de notre enfance et les personnes qui nous entouraient à cette époque mais peut-être décédés depuis.

Du reste, ce meuble crie son inadéquation à notre vie actuelle mais nous y restons sourds. Parce qu’on n’a pas eu le coeur de s’en débarrasser sur le coup (ou pire, parce que les frères et soeurs ont refusé de le « prendre en charge »), nous voilà dépositaire à vie d’un meuble issu d’une décision qui n’est pas vraiment la nôtre et qu’on impose à notre famille à nous.

Enfin, évoquons tous les objets qui ont partagé notre route et qu’on trimballe de maison en appartement, toujours dans les cartons. Quel sens ont-ils maintenant? A qui font-ils plaisir? En profitons-nous? Vous trouverez matière à réflexion dans cet article sur les Souvenirs, justement.

Retrouver les moments passés, oui, mais volontairement

Cela vous arrive-t’il d’être pris(e) par surprise en entendant à la radio une certaine chanson du passé? Et de vous retrouver instantanément quelques années en arrière, avec le plaisir ou le chagrin éprouvés à ce moment-là? Ainsi, certains d’entre nous se font des sessions complètes de chansons d’amour à fendre l’âme ou de hard rock à se décrocher la tête, exprès. Et c’est finalement très bon.

Aussi, comme Marcel Proust, que dire de cette bouffée de bonheur que vous retrouvez en goûtant votre propre madeleine à vous* ? Ce n’est pas pour rien que les chefs cuisiniers ré -inventent régulièrement la cuisine de leur grand-mère.

De la même façon, mon mari m’emmène dans ses propres souvenirs en introduisant dans notre nourriture les goûts et épices de son pays d’enfance. Ces plats spéciaux, que je cuisine pour lui faire plaisir, et pour lesquels il a récupéré des livres de recettes qu’il me traduit, il les appelle des « Maman-me-faisait… ».

En conclusion, pour terminer sur les objets, s’ils vous apportent de la nostalgie heureuse, gardez-les. Ou bien, prenez-vous en photo avec eux avant de les faire partir de chez vous.

Si en revanche, s’ils vous font souffrir ou que vous avez oublié que vous les possédiez, vous connaissez ma conviction: laissez-les partir.

*cela dit, trempée dans du tilleul, comme je crois me souvenir que c’était le cas de Marcel, la madeleine doit devenir bien fade, mais les goûts et les couleurs, n’est-ce pas…

Photos Alena Shekhovtcova et elly-fairytale

15 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Coach en organisation, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Mon avis

Maison toujours rangée: est-ce un mythe?

Petite, j’adorais la collection de livres Contes et Légendes. Il y était question de personnages modestes (et souvent roublards) qui triomphaient des esprits mauvais, de couples dans lesquels l’un montrait un comportement illogique, mais finissait par avoir raison, d’épreuves insurmontables vaillamment remportées par des héros ou héroïnes…

Lire la suite

9 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Home organiser ou home organizer, Les autres et moi, S'organiser à la maison

Ranger son bureau à la japonaise: ça marche?

Marie Kondo a encore frappé. Il s’agit maintenant, dans son dernier livre, d’appliquer sa méthode au bureau.

Bureau rangé à la japonaise
Bureau rangé à la japonaise

Tous ses conseils sont-ils bons à prendre? C’est le thème de l’article de Fabienne Rosset pour Femina dans lequel je donne mon point de vue sur la question.

Lire l’article : https://fr.calameo.com/read/0002341519800ab30ce06

Lire la deuxième page: https://fr.calameo.com/read/000234151b1af31afc08f

4 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Dans les media, Désencombrer

Aménager une chambre d’enfant: pensons à l’avenir

Quand on aménage une chambre d’enfant, disons dès le CP, on a envie de lui  procurer un « bureau de grand » et des rangements, le tout à sa taille.

On oublie souvent que notre petit chéri, qui mesure aujourd’hui 1,10 m va grandir terriblement dans les années à venir et que ses besoins vont évoluer: les activités scolaires, créatives, le matériel à ranger…

C’est pourquoi j’aimerais vous proposer d’équiper la chambre de vos enfants de la solution Elfa (ou équivalent) que l’on voit sur cette photo.

On remarque une toute petite chaise (bien adaptée pour le moment, mais qu’il faudra bientôt échanger contre une chaise de « gamer » quand il passera plus de temps quotidien sur internet que vous au travail…).

Et on remarque surtout que tout le reste est modifiable: le nombre, la largeur et la hauteur des étagères. Vous n’aurez donc à acheter que le minimum (soit quelques étagères supplémentaires si besoin, et sans doute quelques boîtes) et décaler le « bureau » vers le haut pour suivre l’évolution de votre enfant.

Enfin, je n’ai aucune opinion d’organisatrice professionnelle concernant la tente au premier plan (si ce n’est que j’aurais adoré en avoir une étant petite, pas vous?).

Revenons à notre rangement: si on le souhaite, ce système pourra même servir plus tard à ranger les vêtements, les livres, les jeux, le linge de lit… et sera toujours là quand notre petit chéri quittera la maison et qu’on récupèrera sa chambre pour en faire notre atelier

Photo via my scandinavian home

4 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Aménager les pièces de la maison, Bordélique?, Comment faire des économies, Comment ranger

Comment trouver l’énergie de désencombrer régulièrement?

Tiroir en désordre, ranger mon tiroirJe poursuis ma réponse à Claire (la première partie de ma réponse était: Comment éviter de se ré-encombrer.)

Quand le désencombrement a été un effort, comment trouver l’énergie de recommencer régulièrement? me demande-t-elle.

Prenons les choses avec méthode (aucune chance que je les prenne au pif, n’importe comment, hein. Sinon, ce n’est pas la peine de s’appeler organisatrice professionnelle. Poursuivons).

Le désencombrement représente-t-il un effort?

Désencombrer quand on débute.

Un peu comme lorsqu’on débute la course à pied, qu’on apprend à faire des pompes, à jouer du violon, se maquiller… désencombrer, c’est difficile.

Au départ, surtout si on a une certaine ressemblance avec les écureuils (on peut ressembler à un écureuil et ne pas être roux), désencombrer n’a rien d’évident.

Mais, comme toutes les activités qui vont finir par nous faire du bien au moral, plus on pratique, plus on acquiert de l’aisance, plus c’est plaisant.

Désencombrer quand on ne sait pas comment s’y prendre.

Là, c’est simple: on lit ce blog et ses articles classés dans la catégorie « se désencombrer ». Ou on se sert des livres dont c’est le sujet, de Marie K. à l’auteure de ce blog (Se simplifier la vie). Bref, des méthodes, il y en a. A vous de les essayer pour trouver celles qui vous correspondent le mieux.

On peut aussi apprendre à se poser des questions de façon différente: comme dans cet article sur les 25 bonnes raisons de laisser partir un objet.

Désencombrer quand on a du mal à prendre des décisions.

Ce qui fatigue le plus, quand on désencombre, c’est la prise de décisions. C’est pourquoi je vous propose deux astuces qui ont fait leur preuve:

« La technique 3 cartons/1 sac » et « Aller jusqu’au bout de votre tri« .

Désencombrer quand on fait des grands « blitz » de tri/rangement/ménage

Tenez, prenons pour exemple la video de l’autre jour. Cette jeune femme, à l’énergie débordante, regroupe dans une même session le rangement ET le ménage. Dans toute la maison. Mais quelle fatigue à la fin! Pour le tri, à proprement parler, c’est la même chose. Si vous en faites trop en une fois, vous allez vous fatiguer et vous écoeurer.

Ce qui nous amène à la régularité.

Doit-on désencombrer régulièrement?

Plusieurs approches possibles:

L’approche: « je désencombre quand ça me prend »

Là, on désencombre au moment où on est gêné par le désordre à un certain endroit. Mon tiroir de cuisine se coince parce que les ustensiles s’emmêlent? Hop, je le vide, j’enlève les doublons/triplons en ne conservant que ce que j’aime et qui fonctionne. Je patouille sans fin dans le tiroir à chaussettes parce que je ne trouve jamais la bonne paire? Même combat (sans enlever les doublons, dans ce cas, mais celles trouées, décolorées, qui serrent trop… ou pas assez).

L’approche: « je désencombre en suivant les 4 saisons »

Là, c’est parti pour la saisonnalité. Par exemple, à chaque changement de saison, je vérifie que mes vêtements de la saison passée sont en état d’être stockés dans de bonnes conditions (sans taches ni trous) et que je les aime toujours. Ceux qui ne passent pas le test sortent de chez moi. Autre exemple: je vérifie tous les trimestres l’état de mon armoire à pharmacie; tous les ans, je purge ma paperasse et mon matériel de bricolage qui a séché . Tous les 3 ans, les clichés radio. Etc.

L’approche: « je désencombre parce que je n’ai pas le choix »

Ce n’est pas ma préférée mais c’est la plus courante: on déménage, ou on se sépare, bref, on n’a pas le choix. Eh bien, cela en motive plus d’un à désencombrer, figurez-vous. L’inconvénient majeur, c’est que ça risque de ne pas être vraiment régulier (je vous le souhaite , en tout cas). Et quant à l’effort que ça demande, si on ne s’y prend pas trop au dernier moment, cela devrait rester gérable.

Et vous, quelle approche adoptez-vous, chers lecteurs, quand vous désencombrez? Cela vous demande-t-il beaucoup d’énergie?

 

 

 

4 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter

Opération commando à la maison: votre avis?

Je serais curieuse d’entendre votre avis au sujet du contenu de cette vidéo (ça se passe aux USA mais il n’est pas nécessaire de comprendre l’anglais). Outils? Méthode? Rangement? Ménage? Produits? Comment vous y prenez-vous? Comme cette jeune femme? Différemment?  A vos commentaires.

16 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Comment ranger, Désencombrer, Ecologie