Archives de Catégorie: Conseil en organisation personnelle

Comment trop planifier vous fait perdre du temps

Et si planifier notre temps de façon trop rigide nous donnait la perception paradoxale que nous en avons moins?

Je suis sûre que vous avez vécu cette situation: il est 14h45 et votre prochaine réunion est à 15h30.

Votre perception du temps entre 14h45 et 15h30 va vous faire croire que ce temps est de moins en moins suffisant pour faire une tâche donnée qui demanderait de la concentration (mettons «  »vous occuper du dossier X »). Surtout si vous vous êtes dit « Pour faire ça, j’ai au moins besoin d’une heure« .

Tout se passe comme si le temps rétrécissait au fur et à mesure qu’on approche de l’heure limite.

En fait, notre vision du temps est déformée parce que notre perception de celui-ci n’est pas linéaire. Par exemple, 10 minutes d’attente dans une salle d’attente chez le médecin peuvent paraître interminables par comparaison avec 10 minutes passées à jouer à EcraseBonbons.

En conséquence, vous aurez tendance à bourrer le temps entre 14h45 et 15h30 d’une multitude de tâches pas forcément significatives (aller voir votre messagerie à chaque notification me semble une bonne illustration) parce que vous avez qualifié ces trois quart d’heures « d’insuffisants pour vous occuper du dossier X ». Et qui va se retrouver à devoir péniblement faire la tâche Dossier X à haute concentration, à l’issue de la réunion, après 17h00, fatigué(e) de sa longue journée?

Mais, me direz-vous, quelle est la solution, si j’ai tendance à tout vouloir planifier pour ne rien oublier et respecter les dates-limite? Ce sera le sujet de mon prochain article (OK, un peu de teasing n’a jamais tué personne).

Photo Agê Barros via Unsplash

6 Commentaires

Classé dans Arrêter de procrastiner, Comment s'organiser au travail, Conseil en organisation personnelle

Que faire des livres que je ne garde pas?

Chez Einfalt House, nous avons des livres. Beaucoup. En plusieurs langues. Hérités (les oeuvres complètes de Voltaire de 1785), achetés d’occasion (mon Larousse Ménager Illustré de 1926, que vous connaissez), échangés…

Et quand il s’agit de faire du tri, se pose toujours la même question: qu’est-ce qu’on fait des livres dont on ne veut plus (pas mon Voltaire ni mon Précieux, n’insistez pas)?

Lire la suite

7 Commentaires

Classé dans Aménager les pièces de la maison, Bordélique?, Budget, Comment ranger, Conseil en organisation personnelle, Home organiser ou home organizer

Le secret pour être sûr(e) d’utiliser vraiment sa formation

En fin de formation, jadis, il arrivait qu’on entende : « Cette formation était super, merci. Je pense changer ma façon de travailler, dorénavant… mais, tout de même, j’ai peur de ne pas réussir à la mettre en œuvre, quand je serai repris(e) par le quotidien et mes habitudes… ».

J’ai décidé d’empêcher l’enthousiasme de retomber.

C’est pourquoi, dans ma formation « Les clés de la priorisation agile », j’inclus systématiquement :

  • un temps de mise en application de la méthode sur la messagerie de chacun
  • un suivi individuel par visioconférence ou téléphone, une semaine après la session de formation.

Oh et aussi tous mes stagiaires savent qu’ils peuvent me contacter par mail, sans limite dans le temps.

Je ne suis certes pas la formatrice la moins chère mais il y a une raison: l’engagement.

Photo par Magnet.me via Unsplash

3 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Coach en organisation, Comment s'organiser au travail, Conseil en organisation personnelle, Se former à l'organisation personnelle

S’organiser avec des enfants

J’ai bien aimé collaborer avec Marie Bryon pour son article sur les trucs et astuces d’organisation utilisés par les familles.

Voici l’article « Les petits trucs (d’organisation) qui marchent vraiment »:

Vous trouverez de nombreuses autres astuces (si vos enfants ont de 3 à 18 ans) pour que votre vie familiale se déroule facilement dans mon guide « J’aide mon enfant à s’organiser » (éditions Eyrolles).

Faut-il le rappeler, plus nos enfants sont autonomes, moins on est obligé de faire les choses à leur place ou de les « harceler » pour qu’ils s’activent. A la clef: plus de sérénité pour tout le monde et du temps gagné.

J'aide mon enfant à s'organiser

Femmes d’Aujourd’hui paraît en Belgique et j’en profite pour saluer mes consoeurs Belges (hello, Ann).

Photo Nathan Dumlao via Unsplash

2 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Comment mieux s'organiser, Conseil en organisation personnelle, Dans les media, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

Le (vrai) poids des objets dans notre vie

En tant qu’organisatrice professionnelle, je considère en général le volume que les objets occupent dans une maison.

Mais je n’envisage le poids des objets que lorsque que je dois les déplacer, évidemment. Et j’avoue n’avoir jamais pensé à additionner leur poids.

Or, je suis bien placée pour le savoir, notre tendance aveugle à accumuler les objets augmente*.

Ce qui signifie, certes, qu’on possède toujours plus d ‘objets et qu’ils prennent de la place (et que, par conséquent, on a parfois besoin de conseils de rangement, hm hm).

Mais en termes de poids, ça donne quoi?

C’est simple: 2,5 tonnes d’objets en moyenne dans un foyer français.

Soit, notamment, 603 kilos d’objets dans le salon et 509 kilos dans la cuisine.

Et pour les vêtements? 51 kilos, Messieurs-dames.

On parlait de déménagement l’autre jour. Vous vous imaginez déplacer 2,5 tonnes de trucs et machins accumulés au cours du temps? Sans être particulièrement de type Ecureuil, remarquez. Juste si vous êtes dans la moyenne.

Ces données proviennent du site de l’ADEME qui calcule, en plus, le poids carbone inhérent à la fabrication et le transport de ces objets.

Je serais curieuse d’avoir votre avis dans les commentaires: que vous inspirent ces chiffres?

Pour mieux comprendre notre tendance à conserver toute sorte de choses, vous aurez peut-être envie de lire aussi:

J’ai tendance à accumuler les objets de type « Sapeuservir »? Se pourrait-il que je souffre de collectionnite utilitaire?

Ou alors, serais-je masochiste? Ou propriétaire déçu(e) par mes achats? Ou simplement de nature indécise

Photo: Irina Babina via Pexels

7 Commentaires

Classé dans Budget, Coach en organisation, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Ecologie, Mon avis, Oser jeter

Doublé, c’est gagné

Et si on pensait à installer certains objets en double pour gagner en efficacité?

L’astuce pour les petits appartements

Par exemple, vous habitez dans un tout petit appartement, sans séche-linge, et le séchage des draps et housses de couette est une vraie galère. Vous avez essayé à cheval sur les portes/En suspension entre deux chaises/Par dessus le reste du linge sur l’étendoir trop bas et, franchement, ce n’est pas très pratique, tout ça.

Eh bien, on peut faire mieux. Avec DEUX tringles télescopiques. Sans perçage.

Vous les placerez en hauteur, disons à 40 cm du plafond, espacées de 40 cm environ.

Il vous en faut 2 comme ça (photo via CDiscount)

Deux possibilités s’offrent à vous:

  • si, dans votre salle de bains, vous avez déjà un rideau de douche installé sur l’une des barres et si cette pièce est raisonnablement ventilée: il vous suffit alors de placer la deuxième barre à côté de la première, vers l’intérieur de la douche/baignoire. Vous étendrez votre drap à cheval sur les deux barres pour faciliter le passage de l’air et le séchage.
  • votre salle de bain est mal aérée? Qu’à cela ne tienne, placez les deux barres télescopiques dans un couloir et étendez-y votre drap, à cheval entre elles. Sans linge, et en hauteur, elles sont quasiment invisibles, vous pouvez les laisser en place. Ca peut faire un peu « Naples » (quoique on peut toujours prétendre qu’il s’agit d’un rideau en cas de visite à l’improviste…) mais on y gagne en temps de séchage et efficacité.

Des tringles pour ranger ses chaussures

Récupérer ses chaussures au bas du placard n’est pas toujours chose facile.

Là aussi, les tringles télescopiques sans perçage peuvent vous faciliter la tâche: en en installant deux, l’une en dessous de l’autre, légèrement décalée, pour créer un rangement comme sur la photo ci-dessous, vous pourrez y poser vos chaussures.

Comme ces tringles sont repositionnables, toutes les tailles et formes de chaussures, bottines, espadrilles etc. y trouvent leur place.

via Pinterest

Enfin, amis des FBI (acronyme de Fausses Bonnes Idées, pour ceux qui rejoignent ce blog depuis peu), voici un bel exemple ci-dessous. Certes, on double les tringles. Mais pas à bon escient, selon moi. En effet, un cintre nécessite 60 cm de profondeur pour bouger à l’aise et ces barres sont bien plus rapprochées.

Résultat: des cintres qui s’entrechoquent ou qui se mettent en travers en s’emmêlant. FBI, vous dis-je.

via Pinterest

Note: L’idée de cet article revient à Laure, la talentueuse autrice du blog Déco à tous les étages. Son article « Bonne idée déco/pratique N° 18 » a fait tilt.

Vous aimerez peut-être lire aussi:

.

4 Commentaires

Classé dans Aménager les pièces de la maison, Budget, Comment ranger, Conseil en organisation personnelle, FBI (Fausses Bonnes Idées), Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

Renoncer aux objets liés aux grandes étapes de ma vie?

J’ai reçu plusieurs questions sur ce sujet: je vous propose quelques pistes de réflexion.

De quelle nostalgie parle-t’on?

Dans l’un de ses livres, celui où elle retourne au Japon, il me semble, Amélie Nothomb parle de « nostalgie heureuse« .

La nostalgie que nous font éprouver certains objets peut être qualifiée d’heureuse. Un sourire en plus d ‘une petite larme, vous voyez. Une rêverie agréable, même si le thème est « ça ne reviendra plus ».

J’affirme que les objets que l’on a conservé qui provoquent cette émotion de nostalgie heureuse méritent d’être conservés. Dans de bonnes conditions de surcroît. Voire exposés, pourquoi pas?

Les exemples qui me viennent en tête: des courriers d’anciens amoureux (chut, j’en ai gardé quelques uns…), des photos d’amis dont je me souviens encore du nom, quelques vêtements de chacun de mes enfants, leur première paire de chaussures (on parlait dans cet article du sort des objets appartenant à nos enfants quand ils quittent la maison)…

Le poids de certains souvenirs

En revanche, il y a des objets qui, selon moi, ne nous font pas du bien.

Par exemple, le jean qui a marqué notre entrée en couple (avec 10 kilos de moins) alors qu’on a divorcé depuis: double peine.

Ou bien je pense à ce meuble encombrant, qui n’est pas à notre goût d’aujourd’hui, mais que l’on se sent obligé de conserver parce qu’il représente à la fois le décor de notre enfance et les personnes qui nous entouraient à cette époque mais peut-être décédés depuis.

Du reste, ce meuble crie son inadéquation à notre vie actuelle mais nous y restons sourds. Parce qu’on n’a pas eu le coeur de s’en débarrasser sur le coup (ou pire, parce que les frères et soeurs ont refusé de le « prendre en charge »), nous voilà dépositaire à vie d’un meuble issu d’une décision qui n’est pas vraiment la nôtre et qu’on impose à notre famille à nous.

Enfin, évoquons tous les objets qui ont partagé notre route et qu’on trimballe de maison en appartement, toujours dans les cartons. Quel sens ont-ils maintenant? A qui font-ils plaisir? En profitons-nous? Vous trouverez matière à réflexion dans cet article sur les Souvenirs, justement.

Retrouver les moments passés, oui, mais volontairement

Cela vous arrive-t’il d’être pris(e) par surprise en entendant à la radio une certaine chanson du passé? Et de vous retrouver instantanément quelques années en arrière, avec le plaisir ou le chagrin éprouvés à ce moment-là? Ainsi, certains d’entre nous se font des sessions complètes de chansons d’amour à fendre l’âme ou de hard rock à se décrocher la tête, exprès. Et c’est finalement très bon.

Aussi, comme Marcel Proust, que dire de cette bouffée de bonheur que vous retrouvez en goûtant votre propre madeleine à vous* ? Ce n’est pas pour rien que les chefs cuisiniers ré -inventent régulièrement la cuisine de leur grand-mère.

De la même façon, mon mari m’emmène dans ses propres souvenirs en introduisant dans notre nourriture les goûts et épices de son pays d’enfance. Ces plats spéciaux, que je cuisine pour lui faire plaisir, et pour lesquels il a récupéré des livres de recettes qu’il me traduit, il les appelle des « Maman-me-faisait… ».

En conclusion, pour terminer sur les objets, s’ils vous apportent de la nostalgie heureuse, gardez-les. Ou bien, prenez-vous en photo avec eux avant de les faire partir de chez vous.

Si en revanche, s’ils vous font souffrir ou que vous avez oublié que vous les possédiez, vous connaissez ma conviction: laissez-les partir.

*cela dit, trempée dans du tilleul, comme je crois me souvenir que c’était le cas de Marcel, la madeleine doit devenir bien fade, mais les goûts et les couleurs, n’est-ce pas…

Photos Alena Shekhovtcova et elly-fairytale

15 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Coach en organisation, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Mon avis

5 conseils d’organisation pour une rentrée réussie

Nous avons certes tous envie de profiter des derniers jours du mois d’août. Mais comme mon métier est de vous aider à vous organiser sans stress inutile,  j’anticipe la rentrée pour vous et je vous « mâche » le travail.

Lecteur.trice  de ce blog préparé(e)

=

lecteur.trice bien organisé (e)

=

lecteur.trice zen

(ça ne rime pas mais bon, je fais déjà l’effort de l’écriture inclusive, … vous apprécierez)

Ce qui nous donne une « listounette » de 5 conseils pour rentrer du bon pied.

Conseil N° 1: soigner notre sommeil

Tout s’aggrave et se complique quand on manque de sommeil. Nos enfants sont grognons au réveil, on oublie des affaires (mince, les maasques!), on bouscule tout le monde, on râle, c’est pénible.

Par conséquent, utilisons cette dernière semaine pour « remettre les pendules à l’heure ». Entraînons tout le monde à se lever une demi-heure plus tôt chaque jour.

Oui, je sais bien, on adore le rythme des vacances, passer un temps fou au petit déjeuner, ne pas devoir habiller les petits… mais le choc de la rentrée risque d’être trop brutal pour toute la famille si on n’anticipe pas tranquillement le changement de rythme inévitable.

Conseil N° 1 bis: préparer notre sommeil

On le sait: l’enchaînement entre le confinement et les vacances nous a presque tous conduits à décaler notre horaire de coucher. Le réveil n’en est que plus tardif, évidemment. Ce qui peut rendre  mon premier conseil ci-dessus compliqué à appliquer.

Pour se coucher plus tôt (ou en tout cas, respecter notre rythme biologique et se recaler pour septembre), pas de recette miracle: activité physique dans la journée et extinction des écrans 2 heures avant d’aller se coucher.

Pour tout le monde: jeux de société, câlins et lecture. Faites comme si il y avait une panne d’électricité, pourquoi pas?

Bonus: se remettre au sport dès la rentrée.

Conseil N° 2: anticiper les repas

En vacances, on aime faire ses courses au marché du coin, avec des produits frais qu’on a le temps de cuisiner. Les salades composées font le bonheur de toute la famille. Et puis, on mange à n’importe quelle heure, entre l’apéro qui s’étire en longueur et la glace sur le port en fin de soirée. Ca nous ferait presque une bouffée de nostalgie en évoquant ces plaisirs tout simples…

Oui mais, en septembre, tout change. Plus autant de temps pour cuisiner, un peu marre des concombres/tomates, les enfants doivent manger à des heures raisonnables parce que « y’a école demain ». Bref.

Cette dernière semaine d’août pourrait bien être l’occasion de réfléchir à votre organisation des repas si elle n’est pas tout à fait au point.

Pour mémoire, on mange tous les soirs. Découvrir chaque jour à 18h30 qu’adultes et enfants  ont faim, … comment dire? Ce n’est pas une vraie surprise.

Donc on anticipe.

Avec le sacro-saint plan de menu . Essayez ça: on se pose quelques instants avec un planning sous les yeux. On compose des menus super simples avec la diététique qui nous convient. Idéalement, chaque repas devrait pouvoir être « fabriqué » par n’importe quelle personne du foyer qui a plus de 12 ans. Ces menus sont affichés dans la cuisine. La liste de courses en découle. Et on s’y tient.

Simple, économique, et allégeant la charge mentale: tout ce qu’on veut.

Un bonus économique? L’optimisation du contenu des placards de cuisine de retour de vacances.

Conseil N° 3: repérer les lieux

Peut-être que vos enfants font leur rentrée dans un nouvel établissement.

Il peut être intéressant cette semaine de:

  1. leur parler sécurité (en dehors de ce qui touche au COVID-19, parce que ça, ils sont au courant)
  2. faire le trajet jusqu’à l’école avec eux, d’abord ensemble puis en les suivant à quelques mètres pour vérifier que les réflexes de sécurité sont bien appris (regarder avant de traverser, descendre de la trottinette, monter et descendre du bus…)
  3. chronométrer ensemble le temps réel de déplacement.

Bonus: voici comment créer une organisation efficace pour les futurs collégiens.

Conseil N° 4: répartir les « corvées »

Politiquement correct ou pas, la répartition des corvées domestiques repose toujours en majorité sur les femmes dès qu’il y a des enfants. Je caressai l’espoir que le confinement créerait une opportunité de revoir ces stéréotypes mais ça n’a pas forcément été le cas partout.

Ce n’est pas pour autant qu’il faut laisser tomber. La rentrée est tout de même l’occasion de répartir les corvées domestiques en fonction des emplois du temps de chacun.

Il n’y a aucune raison que pour les membres de la famille ne ramassent pas leur chaussettes sales et ne passent pas l’éponge derrière eux.

De même, personne n’aime descendre la poubelle mais on ne peut pas  indéfiniment prétendre que des elfes à l’odorat peu développé s’en chargeront un jour.

Ici, pour obtenir la participation de vos proches et  faire respecter vos demandes, l’humour est votre meilleur allié.

Souvenez-vous: ce n’est pas quand tout le monde aura la « tête dans le guidon » que vous pourrez créer de bonnes habitudes.

Conseils N° 5: moins d’info

J’ai gardé ce conseil pour la fin parce que je le trouve crucial: prendre connaissances des informations deux fois par jour suffit largement. N’ayez crainte: vos collègues vous tiendront au courant dans la journée s’il se passe quelque chose dans le monde susceptible d’avoir un impact sur votre journée.

Les informations en continu, surtout quand elles sont contradictoires, nous dépriment et créent du stress. Peut-on consulter moins souvent  TrucFM, Fessebouc et Instakilo? Allez, c’est pour votre bien.

Vous aimerez peut-être lire aussi:

15 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Coach en organisation, Comment faire des économies, Comment mieux s'organiser, Conseil en organisation personnelle, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

Découragé(e) face à l’ampleur de la tâche? Voici mes solutions

Claude me dit : « Bonjour Laurence,
Moi mon problème c’est le découragement face à l’ampleur de la tâche.
Quand toutes les pièces débordent, quand la liste de choses à faire s’allonge perpétuellement.
Par où commencer ? Comment trouver la motivation ?
Comment trouver le temps d’accomplir une tâche aussi énorme ? Le soir en semaine on a peu de temps, on est souvent fatigués et il y a d’autres priorités (le linge, le repas, les enfants, nos parents âgés …),
le week-end on voudrait tout faire y compris les travaux dans la maison, le jardin etc… mais on n’y arrive jamais. »

Claude, si vous saviez combien de lecteurs se retrouvent dans votre commentaire! Prenons le problème par morceaux (ce qu’il faut toujours faire quand quelque chose nous semble énorme, pas vrai?).

Lire la suite

3 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Arrêter de procrastiner, Comment ranger, Conseil en organisation personnelle, S'organiser à la maison

C’est l’occasion ou jamais de revoir notre organisation familiale, non?

<a href="https://fr.freepik.com/photos-vecteurs-libre/bebe">Bébé photo créé par freepik - fr.freepik.com</a>C’est la vision optimiste que j’ai partagée avec Alice Raybaud du Monde pour son article « Confinement et tâches domestiques: une augmentation des inégalités dans le couple est à craindre« .

Plus de temps de transport, plus de réunion au-delà de 18h, plus d ‘école pour dissimuler les enfants à notre vue (et à notre ouïe), plus de « ah bon, mais j’avais pas vu! », bref plus d’excuse pour réaliser que l’Entité Suprême du Foyer  (le pendant domestique de la Main Invisible du Marché, sans doute) n’existe pas.

Donc, tous les adultes doivent s’y coller, à ces fichues tâches domestiques et familiales.

A égalité. Quel que soit le salaire. Et s’il faut faire ensemble un Powerpoint et un retroplanning, qu’il en soit ainsi.

Oh et  je ne résiste pas à la tentation de vous montrer cette photo, pour ceux qui ne sont pas encore abonnés à ma page Facebook S’organiser c’est facile.

5 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Coach en organisation, Comment mieux s'organiser, Conseil en organisation personnelle, Dans les media, Home organiser ou home organizer, Mon avis, S'organiser à la maison