Archives de Tag: désencombrement

L’armoire de Fille Aînée: photo « après »

Vous vous souvenez du tri spectaculaire réalisé dans l’armoire de Fille Aînée?

Evidemment, elle a tenu à ce que je complète l’exercice par une photo montrant le résultat dont elle est légitimement fière.

img_1235

Il y a tout de même un tas de vêtements… disons semi-portés qui sont en ce moment à cheval au pied de son lit. Il est vrai que l’armoire n’est guère spacieuse…

10 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Aménager les pièces de la maison, Bordélique?, Comment ranger, Désencombrer, Les autres et moi, Oser jeter

Désencombrement express: les jeux de société

monopolyVous connaissez le principe: on cible une petite zone de la maison et on la trie le plus vite possible.

Aujourd’hui: les jeux de société. Aïe, la nostalgie qui pointe!

L’état d’esprit qu’il vous faut: l’objectivité

La technique:

  1. sortir tous les jeux de société, jeux de plateau, jeux de cartes…
  2. éliminer impitoyablement ceux dont les éléments manquants empêchent de jouer convenablement, autrement dit:
    • les incomplets
    • les abîmés
  3. éliminer ceux auxquels personne ne joue (plus)
  4. décider de n’en garder aucun en double, sauf les jeux de cartes ordinaires
  5. en profiter pour les regrouper, si vous avez dû aller chercher à plusieurs endroits chez vous
  6. se demander s’ils sont rangés au bon endroit, c’est-à-dire pratique d’accès pour donner envie d’y jouer (mais pas trop bas si vous avez des tout-petits à la maison)
  7. si ça n’est pas le cas, leur chercher une place plus adaptée
  8. proposez une soirée sans écran à votre famille et jouez!

En faisant ce désencombrement il y a quelques jours, j’ai découvert que nous possédions deux Pictionary (mais à qui a-t-on piqué le deuxième?). J’ai décidé de ne pas garder le Trivial Pursuit auquel on ne joue plus. En revanche, j’ai redécouvert le Quarto, le Rummikub et le Tangram auxquels nous avons joué en duo tout au long du week-end.

10 Commentaires

Classé dans Comment ranger, Désencombrer, Oser jeter, S'organiser à la maison

Désencombrement express: les décorations de Noël

décorations de noêl2015 n’a pas plutôt démarré que voilà la dame du blog vent debout contre la (trémolos dans la voix, please) tradition. Allez, avouez que vous vous y attendiez au désencombrement express des décorations de Noël*.  Chaussez vos lunettes de Jara et suivez le lutin guide.

Préambule: les décorations de Noël, c’est pour faire joli, OK?

Dooonc, si c’est laid… j’attends votre réponse, là. Si c’est laid… tous ensemble… oui, c’est bien ça… on peut s’en débarrasser. Très bien. Je sens que 2015 s’annonce léger.

  1. Guirlandes électriques.
    Mais qui vous a fait croire que vous pourriez changer les ampoules quand elles casseraient? C’est faux, voyons. Vous voilà maintenant propriétaire de guirlandes semi clignotantes. Ou alors, vous les jetez. A vous de voir.
  2. Guirlandes « déplumées »:
    Celles-là, c’est pour moi. Je cohabite (je ne peux pas dire que je le possède) avec un chat. Joueur, bien sûr. Chasseur de tout et n’importe quoi. Dont les guirlandes. Et voilà comment, en quelques jours, on passe du statut de propriétaire de guirlandes dignes à propriétaire de mochetés déplumées. Poubelle, donc.
  3. Boules décolorées, ébréchées, perdant leur attache, d’une couleur « plus à la mode ».
    Parce que oui, il y a une mode des couleurs d’ornement de Noël. Il y a une quinzaine d’année, la mode était au « naturel ». Autrement dit, au terne, quoi. Finalement très peu festif. Surtout quand le terne s’accompagne de  pelé, mité, cabossé… Quant au violet, je ne sais pas**…
  4. Le père Noël « dégonflé ».
    Mais quelle horreur ces pères Noël suspendus mollement aux balcons! Ca perturbe les petits (comment y croire, s’il y en a tant?) et ça pendouille sans grâce. Dites, s’il est abîmé par les intempéries, vous voulez bien vous en débarrasser? S’il vous plaît?
  5. Les bougies usées.
    Les trognons, je veux dire. Les moignons. Bref, ce que vous entassez depuis des lustres en ne les réutilisant jamais parce qu’elles ne sont plus jolies.
  6. La mousse verte de fleuriste pour tenir les fleurs humides, les paillettes en sachet, les serviettes en papier qui n’absorbent rien, les mini sapins, les marques place, les cartonnettes colorées, les bouts de ruban, les petits nains de la bûche… êtes-vous sûr(e) de vouloir tous les retrouver tels quels l’année prochaine?

Grâce à ce désencombrement express, ce que vous garderez sera en bon état et vous plaira vraiment.

Un grand merci aux lectrices qui ont le plus commenté sur ce blog en 2014, c’est-à-dire:

  • Emmanuelle
  • Ladywaterloo
  • Laure de Déco à tous les étages
  • Les Animaux du mercredi
  • Katherine
  • Pascale C

* En tout cas, Valydelille, elle, m’a senti venir.

** Pour ou contre les décorations violettes? Exprimez-vous dans les commentaires.

44 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Comment ranger, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Oser jeter, S'organiser à la maison

L’art du désencombrement

Ah tout ça, ça vous gêne, ça vous encombre, vous voudriez bien vous en débarrasser! Mais le désencombrement est un art, Messieurs-dames. On ne devient pas Meilleur  Ouvrier Désencombreur de France en une nuit. Certes pas.

Voyons, si vous vouliez devenir champion en une certaine discipline, que vous faudrait-il?

  • Apprendre la technique avec quelqu’un qui sait. Vous êtes sur ce blog: et d’une.
  • Pratiquer en commençant modeste. Chaque chose en son temps.
  • Progresser là où vous êtes un peu plus faible et maintenir là où vous êtes le plus fort.

1- La technique

Facile. Je vous l’explique depuis 5 ans dans la rubrique « désencombrement express » (cf moteur de recherche)

2- La pratique

La ruse est là: minimiser les obstacles pour pouvoir pratiquer régulièrement. Quels sont-ils?

  • les obstacles matériels. Exemple: ne commencez pas à désencombrer les objets pour lesquels il vous faut l’avis de quelqu’un ou sa coopération.
  • les obstacles émotionnels. Exemple: refusez de vous attaquer d’emblée aux lettres d’amour et photos. Les médicaments, les stylos promotionnels, voire les chaussures, c’est plus facile.
  • les obstacles mentaux. Exemple: interdisez-vous de désencombrer pendant plus d’une heure. Seuls les maniaques pros tiennent le coup.

3- Vos forces et faiblesses

  • vous prenez facilement des décisions, vous avez confiance en vous (et dans votre capacité à retrouver/racheter les objets): ce sont des points forts qui vous seront bien utiles pour désencombrer.
  • vous attribuez des pouvoirs qu’ils n’ont pas toujours aux objets (symboles, souvenirs, aucazous…), vous pensez que ranger c’est cacher: ce sont des points faibles sur lesquels il vous faudra travailler, en relisant par exemple cet article et celui-là.

Et un jour, on créera la Ligue des Désencombreurs de France (et de Belgique et du Canada, évidemment) et ce sera très drôle. Parce que nous, on n’aura pas besoin de pot-de-vin ni de dopage.

 

 

14 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Conseil en organisation personnelle, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

Désencombrement express: les « machins » de la cuisine

Allons, ne faites pas les innocents, chers lecteurs. Vous savez très bien de quoi je veux parler.

Mais si, voyons: le tiroir/placard/vide-poche dans lequel atterrissent tous les machins dont vous ne savez pas quoi faire. Elastiques, trombones, pinces à linge, crochets, clefs, bouchons, scotch, vieilles cartes de restaurant, pince à thé en osier/métal, petits débris d’objets, pieds en plastique, clefs de meubles suédois… bref, ceci:

tiroir a machins

Tiroir d’origine américaine, fort proche de nos espèces européennes

Comme d’hab, pour les désencombrements express, il nous faudra de la méthode et de la détermination:

  1. Sortir tout (tout, c’est bien ça) du tiroir ou du placard à machins
  2. Contempler. Oui, vous pouvez pouffer, c’est plutôt drôle en général
  3. Attraper le premier objet et se demander s’il a déjà 2 ou 3 petits frères qui font la même chose que lui. Il fait partie d’une famille nombreuse? Conserver seulement les représentants les plus utiles. Règle de base: la moitié de ce que vous possédez devrait suffire.
  4. S’il est orphelin, se demander s’il est vraiment utile, pas juste s’il « pourrait » l’être un jour.
    Il ne sert jamais? Bye bye. On parle de machins, là, je vous rappelle. Pas de souvenirs.
  5. Si on décide de le garder, se demander si cet emplacement est le plus logique pour lui. Comment le savoir? C’est très simple: si, en le voyant, vous vous dites « ah, il était là, lui? », c’est que ce n’est pas là qu’il faut le ranger.
  6. S’il est cassé, on se demande s’il vaut l’effort de le réparer. Vous avez la flemme? Parfait, il peut partir.
  7. Et seulement après avoir décidé du sort de ce premier objet, on passe à l’objet numéro 2, puis au suivant*.
  8. Un petit coup de chiffon au fond du tiroir, tant qu’on y est? Bon allez, si vous y tenez…
  9. Pendant tout le désencombrement, voici ce qu’on n’a pas le droit de se dire : « si cet objet est là, c’est bien parce qu’il y a eu une raison, non? Cherchons bien. Cherchons encore des raisons de le conserver encore un peu, encore un peu… »

Vous pourriez me dire: « Mais, Laurence, ne devrait-on pas commencer par les regrouper, faire des tas? »

Halte là. La logique viendra en son temps. Il s’agit de désencombrer d’abord. Quand ce sera fait, on y verra plus clair. Et là, on regroupera. Et puis, si besoin, on achètera des séparateurs de tiroirs ou des jolis paniers pour maintenir le futur chaos à distance.

* parce que, si vous attrapez le deuxième objet avant d’avoir décidé quoi faire du premier, nous vous prenons alors en flagrant délit de bordélicus sapiens.

27 Commentaires

Classé dans Aménager les pièces de la maison, Astuces pour s'organiser, Comment ranger, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison

Le syndrome de la surface plane

entrée dégagéeCa y est! Vous avez réussi à dégager la console de l’entrée qui croulait sous les « machins ». Mais à peine avez-vous tourné les talons qu’insidieusement le bazar revient. Même chose sur la table basse du salon, le bord de la table de la salle à manger, le coin du plan de travail de la cuisine, la table de nuit, le bord du lavabo, le canapé.

Que se passe-t-il?

C’est le syndrome de la surface plane.

Comme, sans vous en rendre compte, vous êtes soumis à cette règle et que votre intérieur est rangé sans vraiment de logique, les seuls endroits où vous pouvez poser les choses sont les surfaces planes. Les autres emplacements sont trop compliqués à atteindre ou trop pleins.

L’été vous emplit de bonnes résolutions de rangement, d’après ce que je sais.

C’est le moment de trier vos possessions et de respecter et  faire respecter vos surfaces planes. Il s’agit de lutter, sans trop d’effort, contre ce syndrome de la surface plane.

Essayez donc cette méthode, vous m’en direz des nouvelles. Juste avant de vous lancer, je vous suggère de lire ceci.

Et si vous ne savez pas quoi faire des objets que vous ne gardez pas, voici quelques pistes.

Alors, le rangement d’été, ça se passe comment chez vous?

 

8 Commentaires

Classé dans Aménager les pièces de la maison, Arrêter de procrastiner, Bordélique?, Comment ranger, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

Désencombrement express: la décoration du salon

salon encombréOh, je vous vois d’ici froncer le nez: « la décoration de ma maison ne vous regarde pas, Laurence. Les goûts et les couleurs, n’est-ce pas… »

Allez, jouons ensemble: parions.

Parions qu’en quelques instants, sans souffrir, vous pouvez tout de même désencombrer un brin votre intérieur. Méthode, méthode.

  1. Commençons par le plus évident: les plantes. Vertes au départ mais maintenant défleuries, desséchées, ou alors vendues déjà sèches, en tissu, en papier, en plastique (mon Dieu!). Mais jetez-moi ça. Vous voulez le couplet Feng Shui sur les mauvaises énergies? Non, hein.
  2. Les guirlandes. Poussiéreuses, dépareillées, aux ampoules cassées, entortillées de façon improbable… elles ont été jolies, c’est sûr. Il y a longtemps. Maintenant, elles font vieille roulotte  ou maison hantée. Comme les mobiles, clochettes et autres machins suspendus.
  3. Les ‘tits objets. Rapportés d’un voyage par un ami car petits, justement, et légers, choisis rapidement à l’aéroport avant de rentrer, pas du tout dans vos goûts-mais-c’est-tellement-gentil. Bon, le petit bonhomme en tenue folklorique moldave, le chameau en métal martelé, la rose des sables, la poupée en tissu de Thaïlande… ca vous ressemble, ça, en vrai? Eh non.
  4. Les plaids en polaire. Oui, je sais, c’est chaud, pratique et ça se lave bien. Justement. A propos de lavage, c’est quand la dernière fois que votre plaid chéri a vu la machine à laver? Non, parce que avec les poils de chat, les taches de chocolat et tout… ça nuit à votre décoration, je vous assure. Et si, par hasard, le plaid chéri est plein de trous… allez, je vous laisse finir ma phrase.

18 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison

Question des lecteurs: comment trier les objets des enfants partis de la maison?

Anne-Marie me dit: « Je vous suis depuis un petit moment, et j’apprécie vos conseils et ceux de vos lecteurs.
Je viens de lire le sujet sur les rangements des jouets des enfants. Pour ma part, je suis noyée sous les cours et les trésors de mes grands ados et adultes qui m’ont laissé leur bazar, faute de place dans leurs studios. Et comme nous avons 6 enfants, ils n’ont pas de chambre dédiée quand ils viennent, les petits ayant pris leurs aises. 😉
Donc j’ai des cartons et des piles dans plusieurs endroits de la maison et je ne sais plus par où commencer!
Si vous avez des idées… 🙂
 »

Anne-Marie, nous, les mamans, on garderait bien tout comme Souvenirs. Ou alors, on n’ose pas jeter à leur place. C’est vrai, comment déterminer si cet objet a une valeur sentimentale pour JB, notre grand dadais parti de la maison?
Bon, mais dans le même temps, reconnaissons aussi qu’ils utilisent bien souvent avec désinvolture la (grande) maison des parents comme entrepôt. Puis, le temps faisant son oeuvre, ils ne savent plus toujours ce qu’ils ont « mis de côté ».

Je vous propose une approche en deux temps, plus une précaution:

  1. PREMIÈRE ETAPE: Repérer et mettre de côté, pour vous, vos souvenirs de parents les concernant. Par exemple: photos, oeuvre majeure, lettres provenant de vos enfants ou de vous à leur intention… Vous conservez ça avec soin et amour (et étiquettes. Et dates). Une boîte par enfant, par exemple.
  2. DEUXIEME ETAPE: Regrouper par enfant les cours, bouquins, bibelots et machins en tout genre. Ne vous fatiguez pas à mettre de l’ordre là-dedans.
    A la prochaine visite de JB, ce sera à lui de faire le tri dans ce qu’il veut garder. « Ce qu’il veut garder » étant très exactement « ce qu’il serait prêt à emporter s’il avait la place chez lui« .
    Parce que, quand il aura la place de conserver tout ça, hop, ça ira chez lui. Qu’il en soit bien persuadé.
    Cette étape de tri ne devrait pas (trop) tourner au  voyage nostalgique dans le temps: il s’agit d’un désencombrement, que diable! Et puis, vous, la nostalgie, vous l’avez déjà éprouvée en phase 1: vous avez eu votre dose, normalement.
  3. LA PRECAUTION: on n’associe surtout pas les frères et soeurs au tri.
    Parce que, sinon, on voit d’ici ce qu’il va se passer: – JB: « Tiens, Mathilde, mon vieux tugudu, là, il t’intéresserait pas, des fois?
    – Mathilde (dont on ignorait jusque là la passion pour les tugudus): ah mais si, j’en veux bien. Tiens, Maman, tu peux le garder en attendant? »

Ils sont difficiles à faire, ces tris-là. Mais vous verrez, vos enfants sont parfois plus radicaux que nous ce qu’on croit …

16 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Comment mieux s'organiser, Comment ranger, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Les autres et moi, Oser jeter, S'organiser à la maison

333: suite et …fin

garde robeLe défi 333: encore une idée saugrenue a priori mais qui, bien sûr, m’a tentée sitôt lue. Et comme vous savez que je ne prêche que ce que je pratique… voici donc la suite de mon compte-rendu (le début est là).

Ou comment une organisatrice professionnelle se prend la tête, pour le plaisir d’expérimenter des trucs idiots  inutiles minimalistes.

Troisième point: J + 5 semaines

Les erreurs d’évaluation (oui, on  a le droit de se tromper, on n’est pas obligé de faire parfait du premier coup)

  • J’ai échangé un caraco jamais porté jusque là contre un chemisier à manche courte car il fait chaud dans mon métier: salles surchauffées, videoprojecteur/radiateur, formatrice (moi) qui arpente dans tous les sens…
  • J’ai finalement vraiment besoin de deux paires de gants (j’avais un doute). Ne serait-ce que pour pouvoir laver celle qui devient sale à force d’être préférée! M’apprendra à acheter des gants jaune clair.
  • Un autre changement d’accessoire: le col de fourrure vintage, joli certes, mais… contre une écharpe bien chaude et colorée.
  • Un pull à col roulé s’est vu éliminé, même si je l’aime : il me démange trop au niveau du cou et comme je n’ai pas de foulard dans ma sélection 33…

Mes observations (et absence d’icelles de la part de mes proches)

Je remarque qu’aujourd’hui je porte pour la deuxième fois la même tenue. Personne en dehors de ma famille ne peut s’en apercevoir: je n’ai pas eu les mêmes activités. Comprendre: rencontré les mêmes personnes. Au demeurant, mes filles, pourtant observatrices (« tu ne vas pas sortir comme ça, Maman? »), qui ne sont pas au courant du défi, ne m’ont encore fait aucune remarque.

Cela signifie deux choses:

  1. Avec ma sélection, je peux « tenir » cinq semaines sans être habillée deux fois de la même façon. Cela devrait suffire à contenter mon goût de la variété.
  2. Tout le monde s’en moque, de notre tenue.

S’habiller: moyen d’expression ou casse-tête?

Je réalise que m’habiller, que je croyais être un moyen d’exprimer ma créativité, était en fait une sorte de casse-tête.  En somme, pour choisir une tenue, je devais penser

  • aux circonstances (debout toute la journée, par exemple),
  • à la température (-2° le matin, 12 l’après-midi) ,
  • aux moyens de transport (pas de manteau long ni de tenue claire dans le RER),
  • aux assortiments de couleur, coquetterie exige,
  • à mon poids qui empêche tel ou tel choix…

un vrai casse-tête, je vous dis!

Les habits que j’ai sélectionnés pour le défi me permettent de résoudre rapidement et sans « prise de tête » ces mini-équations du quotidien.

De l’importance de la qualité des vêtements et chaussures

J’avais déjà une tendance à privilégier la qualité plutôt que la quantité.

Mais avec cette expérience, la bonne qualité d’un vêtement devient indispensable. Si mes pulls étaient en acrylique (outre que j’en déteste le contact), je ne pourrais pas garantir leur aspect après trois mois de ce traitement intensif.

Je triche ou pas?

Les fêtes de fin d’année arrivent: j’ai une grosse envie de casser les règles. C’est le moment ou jamais, non? Non, ce n’est pas mon genre, de tricher.

der_falschspieler

La première réunion familiale aura donc lieu avec une tenue que je qualifie in petto de « professionnelle ». Comprendre: noire, stricte, neutre, du genre qui ne détourne pas l’attention de mon auditoire des messages que je veux leur faire passer.

Résultat: des compliments, de plusieurs générations de filles.

Je n’en reçois pas autant lorsque je fais des efforts pour m’habiller « festif ». Parfait.

Je saurai, maintenant, que ce n’est plus la peine d’envisager des achats « spécial fêtes ». Plus de « petite robe noire », censée incarner le graal de l’élégance, de tops brillants, de velours cramoisi, de pourpre cardinale (non là, je m’égare).

Cardinal_de_Richelieu_mg_0053

Quatrième point: J + 6 semaines

Les soldes commencent.

En temps normal, j’irais faire un tour dans les magasins et reviendrais sûrement avec un à trois vêtements, comme chaque année.

Or, toute cette expérience me montre que j’ai déjà bien plus de tenues que nécessaire. Quel serait l’intérêt de charger ma tringle d’un nouveau poids? Eh bien, la nouveauté, Laurence, justement.

Oui, et alors? Je me ferai ce plaisir quand le défi sera fini, en farfouillant dans mes autres tenues, qui, du coup, me feront l’effet d’être toutes neuves!*

Le défi me semble long.

Mais je crois que je sais pourquoi:

  1. Tous mes pulls ont le même col et plus ou moins la même longueur. Ce qui me donne une silhouette identique, même quand je change de couleur.
    Note à moi-même: lorsque je chercherai un nouveau pull (en remplacement d’un bien usé, cela va de soi), penser à le prendre d’une coupe différente.
  2. Ce qui me semble long, surtout, c’est l’hiver.
    Encore cinq semaines avant la fin du défi. J’ai autant envie de soleil que de nouvelles tenues!

Cinquième point: J + 8 semaines

Je les ai d’abord regardés avec envie, ces chouettes vêtements qui me narguent depuis leur étagère et leur tringle. Oui, ceux-là même que je m’interdis (mais quelle idée!) de porter.

Maintenant, je les envisage différemment: je repère leurs défauts, je me souviens des raisons pour lesquelles je ne les ai pas choisis pour ce défi. Pour la plupart d’entre eux, il y a un petit quelque chose qui ne va pas, en fait. Mais je jure que, ceux qui me vont (taille, couleur, fonction) mais que je n’avais pas sélectionnés, vont être portés encore et encore!* En savourant plus que jamais le plaisir de la variété.

Sixième point: the end

Demain, c’est fini.

C’est bizarre mais je n’ai pas particulièrement envie des vêtements que je n’ai pas portés. Je réalise que, si on me les enlevait,… je ne les rachèterai pas.

vetements

En revanche, je tiens désormais à mes chers 33 comme à la prunelle de mes yeux. Car maintenant, ils me sont chers. Je les connais mieux, les admire d’avoir résisté.

Quant aux chaussures non utilisées, j’en ai profité pour en éliminer quelques unes: c’étaient des « Presque Bien », dont j’ai porté la version « Bien Vraiment Bien » pendant trois mois.

Pourquoi n’ai-je rien écrit depuis la semaine 8? Parce que ce défi n’en est plus un. Porter 33 pièces de vêtements est devenu simple et naturel. Plus du tout extrême ni exotique.

Drôlement surprenant tout ça… vous voulez essayer? Et partager avec nous?

*Ce que je fais copieusement depuis, comme un gamin dans un magasin de bonbons

32 Commentaires

Classé dans Mon avis, S'organiser à la maison

Premier compte-rendu du défi 333

garde robeDans mon dernier article, je vous expliquai que j’avais relevé le défi de porter 33 « pièces de vêtements » pendant 3 mois.
Voici comment ça s’est passé, au fil de l’eau.

Premier point: J + 3 semaines

L’un des conseils que je donne volontiers pour diminuer la course du matin, est de préparer sa tenue la veille. Jusqu’à présent, je me tenais à cette règle parce que, comme beaucoup de personnes, je suis parfois « au radar » le matin.

Le zen du matin

Trois semaines après le début du défi 333, je n’ai plus besoin de planifier la veille ce que je veux porter, parce que je sais que, grâce à ma sélection, je ne vais plus rester le cerveau vide (et les yeux mal ouverts) devant une armoire pleine, à essayer mentalement des combinaisons: tel pantalon avec tel haut, telle jupe avec tel pull…

Au bout de trois semaines, je les ai presque toutes déjà expérimentées, ces combinaisons. Ce ne sont que des vêtements à ma taille, qui se complètent parfaitement. Du coup, j’attrape les vêtements très vite, sans craindre de mauvaise surprise de dernière minute: « mince, ce pull est trop court » ou « zut, les couleurs ne vont pas ensemble à la lumière »…

corbeille linge

La lessive

Je dois faire attention à mon rythme de lessive/repassage parce que j’ai choisi des vêtements en soie et en laine et que je les lave en même temps (même programme).

Pourquoi ce choix de matières plutôt délicates?

– parce qu’elles respirent et ne gardent pas les odeurs. Je pourrai donc porter plusieurs jours un pull, en l’aérant, sans devoir le laver entre temps.

– pour leur confort et leur capacité d’adaptation à différentes circonstances: travail, maison, sorties…

Les accessoires

Je n’ai ni besoin ni envie de bijoux. Pourtant, j’imaginais que cela m’aiderait à varier les tenues, me sauverait de l’inévitable ennui… eh non.

De même, je n’ai pas besoin de plus de deux paires de gants. Là encore, je pensais que la variété m’aiderait à lutter contre la monotonie. En fait, chauds et longs, c’est tout ce qui importe.

Ce que je me dis

Le défi ne me semble pas monotone, à mon grand étonnement mais bizarrement rassurant: je porte des vêtements éprouvés, confortables, qui me vont parfaitement, adaptés à ma vie.

jupe

Changements

  • Un changement de jupe: celle que j’avais choisie s’est avérée trop courte et transparente. Echangée contre une jupe noire, moins « fun « mais à l’épreuve de ces deux inconvénients.
  • Un changement d’accessoire: un collier contre un col de fourrure vintage.
  • Un chemisier coloré, certes, mais dont la coupe ne me va pas, remplacé par un pull noir qui me va: je crains de manquer de motifs, synonymes de gaieté. On verra bien.

Deuxième point: J + 4 semaines

En contemplant ma tringle et mes étagères: mon Dieu, j’ai tous ces vêtements!? Quand vais-je les porter? A ce rythme-là, j’en ai pour des années!

Je repense à une dame âgée que je connais qui n’a pas acheté de nouveaux vêtements depuis au moins dix ans. « Je n’use pas » dit-elle.

Pas sûre d'avoir leur élégance à leur âge...

Pas sûre d’avoir leur élégance à leur âge…

Et si, moi non plus, je n’usais pas?

Et si j’allais garder pendant des années les mêmes vêtements?

Et alors?

Eh bien, la perspective m’inquiète. De quoi j’ai peur, voyons: de ne plus avoir l’air à la mode si je porte encore ceux-là dans dix ans et donc… d’avoir l’air « daté », « vieille » en somme. Eh oui, la vanité…

Puis je me fais remarquer à moi-même que les vêtements que j’aime le plus, que j’ai sélectionné et qui m’ont le mieux servi jusqu’à maintenant ont plus de dix ans. Ce sont des basiques, voilà tout. Laurence, on se détend.

Mais je possède tout de même bien plus de vêtements que ce que je peux raisonnablement porter. Me voilà maintenant nettement convaincue.

10 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Budget, Coach en organisation, Comment faire des économies, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Mon avis, Oser jeter