Archives de Tag: désencombrer

Et si on se dépouillait?

C’est le titre de l’émission à laquelle je participerai jeudi 19 août sur France Inter, de 9h00 à 10h00.

Eva Roque anime cette émission de l’Eté comme jamais et accueille les questions des auditeurs.

Un sujet à écouter en prenant votre petit déjeuner en terrasse, si ça se trouve?

France Inter, 1re radio en Ile-de-France.

Photo: Chris Reyem via Unsplash

2 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Comment ranger, Dans les media, Oser jeter

Le (vrai) poids des objets dans notre vie

En tant qu’organisatrice professionnelle, je considère en général le volume que les objets occupent dans une maison.

Mais je n’envisage le poids des objets que lorsque que je dois les déplacer, évidemment. Et j’avoue n’avoir jamais pensé à additionner leur poids.

Or, je suis bien placée pour le savoir, notre tendance aveugle à accumuler les objets augmente*.

Ce qui signifie, certes, qu’on possède toujours plus d ‘objets et qu’ils prennent de la place (et que, par conséquent, on a parfois besoin de conseils de rangement, hm hm).

Mais en termes de poids, ça donne quoi?

C’est simple: 2,5 tonnes d’objets en moyenne dans un foyer français.

Soit, notamment, 603 kilos d’objets dans le salon et 509 kilos dans la cuisine.

Et pour les vêtements? 51 kilos, Messieurs-dames.

On parlait de déménagement l’autre jour. Vous vous imaginez déplacer 2,5 tonnes de trucs et machins accumulés au cours du temps? Sans être particulièrement de type Ecureuil, remarquez. Juste si vous êtes dans la moyenne.

Ces données proviennent du site de l’ADEME qui calcule, en plus, le poids carbone inhérent à la fabrication et le transport de ces objets.

Je serais curieuse d’avoir votre avis dans les commentaires: que vous inspirent ces chiffres?

Pour mieux comprendre notre tendance à conserver toute sorte de choses, vous aurez peut-être envie de lire aussi:

J’ai tendance à accumuler les objets de type « Sapeuservir »? Se pourrait-il que je souffre de collectionnite utilitaire?

Ou alors, serais-je masochiste? Ou propriétaire déçu(e) par mes achats? Ou simplement de nature indécise

Photo: Irina Babina via Pexels

7 Commentaires

Classé dans Budget, Coach en organisation, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Ecologie, Mon avis, Oser jeter

Renoncer aux objets liés aux grandes étapes de ma vie?

J’ai reçu plusieurs questions sur ce sujet: je vous propose quelques pistes de réflexion.

De quelle nostalgie parle-t’on?

Dans l’un de ses livres, celui où elle retourne au Japon, il me semble, Amélie Nothomb parle de « nostalgie heureuse« .

La nostalgie que nous font éprouver certains objets peut être qualifiée d’heureuse. Un sourire en plus d ‘une petite larme, vous voyez. Une rêverie agréable, même si le thème est « ça ne reviendra plus ».

J’affirme que les objets que l’on a conservé qui provoquent cette émotion de nostalgie heureuse méritent d’être conservés. Dans de bonnes conditions de surcroît. Voire exposés, pourquoi pas?

Les exemples qui me viennent en tête: des courriers d’anciens amoureux (chut, j’en ai gardé quelques uns…), des photos d’amis dont je me souviens encore du nom, quelques vêtements de chacun de mes enfants, leur première paire de chaussures (on parlait dans cet article du sort des objets appartenant à nos enfants quand ils quittent la maison)…

Le poids de certains souvenirs

En revanche, il y a des objets qui, selon moi, ne nous font pas du bien.

Par exemple, le jean qui a marqué notre entrée en couple (avec 10 kilos de moins) alors qu’on a divorcé depuis: double peine.

Ou bien je pense à ce meuble encombrant, qui n’est pas à notre goût d’aujourd’hui, mais que l’on se sent obligé de conserver parce qu’il représente à la fois le décor de notre enfance et les personnes qui nous entouraient à cette époque mais peut-être décédés depuis.

Du reste, ce meuble crie son inadéquation à notre vie actuelle mais nous y restons sourds. Parce qu’on n’a pas eu le coeur de s’en débarrasser sur le coup (ou pire, parce que les frères et soeurs ont refusé de le « prendre en charge »), nous voilà dépositaire à vie d’un meuble issu d’une décision qui n’est pas vraiment la nôtre et qu’on impose à notre famille à nous.

Enfin, évoquons tous les objets qui ont partagé notre route et qu’on trimballe de maison en appartement, toujours dans les cartons. Quel sens ont-ils maintenant? A qui font-ils plaisir? En profitons-nous? Vous trouverez matière à réflexion dans cet article sur les Souvenirs, justement.

Retrouver les moments passés, oui, mais volontairement

Cela vous arrive-t’il d’être pris(e) par surprise en entendant à la radio une certaine chanson du passé? Et de vous retrouver instantanément quelques années en arrière, avec le plaisir ou le chagrin éprouvés à ce moment-là? Ainsi, certains d’entre nous se font des sessions complètes de chansons d’amour à fendre l’âme ou de hard rock à se décrocher la tête, exprès. Et c’est finalement très bon.

Aussi, comme Marcel Proust, que dire de cette bouffée de bonheur que vous retrouvez en goûtant votre propre madeleine à vous* ? Ce n’est pas pour rien que les chefs cuisiniers ré -inventent régulièrement la cuisine de leur grand-mère.

De la même façon, mon mari m’emmène dans ses propres souvenirs en introduisant dans notre nourriture les goûts et épices de son pays d’enfance. Ces plats spéciaux, que je cuisine pour lui faire plaisir, et pour lesquels il a récupéré des livres de recettes qu’il me traduit, il les appelle des « Maman-me-faisait… ».

En conclusion, pour terminer sur les objets, s’ils vous apportent de la nostalgie heureuse, gardez-les. Ou bien, prenez-vous en photo avec eux avant de les faire partir de chez vous.

Si en revanche, s’ils vous font souffrir ou que vous avez oublié que vous les possédiez, vous connaissez ma conviction: laissez-les partir.

*cela dit, trempée dans du tilleul, comme je crois me souvenir que c’était le cas de Marcel, la madeleine doit devenir bien fade, mais les goûts et les couleurs, n’est-ce pas…

Photos Alena Shekhovtcova et elly-fairytale

15 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Coach en organisation, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Mon avis

Le Prince et le Dragon ou les contes de fée révisés par une organisatrice professionnelle

princeJe ne sais pas pour vous, mais moi, j’ai toujours trouvé que le rôle du Prince des contes de fées était autrement plus amusant que le rôle de la Princesse. En conséquence, lorsque l’on jouait, mon frère et moi, nous étions deux à inventer et passer avec succès les épreuves. La Princesse? Pas moi. Une poupée était désignée, restait dans son coin et basta. Lire la suite

36 Commentaires

Classé dans Arrêter de procrastiner, Comment s'organiser au travail, S'organiser à la maison

Dans la tête d’un jeune Ecureuil Sentimental

Moutons2_bebesNe reculant devant aucune expérience de psychologie comportementale, j’utilise souvent parfois mes enfants comme sujets. Après tout, l’illustre Piaget en faisait autant et on ne le lui a jamais reproché.

J’ai donc interviewé Fille Aînée au sujet de son grand tri de vêtements, l’autre jour.

Objectif: comprendre et partager sur le blog le point de vue d’un jeune Ecureuil Sentimental de 24 ans. Volontaire, je le précise.

Extraits du dialogue, façon pièce de théâtre

La mère: Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire le tri?

La fille: Je commence une nouvelle vie: j’avais besoin de préparer une nouvelle garde robe « d’adulte ». Travail oblige! On a tout de même retrouvé des vêtements qui dataient du début du lycée.

La mère: Quel effet ça fait de retrouver et trier ces vêtements-là?

La fille: Ca m’a fait me rendre compte que j’avais grandi, et que leur heure était arrivée. Mais je les ai remerciés pour leur loyaux services (commentaire de la mère: tiens donc, ma fille est shintoîste?).

La mère: Comment se fait-il que tu gardes des vêtements aussi longtemps?

La fille: Ca me rassure de posséder beaucoup de vêtements car j’aime bien avoir le choix et pouvoir les mélanger. Je sais que jeter est nécessaire mais je n’aime pas ça. J’ai peur qu’ils ne soient pas remplacés. Il y a des vêtements qui sont plus difficiles à jeter que d’autres: ceux qu’on a beaucoup portés et qu’on aime. Parfois on n’est pas prêt à jeter mais il faut se faire violence. Je ne me souviens pas d’avoir jamais fait un tri de vêtements comme ça!

La mère: Est-ce que tu as ressenti quelques pincements au coeur?

La fille: Oui et non. Oui parce que ça faisait longtemps que je les avais et non parce que je sais qu’ils vont être remplacés par d’autres qui me correspondront mieux. Je vais essayer de faire dans la qualité et plus dans la quantité comme avant. Mais il faut dire qu’ il y avait dans l’armoire autant de vêtements qu’on m’avait donnés que de vêtements achetés!

La mère: Qu’éprouves-tu en voyant partir ces vêtements?

La fille: Voir un gros sac poubelle rempli m’a fait du bien parce que ça signifie que je démarre une nouvelle vie et que ce que je vais racheter sera plus en accord avec mon âge.

La mère: Aurais-tu fait cette démarche toute seule?

La fille: Je n’aurais pas fait ce tri toute seule, pas à ce point, en tout cas. Je me serais dit « celui-là peut encore me servir… ». D’avoir quelqu’un qui te montre les raisons pourquoi tu ne les portes plus (trou, tâche, forme qui ne met pas en valeur…), ça aide. Ca prouve que les vêtements ne sont pas uniques et irremplaçables.

Chers Ecureuils lecteurs de ce blog, que vous inspire cet échange?

 

 

7 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Apprendre à s'organiser, Bordélique?, Comment ranger, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Les autres et moi, Oser jeter, S'organiser à la maison

C’est comment chez vous? La vaisselle, en guise de contre-butin, sur fond de chanson des sixties

IMG_0959

Laurence, qu’est-ce que c’est que ce titre abscons? vous demandez-vous, perplexe.  Je vous explique?

J’aime beaucoup les blogs de mode. Je me délecte de ces photos bien prises, soignées, de vêtements neufs… Et ce qui me plaît par dessus tout, ce sont les « hauls » (butins): ces articles dans lesquels les blogueuses nous montrent leurs nouveaux vêtements et accessoires. Elles nous expliquent comment elles ont craqué pourquoi leurs achats sont rationnels, comment elles vont s’en servir, avec quoi elles vont les assortir… Elles semblent tellement ravies que, par contagion, j’admire et me réjouis avec elles.  Et après tout, on s’en moque que l’achat soit rationnel ou pas, ou même que ce soit un cadeau promotionnel. Cela dit, j’avoue que je rêverais de mettre mon nez dans leur penderie (et d’y faire un brin de tri). Mais chut.

De mon côté, en tant qu’organisatrice professionnelle, pas question de montrer l’intérieur des placards de mes clients. Alors, les seules choses que je peux montrer, ce sont mes propres contre-butins: autrement dit, ce qui sort de chez moi, et non ce qui y entre. Et pour faire comme mes modèles, les blogueuses de mode, je vais vous expliquer mes choix.

Tout d’abord, reconnaissons que ma photo ci-dessus n’est pas à la hauteur d’un blog de mode. Cependant, on voit tout de même des plats et assiettes ébréchés, aux couleurs passées ou très années 90 (ce jaune/orangé, là, c’est vintage en diable). Pour chacun de ces plats, des petits frères sont déjà en ma possession. Comprendre: si ceux qui figurent sur la photo partaient de chez moi,  une autre pièce de vaisselle, en bon état et à mon goût, remplirait parfaitement leur fonction. Je n’ai donc rien à racheter et ne me sentirai pas démunie. Ces plats sont abîmés, leur contact est devenu désagréable à la main et je me retrouve à les placer au fond des placards, les laisser « moisir » sous les piles,  pour ne pas devoir les manipuler, … c’est triste. Je les ai trouvé jolis, les ai beaucoup aimés, je m’en suis servie quotidiennement, mais maintenant, ils peuvent partir.

Je ne dis pas que ce tri a été facile, surtout que l’un de ces plats est un cadeau. Mais à quoi peut bien servir un cadeau de ce genre si je ne l’utilise plus, voire je le planque et tente de l’ignorer?

Oui, comme je suis humaine, j’éprouve de la nostalgie en les regardant. J’avoue aussi que je ne fais pas traîner trop longtemps leur départ, un peu comme quand on se dépêche d’arracher un pansement. Mais je sais qu’une fois sortis de mes placards puis de chez moi, je ne les regretterai pas.

A vous maintenant, chers lecteurs: vous avez bien un petit contre-butin à partager avec nous, non?

Ce n’est pas la première fois que je vous dévoile mon intérieur de coach en rangement (même pas peur):

12 Commentaires

Classé dans Blogs que j'aime, Coach en organisation, Comment faire des économies, Comment ranger, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison

Les FBI de l’organisation: les jolies petites boîtes

boites métalliquesElles sont irrésistibles: en métal, en bois, en carton, en rotin, … vous voyez de quoi je parle? Bien sûr: les jolies petites boîtes. Leur simple vue suffit à évoquer un intérieur rangé, esthétique, pratique… De l’organisation en puissance!

Sauf que… eh non. Enfin, pas pour tout le monde.

Par exemple, votre tante vous offre des biscuits. Et hop, on garde la boîte en haut du placard de la cuisine.

Le thé offert par une amie? Et re-hop, voilà la jolie petite boîte-qui-me-servira-sûrement-à-y-ranger-quelque-chose-mais-je-ne-sais-pas-encore-quoi qui rejoint la précédente. Elle est si jolie; on ne va tout de même pas la jeter! Ah bon? Parce que la garder 7 ans à la poussière, ça porte bonheur? Et la boîte qui contenait le joli bracelet que vous a offert votre cousine, il faut la garder aussi?

 

boites rotin

Entendons-nous bien. Je ne suis pas contre un usage raisonnable de la jolie boîte. Moi-même d’ailleurs…

Mais vous pouvez peut-être garder en tête trois-quatre choses, si vous sentez la collectionite poindre à l’horizon:

  • ce n’est pas parce qu‘elle est jolie qu’il faut la garder
  • ce n’est pas parce que vous l’avez gardée que vous allez forcément penser à vous en servir
  • un emballage, aussi joli soit-il, n’est que ça: un emballage. Ce n’est que très rarement un souvenir
  • non, on ne refile pas la jolie boîte à Petite Dernière pour qu’elle y mette « ses petites affaires ». Vous voulez faire un élevage d’écureuils ou quoi?

Trêve de véhémence joviale.

Complétons cette (potentielle) FBI par les articles ci-dessous:

 

 

 

14 Commentaires

Classé dans FBI (Fausses Bonnes Idées), Oser jeter, S'organiser à la maison

Désencombrement express: les décorations de Noël

décorations de noêl2015 n’a pas plutôt démarré que voilà la dame du blog vent debout contre la (trémolos dans la voix, please) tradition. Allez, avouez que vous vous y attendiez au désencombrement express des décorations de Noël*.  Chaussez vos lunettes de Jara et suivez le lutin guide.

Préambule: les décorations de Noël, c’est pour faire joli, OK?

Dooonc, si c’est laid… j’attends votre réponse, là. Si c’est laid… tous ensemble… oui, c’est bien ça… on peut s’en débarrasser. Très bien. Je sens que 2015 s’annonce léger.

  1. Guirlandes électriques.
    Mais qui vous a fait croire que vous pourriez changer les ampoules quand elles casseraient? C’est faux, voyons. Vous voilà maintenant propriétaire de guirlandes semi clignotantes. Ou alors, vous les jetez. A vous de voir.
  2. Guirlandes « déplumées »:
    Celles-là, c’est pour moi. Je cohabite (je ne peux pas dire que je le possède) avec un chat. Joueur, bien sûr. Chasseur de tout et n’importe quoi. Dont les guirlandes. Et voilà comment, en quelques jours, on passe du statut de propriétaire de guirlandes dignes à propriétaire de mochetés déplumées. Poubelle, donc.
  3. Boules décolorées, ébréchées, perdant leur attache, d’une couleur « plus à la mode ».
    Parce que oui, il y a une mode des couleurs d’ornement de Noël. Il y a une quinzaine d’année, la mode était au « naturel ». Autrement dit, au terne, quoi. Finalement très peu festif. Surtout quand le terne s’accompagne de  pelé, mité, cabossé… Quant au violet, je ne sais pas**…
  4. Le père Noël « dégonflé ».
    Mais quelle horreur ces pères Noël suspendus mollement aux balcons! Ca perturbe les petits (comment y croire, s’il y en a tant?) et ça pendouille sans grâce. Dites, s’il est abîmé par les intempéries, vous voulez bien vous en débarrasser? S’il vous plaît?
  5. Les bougies usées.
    Les trognons, je veux dire. Les moignons. Bref, ce que vous entassez depuis des lustres en ne les réutilisant jamais parce qu’elles ne sont plus jolies.
  6. La mousse verte de fleuriste pour tenir les fleurs humides, les paillettes en sachet, les serviettes en papier qui n’absorbent rien, les mini sapins, les marques place, les cartonnettes colorées, les bouts de ruban, les petits nains de la bûche… êtes-vous sûr(e) de vouloir tous les retrouver tels quels l’année prochaine?

Grâce à ce désencombrement express, ce que vous garderez sera en bon état et vous plaira vraiment.

Un grand merci aux lectrices qui ont le plus commenté sur ce blog en 2014, c’est-à-dire:

  • Emmanuelle
  • Ladywaterloo
  • Laure de Déco à tous les étages
  • Les Animaux du mercredi
  • Katherine
  • Pascale C

* En tout cas, Valydelille, elle, m’a senti venir.

** Pour ou contre les décorations violettes? Exprimez-vous dans les commentaires.

46 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Comment ranger, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Oser jeter, S'organiser à la maison

L’art du désencombrement

Ah tout ça, ça vous gêne, ça vous encombre, vous voudriez bien vous en débarrasser! Mais le désencombrement est un art, Messieurs-dames. On ne devient pas Meilleur  Ouvrier Désencombreur de France en une nuit. Certes pas.

Voyons, si vous vouliez devenir champion en une certaine discipline, que vous faudrait-il?

  • Apprendre la technique avec quelqu’un qui sait. Vous êtes sur ce blog: et d’une.
  • Pratiquer en commençant modeste. Chaque chose en son temps.
  • Progresser là où vous êtes un peu plus faible et maintenir là où vous êtes le plus fort.

1- La technique

Facile. Je vous l’explique depuis 5 ans dans la rubrique « désencombrement express » (cf moteur de recherche)

2- La pratique

La ruse est là: minimiser les obstacles pour pouvoir pratiquer régulièrement. Quels sont-ils?

  • les obstacles matériels. Exemple: ne commencez pas à désencombrer les objets pour lesquels il vous faut l’avis de quelqu’un ou sa coopération.
  • les obstacles émotionnels. Exemple: refusez de vous attaquer d’emblée aux lettres d’amour et photos. Les médicaments, les stylos promotionnels, voire les chaussures, c’est plus facile.
  • les obstacles mentaux. Exemple: interdisez-vous de désencombrer pendant plus d’une heure. Seuls les maniaques pros tiennent le coup.

3- Vos forces et faiblesses

  • vous prenez facilement des décisions, vous avez confiance en vous (et dans votre capacité à retrouver/racheter les objets): ce sont des points forts qui vous seront bien utiles pour désencombrer.
  • vous attribuez des pouvoirs qu’ils n’ont pas toujours aux objets (symboles, souvenirs, aucazous…), vous pensez que ranger c’est cacher: ce sont des points faibles sur lesquels il vous faudra travailler, en relisant par exemple cet article et celui-là.

Et un jour, on créera la Ligue des Désencombreurs de France (et de Belgique et du Canada, évidemment) et ce sera très drôle. Parce que nous, on n’aura pas besoin de pot-de-vin ni de dopage.

 

 

14 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Conseil en organisation personnelle, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

Désencombrement express: les « machins » de la cuisine

Allons, ne faites pas les innocents, chers lecteurs. Vous savez très bien de quoi je veux parler.

Mais si, voyons: le tiroir/placard/vide-poche dans lequel atterrissent tous les machins dont vous ne savez pas quoi faire. Elastiques, trombones, pinces à linge, crochets, clefs, bouchons, scotch, vieilles cartes de restaurant, pince à thé en osier/métal, petits débris d’objets, pieds en plastique, clefs de meubles suédois… bref, ceci:

tiroir a machins

Tiroir d’origine américaine, fort proche de nos espèces européennes

Comme d’hab, pour les désencombrements express, il nous faudra de la méthode et de la détermination:

  1. Sortir tout (tout, c’est bien ça) du tiroir ou du placard à machins
  2. Contempler. Oui, vous pouvez pouffer, c’est plutôt drôle en général
  3. Attraper le premier objet et se demander s’il a déjà 2 ou 3 petits frères qui font la même chose que lui. Il fait partie d’une famille nombreuse? Conserver seulement les représentants les plus utiles. Règle de base: la moitié de ce que vous possédez devrait suffire.
  4. S’il est orphelin, se demander s’il est vraiment utile, pas juste s’il « pourrait » l’être un jour.
    Il ne sert jamais? Bye bye. On parle de machins, là, je vous rappelle. Pas de souvenirs.
  5. Si on décide de le garder, se demander si cet emplacement est le plus logique pour lui. Comment le savoir? C’est très simple: si, en le voyant, vous vous dites « ah, il était là, lui? », c’est que ce n’est pas là qu’il faut le ranger.
  6. S’il est cassé, on se demande s’il vaut l’effort de le réparer. Vous avez la flemme? Parfait, il peut partir.
  7. Et seulement après avoir décidé du sort de ce premier objet, on passe à l’objet numéro 2, puis au suivant*.
  8. Un petit coup de chiffon au fond du tiroir, tant qu’on y est? Bon allez, si vous y tenez…
  9. Pendant tout le désencombrement, voici ce qu’on n’a pas le droit de se dire : « si cet objet est là, c’est bien parce qu’il y a eu une raison, non? Cherchons bien. Cherchons encore des raisons de le conserver encore un peu, encore un peu… »

Vous pourriez me dire: « Mais, Laurence, ne devrait-on pas commencer par les regrouper, faire des tas? »

Halte là. La logique viendra en son temps. Il s’agit de désencombrer d’abord. Quand ce sera fait, on y verra plus clair. Et là, on regroupera. Et puis, si besoin, on achètera des séparateurs de tiroirs ou des jolis paniers pour maintenir le futur chaos à distance.

* parce que, si vous attrapez le deuxième objet avant d’avoir décidé quoi faire du premier, nous vous prenons alors en flagrant délit de bordélicus sapiens.

29 Commentaires

Classé dans Aménager les pièces de la maison, Astuces pour s'organiser, Comment ranger, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison