Archives de Tag: faire les courses

Budget: l’art de faire des courses vraiment économiques

Comme les courses alimentaires reviennent très régulièrement, elles représentent autant d’occasions de dépenser… et donc, d’économiser.

Mettons-nous d’accord tout de suite sur le mot économiser.

Ce qui représente une vraie économie:

  • Obtenir à un bon prix ce qu’on aurait acheté de toute façon.
  • Choisir des produits qui apportent la même satisfaction mais qui sont moins chers.

Ce qui ne représente pas une économie:

  • Acheter des produits non indispensables, même avec un coupon de réduction.
  • Stocker des aliments jusqu’à ce que leur date soit dépassée parce qu’il y avait une promotion.
  • Utiliser un crédit revolving pour faire ses courses de base.

ANATOMIE DE L’ECONOME CERTIFIÉ

L’économe est un gars simple.

Les produits en promotion sont rarement des produits de base.
Des réductions sur les yaourts à ceci + enrichis en cela, oui, c’est super facile à trouver. Souvent, même. Sur les carottes? Euh… on cherche encore. Bizarre, non?

L’économe cuisine.

Il n’y a pas photo: les plats cuisinés à la maison sont toujours moins chers que s’ils sont achetés préparés. Ca ne veut pas dire qu’il faut cuisiner un veau Marengo tous les soirs mais qu’il vaut mieux partir de produits de base simplissimes et de saison et les assembler soi-même.

L’économe a de bons yeux.

Pas tellement pour repérer les promos, mais surtout pour être capable de jeter un oeil averti dans son congélateur, son frigo et ses placards avant d’aller faire ses courses.

L’économe est sportif.

Il se plie, se baisse, s’incline pour voir et attraper les produits qui sont en bas des rayons.

Il fait quelques aller-retours en trottant entre le rayon produits du monde (et ses sachets de 5 kg de riz) et le rayon pâtes/riz. Pour choisir le meilleur prix au kilo. Ce qui nous amène à…

L’économe a sa calculette pas loin (s’il n’est pas un pro de la règle de 3).

Pas d’autre comparaison possible que le kilogramme ou le litre. Sinon, comment se rendre compte que les biscuits en forme d’animaux sont outrageusement plus chers que les mêmes ingrédients réunis sous une autre forme?

L’économe est imperméable (en plus d’être simple, cuisinier, sportif et bon en maths – sympa, cette personne, non?)

Il est imperméable à la séduction. Pas la vôtre. Celle du marketing. En effet, un parfum mangue ne justifie pas que le prix au litre du shampooing augmente de 2 euros. Et tant qu’on est au rayon hygiène, un savon dure plus longtemps qu’un gel douche et fait moins de déchets.

L’économe sait planifier.

Il chante avec l’auteure de ce blog les louanges du plan de menu suivi de la liste de courses.

Et en plus, il chante! Décidément, il faut l’épouser, celui-là.

 

 

 

33 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Budget, Comment faire des économies, Comment mieux s'organiser, Conseil en organisation personnelle, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

La liste de courses de Rosalie

Devant les nombreuses demandes de liste de courses-type, Rosalie est venue à mon aide. Vous trouverez sa liste en suivant ce lien.

En tapant « courses » ou « budget » dans le moteur de recherche du blog, en haut à droite, vous trouverez tous les articles en rapport avec ce sujet passionnant.

Merci Rosalie!

16 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Budget, Comment faire des économies, Mon avis, S'organiser à la maison

C’est comment chez vous? Le réfrigérateur dans tous ses états

J’ai bien envie de vous faire visiter mon frigo et ses différents états. Ne vous plaignez pas, ça pourrait être mes toilettes… non, je plaisante. Mais qui sait, un jour peut-être, si vous me le demandez gentiment… allons, Laurence, un peu de sérieux.

ETAT N° 1: 2 heures avant d’aller faire les courses

IMG_0364

Waterloo, morne plaine. Ca, c’est du flux tendu ou je ne m’y connais pas. Débarquez à l’improviste et vous aurez une omelette et des courgettes. Point. Mais je m’appliquerai, je vous le promets; je fais de très bonnes omelettes.

ETAT N° 2: l’organisation spéciale: Certaines ont besoin d’ingrédients pour préparer leurs déjeuners à emporter mais si ce n’est pas signalé, d’autres (suivez mon regard) vont boulotter lesdits ingrédients – en toute innocence, bien sûr.

IMG_0365

Penchez-vous un peu sur la gauche… là. C’est écrit « Pour les filles » (vous connaissez mon obsession des étiquettes). Eh oui, mes enfants ont une étagère dédiée. A cause de l’innocent sus-mentionné.

ETAT N°3: Après les courses hebdomadaires

IMG_0368

Ah, ça rassure la mater familias, pas vrai?

Et en bonus, pour le plaisir des yeux, mon plan de travail de retour des courses:

IMG_0366

18 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Budget, Comment faire des économies, Conseil en organisation personnelle, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

Budget: les trésors de vos placards de cuisine

placard épicerieLaurence: Ouvrez le(s) placard(s) de la cuisine où vous stockez votre épicerie, s’il vous plaît. Qu’y voyez-vous?

Vous: Eh bien, des pâtes, du riz, des lentilles, des… je ne vois pas bien, c’est au fond… et ça? qu’est-ce que c’est? Depuis quand c’est là? Ah, 2008, quand même…

Laurence: Et si on s’occupait de ces trésors pour vous faire gagner de la place et économiser des euros?

Vous (de retour de vacances, pas très tenté(e) par ce branle-bas): Là, maintenant?

Deux vérités pour commencer:

  1. Ce que vous possédez dans vos placards de cuisine, vous l’avez acheté. Ne pas utiliser cette nourriture, c’est du gâchis. Ce que l’on ne peut guère se permettre si on a un budget à tenir.
  2. Si vous l’avez acheté, ça signifie que votre argent est dans les poches de quelqu’un d’autre que vous: épicier, distributeur… Dommage. Promettez-moi que vous y penserez la prochaine fois que vous prendrez machinalement des lentilles « parce que je CROIS qu’il n’en reste plus à la maison ».

Une méthode pour optimiser vos achats faits et à venir:

  1. Reconnaissez que vous avez sous les yeux de quoi faire un bon nombre de repas équilibrés si vous n’achetez que les ingrédients frais pour les accompagner. Economies à prévoir sur les prochaines courses, donc.
  2. Débarrassez-vous de tous les paquets, sachets, flacons… à date de péremption dépassée ou entamés depuis trop longtemps.
  3. Prenez chaque ingrédient restant et recherchez trois recettes différentes pour chacun. Privilégiez les recettes utilisant des  produits complémentaires que vous avez déjà et/ou peu chers; on parle budget, là, que diable!
    Acheter du crabe pour finir mes lentilles? Non merci.
    On n’oublie pas de choisir ces recettes sur leur simplicité, également. Qui veut passer 1 h 30 en cuisine pour utiliser un sachet de blé concassé?
  4. Prévoyez de mettre en oeuvre ces recettes dans les deux semaines qui viennent. L’objectif: diminuer votre stock au maximum.
  5. Souvenez-vous, à l’avenir, du temps que vous aurez mis à « descendre » ce stock. Vous arriverez certainement à cette conclusion: vous n’avez pas besoin de toute cette nourriture d’avance.

La gestion de stock à la maison, c’est tout aussi sérieux qu’au travail. Et ça se pratique comme ceci: estimation, planification, action, ajustement.

Pour mémoire, si ces techniques arrivent à vous faire économiser 20 euros par semaine, vous voilà avec 1040 euros de plus sur votre compte en banque.

Ah, ça ne rigole plus, dans les rangs!

32 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Bordélique?, Budget, Coach en organisation, Comment faire des économies, Comment mieux s'organiser, Désencombrer, Ecologie, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison

S’organiser pour faire les courses avec des enfants

capriceFaire les courses seul(e) avec les enfants petits peut vite tourner au cauchemar. Ils courent dans les rayons, se battent, veulent monter/descendre/monter/descendre du caddie ou des bras, attrapent tout ce qu’ils peuvent, puis, au pire crient et trépignent à la caisse.

Bon, heureusement, pas tous et pas tout le temps.

Mais si votre taux de cortisol (l’hormone du stress) grimpe en flèche à l’idée de vous approcher en famille de Carrechan, voici votre plan d’attaque.

1- Nourrir et abreuver légèrement les bestioles avant de partir

En profiter pour suggérer de faire pipi avant de partir.

D’ailleurs, connaître l’emplacement des toilettes sur le lieu du combat à venir peut s’avérer fort utile.

2- Nourrir et abreuver le parent: vous

Objectif: limiter l’irritation due à l’hypoglycémie et les tentations de type « bon, d’accord, ON prend une glace » ou  » si vous êtes sages, on ira chez McQuick » pour justifier votre propre appétit.

3- Faire une liste avant de partir

Objectif 1: passer moins de temps dans les rayons, rester concentré sur ce qu’on est venu chercher.

Objectif 2: montrer qu’on suit une liste et non pas qu’on achète au petit bonheur la chance, ce que les enfants croient, pourtant.

Objectif 3: s’ils savent lire, leur faire trouver les articles correspondant à la liste (ne pas hésiter à les aider, ce n’est pas un exercice scolaire).

4- Expliquer ses attentes juste avant d’entrer dans le magasin

Exemple: « Pendant les courses, je veux que Bastien tienne le caddie et que Mélissa reste assise dans le caddie. Vous ne courez pas partout ».
S’ils se comportent comme attendu, penser à les féliciter souvent et chaleureusement. Ce n’est pas la moindre des choses pour eux. Cela leur demande un effort.

5- Exprimer ce qui n’arrivera pas

Exemple: « aujourd’hui, je n’achèterai pas de bonbons ». Pas besoin de justifier. On s’y tient, évidemment.

6- Transformer la corvée en « truc marrant »

« Bastien, je parie que tu vas trouver super vite les boîtes de thon. Vas-y, fais voir? »

« Mélissa, regarde les tomates! Aide-moi à trouver les plus jolies. »

« On a décidé de prendre des céréales, c’est écrit là (brandir La Liste Sacrée). Vous pouvez choisir entre les Chococric et les Cracflakes ».

Bref, on les fait participer, on lance des mini-défis, on peut même chanter (pas trop fort), se faire des câlins ou des chatouilles entre deux rayons, chronométrer ceci ou cela, compter, observer, comparer, réfléchir ensemble…

Les courses ont l’air d’être une corvée mais ce n’est pas obligatoirement le cas.

Les enfants « font des bêtises » quand ils s’ennuient. A nous de les maintenir occupés de façon constructive.

D’autres pistes sur ce sujet:

15 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison

Oh la bonne initiative!

caddie pleinJe loue rarement les initiatives de mon Carrefour local.

Ainsi, le magasin a mis à notre disposition des douchettes, qu’on trimballe avec nous pendant les courses pour nous « permettre » de scanner les articles au fur et à mesure qu’on remplit notre caddie. J’ai essayé; j’aime bien tester les nouveautés, surtout quand j’y entrevois un gain de temps possible.

Mais quand j’ai vu qu’il fallait vider tout le contenu du chariot à l’arrivée en caisse au cas où on aurait oublié de scanner quelque chose, j’ai renâclé sérieusement. Et comme le corbeau, on ne m’y reprendra plus. (Et puis, à la réflexion, je n’aime pas l’idée qu’on pourrait me priver de ces adorables caissières et caissiers que j’admire).

Cependant, je tiens ici à exprimer ma satisfaction pour une autre de leurs initiatives: des bacs ont été placés à l’entrée du magasin pour recueillir toute sorte d’emballages et permettre leur tri.

Je sors de la caisse, je passe par la case départ et j’y laisse tous les suremballages qu’on m’impose: cartonnettes, boîtes, films et sachets plastiques. Quelle jubilation de ne plus devoir bourrer ma propre poubelle avec des déchets non voulus!

A quand la possibilité de venir avec ses propres récipients, les faire peser à vide et les remplir de fruits, légumes, graines, viande, poisson, fromage?

En tout cas, pour l’instant, reste à convaincre les livreurs de publicités sur papier de respecter le (pourtant clair) « pas de pub SVP » qui trône sur ma boîte aux lettres…

27 Commentaires

Classé dans Ecologie, Mon avis

C’est lundi, c’est ravioli. Ou pourquoi j’aime les routines

Vous vous souvenez du film culte de Chatilliez, « La vie est un long fleuve tranquille ». Et sûrement de cette scène où l’actrice arbore un doux sourire en disant « c’est lundi, c’est ravioli« .

Dans ma vie, justement, ça  a rarement été aussi réglé que chez les Le Quesnoy! Je n’ai eu que des emplois du temps variés. Horaires à rallonge, travail à mon compte, congé maternité, déplacements en province, réunions tardives…

Je crois que je serais devenue folle sans mes routines de base. Ou alors, je serais ruinée.

La plus solide de ces routines, celle qui résiste à tout, ce sont les courses hebdomadaires.
Parce que, figurez-vous, je n’aime pas faire les courses routinières d’approvisionnement.

  • J’essaie d’éviter la foule (hello, samedi après-midi de cauchemar banlieusard!)
  • J’essaie d’y passer le moins de temps possible
  • Je ne commande pas par internet car j’habite tout près d’un Carrechan et que j’ai souvent des courses autres qu’alimentaires à faire
  • Je ne veux pas encombrer les autres jours de la semaine (déjà assez chaotiques comme ça) par cette corvée supplémentaire.

D’aller faire mes courses une seule fois par semaine me permet:

  • De regrouper mes déplacements (moins de temps et d’énergie dépensés);
  • D’éviter les achats impulsifs. Retourner plus que nécessaire au magasin me fournirait plus d’occasion de me laisser tenter;
  • D’acheter la quantité nécessaire et suffisante d’aliments pour une semaine: moins de gaspillage et d’achats en N exemplaires. Mais j’ai toujours un fond de réserve pour l’improviste, bien sûr;
  • D’habituer mes ados à anticiper. Lorsque la boîte de céréales approche du « presque vide », on coche sur la liste;
  • De résister, si d’aventure je me laissais tenter par une frivolité quelconque en dehors de ce jour-là. Je m’exhorterais à la patience… d’ici là, j’aurai oublié;

Donc, à la Casa Einfalt, quand c’est mardi, c’est jour de courses. Tiens, ça rime pas.

Envie d’en savoir plus sur les plans de menus dans la vraie vie?

Pourquoi j’ai arrêté de créer mes menus dans les rayons de Carrechan et de parier sur la spontanéité.

Tant que vous êtes devant votre PC, si vous faisiez votre liste de courses-type?

19 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison

Le budget pour les nuls: par quoi commencer?

On pourrait dire que l’organisation personnelle sert à  tirer profit des ressources qui nous sont comptées:

  • le temps
  • l’énergie
  • l’espace
  • et… l’argent

Aujourd’hui, j’attaque la dernière de ces ressources, via un sujet sensible: le budget.

Il se trouve que la gestion de l’argent n’était pas abordée dans ma famille. On ne m’a jamais montré comment faire. A l’évidence, sans être riches, mes parents savaient s’y prendre. Mais les enfants n’étaient pas associés à ce genre de discussions.

J’ai donc dû « réinventer la poudre » quand il a été question de me préoccuper de mes finances. Comme souvent, lorsque je suis confrontée à une situation inconnue, j’ai tendance à me tourner vers les livres ou internet.

C’est drôle, on aurait dit que la création du budget allait de soi (tiens, tiens, comme le rangement?). Il suffisait de faire la différence entre ses entrées d’argent (réputées régulières) et ses sorties obligatoires. De diviser tout par 12, ça c’est les dépenses fixes mensuelles. Le reste, on le répartit entre épargne de précaution, trucs nécessaires et plaisir et voilà! C’est tout de même pas compliqué! Euh… si.

En revanche, tout le monde se passionnait pour les placements: et que je te recommande l’immobilier, et que je te tire des plans sur la comète… pardon… la bourse.

Très bien, mais le truc basique, là, comment on fait? Comment je fais pour ne pas être à découvert tous les mois? Par quoi je démarre?

On démarre par « Mais où passe mon argent? »

ETAPE 1 : Y VOIR CLAIR

Matériel: un petit carnet ou un bloc de post-it toujours sur vous avec un stylo + un porte-feuille ou porte-monnaie + un PC avec tableur (chez vous, voyons).

Méthode: pendant un mois, on garde toutes les traces de nos dépenses. Les vrais tickets car les « facturettes » de carte bleue ne sont pas très parlantes. On note, tout de suite en sortant du magasin, ce qu’on a payé en liquide (même la baguette du boulanger). On met tout ça dans une enveloppe. Oh, et on remplit ses talons de chéquiers tout de suite.

Important à ce stade: être précis et complet. Ne comptez pas sur votre mémoire car elle a des trous, justement, en matière de budget …

Note: il n’y a pas de période idéale pour commencer et, à bien y réfléchir, tous les mois sont des mois exceptionnels d’un point de vue dépense, alors…

ETAPE 2 : CREER LES CATEGORIES

Prenez votre enveloppe et, avec votre tableur, créez un tableau à 15 colonnes.

Colonne 1: catégorie générale

Colonne 2: catégorie détaillée

Colonne 3 à 14: pour les mois de l’année

Colonne 15 : somme de la ligne

Prenons un ticket de supermarché.

Vous avez acheté de la nourriture « de base », du champagne pour fêter l’anniversaire de Bastien, des chaussettes pour Lucie, du produit vaisselle et des bougies parfumées. Si vous voulez savoir à quoi vous dépensez votre argent, saisir « Carrechan = 122 euros » ne vous apportera aucune information utile.

Il faudra donc répartir vos achats par catégorie.

Imaginons une ligne de catégorie générale qui s’appellerait « NOURRITURE ». C’est déjà bien de la créer, parce qu’on sait que c’est un gros poste de dépense.

Mais on peut mieux faire pour y voir plus clair.

Créez dans la colonne 2 « catégorie détaillée », une ligne « ALIMENTATION COURANTE » dans laquelle vous rentrerez la somme de toute la nourriture « de base » (pâtes, légumes, yaourt…).  Bien sûr, il faudra ajouter le montant de vos dépenses en liquide chez le boulanger. Ca ne vient pas de Carrechan, mais c’est de l’alimentation de base.

Puis créez une nouvelle ligne « FETES »: celle-là, c’est pour le champagne.

Puis une autre ligne « RESTAURANT » par exemple.

Les chaussettes de Lucie iront dans la catégorie VETEMENTS, sous-catégorie LUCIE. Dans VETEMENTS, vous auriez aussi une sous-catégorie TEINTURIER, si ça s’applique à votre vie.

Donc, ça devrait ressembler à:

COLONNE 1    COLONNE 2     MOIS  …  TOTAL
CATEGORIE    SOUS-CATEGORIE     JANVIER  …
NOURRITURE    ALIMENTATION COURANTE     453,80
NOURRITURE    FÊTES     37,50
NOURRITURE    RESTAURANT     60
VETEMENTS    LUCIE     22
VETEMENTS    BASTIEN     0
VETEMENTS   TEINTURIER     5,90

Le montant du produit vaisselle irait dans MAISON- ENTRETIEN et les bougies dans MAISON – DECORATION.

Donc vous allez créer les catégories en fonction de votre vraie vie, c’est-à-dire en fonction de ce que vous dépensez vraiment.  Je vous suggère de faire ces calculs et répartitions une fois par semaine.

Question du  pauvre lecteur qui est déjà dans le rouge à la banque:
Laurence, vous êtes sûre que je dois entrer dans ce niveau de détail? Pointer mes comptes ne suffit-il pas?

Réponse de Laurence qui est passée par là:
L’argent et son usage sont évidents pour une partie de l’humanité. Pour l’autre partie, l’argent, c’est comme le temps: ça file entre les doigts sans qu’on sache exactement ce qu’on en a fait. C’est certainement l’approximation qui vous met dans le rouge: vous n’avez pas de vue complète et exhaustive de ce qu’il se passe.
Si vous voulez mettre de l’ordre dans vos finances, il faut regarder les choses en face. Et cela passe, hélas, par de la précision.

Au bout de quelques mois, vous ferez des découvertes. Vous dépensez plus que ce que vous croyez à certains endroits. C’est bien sûr là-dessus qu’il faudra travailler par la suite…. mais c’est pour le prochain article.

62 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison

Question des lecteurs: le plan de menu

Pascale me dit:

« Pour éviter la question rituelle: « qu’est-ce qu’on mange ? » de mes enfants ou mon mari, j’ai pris l’habitude de faire un plan de menus par semaine, juste avant de partir faire les courses.(…)
Sur le papier, cela paraît idyllique mais dans les faits, c’est pas terrible.
On commence par imaginer qu’on peut faire une super recette chaque jour (histoire d’être créative) puis on n’en a plus le courage le jour venu car la journée au boulot a été longue, longue, très longue… ou bien que le « poulet au curry / riz sauvage » ne me fait plus envie du tout (même si vendredi dernier, avant les courses, je trouvais ça parfait).
On finit par simplifier au maximum mais ça ne va toujours pas.
En revanche, lorsque je ne prévois pas au moins les dîners en famille (nous sommes 4), on finit par dîner avec une pizza livrée, ou bien au Mac Do, voire avec des sushis express livrés eux aussi.
Au niveau financier comme pour l’équilibre alimentaire de ma tribu, c’est plutôt catastrophique.
Je n’ai toujours pas trouvé la méthode idéale. Aussi, si vous aviez dans vos « vraies BI », un petit tuyau qui fonctionne, il serait le bienvenu. »

Comme souvent dès qu’il s’agit d’organisation à la maison, il faut partir de ce qu’il se passe réellement.  Et voici ce qu’il se passe dans votre foyer, Pascale

  • pas le temps/l’énergie  de faire des dîners au moins 5 soirs par semaine
  • des membres de la famille affamés le soir
  • une planification qui repose sur vous (même si vos proches veulent bien participer)
  • une envie d’être « diététiquement correct »
  • un budget à surveiller

Pour tenir compte de tous ces paramètres et établir un plan de menus qui fonctionne, il vous faut votre agenda et votre mémoire.

  1. Faites la liste des repas qui sont appréciés chez vous et dont la préparation n’excède pas 20 minutes cuisson comprise (souvent pas très équilibrés, mais pour l’instant, ce n’est pas grave).
  2. Ajoutez la touche diététique rapide (une salade de tomate, de la roquette en sachet, des compotes pas trop sucrées, des carottes à râper, de la soupe en brique pas trop salée, de la sauce tomate en abondance…), ce que vous trouvez bon et facile à faire.
  3. Arrangez-vous pour obtenir une douzaine de ces repas réalistes.
  4. Tenez compte des dates de péremption des produits frais. Le jour des courses, on peut manger du poisson frais et de la salade fragile. Cinq jours plus tard, c’est plutôt des sardines et du chou…
  5. Pour répartir vos repas sur la semaine regardez maintenant votre agenda: Jeudi soir, vous avez piscine? C’est Chéri qui se chargera de la fabrication du dîner. Vous choisirez pour ce jour-là un repas qu’il sait confectionner sans vous. Vendredi soir, les enfants sont chez des copains? A vous les plats qu’ils n’aiment pas mais dont votre mari et vous raffolez.
    Dimanche soir, vous récupérez une partie de l’équipe de foot de Bastien? Des pâtes pour tout le monde.
  6. Restez ouverte aux opportunités. Ainsi, sur votre plan de menu, vous pouvez noter: « viande » et vous laisser la possibilité d’acheter la viande qui sera en promotion ce jour-là.
  7. Visitez vos placards pour voir ce qui vous manque par rapport à votre plan de menu.
  8. Ce sont ces éléments manquants qui figureront sur votre liste de courses, en plus des produits de base que vous achetez régulièrement.

Bon appétit!

79 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison