Archives de Tag: fouillis

Vous ne rangez pas? Il y a forcément une bonne raison

cuisine a ranger

  • Je ne comprends pas: j’ai mis en place un classement de mes papiers à la maison, mais ils s’entassent toujours!
  • J’ai plus ou moins rangé mes vêtements; n’empêche qu’en quelques jours, c’est de nouveau une zone de guerre!
  • J’ai expliqué à toute ma famille comment ranger les choses dans la cuisine, mais on dirait qu’ils n’ont pas compris, parce que le bazar revient encore et toujours!

Pourquoi? Si l’ordre ne tient pas dans la durée, c’est qu’il y a une bonne raison.

Lire la suite

15 Commentaires

Classé dans Aménager les pièces de la maison, Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Comment mieux s'organiser, Comment ranger, Conseil en organisation personnelle, Home organiser ou home organizer, Les autres et moi, S'organiser à la maison

L’armoire de Fille Aînée: photo « après »

Vous vous souvenez du tri spectaculaire réalisé dans l’armoire de Fille Aînée?

Evidemment, elle a tenu à ce que je complète l’exercice par une photo montrant le résultat dont elle est légitimement fière.

img_1235

Il y a tout de même un tas de vêtements… disons semi-portés qui sont en ce moment à cheval au pied de son lit. Il est vrai que l’armoire n’est guère spacieuse…

10 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Aménager les pièces de la maison, Bordélique?, Comment ranger, Désencombrer, Les autres et moi, Oser jeter

Dissertation du jour: L’organisation est-elle l’ennemie de la spontanéité?

Sujet du jour: « Devenir « trop » organisé(e) ne risque-t-il pas de me priver de cette spontanéité qui fait partie de ma personnalité? »

Pour répondre, je vais tenter de vous montrer comme j’ai bien retenu mes cours de philo. Enfin, je crois. Thèse, antithèse, synthèse: c’est bien ça, non? Allez, je me lance.

1Oui, l’organisation est l’ennemie de la spontanéité.

Indéniablement. S’organiser implique qu’on anticipe, qu’on prévoie. C’est donc, en soi, le contraire de l’improvisation.

2Non. En fait, l’organisation est la compagne de la vraie spontanéité.

Comment être vraiment spontané si les « basiques » ne sont pas en place? Or, la base de la décontraction c’est l’aisance, la facilité. Ainsi, pour que les événements se déroulent sans stress inutile,  il faut avoir déjà un brin d’organisation.

Par exemple, si vous invitez douze personnes à dîner, comme ça, au débotté, vous avez intérêt à posséder ne serait-ce que quelques pâtes d’avance dans le placard (anticipation). Sinon, au lieu de passer un bon moment avec vos amis, vous courrez à l’épicerie du coin, au risque de découvrir qu’elle est fermée. Et votre chère spontanéité tombera à plat.

3C’est l’inverse (en guise de conclusion de la rédaction de philo)

Je veux dire que si l’on se repose uniquement sur notre spontanéité, on posera par exemple ses clefs un jour ici, le lendemain là, les papiers dans ce coin-ci, pour le moment-on-verra-plus-tard. C’est charmant, cette improvisation permanente.

Mais c’est fatigant, aussi. Parce que, pour se permettre une telle décontraction dans toute sorte de situations, il nous faut deux ingrédients: premièrement, une fichue mémoire. Or on sait que celle-ci s’avère parfois capricieuse.

Deuxièmement, l’improvisation demande qu’il ait peu d’objets à gérer. Car au-delà d’une certaine quantité (mères Ecureuils, vous êtes là?), c’est fichu. On ne retrouve plus rien. Parce que, bizarrement, le jeune Ecureuil qui partage notre nid… fait la même chose. Il improvise, il pose là où ça l’arrange…

famille ecureuilsAdditionnez deux spontanés (ou plus) et vous obtiendrez un fouillis où la décontraction souhaitée est remplacée par le stress.

En somme, c’est l’excès de spontanéité qui empêche l’organisation et non le contraire. CQFD.

Pfiou! Ca va? Pas trop dur pour un lundi matin?

Quelles notes j’avais en philo, moi? Euh… je ne sais plus.

13 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Home organiser ou home organizer, Mon avis, S'organiser à la maison

Dehors, mais pas chez moi?

canette

  • Jetez-vous la canette par terre, une fois votre boisson bue?
  • Laissez-vous traîner des papiers et sacs plastiques utilisés, devant votre entreprise ou au sortir de votre voiture?
  • Laissez-vous les tickets de caisse en vrac sur le tapis roulant du supermarché, après votre achat, en vous disant que vous reviendrez plus tard les jeter?
  • Déposez-vous votre ordonnance sur le comptoir de la pharmacie, une fois que l’on vous a donné les médicaments, en vous disant qu’il y a bien quelqu’un qui s’en occupera?
  • A la piscine, partez-vous en laissant derrière vous culotte et chaussettes parce que vous êtes un peu pressé(e), là?

Bien sûr que non.

Alors, pourquoi le feriez-vous chez vous? Ou pourquoi laisseriez-vous vos proches faire ainsi? Ne méritez-vous pas, autant que n’importe qui, un environnement propre et calme?

Pour vous entraîner ou bien expliquer autour de vous comment vous voyez les choses,  vous aimerez  aussi  cette parabole et cette expérience.

6 Commentaires

Classé dans Arrêter de procrastiner, Bordélique?, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Mon avis, Oser jeter, S'organiser à la maison

Question des lecteurs: comment débarrasser un débarras?

Flo me demande « Ne serait-il pas temps de débarrasser… le débarras? Et si oui, comment s’y prendre? Comme les autres pièces très encombrées?
Merci. »

Flo fait allusion à cet article, lorsqu’elle parle des autres pièces.

Comment procéder pour organiser un débarras, grenier, cagibi, cave, garage?

  • On sort tout?
    Certes, mais si on n’a pas la place pour disposer les machins à l’extérieur de la pièce? Et si on n’a pas le temps de tout trier en une fois?
  • On commence par acheter d’autres étagères et boîtes?
    Certes, mais si on ne sait pas ce qu’on va mettre dedans/dessus, on risque d’en acheter trop, ce qui ajouterait au bazar. Ou pas assez, ce qui nous obligerait à retourner en acheter.
  • On fait des tas à l’intérieur de la pièce pour avoir une idée de ce que ça donne avant d’aller plus loin?
    Certes, mais combien de tas? Et pendant combien de temps? Et si on ne se souvient plus quelques jours après des catégories? De plus, si on doit garder des cartons pleins de machins en attendant le prochain vide-grenier + des cartons de machins à donner + des cartons de trucs à rendre + des cartons de trucs à garder pour le futur troisième enfant + … en fait, c’est comme si on n’avait rien fait, non?

Bon, assez ri. Voici ce que je vous recommande.

  1. Chaussez vos lunettes. Comme ceci
  2. Relisez cet article
  3. Attrapez un sac poubelle de 50 litres robuste
  4. Parcourez la pièce avec une seule intention: jeter
  5. Jetez, donc. Oubliez pour le moment les autres options
  6. Répétez les étapes 2 à 5 jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à jeter
  7. Constatez que vous avez maintenant de la place pour organiser ce qui reste
  8. Relisez cet article et le suivant pour bien ranger.

 Puis vous pouvez revenir dire à Flo, dans les commentaires, comment ça s’est passé pour vous. Ca lui fera plaisir, j’en suis sûre.

10 Commentaires

Classé dans Aménager les pièces de la maison, Apprendre à s'organiser, Arrêter de procrastiner, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Comment ranger, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison

Trier, ranger, organiser: quand et comment se décider?

Quand on commence une tâche de tri de nos affaires, le plus souvent, on y va la fleur au fusil.

Bien sûr, c’est risqué.

Pourquoi? Parce qu’il devient alors difficile, dans le feu de l’action, de décider quoi garder et quoi jeter. En effet, dès que l’on pose les yeux sur un objet, pour peu que l’on soit un tantinet près de ses sous/sentimental/indécis,  on aura tendance à vouloir le garder encore un peu.

Dès lors, comment éviter  le « faux tri »?

Le truc de l’organisatrice professionnelle: il s’agit de décider, AVANT d’attaquer le tri, du critère qui nous fera dire « je me débarrasse de tous ceux qui…. » (remplir la case).

Oui, AVANT, surtout pas pendant.

Exemple:

– en fin de saison, se débarrasser des vêtements qu’on n’a pas porté

– décider qu’on éliminera le maquillage non utilisé

– jeter les papiers vieux de plus de 10 ans (sauf exceptions données sur « service-public.fr »)

– donner les livres lus dont on ne souvient même plus du contenu

– se débarrasser des épices/médicaments/aliments qui ont dépassé leur date limite d’utilisation

– revendre les chaussures qui font mal aux pieds

– jeter les souvenirs provenant de personnes qu’on n’aime pas (ou plus)

– les cartes de visite qui ne vous disent plus rien ou datant de 2009 et avant

– jeter les dossiers vieux de plus de deux ans, conservés par notre prédécesseur…

Une fois sur le champ de bataille, il faut rester ferme, évidemment.

Vous verrez, c’est tout de même plus facile ainsi.

Comme une bonne organisation commence toujours par un bon tri, vous trouverez d’autres pistes dans les articles suivants:

– lorsque le bazar semble revenir constamment

– lorsque nos tentatives de tri avortent et finissent en petits tas partout

– lorsque l’on ne sait pas par quoi commencer

– lorsque le sentimentalisme nous envahit

12 Commentaires

Classé dans Arrêter de procrastiner, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Comment ranger, Comment s'organiser au travail, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison

Question des lecteurs: comment trouver un contenant à la bonne taille?

L’idée de cet article revient à Anfofi.

Pour trouver le bon rangementon regroupe d’abord ce qu’on a l’intention d’y mettre, pour avoir une idée de la taille du contenant.

On ajoute une marge de 20 à 30% (voir le premier article de cette série sur le rangement). On obtient les dimensions qu’il faudrait.

Ensuite, on mesure l’emplacement où l’on souhaiterait disposer ce contenant. Dans un monde parfait, ça colle: on a ce qu’il faut! En vrai, pas toujours.

Alors, on part à la chasse à l’étagère, la boîte, le casier… qui nous manque pour ranger.

Et parfois, on n’arrive pas à trouver ce que l’on cherche dans les magasins que l’on fréquente habituellement.

Voici les pistes que je vous propose si vous êtes encore à la recherche du contenant idéal:

  • chercher sur des sites de vente spécialisés (stockage, équipement de magasins , de bureaux ou de restaurants…)
  • vous adresser directement aux fabricants, car les distributeurs n’ont pas toujours toutes les références
  • les magasins de décoration ont souvent de jolies boîtes, comme ici, ici, ici ou ici
  • parcourir les sites spécialisés dans le rangement: ici et
  • fouiller dans des brocantes/vide-grenier: paniers, boîtes, coffres…

vide-grenier de Villemeux sur Eurevide-grenier de Villemeux sur Eure

  • bricoler le contenant qui vous conviendrait

boite sur mesure

  • demander autour de vous
  • et si vraiment vous n’avez rien trouvé, décomposer le tas d’objets en catégories plus petites pour pouvoir les placer dans plusieurs contenants différents au lieu d’un seul.

15 Commentaires

Classé dans Aménager les pièces de la maison, Apprendre à s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Comment faire des économies, Comment ranger, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

Documentaire: le Bordélicus Sapiens dans son milieu naturel

Aujourd’hui, je vous convie à regarder un documentaire animalier sur l’observation du bordélique dans son milieu naturel.

Pour permettre une meilleure analyse de ses comportements, la réalisatrice a introduit une situation inhabituelle: le tri d’un petit tas de papiers. Vous pourrez ainsi observer comment le Bordélicus Sapiens y réagit.

mgm-lion

 (Bien installés? Z’avez pensé au pop corn?).

Musique grandiloquente.

(Voix off: Attention, cela va très vite, parce que cela fait des années que le Bordélicus Sapiens (surnommé aussi le BS) accomplit ces petits gestes automatiques qui, accumulés, mènent au bazar).

SCENE 1

Bordélicus Sapiens  attrape un petit tas de papiers provenant de son sac à main ou de son bureau.

Cary Grant 1

Bordélicus Sapiens est joueur

Il  constate que le tas est hétérogène: facturettes, post-it, tickets, petits papiers gribouillés, ordonnance froissée, dossier plus ou moins en cours,…

– BS: « Je ne me souviens plus pourquoi j’ai noté ça; C’était quoi, déjà? ; Pfff, ça me fatigue!; Ah, où est le dossier qui va avec?… »

(Voix off: on perçoit le début d’une inquiétude/exaspération mais BS n’ose pas renoncer devant la caméra)

Cigarette Holder

SCENE 2

Courageusement, Bordélicus Sapiens tente de regrouper logiquement ses papiers. Pour ce faire, il utilise ses deux mains: une main qui tient le tas d’origine et l’autre qui contient le premier groupe de papiers qu’il est en train de constituer.
(Voix off: voilà, ses deux mains sont prises)

Cary Grant 3

(Voix off: nous en sommes au papier N° 7 et tout s’est déroulé sans encombre)

SCENE 3
Mais, avant qu’il ait décidé quoi faire du petit papier N° 8, BS attrape un autre papier, le N°9.
(Gros plan. Arrêt sur image. Voix off, soudain dramatique: C’EST LÀ!
C’est à partir de ce moment-là que tout dégénère. Regardez bien, c’est passionnant!)
Bordélicus Sapiens se  retrouve à devoir prendre deux décisions en même temps: l’une pour le papier N° 8, toujours en attente, et l’autre pour le N°9.

cary grant 4

Bordélicus Sapiens est bien embêté

Il lui est maintenant impossible d’aiguiller les papiers N° 8 et N° 9, puisque son cerveau ne peut gérer en même temps ses gestes + ses prises de décisions
(gros plan sur les yeux inquiets de BS).

Bordelicus attrape un 10ème papier puis un 11ème, qu’il tente de regrouper avec d’autres.

– BS (grommelant à mi-voix) « ça, ça va avec celui-ci; ça, il faudra que je m’en occupe; ça, c’est pour me faire penser à… »

SCENE 4
(Dix minutes plus tard)

Devant les petits tas qui se sont multipliés et la complexité de tout ça, BS est découragé.
(gros plan sur l’air accablé de BS)
Cary Grant 5


(Voix off dramatique puis enjouée: La nature est cruelle! Mais Bordelicus Sapiens tentera peut-être de nouveau sa chance).
(Musique de fin et générique).

Note de la réalisatrice: le choix de Cary Grant est certes discutable pour un documentaire animalier mais avouez que vous n’avez pas boudé votre plaisir!

* * * *

Et quand vous aurez fini votre pop corn, vous aimerez peut-être lire:

16 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Comment s'organiser au travail, S'organiser à la maison

Les paradoxes des bordéliques

chambre d'hotelA mon grand plaisir, j’en fréquente, des bordéliques, et pas qu’un peu.

Tous plus sympas, curieux de tout, passionnés les uns que les autres.

Ce sont aussi des paradoxes vivants.

Voici ce que j’entends par là:

  • plus leur maison est encombrée, plus elle regorge de boîtes, sacs à ci, contenants à ça, trousses, pochettes…
    Mais les contenants sont vides. Ils traînent à côté du bazar.
    Donc, celui-ci se retrouve- paradoxalement- multiplié par deux.
  • plus le bordélique est placé haut sur l’échelle du bordélisme, plus il possède de livres sur l’organisation. Un comble? Oui, il sait.
  • le bordélique peut être hyper organisé au travail et fichtrement bazardeux à la maison. Ou l’inverse. C’est comme ça.
  • le bordélique adoooore les chambres d’hôtel: toutes propres, toutes vides, si reposantes à l’oeil. Et il se dépêche aussitôt de les remplir de son propre désordre.
  • le bordélique rêve d’un environnement autonettoyant. Très rationnel, il se doute bien que ça n’existe pas… mais on peut rêver, non?
  • le bordélique aimerait bien être plus ordonné. Mais il n’est pas sûr que ça existe vraiment les gens organisés tout le temps. Si ça se trouve, ils font semblant, pense-t-il. Et si c’est vrai, il les plaint.
  • il arrive que le bordélique soit le roi de la planification, du découpage en étapes, du déroulement de projet. Justement. C’est pour ça qu’il procrastine. Ce courageux se fait peur tout seul.

Je suis sûre que j’en ai oublié. Vous m’aidez à compléter ma liste de paradoxes dans les commentaires?

Vous aimerez peut-être en savoir plus sur ce sujet passionnant:

32 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Comment s'organiser au travail, Mon avis, S'organiser à la maison

Les Tables de la Loi (avec du latin dedans)

sancerre_table
LES ECRITS TU NE JETTERAS POINT

Parfois je me demande:  tout ce qui est écrit sur un support papier serait-il sacré?

Pour certains, on dirait que, si c’est écrit, on ne peut pas donner, on ne peut pas échanger, on ne peut pas (blasphème!)  jeter. On conserve et puis c’est tout. Ca ne se discute pas.

Ne nous méprenons pas. Cet article ne parle pas de religion: ce n’est pas ma spécialité, de toute façon.

Cependant, voici quelques exemples de l’intrusion du sacré parmi ceux que je rencontre le plus souvent:

  1. Les vieilles encyclopédies poussiéreuses, incompréhensibles tant elles sont détaillées, sur papier bible (tiens donc).
    « Oh non, impossible que cela sorte de chez moi! Mais tout de même (prononcé à mi-voix en reposant le N° 8 de ladite encyclopédie sur l’étagère) vous croyez que ça vaudrait combien, Laurence, si je la revendais? »
    Guère, hélas. Il me semble que vous m’avez dit que vous aviez peu de temps pour vous. Combien d’heures voulez-vous passer sur internet à essayer de les mettre en vente?
  2. Le catalogue en papier glacé ( voir  les commentaires de cet article).
    « Oh non, pas question qu’il disparaisse tout suite, comme ça, froidement. C’est de l’écrit, bon sang! ».
    Oui, enfin, c’est surtout du marketing destiné à vous faire acheter.
  3. Les cahiers d’école de tous mes enfants, à tous âges. Leurs gribouillages. Mes notes de fac. Mes pistes de réflexion lorsque je me cherchais une voie. Les cartes de voeux. Les articles découpés dans les magazines.
    « Mais Laurence, vous ne vous rendez pas compte? C’est de la matière grise, de la créativité, de l’héritage en puissance, de la mémoire externe, c’est de… l’ECRIT. Ca se garde. »

Oui… oui,oui (ton du psychanalyste)… ou pas (ton un poil plus ferme de l’organisatrice professionnelle).

On peut aussi considérer que:

  • les livres sont des produits manufacturés comme les autres. Qui fournissent leur lot de plaisir et de déception.
    Si vous êtes déçu, c’est-à-dire que vous n’éprouvez jamais le besoin de les (re)lire, pourquoi diable s’en encombrer ad vitam aeternam?*
  • vous n’avez plus les mêmes aspirations, goûts, aptitudes qu’il y a 10 ou 20 ans. Vos notes de fac ou de développement personnel avaient beaucoup de valeur à l’époque où vous les avez écrits.
    Mais maintenant, est-ce toujours vrai?
  • vos enfants, s’ils devaient quitter la maison, prendraient leur téléphone portable leurs vêtements et leur mp3. Probablement pas  tous les dessins de Maternelle que vous avez conservés.

Je vous assure: on peut jeter/donner/vendre des écrits, si on le souhaite et s’ils nous encombrent. Aucune malédiction ne s’ensuivra.

Je me demande combien de convertis cet article fera… A vos commentaires!

* un peu de latin dans cet article me semble bienvenu. Il y avait aussi verba volant, scripta manent (les paroles s’envolent, les écrits restent), mais, évidemment, ça servait nettement moins bien mon propos.

52 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Comment s'organiser au travail, S'organiser à la maison