Archives de Tag: organiser vêtements

Premier compte-rendu du défi 333

garde robeDans mon dernier article, je vous expliquai que j’avais relevé le défi de porter 33 « pièces de vêtements » pendant 3 mois.
Voici comment ça s’est passé, au fil de l’eau.

Premier point: J + 3 semaines

L’un des conseils que je donne volontiers pour diminuer la course du matin, est de préparer sa tenue la veille. Jusqu’à présent, je me tenais à cette règle parce que, comme beaucoup de personnes, je suis parfois « au radar » le matin.

Le zen du matin

Trois semaines après le début du défi 333, je n’ai plus besoin de planifier la veille ce que je veux porter, parce que je sais que, grâce à ma sélection, je ne vais plus rester le cerveau vide (et les yeux mal ouverts) devant une armoire pleine, à essayer mentalement des combinaisons: tel pantalon avec tel haut, telle jupe avec tel pull…

Au bout de trois semaines, je les ai presque toutes déjà expérimentées, ces combinaisons. Ce ne sont que des vêtements à ma taille, qui se complètent parfaitement. Du coup, j’attrape les vêtements très vite, sans craindre de mauvaise surprise de dernière minute: « mince, ce pull est trop court » ou « zut, les couleurs ne vont pas ensemble à la lumière »…

corbeille linge

La lessive

Je dois faire attention à mon rythme de lessive/repassage parce que j’ai choisi des vêtements en soie et en laine et que je les lave en même temps (même programme).

Pourquoi ce choix de matières plutôt délicates?

– parce qu’elles respirent et ne gardent pas les odeurs. Je pourrai donc porter plusieurs jours un pull, en l’aérant, sans devoir le laver entre temps.

– pour leur confort et leur capacité d’adaptation à différentes circonstances: travail, maison, sorties…

Les accessoires

Je n’ai ni besoin ni envie de bijoux. Pourtant, j’imaginais que cela m’aiderait à varier les tenues, me sauverait de l’inévitable ennui… eh non.

De même, je n’ai pas besoin de plus de deux paires de gants. Là encore, je pensais que la variété m’aiderait à lutter contre la monotonie. En fait, chauds et longs, c’est tout ce qui importe.

Ce que je me dis

Le défi ne me semble pas monotone, à mon grand étonnement mais bizarrement rassurant: je porte des vêtements éprouvés, confortables, qui me vont parfaitement, adaptés à ma vie.

jupe

Changements

  • Un changement de jupe: celle que j’avais choisie s’est avérée trop courte et transparente. Echangée contre une jupe noire, moins « fun « mais à l’épreuve de ces deux inconvénients.
  • Un changement d’accessoire: un collier contre un col de fourrure vintage.
  • Un chemisier coloré, certes, mais dont la coupe ne me va pas, remplacé par un pull noir qui me va: je crains de manquer de motifs, synonymes de gaieté. On verra bien.

Deuxième point: J + 4 semaines

En contemplant ma tringle et mes étagères: mon Dieu, j’ai tous ces vêtements!? Quand vais-je les porter? A ce rythme-là, j’en ai pour des années!

Je repense à une dame âgée que je connais qui n’a pas acheté de nouveaux vêtements depuis au moins dix ans. « Je n’use pas » dit-elle.

Pas sûre d'avoir leur élégance à leur âge...

Pas sûre d’avoir leur élégance à leur âge…

Et si, moi non plus, je n’usais pas?

Et si j’allais garder pendant des années les mêmes vêtements?

Et alors?

Eh bien, la perspective m’inquiète. De quoi j’ai peur, voyons: de ne plus avoir l’air à la mode si je porte encore ceux-là dans dix ans et donc… d’avoir l’air « daté », « vieille » en somme. Eh oui, la vanité…

Puis je me fais remarquer à moi-même que les vêtements que j’aime le plus, que j’ai sélectionné et qui m’ont le mieux servi jusqu’à maintenant ont plus de dix ans. Ce sont des basiques, voilà tout. Laurence, on se détend.

Mais je possède tout de même bien plus de vêtements que ce que je peux raisonnablement porter. Me voilà maintenant nettement convaincue.

10 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Budget, Coach en organisation, Comment faire des économies, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Mon avis, Oser jeter

Désencombrement express: les sous-vêtements

Laurence, vous n’exagérez pas un peu? Qu’est-ce qui vous prend de vous immiscer ainsi dans notre intimité vous entends-je murmurer (et rougir)?

Mais, comme d’habitude, cher lecteur! Votre bien-être. Votre image de marque. Votre espace à vivre. Tout ceci me préoccupe, voyez-vous.

Ne faites donc pas la violette timide. Hauts les coeurs. Sus à vos dessous.

Pourquoi désencombrer les sous-vêtements?

Parce que:

– comme « ça ne se voit pas » à l’extérieur, on peut se laisser aller à porter de vraies horreurs (un peu comme quand on place des machins dans un tiroir mais-on-s’en-fout-ça-ne-se-voit-pas). Cette lâcheté ne vous ressemble pas.

– cette accumulation de « presque bien mais pas tout à fait » vous empêche de vous rendre compte qu’il vous manque de vrais sous-vêtements qui feraient mieux leur travail.

– Mesdames, le support, vous y pensez? Vous savez à quel point la gravité est un processus irréversible? Irréversible. Ce qui est descendu ne remontera jamais, si vous voyez ce que je veux dire. Donc, il vaudrait mieux lutter contre elle tant que c’est encore possible.

– Enfin, imaginez que vous ayez un malaise dans la rue, dans 5 minutes. Imaginez qu’un (charmant) pompier vous prodigue les premiers secours et vous accompagne à l’hôpital, où un (charmant) interne vous prendrait en charge, hm? Vous me direz: c’est secondaire, Laurence, s’il s’agit de ma vie. Certes. Mais pensez-y tout de même…

A Saint Priest, voici comment on s’y prend.

Bon, assez ri. C’est parti. On affronte le tiroir à horreurs.

On en enlève pour toujours:

– culottes et slips à l’élastique détendu

– strings douloureux (détails? Non, je m’en doutais)

– sous-vêtements tachés, déteints, sur-grisés…

– soutien gorge plus à votre taille (c’est tout de même clair, ce me semble: c’est pour soutenir)

– espèces de gaines qu’on essaye de vous faire porter pour camoufler vos (si petits) bourrelets mais qui vous empêchent de respirer

– porte-jarretelles que vous ne portez jamais (Chéri vous aime au naturel)

– chaussettes devenues transparentes à force d’usure

– mi bas décolorés, éraflés, qui serrent les mollets

– collants filés-mais-ça-ira-bien-sous-un-pantalon (si vous en avez plus de 5… c’est une collection, méfiance)

– collants en matière qui gratte, qui fait des étincelles dans le noir, qui bouloche

– collants fantaisie-mais-qu’est-ce-qui-m’a-pris-d’acheter-ça? (celle-là, c’est pour moi, je peux vous l’avouer)

– ensemble de lingerie couvert de dentelle qui se voit sous tous les vêtements.

Vous voyez? Ce ne sera pas très long. Ca devrait vous faire du bien et faire de la place. Pensez à noter (en vrai) ce qui vous manque et (mentalement) ce que vous ne rachèterez plus jamais.

Rangez ce qui reste avec votre logique: tous les jours/apparat/sport, par couleurs, par ensemble, par motif…

Bon, on peut appeler les secours, je crois: vous êtes prêt(es).

18 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison