Archives de Tag: ranger placard

Mais au fait, que signifie ranger?

Il faut que je range mon dressing, il faut que je range mon bureau, il faut que je range l’armoire remplie de documents laissés par mon prédécesseur, il faut que je range le grenier, la chambre d’amis, le garage… ! STOP.

Submergé par l’ampleur de la tâche et son manque de glamour, pauvre lecteur, vous êtes coincé(e) entre le IL FAUT et le J’AI PAS ENVIIIE.

Mais c’est parce qu’il existe un énorme malentendu. Vous confondez ranger et trier.

Vous pensez, par exemple, que:

– il faut d’abord trouver les contenants (boîtes, classeurs, armoire…) pour fournir une destination à chaque objet. Alors, vous êtes tenté(e) d’acheter des contenants (oui, mais combien, au juste?) et ceux-ci s’ajoutent au bazar existant.

– il faut commencer et finir le rangement dans le même laps de temps (on ne va tout de même pas laisser les choses en plan, non?)

– il faut à la fois décider de ce que l’on conserve et de l’endroit où le mettre.

Dissipons ensemble ce malentendu.

A chaque fois que vous vous trouvez devant une tâche de rangement, pensez qu’il faut d’abord trier avant de ranger.

Petite définition: Ranger, c’est attribuer une place logique à ce que l’on est sûr de garder.

Donc, il faut d’abord savoir quels objets méritent cet honneur: rester avec vous.

Pour que cela soit rapide et efficace (vous m’aimez déjà, je le sens), il faut que le tri ne vous propose que deux possibilités:

OBJET, JE TE GARDE …. ou …. OBJET, TU SORS DE MA VIE.

Alors, tout devient plus facile.

Vous abordez le dressing/placard/armoire/chambre/grenier avec un sac poubelle ou un carton.

Vous prenez chaque objet/vêtement/papier.

Pour chacun, vous décidez selon la règle simplissime ci-dessus.

Au début, vous irez lentement. Avec la pratique (et sans doute la lassitude), vous gagnerez en vitesse.

Ne cherchez pas la destination idéale de chaque objet, ne faites pas de tas par « genre », ne tentez surtout pas de mettre les gagnants dans une boîte, un sac plastique, une corbeille, que sais-je. Ne vous précipitez pas chez le Suédois avant d’avoir tout trié.

Restez juste concentré(e) sur la règle JE TE GARDE/TU SORS.

Arrêtez quand vous le voulez. Marquez l’endroit où vous vous êtes arrêté(e). Pour ne pas « re-trier » les mêmes choses la fois suivante, bien sûr.

Lorsque vous vous aurez fini votre tri (peu importe le temps que cela prendra), vous pourrez enfin réfléchir au rangement proprement dit. Parce que là, vous aurez sous les yeux le nombre exact d’objets et leur forme. Là, vous pourrez les regrouper selon votre logique.

Vous pourrez choisir les contenants en toute connaissance de cause.

Et les marquer de façon claire. (pour les papiers, par ici).

Oui, mais Laurence, votre méthode ne me semble pas très rationnelle: on manipule les objets deux fois: une fois pour les trier, puis encore une fois pour les ranger. N’aurais-je pas plus vite fait de faire les deux opérations en même temps?

Pardonnez-moi, mais cela montre peut-être un léger manque d’observation de votre part.

N’avez-vous pas constaté à quel point vos essais de rangement « à l’économie d’effort » n’ont jamais bien fonctionné?

  • Soit vous possédez des contenants inadaptés en taille et volume,
  • soit vous n’êtes jamais allée(e) au bout de vos rangements,
  • soit une partie des objets sont stockés ici, une autre là, sans vraie logique,
  • soit vos placards sont bourrés d’objets devenus inutiles et ceux que vous utilisez se balladent partout dans la maison, vous encombrant chaque jour davantage,
  • soit vous détestez tellement le rangement (parce que vous avez involontairement rendu la tâche titanesque) que vous rangez le moins souvent possible.

N’accusez pas vos gènes, votre paresse, votre logement, vos proches…

Il suffit juste de distinguer tri et rangement.

Malentendu dissipé, M’sieurs,dames?

Essayez aussi la technique rapide des zones à bazar varié.

Ou bien la technique plus sophistiquée trois cartons/un sac.

Article initialement publié en septembre 2012

32 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison

Nulle part ailleurs que sur ce blog: l’analyse détaillée de placard

Bon, eh bien, c’est 2013, maintenant. On s’y met?

Pour illustrer certains de mes conseils concernant l’aménagement de placards, j’ai pensé qu’on pourrait s’inspirer de celui-ci.

placard à analyser

via bhg.com

Pourquoi est-il si engageant (outre que c’est une photo d’excellente qualité, aux couleurs harmonieuses, je vous l’accorde)?

– les emballages d’origine ont été enlevés. Exemple: le papier toilette d’avance est maintenant dans un panier.

– rien n’est à même le sol: on peut nettoyer facilement si on le souhaite.

– les étagères sont peu profondes et rapprochées les unes des autres: pas de pile de Pise*, si vous voyez ce que j’entends par là.

– les tranches des étagères comportent des étiquettes (et hop, on délègue le rangement).

– les flacons ne sont pas posés à même l’étagère, au risque de ne plus voir ce qu’il y a au fond, mais dans un genre de plateau: on le tire et tout apparaît à la vue.

– la dernière étagère du haut n’est pas placée si haut que ça: du coup, on voit ce qu’elle contient: des objets encombrants mais légers, en l’occurrence.

– les contenants sont variés et adaptés à ce qu’ils contiennent: étagère en fil suspendu, plateau, boîtes, paniers…

– les tringles accrochées à l’intérieur des portes permettent de ranger des nappes (je n’y mettrais aucun autre type de tissu, personnellement).

* Les séparateurs de pile en fil me semblent superflus si vos piles ne sont pas trop hautes.

33 Commentaires

Classé dans Mon avis, S'organiser à la maison

Pour ceux qui s’apprêtent à utiliser la semaine 52 pour ranger chez eux

Il y a des semaines clefs dans l’année. Je veux dire clefs du point de vue du rangement.

La semaine 52, dite aussi « entre Noël et le jour de l’An » est l’une d’elles.

Ah oui, c’est sûr, cette semaine là, on va voir ce qu’on va voir. Ca va dépoter.

A nous le tri et le rangement! Pas question de débuter 2013 dans ce fourbi. Quel courage, quelle détermination, bravo.

Parlons astuces, à présent, pour vous éviter dispersion et épuisement comme en 2011 à la même époque, vous vous souvenez?

Astuce N°1: on ne s’occupe pas des fantômes

Pardon, Laurence? C’est quoi encore, cette histoire de fantômes?

fantomes

Je m’explique: un fantôme, on sent que c’est là alors même que c’est invisible et ça nous met mal à l’aise. Ainsi, vous pourriez croire qu’il faut d’abord s’occuper des parties invisibles de votre logement (placards, cagibis, fonds d’armoire…) avant de vous attaquer au reste.

Funeste erreur, cher Ghost Buster.

Pour deux raisons:

– si c’est invisible, les résultats ne se verront pas non plus: frustrant et décourageant. Vous qui étiez si déterminé(e)!

– ce qui est à la vue est généralement plus utile à votre vie de tous les jours que ce qui est enfoui depuis des lustres: ce sera beaucoup plus agréable de constater les différences sur ces objets du quotidien.

Les fantômes, on s’en occupera plus tard, si on a le temps et l’envie.

Astuce N°2: on ne confond pas tri et rattrapage

Votre objectif prioritaire:  éliminer le plus d’objets inutiles et/ou moches possible.

Votre objectif secondaire: regrouper les « survivants » par catégorie d’occasion (voir cet article).

Il n’y a pas d’objectif tertiaire qui serait « tant que j’y suis, je vais recoller les pattes du petit lion en plastique, nettoyer le dessus des plinthes, me lancer dans la fabrication d’étiquettes maison trop jolies, rappeler Justine dont je viens de retrouver le message, relire tous les magazines avant de m’autoriser à les jeter…. ».

Halte. Ce n’est pas le moment de rattraper vos retards. En revanche, notez tous ces petits « il faut que » sur votre cahier pour pouvoir y revenir quand ça vous arrangera.

DSC_0408

Photo Michel Seguret

Quelques idées d’objets à éliminer en semaine 52?

– le service à foie gras qui n’a pas servi à Noël (c’est bien une preuve, non?) et la carafe de luxe, et le chauffe-machins et… à vous de voir

– guirlandes et décorations de Noël qui ne sont pas sorties des cartons ou qui sont cassées

cadeaux tombés à côté de la plaque (Ebay, Le bon coin, Emmaus?)

magazines et journaux non lus pendant l’année (pourquoi auriez-vous plus de temps en 2013?)

– livres/navets achetés en vacances pour passer le temps

pile livres

– un petit tour dans la penderie (les soldes approchent, mais je ne vous ai rien dit, OK?)

– matériels et jouets d’enfants devenus trop petits ou cassés (il faut de la place pour les cadeaux)

papiers et catalogues périmés, de type « aucazou ».

Et vous, allez-vous utiliser cette semaine 52 pour retrouver un peu d’ordre et de paix?

 

18 Commentaires

Classé dans Oser jeter, S'organiser à la maison

Penderie: la ruse de la zone cachée

Parfois, les vêtements s’empilent tellement dans le placard (+ le panier à linge sale + le panier à repasser + les chaises + le coffre de la voiture en route pour le teinturier…) qu’on n’y voit plus rien.

Dans ces cas-là, on se dit « Ca ne peut plus durer, je vais faire un peu de ménage là-dedans. Je vais me servir des astuces de Laurence ici et .

Oui, mais elle est bien gentille, la « coach en  rangement »: n’empêche qu’elle ne peut pas comprendre pourquoi je me cramponne à cette vieille chemise en jean, ce pantalon qui m’ira sans doute lorsque j’aurai pris ou perdu 5 kg, cette jupe qui attend juste que je trouve les escarpins et le collant qui iront avec. Quant à ce blazer, ma carte bleue en est encore tiède! Faire un tri drastique, ce n’est pas si évident. Je ne veux pas « jeter » tout ça d’un coup, moi. »

Bon, d’accord (opine, in petto, l’auteure de ce blog).

Essayons la technique de la Zone Cachée. Mais c’est bien parce que c’est vous.

Principe: on va créer une zone cachée pour toutes ces tenues que vous ne portez pas mais dont vous ne voulez pas vous séparer.

Admettons que vous fassiez le tri entre:

  • j’ai porté au cours des 12 derniers mois (restera dans votre placard, bien sûr)
  • je n’ai pas porté au cours de la même période (peu importe la raison).

On va mettre ailleurs chez vous, dans un carton, par exemple, ou une housse, ou bien un grand sac bien opaque, tous ces vêtements et accessoires de la deuxième catégorie. Et on les laisse là.

Si, quelques jours, semaines ou mois plus tard, vous éprouvez le désir d’aller y récupérer une tenue spécifique pour la porter, allez-y. Elle a mérité de rester avec vous et de réintégrer votre penderie. Donnez 6 mois au contenu de la Zone Cachée pour faire ses preuves.

Précaution: Pas question de revisiter sans raison votre début de musée, n’est-ce pas?

En tout cas, au bout de 6 mois, sans fouiller, on emporte le sac chez qui en aurait besoin.

« Pourquoi une zone cachée? Pourquoi pas le fond de ma penderie, tout simplement? »

  • pour vous entraîner à vous séparer des objets sans traumatisme
  • pour que les vêtements « boudés » ne vous encombrent pas
  • pour vous permettre de voir clairement ce que vous portez pour de vrai
  • pour faire de la place pour les nouveaux vêtements et ceux qui sont propres et repassés
  • pour que vous constatiez à quel point on oublie vite certains vêtements.

Voyez? Ce n’est pas si dur.

Et vous, comment faites-vous le tri lorsque vous avez du mal à vous séparer de certains objets?

6 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison

Les objets jouent avec vous… et gagnent

Les objets sont très joueurs (cache-cache chaussettes, vous connaissez?). Ils adorent jouer aux chaises musicales.

Vous connaissez le principe: des joueurs, un nombre de chaises inférieur au nombre de joueurs, installées en rond, une musique entraînante, on tourne autour des chaises.

Lorsque la musique s’arrête, tout le monde doit avoir trouvé une place pour s’asseoir… sauf qu’un joueur ne peut le faire. Il est éliminé à ce tour-là. Et on recommence.

Les chaises musicales à la maison

Règles du jeu:

Les espaces de rangement de votre maison représentent les chaises disponibles.

Les objets sont les joueurs.

Il y a plus d’objets à ranger que d’emplacements disponibles.

  1. L’objet arrive à la maison.
    On le laisse près de soi, pour penser à l’utiliser/le réparer/le donner/le ranger/… (la musique démarre)
  2. On ne s’en occupe pas tout de suite.
    Alors, il est déplacé un peu plus loin dans la maison (ça y est, les objets tournent).
  3. L’objet, après une phase de « faudra quand même que je m’en serve » ou « faudra quand même que je décide quoi en faire » ou « faudra quand même que je le fasse réparer » est progressivement éloigné de nous. Pour finir, il est oublié au fond d’un placard.
    Mais, notez, il est toujours là (nous avons toujours un nombre identique de joueurs mais de moins en moins de chaises. Ca va? Vous me suivez?).
  4. Le placard déborde (plusieurs joueurs tentent de s’asseoir sur la même chaise). Mais il faut tout de même entreposer l’objet quelque part…
  5. Pas de solution…! Le bazar s’installe mais vous, vous avez perdu.

Et voilà comment ces farceurs d’objets gagnent à tous les coups aux chaises musicales.

Nous allons leur proposer une revanche, je le sens. Oserais-je vous conseiller, en attendant, pour vous mettre dans l’ambiance, quelque groupe jovial un peu « umpa umpa » des Balkans?

2 Commentaires

Classé dans Comment ranger, S'organiser à la maison