Archives de Tag: ranger souvenirs

Renoncer aux objets liés aux grandes étapes de ma vie?

J’ai reçu plusieurs questions sur ce sujet: je vous propose quelques pistes de réflexion.

De quelle nostalgie parle-t’on?

Dans l’un de ses livres, celui où elle retourne au Japon, il me semble, Amélie Nothomb parle de « nostalgie heureuse« .

La nostalgie que nous font éprouver certains objets peut être qualifiée d’heureuse. Un sourire en plus d ‘une petite larme, vous voyez. Une rêverie agréable, même si le thème est « ça ne reviendra plus ».

J’affirme que les objets que l’on a conservé qui provoquent cette émotion de nostalgie heureuse méritent d’être conservés. Dans de bonnes conditions de surcroît. Voire exposés, pourquoi pas?

Les exemples qui me viennent en tête: des courriers d’anciens amoureux (chut, j’en ai gardé quelques uns…), des photos d’amis dont je me souviens encore du nom, quelques vêtements de chacun de mes enfants, leur première paire de chaussures (on parlait dans cet article du sort des objets appartenant à nos enfants quand ils quittent la maison)…

Le poids de certains souvenirs

En revanche, il y a des objets qui, selon moi, ne nous font pas du bien.

Par exemple, le jean qui a marqué notre entrée en couple (avec 10 kilos de moins) alors qu’on a divorcé depuis: double peine.

Ou bien je pense à ce meuble encombrant, qui n’est pas à notre goût d’aujourd’hui, mais que l’on se sent obligé de conserver parce qu’il représente à la fois le décor de notre enfance et les personnes qui nous entouraient à cette époque mais peut-être décédés depuis.

Du reste, ce meuble crie son inadéquation à notre vie actuelle mais nous y restons sourds. Parce qu’on n’a pas eu le coeur de s’en débarrasser sur le coup (ou pire, parce que les frères et soeurs ont refusé de le « prendre en charge »), nous voilà dépositaire à vie d’un meuble issu d’une décision qui n’est pas vraiment la nôtre et qu’on impose à notre famille à nous.

Enfin, évoquons tous les objets qui ont partagé notre route et qu’on trimballe de maison en appartement, toujours dans les cartons. Quel sens ont-ils maintenant? A qui font-ils plaisir? En profitons-nous? Vous trouverez matière à réflexion dans cet article sur les Souvenirs, justement.

Retrouver les moments passés, oui, mais volontairement

Cela vous arrive-t’il d’être pris(e) par surprise en entendant à la radio une certaine chanson du passé? Et de vous retrouver instantanément quelques années en arrière, avec le plaisir ou le chagrin éprouvés à ce moment-là? Ainsi, certains d’entre nous se font des sessions complètes de chansons d’amour à fendre l’âme ou de hard rock à se décrocher la tête, exprès. Et c’est finalement très bon.

Aussi, comme Marcel Proust, que dire de cette bouffée de bonheur que vous retrouvez en goûtant votre propre madeleine à vous* ? Ce n’est pas pour rien que les chefs cuisiniers ré -inventent régulièrement la cuisine de leur grand-mère.

De la même façon, mon mari m’emmène dans ses propres souvenirs en introduisant dans notre nourriture les goûts et épices de son pays d’enfance. Ces plats spéciaux, que je cuisine pour lui faire plaisir, et pour lesquels il a récupéré des livres de recettes qu’il me traduit, il les appelle des « Maman-me-faisait… ».

En conclusion, pour terminer sur les objets, s’ils vous apportent de la nostalgie heureuse, gardez-les. Ou bien, prenez-vous en photo avec eux avant de les faire partir de chez vous.

Si en revanche, s’ils vous font souffrir ou que vous avez oublié que vous les possédiez, vous connaissez ma conviction: laissez-les partir.

*cela dit, trempée dans du tilleul, comme je crois me souvenir que c’était le cas de Marcel, la madeleine doit devenir bien fade, mais les goûts et les couleurs, n’est-ce pas…

Photos Alena Shekhovtcova et elly-fairytale

15 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Coach en organisation, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Mon avis

Idée originale: je veux voir mes souvenirs

Si on les entasse, nos souvenirs, on les perd. Si on les laisse trop à la vue, on finit par ne plus les voir. Regardez cette jolie solution (pas chère, ce qui ne gâte rien): un peu de liège à l’intérieur des portes de placard et j’en profite tous les jours. Je peux même changer de décor à volonté…

Les jolies chaussures dans les ‘tites boîtounettes, c’est en plus, gratuit, juste pour vous.

101086327.jpg.rendition.largest

5 Commentaires

Classé dans Aménager les pièces de la maison, Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Budget, Comment classer des documents, Comment ranger, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

Question des lecteurs: comment trier les objets des enfants partis de la maison?

Anne-Marie me dit: « Je vous suis depuis un petit moment, et j’apprécie vos conseils et ceux de vos lecteurs.
Je viens de lire le sujet sur les rangements des jouets des enfants. Pour ma part, je suis noyée sous les cours et les trésors de mes grands ados et adultes qui m’ont laissé leur bazar, faute de place dans leurs studios. Et comme nous avons 6 enfants, ils n’ont pas de chambre dédiée quand ils viennent, les petits ayant pris leurs aises. 😉
Donc j’ai des cartons et des piles dans plusieurs endroits de la maison et je ne sais plus par où commencer!
Si vous avez des idées… 🙂
 »

Anne-Marie, nous, les mamans, on garderait bien tout comme Souvenirs. Ou alors, on n’ose pas jeter à leur place. C’est vrai, comment déterminer si cet objet a une valeur sentimentale pour JB, notre grand dadais parti de la maison?
Bon, mais dans le même temps, reconnaissons aussi qu’ils utilisent bien souvent avec désinvolture la (grande) maison des parents comme entrepôt. Puis, le temps faisant son oeuvre, ils ne savent plus toujours ce qu’ils ont « mis de côté ».

Je vous propose une approche en deux temps, plus une précaution:

  1. PREMIÈRE ETAPE: Repérer et mettre de côté, pour vous, vos souvenirs de parents les concernant. Par exemple: photos, oeuvre majeure, lettres provenant de vos enfants ou de vous à leur intention… Vous conservez ça avec soin et amour (et étiquettes. Et dates). Une boîte par enfant, par exemple.
  2. DEUXIEME ETAPE: Regrouper par enfant les cours, bouquins, bibelots et machins en tout genre. Ne vous fatiguez pas à mettre de l’ordre là-dedans.
    A la prochaine visite de JB, ce sera à lui de faire le tri dans ce qu’il veut garder. « Ce qu’il veut garder » étant très exactement « ce qu’il serait prêt à emporter s’il avait la place chez lui« .
    Parce que, quand il aura la place de conserver tout ça, hop, ça ira chez lui. Qu’il en soit bien persuadé.
    Cette étape de tri ne devrait pas (trop) tourner au  voyage nostalgique dans le temps: il s’agit d’un désencombrement, que diable! Et puis, vous, la nostalgie, vous l’avez déjà éprouvée en phase 1: vous avez eu votre dose, normalement.
  3. LA PRECAUTION: on n’associe surtout pas les frères et soeurs au tri.
    Parce que, sinon, on voit d’ici ce qu’il va se passer: – JB: « Tiens, Mathilde, mon vieux tugudu, là, il t’intéresserait pas, des fois?
    – Mathilde (dont on ignorait jusque là la passion pour les tugudus): ah mais si, j’en veux bien. Tiens, Maman, tu peux le garder en attendant? »

Ils sont difficiles à faire, ces tris-là. Mais vous verrez, vos enfants sont parfois plus radicaux que nous ce qu’on croit …

16 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Comment mieux s'organiser, Comment ranger, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Les autres et moi, Oser jeter, S'organiser à la maison

Comment ranger nappes et serviettes?

AM me dit: « j’aurai besoin d’un conseil pour ranger mes nappes et serviettes. J’ai deux profondes étagères dans un placard pour les ranger mais c’est TOUJOURS le bazar… J’ai vu l’article avec la barre sur la porte du placard: super comme idée mais j’ai trop de nappes pour ce système… ;
Mes serviettes sont toujours toutes mélangées: les blanches, les grises, les jaunes… au secours!« .

Marie-Pierre rencontre aussi ce problème.
Voyons comment on peut améliorer ça.

Il y a nos nappes et serviettes, plus, parfois, celles qu’on a récupérées (mère, grand-mère…) et  ça complique tout. Surtout que, je ne sais pas pour vous, mais celles de mes grand-mères ont été brodées par leurs soins sur du tissu de très bonne qualité. Des merveilles…

Mais soyons réalistes: qu’attendons-nous de nos nappes au juste? Question métaphysique, s’il en est.

  1. Elles couvrent la table convenablement (ni trop longues, sinon on se prend les pieds dedans), ni trop courtes (sinon elle ne jouent pas leur rôle).
    On en déduit qu’on peut sortir du placard celles qui ne correspondent pas à ce critère. Sortez-les, allez, vous ne risquez rien.
  2. Elles sont en bon état: pas de trous (sinon, voyez ce que vous pouvez faire pour y remédier), pas de taches indélébiles (vous n’oserez pas les utiliser quand vous avez des invités).
    On sort celles qui ne correspondent pas à ce critère.
  3. Elles possèdent des serviettes assorties qui, elles aussi, sont toutes en bon état et en nombre suffisant par rapport à la taille de vos tablées.
    On sort les nappes et serviettes qui ne correspondent pas à ce critère.
  4. On les trouve jolies. Vraiment.
    On sort celles qui ne rentrent pas dans cette catégorie.

On se retrouve donc avec:

  • un tas des nappes et serviettes qu’on utilise effectivement.
  • un tas des « presque bien mais pas tout à fait », composé des éliminées (presque jolies, presque en bon état, presque pratiques… mais en fait pas vraiment)
  • des objets-souvenirs, en l’occurrence… des nappes-souvenirs.

Concentrons-nous d’abord sur celles qu’on utilise « en vrai ».

Premièrement: plier les nappes de façon homogène, de façon à obtenir un rectangle de la même taille pour toutes (même les rondes, on peut le faire). Il va de soi que le rectangle rentre dans les étagères que vous avez choisies pour ranger vos nappes. Envisagez de les placer en profondeur si vos étagères font 60 cm de profondeur.

Deuxièmement: plier les serviettes comme vous voulez, de façon à ce qu’elles soient le moins épaisses possibles une fois pliées. Comme ça, vos piles seront moins hautes! Placez-les de façon à bien les repérer dans les étagères: les plus petites sur les plus larges, par exemple. Ou encore, les plus utilisées devant les moins utilisées.

Que faire si, malgré tout, les nappes et serviettes retenues ne tiennent pas dans l’espace alloué?

  1. Opérer un tri plus drastique et/ou trouver un endroit supplémentaire pour stocker celles que vous utilisez le moins (plus haut, plus bas, ailleurs dans la maison…).
  2. Changer d’emplacement: déplacez de la vaisselle pour y mettre le linge de maison, jouez aux chaises musicales jusqu’à ce que vous trouviez la place idéale.

Que faire des nappes et serviettes « éliminées » mais en bon état?

  1. Vous pouvez les stocker ailleurs chez vous (haut d’armoire, haut de placard, pièce de rangement, grenier, garage,….). Mais attention: protégez-les dans un carton avec une étiquette lisible ou un plastique transparent.
  2. Vous pouvez aussi  les proposer à une association, une petite nièce, une voisine…

Mais qu’est-ce que vous êtes rationnelle, Laurence! Et mes nappes-souvenirs, hm?

Mais, chère lectrice, que faites-vous des souvenirs en général? Vous les gardez, n’est-ce pas? Eh bien, gardez-les ces jolies nappes! Mais rangez-les comme les « éliminées », avec soin. Et déléguez à votre descendance le soin de décider de leur sort…

35 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison

Question des lecteurs: comment ranger les photos

Victoria me dit: « Mais comment range-t-on les photos? Jusque là, je n’avais « que » des photos de ma petite famille : en vacances, la rentrée des classes, les anniversaires, etc.. Comme je n’avais pas beaucoup de temps, je notais au dos, la date, les personnes, le lieu, l’évènement.
Maintenant cela se complique, parce que j’en ai des numériques, des papiers, et en plus depuis peu, mes parents me transmettent des photos « d’époque », (parfois numériques, parfois papier) dans lesquelles apparaissent des gens que nous n’avons jamais connus mais qui font partie de notre arbre généalogique. Comment ranger ces photos, pour ne pas perdre la trace de nos ancêtres? »

Je suis confrontée au même problème, Victoria. Et j’avoue que c’est un grand chantier que je me garde pour quand… je m’y attaquerai, hm hm.

Ce que j’ai constaté:

  • personne n’aime vraiment se mettre autour de l’ordinateur et regarder en famille défiler les photos sur écran. C’est tellement plus sympa d’installer l’album sur ses genoux à côté de Mamie et de désigner du doigt les uns et les autres!
  • on se sent rassuré d’avoir nos photos stockées en bon état sur notre PC, même si c’est un peu en vrac. Cela prend peu de place, au demeurant. Faites des sauvegardes! (tant que j’y pense). Ou utilisez Dropbox.

Donc, voici ce que je ferai:

– d’une part, je scannerai (parce que j’ai l’appareil qu’il faut pour ça) les photos papier données par mes parents. En prenant soin de leur donner un nom explicite à chaque fois (date, lieu, personnes).

– d’autre part, je constituerai des albums papier avec les photos papier que je possède  et des albums papier avec les photos numériques (ou numérisées par mes soins) que je ferai imprimer.

– enfin, je conserverai les photos d’époque originales données par mes parents, dans de bonnes conditions, dans des boîtes qui porteront le même nom que mes albums.

Je prévois d’obtenir de nombreux petits albums plutôt qu’un gros par année, par exemple.

Lecteurs, vous qui avez déjà affronté ce gros projet, comment avez-vous fait?

34 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison

Idée originale: les petits souvenirs des enfants

Vous êtes allés à la mer avec les enfants, pendant les vacances? Ils ont ramassé des coquillages, des jolis galets, des petites pommes de pin, des insectes, peut-être? En bons parents, vous les avez pieusement rapportés (les objets) à la maison. Mais là, qu’en fîtes-vous? Ils sont encore dans le sac plastique de la supérette de Palavas? Tss tss. Voici plutôt ce que vous pourriez faire avec vos explorateurs en herbe:

L’astuce, ce sont les bocaux qui se ressemblent et les étiquettes. Lààà, ça fait souvenir. Sans ça, c’est juste du bazar qui sent vaguement la marée

9 Commentaires

Classé dans S'organiser à la maison

Les meilleurs amis du rangement … ou les souvenirs de Bastien

Un rangement qui marche, c’est du bon sens + des outils robustes + des techniques  qui ont fait leur preuve.

Outil N° 1: les boîtes

Indispensables pour stocker ce que l’on souhaite conserver mais qui ne sert pas tous les jours (ou même presque jamais… les souvenirs de Bastien, votre fils,  par exemple).

En noir et blanc

Ou multicolores … le choix est infini.

Choisir des boîtes translucides?

La tentation est grande de choisir des boîtes translucides (« comme ça, je verrai ce qu’elles contiennent »).
Ne vous privez pas de l’élément décoration que représentent les boîtes opaques. Avec le temps, les boîtes translucides deviennent vite des fourre-tout. Elles perdent progressivement de leur destination initiale mais n’embellissent pas pour autant! Parfaites candidates à la FBI, non ?
Alors, pour que le rangement dans des boîtes fonctionne bien (c’est-à-dire qu’on ne soit pas obligé de les ouvrir pour savoir ce qu’elles contiennent), il vous faut deux « outils », en plus des boîtes:

Outil N° 2 : un feutre tout support

vous l’utiliserez pour marquer sur les boîtes le « titre » de leur contenu.

Outil N° 3 : l’étiqueteuse

A vous l’identification propre et lisible de chaque boîte, même si elle est tout en haut du placard de l’entrée, même au garage ou à la cave ou bien encore dans  la chambre de Bastien, sur le bord des étagères, à l’intérieur des tiroirs… ! (plus d’infos ici)

Ces étiquettes collent bien et se décollent sans abîmer la plupart des supports. Si vous préférez les étiquettes d »écolier ou faites par ordinateur, n’hésitez pas : ça marche aussi.

Les techniques

D’abord une première technique :  essayer de définir le contenu d’une boîte d’une façon

  • ni trop large (ex: une étiquette « Bastien » voulant dire « tout ce qui concerne mon fils, de ses vieux vêtements à ses bulletins scolaires, en passant par ses photos et que sais-je encore « ),
  • ni trop étroite (ex: « souvenirs de Bastien entre le 1er et le 15 mai 2007 »).

Puis une deuxième technique : rassembler tout ce que vous pensez mettre dans une boîte  (même si tout est disséminé un peu partout dans la maison) avant d’acheter ledit contenant. Oui, avant. Sans cela, vous courez le risque de retrouver 1 mois après des objets qui iraient bien dans la boîte  « Bastien, souvenirs de primaire » , sauf que ce n’est plus possible. Elle est pleine.

2 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Comment ranger, FBI (Fausses Bonnes Idées), Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison