Archives de Tag: smartphone

Les remèdes contre le technostress

Ce serait intéressant de noter, un jour,  combien de temps exactement nous passons devant tous nos outils de connexion.

Et ce qui serait encore plus intéressant, selon moi, ce serait d’en profiter pour repérer tous les signaux internes qui sont liés à cette consultation frénétique: épaules contractées? Mâchoires crispées? Respiration accélérée?

Eh bien, le technostress, c’est ça.

  • C’est ce qui vous fait appréhender le retour de vacances parce que vous savez que votre messagerie déborde.
  • C’est ce qui vous fait répondre à toute vitesse au plus de messages possible, au risque de taper des bêtises.
  • Ce qui vous fait sursauter à chaque ping, couic, bêêê de vos différentes alarmes même si vous pensez ne plus vous en rendre compte.
  • C’est aussi ce qui vous fait devenir « nomophobe« : inquiet à l’idée de ne pas avoir votre téléphone portable.

Comment lutter?

  1. Back to the roots! – 1
    A chaque fois que possible, faisons dont les choses à l’ancienne. Vous vous souvenez du bon vieux duo papier/crayon pour réfléchir?
  2. Back to the roots! -2
    Et à propos de vieillerie, vous souvient-il d’un temps où les portables ne servaient qu’à… téléphoner? Pourrait-on imaginer de supprimer les alertes et réduire les apps pour ne plus être stimulé en permanence?
  3. L’art de la pause pour rafraîchir notre cerveau
    Toutes les une heure et demie, hop une pause. Une vraie. Loin d’un écran. Sans empoigner doudou-smartphone, pour une fois. Faisons un truc calme, seul(e) si possible.
    Oh et sortons déjeuner, tiens. Et, soyons fous, osons utiliser toute la longueur de pause accordée par notre entreprise.
    Qui sait si une idée de génie ne nous viendra pas pendant ces pauses? En tout cas, c’est rarement scotché/voûté sur un écran que les idées de génie arrivent.
  4. Les temps d’attente
    Vous en avez, des temps d’attente. Tout le monde en a. Par exemple: on attend Chef Vénéré pour commencer la réunion; la formatrice décrète une pause; on attend le métro.
    Pourquoi, au nom du ciel, se précipiter sur doudou-smartphone au moindre ralentissement de rythme? Vous craignez quoi? L’ennui? D’avoir l’air inoccupé? Le qu’en dira-t-on? D’avoir l’air ringard? De regarder les gens dans les yeux et, peut-être, de leur sourire? De ne pas être au courant de ce qui se passe? Pour 10 minutes?
    Utilisons notre cerveau pour penser, décider, envisager, imaginer, rêver, se souvenir, prévoir, créer… vous en voulez encore?
  5. Faire une chose à la fois
    Oh le conseil ringard! A l’ère du multitasking!
    Essayez de vous rendre injoignable une demi-heure. Ou, audacieux technostressé que vous êtes, une heure.  Vous risquez quoi? D’avancer sur vos projets et pas ceux des autres. Joli risque, ma foi.
    zen
  6. Tentez le zen pour les nuls
    Je ne suis pas forcément bien placée pour vous parler de philosophie orientale mais ce que je sais, c’est qu’être présent à ce que l’on fait nous rend heureux. Pas les distractions/interruptions.
    Donc, ralentissons exprès. Avez-vous essayé de faire défiler vos mails lentement? De manger votre sandwich super doucement? De vous appliquer au lieu de vous précipiter? C’est dur à faire. Mais c’est intéressant. Essayez. A faire pour retrouver un peu de ce qui nous manque dernièrement: la concentration.
  7. Sauvez votre estime de vous-même
    Faut-il que vous soyez disponible 24h/24 et 7j/7? Le FAUT-IL ? Si la réponse est non,  affirmez-le calmement en refusant de répondre dans les 10 secondes à un message qui ne le nécessite pas. N’encourageons pas les autres à piétiner nos plans et notre temps lorsqu’ils nous harcèlent de demandes en tout genre auxquelles nous nous sentons tenus de répondre à toute vitesse.
  8. De la douceur dans ce monde de brutes
    Et si vraiment vous ne voulez pas débrancher,  sachez que changer sonneries et alarmes, en baisser le volume, peut aussi contribuer à diminuer votre stress. Ne vous en privez pas, c’est paramétrable.

8 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Coach en organisation, Comment mieux s'organiser, Comment s'organiser au travail, Conseil en organisation personnelle, Les autres et moi, Mon avis, Se former à l'organisation personnelle

Suis-je accro ?

Toujours intéressée par les comportements humains, je lisais l’autre jour une définition de l’addiction. Bien sûr, vous savez qu’on peut être accro au jeu, à la nourriture, à la cigarette, l’alcool, le sexe, les jeux video. L’addiction se caractérise par:

  • le temps qu’on y passe
  • le sentiment qu’on rate peut-être quelque chose tant qu’on n’y retourne pas
  • un irrépressible besoin d’y retourner lorsqu’on en est éloigné pendant quelque temps
  • des conséquences négatives sur ce qui est important dans notre vie (famille, amis…)

Hm. Ca ne vous rappelle rien, à vous? A votre avis, combien sommes-nous à être accros à notre mail? Comment se passe le sevrage, chez vous, en week-end ou en vacances? Comment? Vous n’avez jamais essayé de vous passer de votre high-tech chérie? L’idée de vous en éloigner ne vous effleure même pas?

Oh oh, ne serait-ce pas de l’addiction ça?

1 commentaire

Classé dans Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Coach en organisation, Comment mieux s'organiser, Comment s'organiser au travail, Mon avis

Les smartphones

photography of people using smartphones

Photo de rawpixel.com sur Pexels.com

Je n’ai rien contre les smartphones, en théorie.

D’abord, c’est vrai qu’ils nous rendent service. Et puis ils nous distraient, nous amusent (je tiens d’ailleurs à remercier ici tous les geeks de ma vie qui me montrent régulièrement des applis qui me deviennent indispensables).

En revanche, je les déteste quand:

  • ils servent à pallier une planification insuffisante
  • ils servent à se donner une contenance
  • ils m’obligent à participer malgré moi à la vie privée des gens
  • ils vous empêchent de montrer la plus élémentaire courtoisie vis-à-vis des personnes qui vous accompagnent « vous m’excusez … (geste + sourire faussement gêné) »
  • ils permettent de maintenir la pression du travail au-delà des heures de travail : je ne suis pas le Président des Etats-Unis (vous non plus, je pense): sauf à travailler avec les US, justement, personne ne devrait avoir besoin de nous joindre après 20 h pour des raisons professionnelles.
    Vu, l’autre jour, deux amoureux dînant au restaurant, communiquer chacun avec un collègue via leur smartphone. Triste, non?

3 Commentaires

Classé dans Coach en organisation, Comment s'organiser au travail, Mon avis