Archives de Tag: trier

Le Prince et le Dragon ou les contes de fée révisés par une organisatrice professionnelle

princeJe ne sais pas pour vous, mais moi, j’ai toujours trouvé que le rôle du Prince des contes de fées était autrement plus amusant que le rôle de la Princesse. En conséquence, lorsque l’on jouait, mon frère et moi, nous étions deux à inventer et passer avec succès les épreuves. La Princesse? Pas moi. Une poupée était désignée, restait dans son coin et basta. Lire la suite

36 Commentaires

Classé dans Arrêter de procrastiner, Comment s'organiser au travail, S'organiser à la maison

Dans la tête d’un jeune Ecureuil Sentimental

Moutons2_bebesNe reculant devant aucune expérience de psychologie comportementale, j’utilise souvent parfois mes enfants comme sujets. Après tout, l’illustre Piaget en faisait autant et on ne le lui a jamais reproché.

J’ai donc interviewé Fille Aînée au sujet de son grand tri de vêtements, l’autre jour.

Objectif: comprendre et partager sur le blog le point de vue d’un jeune Ecureuil Sentimental de 24 ans. Volontaire, je le précise.

Extraits du dialogue, façon pièce de théâtre

La mère: Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire le tri?

La fille: Je commence une nouvelle vie: j’avais besoin de préparer une nouvelle garde robe « d’adulte ». Travail oblige! On a tout de même retrouvé des vêtements qui dataient du début du lycée.

La mère: Quel effet ça fait de retrouver et trier ces vêtements-là?

La fille: Ca m’a fait me rendre compte que j’avais grandi, et que leur heure était arrivée. Mais je les ai remerciés pour leur loyaux services (commentaire de la mère: tiens donc, ma fille est shintoîste?).

La mère: Comment se fait-il que tu gardes des vêtements aussi longtemps?

La fille: Ca me rassure de posséder beaucoup de vêtements car j’aime bien avoir le choix et pouvoir les mélanger. Je sais que jeter est nécessaire mais je n’aime pas ça. J’ai peur qu’ils ne soient pas remplacés. Il y a des vêtements qui sont plus difficiles à jeter que d’autres: ceux qu’on a beaucoup portés et qu’on aime. Parfois on n’est pas prêt à jeter mais il faut se faire violence. Je ne me souviens pas d’avoir jamais fait un tri de vêtements comme ça!

La mère: Est-ce que tu as ressenti quelques pincements au coeur?

La fille: Oui et non. Oui parce que ça faisait longtemps que je les avais et non parce que je sais qu’ils vont être remplacés par d’autres qui me correspondront mieux. Je vais essayer de faire dans la qualité et plus dans la quantité comme avant. Mais il faut dire qu’ il y avait dans l’armoire autant de vêtements qu’on m’avait donnés que de vêtements achetés!

La mère: Qu’éprouves-tu en voyant partir ces vêtements?

La fille: Voir un gros sac poubelle rempli m’a fait du bien parce que ça signifie que je démarre une nouvelle vie et que ce que je vais racheter sera plus en accord avec mon âge.

La mère: Aurais-tu fait cette démarche toute seule?

La fille: Je n’aurais pas fait ce tri toute seule, pas à ce point, en tout cas. Je me serais dit « celui-là peut encore me servir… ». D’avoir quelqu’un qui te montre les raisons pourquoi tu ne les portes plus (trou, tâche, forme qui ne met pas en valeur…), ça aide. Ca prouve que les vêtements ne sont pas uniques et irremplaçables.

Chers Ecureuils lecteurs de ce blog, que vous inspire cet échange?

 

 

7 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Apprendre à s'organiser, Bordélique?, Comment ranger, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Les autres et moi, Oser jeter, S'organiser à la maison

C’est comment chez vous? La vaisselle, en guise de contre-butin, sur fond de chanson des sixties

IMG_0959

Laurence, qu’est-ce que c’est que ce titre abscons? vous demandez-vous, perplexe.  Je vous explique?

J’aime beaucoup les blogs de mode. Je me délecte de ces photos bien prises, soignées, de vêtements neufs… Et ce qui me plaît par dessus tout, ce sont les « hauls » (butins): ces articles dans lesquels les blogueuses nous montrent leurs nouveaux vêtements et accessoires. Elles nous expliquent comment elles ont craqué pourquoi leurs achats sont rationnels, comment elles vont s’en servir, avec quoi elles vont les assortir… Elles semblent tellement ravies que, par contagion, j’admire et me réjouis avec elles.  Et après tout, on s’en moque que l’achat soit rationnel ou pas, ou même que ce soit un cadeau promotionnel. Cela dit, j’avoue que je rêverais de mettre mon nez dans leur penderie (et d’y faire un brin de tri). Mais chut.

De mon côté, en tant qu’organisatrice professionnelle, pas question de montrer l’intérieur des placards de mes clients. Alors, les seules choses que je peux montrer, ce sont mes propres contre-butins: autrement dit, ce qui sort de chez moi, et non ce qui y entre. Et pour faire comme mes modèles, les blogueuses de mode, je vais vous expliquer mes choix.

Tout d’abord, reconnaissons que ma photo ci-dessus n’est pas à la hauteur d’un blog de mode. Cependant, on voit tout de même des plats et assiettes ébréchés, aux couleurs passées ou très années 90 (ce jaune/orangé, là, c’est vintage en diable). Pour chacun de ces plats, des petits frères sont déjà en ma possession. Comprendre: si ceux qui figurent sur la photo partaient de chez moi,  une autre pièce de vaisselle, en bon état et à mon goût, remplirait parfaitement leur fonction. Je n’ai donc rien à racheter et ne me sentirai pas démunie. Ces plats sont abîmés, leur contact est devenu désagréable à la main et je me retrouve à les placer au fond des placards, les laisser « moisir » sous les piles,  pour ne pas devoir les manipuler, … c’est triste. Je les ai trouvé jolis, les ai beaucoup aimés, je m’en suis servie quotidiennement, mais maintenant, ils peuvent partir.

Je dirais: tenue des chanteuses féminine et flatteuse, jeu de scène discutable.

Mais revenons à notre vaisselle.

Je ne dis pas que ce tri a été facile, surtout que l’un de ces plats est un cadeau. Mais à quoi peut bien servir un cadeau de ce genre si je ne l’utilise plus, voire je le planque et tente de l’ignorer?

Oui, comme je suis humaine, j’éprouve de la nostalgie en les regardant. J’avoue aussi que je ne fais pas traîner trop longtemps leur départ, un peu comme quand on se dépêche d’arracher un pansement. Mais je sais qu’une fois sortis de mes placards puis de chez moi, je ne les regretterai pas.

A vous maintenant, chers lecteurs: vous avez bien un petit contre-butin à partager avec nous, non?

Ce n’est pas la première fois que je vous dévoile mon intérieur de coach en rangement (même pas peur):

12 Commentaires

Classé dans Blogs que j'aime, Coach en organisation, Comment faire des économies, Comment ranger, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison

Désencombrement express: les « machins » de la cuisine

Allons, ne faites pas les innocents, chers lecteurs. Vous savez très bien de quoi je veux parler.

Mais si, voyons: le tiroir/placard/vide-poche dans lequel atterrissent tous les machins dont vous ne savez pas quoi faire. Elastiques, trombones, pinces à linge, crochets, clefs, bouchons, scotch, vieilles cartes de restaurant, pince à thé en osier/métal, petits débris d’objets, pieds en plastique, clefs de meubles suédois… bref, ceci:

tiroir a machins

Tiroir d’origine américaine, fort proche de nos espèces européennes

Comme d’hab, pour les désencombrements express, il nous faudra de la méthode et de la détermination:

  1. Sortir tout (tout, c’est bien ça) du tiroir ou du placard à machins
  2. Contempler. Oui, vous pouvez pouffer, c’est plutôt drôle en général
  3. Attraper le premier objet et se demander s’il a déjà 2 ou 3 petits frères qui font la même chose que lui. Il fait partie d’une famille nombreuse? Conserver seulement les représentants les plus utiles. Règle de base: la moitié de ce que vous possédez devrait suffire.
  4. S’il est orphelin, se demander s’il est vraiment utile, pas juste s’il « pourrait » l’être un jour.
    Il ne sert jamais? Bye bye. On parle de machins, là, je vous rappelle. Pas de souvenirs.
  5. Si on décide de le garder, se demander si cet emplacement est le plus logique pour lui. Comment le savoir? C’est très simple: si, en le voyant, vous vous dites « ah, il était là, lui? », c’est que ce n’est pas là qu’il faut le ranger.
  6. S’il est cassé, on se demande s’il vaut l’effort de le réparer. Vous avez la flemme? Parfait, il peut partir.
  7. Et seulement après avoir décidé du sort de ce premier objet, on passe à l’objet numéro 2, puis au suivant*.
  8. Un petit coup de chiffon au fond du tiroir, tant qu’on y est? Bon allez, si vous y tenez…
  9. Pendant tout le désencombrement, voici ce qu’on n’a pas le droit de se dire : « si cet objet est là, c’est bien parce qu’il y a eu une raison, non? Cherchons bien. Cherchons encore des raisons de le conserver encore un peu, encore un peu… »

Vous pourriez me dire: « Mais, Laurence, ne devrait-on pas commencer par les regrouper, faire des tas? »

Halte là. La logique viendra en son temps. Il s’agit de désencombrer d’abord. Quand ce sera fait, on y verra plus clair. Et là, on regroupera. Et puis, si besoin, on achètera des séparateurs de tiroirs ou des jolis paniers pour maintenir le futur chaos à distance.

* parce que, si vous attrapez le deuxième objet avant d’avoir décidé quoi faire du premier, nous vous prenons alors en flagrant délit de bordélicus sapiens.

27 Commentaires

Classé dans Aménager les pièces de la maison, Astuces pour s'organiser, Comment ranger, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison

L’organisation « à la feignante »: les vêtements

Difficile de se séparer de ses vieux vêtements, n’est-ce pas? On a beau essayer de les regarder froidement, une armée de « et si… » monte à l’assaut de notre beau sang froid et on se retrouve… à ne rien débarrasser du tout.

Alors, aujourd’hui, voici l’une de mes techniques « à la feignante ».

bac a linge sale

Ne faites plus de lessive pendant quinze jours, trois semaines ou le temps qu’il faudra pour que vous vous trouviez nez à nez avec les vêtements « je ne les mets qu’en dernière extrémité ».

  • Tout ce qui reste dans le placard, et que vous refusez malgré tout de porter, part à la poubelle.
  • Tout ce que vous porteriez, mais à contre-coeur, peut sans doute être porté à une association.

Note de style: si vous vous moquez complètement de votre aspect extérieur, cette technique ne vous sera pas utile.

Note financière: si vous avez payé ces horreurs merveilles une fortune, relisez cet article.

Note ergonomique: si vous avez réussi à trier vos vêtements à la feignante, bravo! Mais c’est pas tout ça,  il faut ranger pour vous y retrouver à l’avenir. Comme ceci.

Note réaliste: si vous avez tant de tenues que vous ne portez pas, ne serait-ce pas parce que vous confondez votre vie rêvée et votre vraie vie?

 

 

 

 

13 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison

La fin des fêtes? Profitons-en.

Profitons-en pour faire quoi, Laurence? Prendre de bonnes résolutions? Se mettre au régime? Se serrer la ceinture côté budget?

Que nenni. Ce ne sera pas pour cet article. Profitons-en plutôt pour (surprise!) mettre un peu d’ordre.

Voici quatre exemples de désencombrement bien adaptés à cette fin de réjouissances:

  1. LES DÉCORATIONS DE NOËL
    Oh, on n’est pas obligé de s’en occuper maintenant, là, tout de suite (vous m’aimez, hein, quand je vous dis des trucs comme ça).
    Mais quand vous y serez, disons d’ici fin mars (je plaisante!), prêtez attention aux décorations que vous n’avez pas utilisées cette année.
    – Elles ne vous plaisent plus mais sont encore jolies? Proposez-les à quelqu’un (et pourquoi pas des échanges?).
    – Elles sont vraiment en mauvais état? Allez, je parie que vous savez quoi en faire.
  2. Le rangement des décorations qui restent:
    C’est le moment de réfléchir à un rangement plus rationnel que « tout en vrac dans un grand sac plastique » .
    Pour ce faire, les boîtes à chaussures et cartons en tout genre sont bienvenus.
    Regardez ça: quelques coups de cutter sur les côtés et voilà…guirlandes
  3. LES VÊTEMENTS « FESTIFS »
    Vous aviez acheté pour l’occasion une robette fort jolie, ma foi. Mais, diable! Sur les photos de famille que votre belle-soeur vous a gentiment envoyées, cette jolie robe vous grossit et vous donne 15 ans de plus.
    Hm. Qu’est-ce qu’on fait? On la garde parce qu’elle nous a coûté cher (c’était avant les soldes, évidemment)? Ou on fait de la place dans le placard? Je vous laisse deviner ma réponse.

    robe soirée

    OK, j’y suis allée un peu fort.

  4. LES CADEAUX
    Nous avons déjà eu l’occasion de parler de ces cadeaux offerts avec amour ou désinvolture et qu’on se sent tenu de conserver jusqu’à …
    Lisez cet article pour vous relaxer. Ou celui-ci, en cas de début de collectionnite aigüe.
    cadeaux3
  5. LA NOURRITURE DANGEREUSE
    Je considère comme dangereux pour votre santé tout plat contenant crème, beurre ou oeufs conservé plus de deux jours, même au frigo ou sur le rebord de la fenêtre.
    Ce n’est pas pour rien qu’il y a un pic d’intoxications alimentaires à cette période.
    bucheMais, j’y pense, et les sauces qui trônent dans la porte du frigo? Et l’épicerie qui stagne dans vos placards? Pas forcément dangereux, je vous l’accorde. Mais on peut en profiter pour désencombrer un brin nos placards de cuisine, non?

19 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Comment mieux s'organiser, Comment ranger, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison

Un monde de masochistes

Nathalie a le chic pour me culpabiliser. C’est bien simple, rien que de la voir, là, je me sens honteuse, coupable. Horriblement mal à l’aise. Pourtant je reste. Même si je ne la regarde pas dans les yeux,  je sais qu’elle est là. On dirait qu’elle attend que je fasse quelque chose…

Etrange… Je suis masochiste, vous croyez? Vous pensez que rien ne m’oblige à m’infliger cette épreuve? Vous vous dites que peut-être, si je faisais quelque chose, je souffrirais moins?

Oui, vous avez mille fois raison.

Pourtant, malgré votre bon sens, vous ne faites pas autre chose avec tous les objets qui

  • ne vous servent à rien,
  • ne sont pas à vous,
  • sont cassés,
  • vous ont coûté cher,
  • sont (devenus) moches

Vous les conservez, paradoxalement,  PARCE QUE vous culpabilisez à leur égard.

Ce pull, vous le mettrez lors d’une occasion spéciale. Mais ça fait déjà trois ans qu’il est là, à vous narguer. Et que de nombreuses occasions se sont présentées. Pourtant, ce n’est jamais lui que vous avez choisi. Et vous culpabilisez. Parce que d’autres sont mieux que lui (le pauvre). Donc vous le gardez.

Ce pied de lampe cassé que vous possédez depuis cinq ans. Il faudrait le réparer, vous l’affirmez à qui veut bien l’entendre. Pourtant, quand une demi-journée s’annonce libre, ce n’est pas vers lui que vous vous dirigez pour en prendre soin. Mais vous le laissez là, bien en évidence. Comme un reproche.

N’est-ce pas aussi étrange que mes relations masochistes* avec Nathalie?

Si, comme moi, vous trouvez qu’il n’est pas nécessaire d’utiliser les objets comme source de culpabilité, pourquoi ne pas les laisser partir de chez vous? Et les oublier, tout simplement. Passer à autre chose.

* elles sont fictives, évidemment.

14 Commentaires

Classé dans Arrêter de procrastiner, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter, S'organiser à la maison

Souvenirs… ou pas

soleil couchant« Chers tous deux,

Ici, le temps est superbe et la mer tellement bleue! Pensons bien à vous.

Berthille et Paul. »

Le tout au dos d’une carte postale montrant, effectivement, une météo de rêve et une mer à l’avenant (sont logiques, vos amis!). Ou bien des dauphins sur fond de soleil couchant (ils aiment la nature et vous aussi). Ou bien une paire de fesses sur fond de soleil couchant (quels joyeux drilles ces deux-là!).

Laurence, vous entends-je murmurer, vous êtes sûre de ne pas vous tromper de blog, là?

Oui, je suis sûre. Cette carte postale, c’est un SOUVENIR, chers lecteurs.

C’est pourquoi elle est encore chez vous, avec d’autres du même acabit.

Comme

  • les cartes de voeux d’entreprise de l’époque où vous étiez chez MaSociété ET
  • les tickets de cinéma ET
  • le menu du mariage de Berthille et Paul (qui ont divorcé depuis) ET
  • le faire-part de naissance de Bastien (qui a 18 ans maintenant) ET
  • les photos de fiesta sur lesquelles vous seriez bien incapable de reconnaître qui que ce soit sauf vous…

Vous avouerez que décrit comme ça, « froidement », sur un article de blog, cela ressemble finalement assez peu à des souvenirs. Exact.

Ce qui fait un souvenir, c’est ce que vous y projetez. Vous, et personne d’autre.

Ainsi, même si vous ne le voyez pas comme ça, vous avez visionné le même film, reçu la même carte postale, et fait la même fête du jour de l’an que des MILLIERS d’autres personnes.

Du coup, on pourrait se demander jusqu’à quand, au juste, vous pensez devoir conserver toutes ces traces papiers, qui ne sont

  • ni esthétiques (et encore, j’ai été de bon goût dans le choix de la carte postale, si vous saviez…)
  • ni partageables (c’est qui Bastien? vous demanderont vos enfants)
  • ni même, souvent, désirées? (on n’a pas si bien mangé que ça, à leur mariage)

Etes-vous sûr d’avoir besoin d’objets, que vous baptisez un peu vite « souvenirs »,  pour

  • vous convaincre que vous êtes apprécié (on vous invite, on vous écrit, yes!)
  • vous convaincre que les gens sont gentils (c’est laid, OK, mais ça vient du coeur)
  • vous souvenir des gens ou des moments inoubliables?

Oh, et pour info, les gens s’en moquent que vous gardiez les trucs qu’ils vous ont donné ou envoyé.

Ils ne vont certainement pas vous piéger avec un « au fait, le faire-part de naissance de Bastien, tu l’as toujours? ».  Parce qu’ils seraient bien en peine de dire ce qu’ils ont fait de celui de votre Fille Aînée. Jeté, vous croyez? Possible.

Vous aimerez peut-être lire aussi:

Note personnelle: je voulais aussi vous remercier pour vos encouragements et témoignages. Vous êtes adorables!

 

25 Commentaires

Classé dans Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Les autres et moi, Mon avis, Oser jeter, S'organiser à la maison

Oh ben non, pas celle-là!

Extrait de dialogue entre l’auteure du présent blog et l’un de ces clients. Appelons-le Jacques. Jacques est un Ecureuil de haut niveau. Et nous nous exerçons à trier/jeter.

Laurence: Eh bien dites donc, vous en avez des cartes de restaurant! Vous y allez souvent?

Jacques (les passant en revue rapidement): Non, pas très souvent, en fait. Je prends toujours une petite carte du restaurant en partant, si ça m’a plu. Au cas où j’aurais envie d’y retourner… mais j’y retourne rarement.
(Plein de bonne volonté) Tiens, celle-là, par exemple, je pourrais la jeter.

Laurence (geste encourageant vers la poubelle): je vous en prie…

Jacques (souriant, mais se cramponnant à la carte tout en en attrapant une autre): oui, oui, je pourrais en jeter certaines…

Laurence (sourire engageant et re-geste en direction de la poubelle): comme vous n’y retournerez certainement pas, n’est-ce pas…

Jacques: vous avez raison. Je pensais peut-être la garder pour la donner à … mais je sais que je ne le ferai pas.

Il jette deux cartes, courageusement. C’est un Ecureuil, après tout. Puis continue à  passer les autres en revue rapidement.

Laurence (espiègle, désignant une carte restante, au hasard): et celle-ci?

Jacques: oh, ben non, pas celle-là! Ca ne fait pas longtemps que je l’ai!

7 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Coach en organisation, Comment s'organiser au travail, Désencombrer, Mon avis, Oser jeter, S'organiser à la maison, Se former à l'organisation personnelle

Désencombrement express: le bar

barJe parie que vous n’auriez pas imaginé que j’irais jusque là. Eh bien si. Parce qu’à mon avis, à vous aussi on « offre » des alcools, comme la fois où une connaissance m’a offert deux fois de suite une bouteille de cet alcool sirupeux au café. Beurk.

Bon, alors, si on veut désencombrer, on fait quoi?

  1. On les boit, ces alcools. C’est l’option « facile ». On peut même organiser exprès des apéros avec les voisins jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien dans le bar. Ou inventer des desserts pas pour les enfants.
  2. Si on n’en a jamais envie et qu’aucun invité n’en boit jamais… on peut les vider dans l’évier.

Mais Laurence, c’est quoi cette rage de passer partout chez nous en voulant tout vider? vous entends-je protester. Après tout, l’alcool se conserve longtemps. Quel mal y a-t-il à garder quelques bouteilles d’apéritif pendant des années?

Mais aucun mal, chers lecteurs. Juste que ces bouteilles inutilisées et inutilisables occupent un pan entier de rangement dans votre salon, comme on le faisait à l’époque de nos parents *. Et que, par ricochet, vous n’avez pas de place pour ranger vos DVD. Moi, je dis ça…

Oh, et tant que vous y êtes, les deux petits verres ébréchés, souvenir d’un ancien service, les trois ramequins à olives que vous oubliez tout le temps d’utiliser (parce que vous ne les aimez pas), le seau à glaçon vieillot et tous ces accessoires (quoi? le shaker?), voyez donc si vous ne pouvez pas les refiler à quelqu’un d’autre.

Allez, santé!

Fille Aînée me fait remarquer qu’elle veut bien s’en occuper, elle, de mon bar, avec ses copains. Mouais, on verra.

* vous avez vu la série Mad Men? Toujours un verre à la main!

31 Commentaires

Classé dans Comment ranger, Désencombrer, S'organiser à la maison