Le Bullet Journal: mon avis

sohohana-bujo-methode_intro-300x200Pour bien commencer la semaine: ma partenaire en écriture, Stéphanie, est intervenue vendredi sur radio Médecine Douce. Une chouette émission sur le temps, avec deux invitées. Le podcast est ici.

Vous êtes nombreux à me demander mon avis sur le Bullet Journal, ce cahier aux airs d’outil  d’organisation personnalisé. Voici ce que j’en pense.

Ce qui est séduisant, c’est que

  1. Pour une fois, pas besoin d’électricité pour mettre en place son organisation. Rien à charger, rien à sauvegarder, pas d’appli, pas de synchro. Cela prouve qu’on peut s’organiser sans électronique. C’est rafraîchissant, d’une certaine manière.
  2. Qu’ils sont jolis ces bullet journals tout décorés!
  3. Ils servent aussi de mémoire (on les garde), de lieu de stockage pour phrases inspirantes et autres images tout en faisant agenda. Ce côté « tout en un » en ferait bien le graal de l’organisation.
  4. Les amateurs de papiers, d’arts décoratifs et de scrapbooking bichent. Forcément.

Ce qui me plaît moins (parce que j’y vois des pièges potentiels)

  1. Il faut ré écrire et ré écrire une tâche que l’on repousse. C’est peut-être l’occasion de la ré évaluer, en effet. Mais c’est tout de même un peu lassant.
  2. Je me méfie d’un surplus d’esthétique. Il en faut, certes, mais personnellement, je rencontre très peu de personnes ayant le temps de décorer à ce point leur outil d’organisation.
  3. C’est moi où les personnes qui publient des photos de leur journal n’ont pas grand chose à faire, en vrai? C’est peut-être qu’elles ne nous montrent que des pages « montrables », au sens « sans contenu trop privé »?
  4. Allouer à l’avance une place à chaque type de contenu, sans savoir si l’espace alloué sera suffisant me semble « risqué ». Si je n’ai plus de place, je colle des Post-it? Vous me direz, sur un cahier de 80 pages, on n’a qu’à compter large, et puis c’est tout. OK, vous avez raison.

En somme, j’aurais adoré avoir enfin mis la main sur l’outil « tout en un » qui gèrerait mon organisation (et la vôtre), avec de l’esthétique « maison » en plus. Je ne suis pas sûre qu’on y soit. Mais peut-être qu’Elodie, à qui j’ai emprunté la photo de cet article sur son joli blog vous convaincra?

33 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Comment mieux s'organiser, Conseil en organisation personnelle, Mon avis

33 réponses à “Le Bullet Journal: mon avis

  1. Bonjour, je ne vois pas l’utilité de ce journal. J’ai un Organiser qui a la même fonction. je me suis renseignée et j’ai lu des articles mais vraiment je ne comprends pas cet engouement pour le bullet. Un effet de mode ? En plus je trouve que c’est une perte de temps énorme . Enfin ce n’est que mon avis mais je ne suis pas emballée. Bonne semaine .

  2. Bonjour Laurence,
    bonjour à chacun, chacune,

    J’ai mis en place le BuJo (Bullet Journal) inventé par Ryder Carroll (cf You tube pour voir la vidéo, son bullet journal n’a rien à avoir avec les petites oeuvres d’art des blogueuses). Mon BuJO n’est ni décoré, ni enrichi de listes de films vus, de listes à gogo! Et quel outils puissant! J’y organise mes semaines en ayant la possibilité d’avoir la place d’y écrire tout ce que j’ai à écrire (ce qui n’est pas le cas dans un agenda même de taille A5 ou A4). Le planning mensuel et hebdomadaire permet de se rendre compte de tout ce qu’il y a à faire. Il est intéressant aussi car nous avons la possibilité d’adopter et de changer notre mise en page au fur et à mesure de son utilisation. Et si je reporte plusieurs la tâche c’est que celle-ci pose problème. Pour moi, l’avantage du BuJo est d’être l’objet que j’ai identifié et choisi pour y écrire tout ce dont je dois me souvenir en un même « lieu ». J’y inscris mes rdv, tâches à faire, les menus de la semaine, la liste de courses, j’ai un petit encart qui fait office de pense bête. Bref, si on n’y passe pas des heures et qu’on vise l’efficacité c’est un outil très utile.

    A samedi pour votre conférence à Puteaux! Je serai ravie de vous rencontrer. Je languis!

  3. Merci pour cet article, je suis également en train de me poser la question face à « l’invasion » bujo ! Le grand avantage quand même est que c’est quasi 100% personnalisable. Et qu’on n’est pas obligé de décorer à outrance (bon si c’est moins joli on regarde moins mais il faut trouver son équilibre personnel).
    Et ceux qu’on voit sur pinterest et ailleurs je pense que c’est comme le reste : ces applis ne reflètent pas la vraie vie… On n’y montre que ce qui peut l’être ou qui est particulièrement réussi.

  4. lieuvin

    bonjour, je lis toujours vos articles avec plaisir et attention. je fais on Bullet journal depuis mars et je me reconnais sur plusieurs points. d’abord mon amour pour les cahiers, le fais soi même les traces, dans mon Bullet on y retrouve bien sur mon agenda, mais surtout mes moments importants a me souvenir, perso, santé, travail, administratif … pouvoir tout consigner c’est top. par contre, tes cotés négatifs je ne suis pas d’accord. le but du Bullet est de ne pas procratiser donc le fait de l’inscrire, a part le repousser d’une semaine ce n’est jamais plus. je ne passes pas mon temps (pourtant je ne travaille que 12h par semaine) à le décorer, car pour moi il doit être pratique avant tout. j’y mets des photos de mes bons moments en version mini. et je justement le Bullet me laisse du temps libre du fait d’être bien organisé. et si je poste des photos sur les réseaux c’est pour donner des idées aux autres. mais je ne te dit pas tout ca en critique mais pour juste donner mon point de vue, et mon vécu par rapport a cette pratique. peut être que dans quelques années j’aurais changé mais ça m’étonnerait ! bonne journée et surtout continue a nous donner de bons conseils.

  5. Marie-Pierre

    Je me disais bien qu’après 4 remarques très positives, la suite allait être une descente en flèche ! 🙂 . Ce n’est pas tout à fait le cas, mais le « bullet journal » vous laisse quand même très dubitative ! Perso, c’est l’organisation en amont qui me questionne : chaque mois préparer le mois suivant ? Et tout réécrire chaque année : les anniversaires, les collections … ? Combien de temps on tient ? Bon d’accord, sur le côté décoratif et créatif c’est imbattable, mais sur le gain de temps, je reste perplexe.

  6. Praxède

    Merci Laurence pour ce post qui tombe à point dans mon cas, car je cherche à m’organiser et cette méthode paraît séduisante. Je dois avouer me méfier un peu du côté « effet de mode » : comment savoir s’il est pratique à l’usage et, surtout, si le fait de tout regrouper en un endroit peut aider efficacement les reines du post-it et des astérisques comme moi après l’enthousiasme des premiers jours ?
    En ce qui concerne vos réserves sur l’aspect « surplus d’esthétique » : ne peut-on pas garder les principes du journal sans le décorer de jolies petites fleurs ni poster de photos de son œuvre ? Mais peut-être cela reviendrait-il à votre méthode du cahier, qui intégrerait également un calendrier ?
    En tout cas, je profite de ce commentaire pour vous remercier pour vos billets toujours intéressants et motivants.

  7. Pour une fois je suis presque en entier désaccord avec vous, ou alors avec l’image que vous avez du Bullet Journal !!!
    1/ le bullet journal se caractérise au départ par son minimalisme (allez voir http://www.bulletjournal.com ou la vidéo de Ryder Carroll, l’inventeur de la méthode). La frénésie décoratrice est totalement optionnelle, néanmoins il semble que pour certain-e-s ce soit une activité créative comme le coloriage zen ou le point de croix, vous voyez ?
    2/ tout est optionnel, et si vous ne voulez pas recopier chaque jour votre tâche, ne le faites pas ! (personnellement je fais ma « revue » une fois par semaine)
    3/ tout est optionnel, et tout l’intérêt est justement de NE PAS allouer d’espace prévisionnel, je ne sais pas où vous avez pêché cela ?! Le Bullet Journal est extensif, et si un jour fait une ligne et le suivant 2 pages, c’est tout l’intérêt par rapport à un agenda classique.
    Je l’utilise à la maison et au travail depuis janvier et c’est vraiment l’organisation ultime pour moi ; combiné à la 3PA qui m’a changé la vie, c’est un outil anti-procrastination de première. Avoir un seul cahier/carnet attrape-tout, en vrac ou pas vraiment (j’utilise un intercalaire pour les « collections »), est très productif et encourageant !

  8. Marie Gambardella

    exactement j’essaye actuellement, je ne fais pas de dessin, je trouve cela fastidieux de preparer les cases une semaine sur l’autre et il me manque une cathegorie avec un calendrier sur toute l’année … bon je sais pas si cela m’aide ou pas …

  9. Bonjour !
    Je suis chef d’entreprise, maman de 2 enfants encore jeunes (5 et 10 ans), épouse comblée d’un mari qui ne tient pas en place, soucieuse de l’équilibre alimentaire de ma petite smala… et l’organisation, le nettoyage et le rangement ne sont vraiment pas des notions évidentes pour moi, à la base. J’ai donc dû faire un effort monumental sur moi-même pour rationaliser les choses et ne pas finir épuisée.
    Votre ouvrage « S’organiser » a été pour moi une révélation, et le début d’un long processus toujours en cours pour gagner en productivité, en sérénité, et, oserai-je le dire, en auto-satisfaction ! 😉
    Côté mise en pratique, j’ai essayé plusieurs applis pour gérer mon planning (Trello, IsoTimer, gestionnaire de tâches Outlook, OneNote…), mais aucune ne m’a vraiment convaincue.
    Et puis, j’ai découvert le Bullet Journal, et là, ça a été la révélation. C’est vraiment l’outil qu’il me fallait ! Pour résumer, cela me convient car je manque de temps pour m’adonner à ma passion pour les loisirs créatifs; écrire à la main mon planning, y mettre de la couleur, rechercher sur Pinterest des idées de mises en page ou de calligraphies me détend, et je transforme quelque chose de rébarbatif pour moi à la base (l’organisation), par quelque chose de séduisant.
    Mais je n’hésite pas à adapter la méthode à ce qui me convient, moi : j’ai toujours un agenda papier dans lequel je gère mon agenda hebdomadaire, je ne perds pas de temps en fioritures inutiles, j’ai développé mon propre système de notation…
    En conclusion, le BuJo est un apport intéressant, mais il ne convient sans doute pas à tout le monde. Et c’est le partage des expériences et moyens à notre disposition qui permettra à chacun(e) de trouver son mode d’organisation idéal !
    Merci pour vos articles, source d’inspiration sans cesse renouvelée pour la bazardique repentie que je suis 😉
    Bénédicte

  10. ChloeCh

    Bonjour à tous,

    Et merci Laurence pour cet article.

    C’est vrai qu’on assiste à un drôle d’engouement pour le Bullet journal depuis un an, et que les images qu’on trouve en faisant des recherches sur le Net sont aussi jolies qu’incompréhensibles parfois, quand on cherche juste un outil pour s’organiser.

    J’ai adopté le Bullet Journal depuis le mois de janvier dernier, et utilisé à peine plus de la moitié d’un carnet de 96 pages… autant dire que ça n’a pas vraiment soigné ma tendance à la procrastination, néanmoins je suis quand même une militante pro-bullet-journal…! (Quand je m’y mets, c’est hyper utile!…)

    Certes, ca n’est rien de plus que la réinvention du cahier et du crayon (et quand je dis carnet et crayon, je dis vraiment n’importe quel carnet et n’importe quel crayon, et c’est quand même juste bien de se dire qu’on a forcément ca sous la main quelque part à la maison, nous les écureuils…!), il n’y a pas grand chose de plus simple à utiliser, et il n’a pas l’air très révolutionnaire (« un « INDEX »??!! Wouaw!!! »), mon petit carnet (rose, en l’occurrence cette année…)!:
    – un seul et même objet pour mon planning, mes listes de choses à faire et toutes mes autres notes et listes! (Même si moi j’utilise quand même une version électronique d’agenda parce que je partage des activités avec d’autres personnes)
    – un code simple (oui, on peut préciser à l’infini les petits signes qui indiquent les choses à faire, mais encore une fois, l’idée c’est de faire SIMPLE!) pour indiquer les RV, les choses à faire et les notes (c’est suffisant pour une bonne organisation)
    – on prend ses notes, listes etc., sur les pages qui suivent et on les retrouve grâce à l’index, FACILE!
    – oui on reporte ce qu’on a à faire, mais si ca sure des semaines, c’est que probablement ca n’est pas important, nécessaire, ou qu’il faut se poser la question de pourquoi on le fait pas, et c’est plus sain (me semble-t-il, que de se le garder dans un coin de la tête et que ça y moisisse, ou sur un post-it sur le frigo -et que ca y moisisse aussi…!)
    – refaire un point sur le planning et ce qu’on a à faire chaque mois, ça permet de se le remettre rapidement en tête, et un petit rappel ponctuel que moi je trouve bien utile
    Voici le lien du fameux créateur du stylo/carnet/index:
    http://bulletjournal.com/
    Et un autre d’une de mes youtubeuses préférées, pour le dire avec humour et tendresse:

    Belle journée à tous!

  11. Je rejoins clairealmee ! La base du bujo est épurée, chez moi c’est un outil de travail et ça le reste. . Il est rempli avec un unique stylo, point. Quant à l’espace à allouer c’est là toute la beauté de l’index! Par exemple j’ai une collection « idées articles de blog », je l’ai débutée sur 4 pages, puis l’ai continuée tout bêtement une soixantaine de pages plus tard

  12. Loux

    Ce carnet est pour moi très utile. J’avais toujours en permanence 3 on 4 cahiers dans lesquels je note plein de trucs et je ne les retrouve pas toujours. Là, au moins je sais où c’est grâce à l’index. Ceux qui ont du temps l’utilisent en moyen d’expression artistique, pour d’autres c’est beaucoup plus fonctionnel. Pas de dessin pour le mien, une couleur par domaine pour séparer le pro du perso et des choses en rapports avec les enfants. Un planner peut aussi bien faire l’affaire mais moi j’aime bien tout mettre à la suite au fil de mes idées, garder une trace de mes lectures qui m’ont marqué en faisant une petite fiche.
    J’aime la liberté de chacun de faire comme il veut et j’apprécie de voir le caractère artistique de certains.

  13. bonjour,
    je suis toujours avec attention vos articles et j’ai lu plusieurs de vos livres que je trouve très inspirants, malgré tout je n’arrive pas à mettre en pratique votre méthode que je trouve trop fastidieuse avec ses 3 bannettes, son agenda et son cahier des PPA, car je ne travaille pas à domicile et du coup il me faut un moyen transportable et centralisé si possible.ayant finit le livre « grand livre pour s’organiser » je me suis dit et maintenant concrètement je fais comment ?
    j’ai tenté pas mal de choses et depuis 2 mois j’essaie le bullet journal et je sais que j’ai trouvé ce qu’il me fallait tout en ayant conscience que cela ne peut pas convenir à tous
    d’accord avec clairalmee,
    les points positifs selon moi :
    1) besoin d’un carnet et d’un stylo et c’est tout, rien de compliqué
    2) besoin d’un seul carnet tout est regroupé, l’agenda, les listes, mes projets créatifs
    3) je ne décore rien car je ne sais pas dessiner mais mon carnet est petit et joli
    http://funaig.canalblog.com/archives/2014/09/22/30024277.html
    4) complètement adaptable
    j’ai choisi de coller juste après l’index un planning annuel (prélevé sur mon agenda), et de copier les planning mensuels , il suffit de prévoir 12 pages.
    ensuite je dessine mon planning de la semaine
    et je mets à la suite mes actions à faire ou événements pour le jour suivant, pas besoin de prévoir de place, on écrit en continu.
    dès que je pense à quelque chose je le note soit sur le jour ou sur le planning semaine ou planning mensuel si c’est plus tard dans le temps .
    5) la tendance est de ne noter que ce que l’on peut faire réellement au lieu de noter tout ce qu’il y a à faire (mais qu’il faudra faire un autre jour) pour ne rien oublier, résultat il y a moins à reporter (et si je le fait le jour d’après je ne reporte pas)

    les points négatifs
    1) recopier les listes (collections) quand le carnet sera fini
    mais je vais résoudre le problème pour passer d’un carnet à l’autre.
    2) l’angoisse de ne plus avoir d’agenda pour planifier …mais tout de suite après je me rappelle que j’ai collé le planning annuel au début de mon carnet (c’est juste que plus de 40 ans de réflexe agenda ça ne disparaît pas du jour au lendemain!)

    au final je contacte que je fais plus de choses, j’oublie moins, je suis plus raisonnable dans mes listes et je n’ai plus qu’un carnet à transporter
    Merci de nous donner la parole (mon commentaire est peu être un peu trop long désolée!

  14. Myriam

    Bonjour,

    Je suis une toute récente « BuJo fan » (un mois de pratique seulement !), et ça a été une révélation pour moi seulement parce que ça venait après la lecture de plusieurs livres sur l’organisation, le développement personnel, etc. Le premier : La magie du rangement, de Marie Kondo, déclencheur d’un processus en profondeur en moi, et le dernier en date : Tout se joue avant le petit-déj, de Jeff Sanders.
    Le BuJo n’est pour moi qu’un outil pour étayer ces approches ; je ne pense pas que ça puisse être un outil de changement et d’organisation en soi, mais c’est pour moi un outil qui accompagne un système d’organisation, de mise en place d’objectifs, etc. En tout cas, c’est comme ça que je le vis !
    Et je réitère ce qui a été dit plus haut : l’un des principes fondamentaux du BuJo est de ne pas allouer de place à l’avance, avec le système de l’index ! C’est l’un des points que j’aime le plus – donc pas de post-it à ajouter !

  15. Génialissime cette vidéo !!!!

  16. catherine

    Bonjour ! Moi, j’ai mis en place ce bujo (je trouve par contre ce nom très moche en français !) depuis une 20aine de jours. Aucun artifice, aucune déco… Ce coté « regarder mon bujo comme il est beau » m’exaspère d’ailleurs. J’ai très peu regardé de blog à son sujet. J’ai juste compris et utilisé le principe de page d’index, je ne recopie pas mon agenda dedans car je garde mon agenda papier. Mon bujo est devenu inséparable de mon agenda. Et enfin, je m’y retrouve dans mes idées, mes projets, mes listes… Cela ne fais que 20 jours et mon organisation est enfin plus limpide. Je ne suis pas très à la pointe en nouvelles technologies et ce système pour le moment, m’aide vraiment.

  17. nblog74

    Merci pour cet article intéressant. Je me suis intéressé quelque temps au Bullet Journal et ce que j’en retiens, c’est qu’il est très adapté pour des profils créatifs ou des profils kinesthésiques qui ont le toucher pour sens majeur. Perso, ce n’est pas du tout mon cas et j’ai vraiment eu l’impression de perdre mon temps en utilisant une vieille méthode désuètes : l’écriture! 😉 Mais je comprends tout à fait qu’on puisse adhérer à cette méthode qui allie créativité et efficacité. Niko (http://efficacite-familiale.fr/)

  18. Diane

    Merci Laurence pour votre blog toujours aussi excellent.
    Après votre article sur le « bujo » je suis allée faire un tour sur le net pour voir ce qu’il en était.
    J’ai commencé par piquer une crise de fou rire devant la présentation éminemment sérieuse d’une blogueuse fort heureuse de ses réalisations et de son bujo dans lequel étaient inscrits notamment les tâches hyper utiles comme « mettre une machine », « vider la machine » (elle n’a certainement qu’elle à s’occuper). Là, je me suis dit qu’avec la vie que je mène (je dirige une association et je suis une maman seule), s’il faut que je mette dans le bujo une mention pour la machine à laver à chaque fois que j’en fais une, ça ne va pas être simple cet outil…;-)
    Je plaisante. Quoique…
    J’ai ensuite regardé sur youtube la présentation de ryder caroll et là oui, ça m’a parlé. Pratique, concis, précis (pas la peine de se promener avec un sac de feutres !), ce que j’aime. Comme j’ai complètement revu mon organisation au bureau il y a un mois, je ne vais pas tenter le bujo pour le moment, mais je vais souffler l’idée à mon assistante qui oublie beaucoup de choses.
    En résumé, à mon sens il faut partir de la proposition du concepteur et ensuite faire vivre l’outil selon ses envies et ses besoins. Son adaptabilité et sa facilité (crayon, papier) sont certainement les clefs de l’engouement.
    Laurence, continuez à nous ouvrir l’esprit !
    Merci

  19. flonflon

    Je suis justement entrain d’essayer de m’y mettre, à cette méthode, pour de bon.

    D’abord, j’ai pris un cahier mince classique de petit format pour débuter et faire mes premières armes. Mais, je l’ai rapidement remplacé par le même format à spirale, pour qu’il soit plus maniable. Ensuite, nouveau remplacement pour du grand format. Rien de tout ça n’a été mené longtemps. J’essayais de suivre les principes préconisés trop à la lettre.
    Finalement, je tiens le coup avec un classeur de petit format et un agenda/papier classique (dans lequel je ne note que tout ce qui concerne des dates à respecter) pour m’éviter de dessiner les calendriers.
    Avec un cahier à anneaux, il n’y a plus le problème de prévoir des pages à l’avance ni de recopier d’éventuelles collections, etc. Et puis, si c’est une recette de cuisine, par ex., il est possible de la sortir du classeur et de l’emporter à la cuisine. Quand il deviendra trop gros, je choisirai les pages à reporter ou pas dans le nouveau (et elles seront barrées à l’index). Evidemment, il faut que le recto et le verso de chaque page corresponde toujours au même sujet traité.

    Mon Bujo me sert tout autant de journal de bord (± intime) que pour y mettre des listes, des tableaux aide-mémoire (hebdomadaires ou mensuels selon les tâches à effectuer), etc.
    J’ai attribué des couleurs de base à mes principaux domaines d’activité et j’utilise des stylos à bille de couleur pour ce qui relève de tel ou tel champ d’action afin que ça ressorte quand je feuillette mon classeur. Et puis aussi, pour ne pas avoir toujours à retrouver les pages dans l’index, je colle des marqueurs de couleur aux pages que je souhaite souvent regarder rapidement. Ce sont là mes uniques fioritures.
    Si je tiens le coup, à la longue, il y aura peut-être intérêt à archiver mes classeurs non pas par années mais par centres d’intérêt (en particulier les recettes de cuisine).
    D’autre part, je choisis toujours le quadrillage à petits carreaux, car ça me paraît plus facile pour y tracer des tableaux.

    Ah ! j’oubliais : je n’ai pas encore compris pourquoi l’index est placé au début du cahier dans tous les exemples que j’ai regardé sur Internet. Si on le place à la fin, quand la première page écrite est remplie, il suffit de continuer la suite sur la page précédente : donc, pas de pages disponibles à prévoir. D’ailleurs, en poussant cette méthode dans toute sa logique, il n’y a aucun besoin de prévoir des pages, même pour les collections, il suffit de les noter dans l’index. Tout est alors mélangé, mais tout est retrouvable.

    Oh là là, j’ai été longue !
    Merci d’avoir eu la patience de me lire.

  20. Patty

    Bonjour à tous, J’utilise le concept du bullet journal depuis janvier 2015 (avant j’utilisais votre méthode du carnet et un agenda classique). Dès le départ, j’ai opté pour un carnet A5 un peu épais qui pourrait paraître lourd mais en définitif pas plus qu’un organiseur. Il est très sobre sauf quelques pages que j’ai repèré avec du masking tape (dates d’anniversaire, suivi médical…).
    Pour répondre à Flonflon, j’ai placé l’index au début du carnet car j’ai ajouté à la fin un calendrier annuel (2 puisque je l’utilse depuis début 2015) pour les RDV que l’on prend plusieurs mois à l’avance ainsi que mes plannings d’activités.
    Le but du bullet n’est pas de prévoir de la place d’avance pour telle ou telle chose mais justement de suivre l’évolution de la vie. Je ne consulte plus les 1ères pages de mon carnet car les listes sont devenues obsolètes, elles étaient valables au moment où je les ai établi (livres à lire, films à voir, choses à faire, CR de réunion… qui normalement ont été faites).
    J’utilise cet outil dans ma vie professionnelle et personnelle.
    Voilà je trouve que ce système est simple et efficace, peu coûteux (un cahier et un crayon suffisent) avec comme petit plus le côté ludique…

  21. J’ai toujours été incapable d’utiliser un agenda (et même un cahier de texte quand j’étais ado), j’ai toujours tablé sur ma mémoire.
    Et pourtant, j’accroche bien au bullet journal !
    Alors, je n’y fais pas de dessin tous les jours, la plupart du temps, je mets juste la liste des choses que je souhaite faire. Je n’utilise guère les symboles, mon bullet journal est très spartiate…
    Mais j’ai tout sous la main : les échantillons de tissu des projets coutures, des photos des trucs qui m’ont plu sur le net, comme la date de mes prochains rendez-vous chez le dentiste.

    En fait, il faut juste s’inspirer du principe de base et l’adapter à ces propres besoins. Qui, d’ailleurs, peuvent changer au fil du temps.

    Une précision : il n’y a aucun espace prédéfini à une journée, dans le « bullet » de base…Une journée vide prendra 2 lignes (voire moins) et une autre pourrait prendre 3 pages, pourquoi pas !

  22. Lili

    Je testerai peut-être un jour… ou jamais. Je n’ai pas envie d’avoir à recopier un agenda, mon Oberthur rechargeable me convient très bien. J’ai glissé dans la couverture une recharge de carnet Moleskine avec 4 entrées (onglets découpés aux coins). Mes entrées sont : courses et idées de repas, loisirs, détails éphémères, projet en cours.
    Le Bujo me paraît compliqué avec son agenda flottant, je ne vois pas comment un planning annuel peut suffire à noter les rendez-vous pris longtemps à l’avance, avec l’adresse, le nom de la personne et son téléphone. Je suis du genre qui oubliera de reporter ses rendez-vous en commençant le mois, ou qui se trompera de chiffre et boum, un rendez-vous loupé car mal recopié.
    Je comprends que tout écrire à la main et recopier les tâches non faites peut aider à se donner le sentiment de maîtriser mieux sa vie à certaines personnes, mais pour moi, c’est le contraire.

  23. Rebecca

    Bonjour Laurence, bonjour à tous,
    Je suis en train de tester le Bullet journal, alors que cela fait quelques temps que j’utilise l’agenda standard + liste de 3PA avec satisfaction, c’est très pratique pour gérer de nombreux projets de front, comme je l’ai déjà écrit dans un autre commentaire. MAIS je travaille sur plusieurs sites et je me déplace en transports publics. Mon problème avec l’agenda + le cahier, c’est que c’est beaucoup trop lourd et encombrant, en général, je transporte en plus des dossiers et autres. De plus, je n’ai jamais assez de place pour tout écrire, surtout dans l’agenda.
    J’ai donc mixé les deux méthodes dans un cahier A5 pas trop épais, voici la façon dont je m’en sers :
    – Index : comme expliqué dans la méthode. J’ai ajouté des marques-pages autocollants pour les pages que je consulte plusieurs fois par jour.
    – Calendrier annuel sur 4 pages (3 mois par page) : les événements importants des mois à venir ou les choses à faire à un moment donné de l’année (résiliation de contrats, etc).
    – Liste de projets avec les grandes étapes, qui me sert de base pour mes listes de 3PA.
    – Page mensuelle : calendrier avec des cases qui me permettent d’écrire les rendez-vous dans l’ordre (matin, midi, soir). Je l’ai dessiné à la main, mais on peut aussi imprimer la page mensuelle d’une app qu’on colle dans son cahier.
    – Tracking list : toutes les tâches récurrentes – quotidiennes ou hebdomadaires – qui n’ont rien à faire sur une liste de 3PA (ménage, sport, etc.). Je trouve que c’est l’idée la plus utile de la méthode, simple et efficace.
    – Listes de 3 PA : une liste par job + une liste personnelle. J’utilise le principe de la « collection ». Quand la page est pleine, je continue sur une autre page, je note dans l’index et j’utilise un marque page avec un code couleur pour les retrouver.
    – Je peux utiliser une page pour les événements qui nécessitent des notes (Avant : points à mettre à l’ordre du jour, participants excusés, plan du lieu, horaire du train, etc. Pendant ou après : PV, idées, … + les choses à faire notées immédiatement dans la liste 3PA)
    Les avantages
    1) Mon gros problème avec l’agenda imprimé, c’est qu’il sort toujours trop tard. Depuis avril dernier, j’ai des choses à noter dans l’agenda 2017, qui n’est évidemment pas en vente à cette période de l’année. Avec le BJ, quand je change de cahier, je peux toujours planifier les 12 voire 18 mois à avenir.
    2) L’immense avantage du BJ, c’est qu’il est parfaitement adapté à l’usage que j’en fais, ce qui n’est jamais le cas des agendas préimprimés (genre, la journée s’arrête à 20 ou 21h, alors que j’ai régulièrement des réunions jusqu’à 22 ou 23h).
    3) J’utilisais un filofax, comme déjà dit, c’est lourd, mais en plus, les pages qui servent à prendre des notes ou à faire des listes sont HORS DE PRIX (en tout cas en Suisse). Là, un cahier solide mais bon marché suffit.
    Pour répondre à Laurence :
    – Les collections de 3 PA remplace très bien la liste quotidienne, inutile de recopier les tâches reportées.
    – Concernant l’esthétique, chacun fait comme il veut. Les personnes qui montrent leur BJ dans un blog ou des vidéos sont souvent graphistes et l’utilisent pour faire leur promo, c’est de bonne guerre, mais ça n’oblige personne à faire comme eux.
    Excellente journée à tous !
    Reb

  24. Après avoir passé pas mal de temps sur comment organiser mon cahier de travail – je fais partie de celles et ceux qui vous ont demandé votre avis sur le Bullet journal – j’ai décidé de classer en FBI celui-ci : parce qu’il est entre l’outil fonctionnel et le cahier qu’on va garder. Franchement, ça vaut le coup de perdre de la place chez soi pour garder des listes de trucs à faire périmées ? Je dis non. Et le côté « planning » par mois, semaine… Avec une famille nombreuse, seul l’agenda numérique que l’on peut synchroniser et auquel on peut tous avoir accès me sauve (on a enfin réussi à synchroniser avec le iCloud et magie magie plus besoin de synchroniser c’est génialissime). Recopier des listes de trucs à faire d’un jour sur l’autre ? Au secours : si je n’ai pas le temps de faire une tache, ai-je vraiment le temps de la recopier ?
    Si j’étais toute seule, cela m’aurait sans doute beaucoup plu. Là, avec le boulot (je suis gérante associée principale de ma société), 3 enfants dont 2 en bas âge, un investissement perso important dans 3 associations, il me faut du lourd niveau efficacité de base (agenda/truc à faire), car je veux garder du temps pour moi (piano, tricot, gym, sorties).
    Mais je retiens quand même 2/3 trucs que je teste. En gros, je garde l’agenda dans le tel, et mon cahier de 3PA méthode Laurence 😉 Ca fonctionne plutôt pas mal.
    Et dans mon cahier de travail (celui où je dessine, note les points importants pour mes clients, etc…) je m’ajoute des pages type Bujo : impression de mon calendrier pro pour les 6 mois à venir pour voir la charge de boulot et là où ça va bloquer (mais sérieusement qui a le temps de tout bien dessiner????? ) , liste de suivi « gym » (pour voir dans un an si je respecte mon objectif ou pas), … et j’envisage le sommaire pour noter les numéros de pages importantes afin de les retrouver vite. Ceci dit, un petit scotch de couleur devrait suffire à les repérer.

  25. A lire vos commentaires (merci pour votre précision!), Il me semble que ce qu’il y a à retenir de ce Bullet Journal, c’est son extrême adaptabilité. Chacun peut se l’approprier, le personnaliser (et pas seulement « graphiquement »). J’aime bien que les lecteurs de ce blog soient ouverts, prêts à tester toute sorte de chose… continuez comme ça, surtout 😉

  26. Sosobio

    Bonjour,
    Je ne connaissais pas ce principe et pendant environ 20 minutes ça a été un vrai coup de foudre ! Et puis j’y ai vu quelques gros inconvénients pour moi :
    1) Le fait que ce soit à la fois un bilan ET une prévision… J’aime bien séparer les 2.
    2) Le fait que ce soit privé ET public, pareil, ça me gêne beaucoup…
    3) Et enfin, si je passe tant de temps à le faire, je n’aurai pas envie de le jeter….. ce qui est pour moi problématique !!!
    DONC, je vais rester (sachant que pour le moment je suis en congé parental) à :
    -mon agenda A4 ouvert dans la cuisine à la page de la semaine pour voir les rendez-vous,
    – mon journal intime chaque matin,
    – mon carnet moleskine pour noter les idées,
    – mon téléphone portable (tout bête, il a 5 ans et pas de connexion internet !) pour noter des choses en marchant ou quand je n’arrive pas à dormir pour éviter de réveiller mon chéri ! Je m’envoie simplement un sms.
    + Je vais reprendre le classeur de listes recommandé par Dominique Loreau en « piquant » l’idée de l’index (raison pour laquelle je n’avais pas continué la première fois, je n’arrivais pas à classer et retrouver mes listes). Et quand je reprendrais le travail, j’envisage de m’acheter un agenda rechargeable en cuir et d’y glisser des feuilles supplémentaires si nécessaire… J’ai aussi trouvé des classeurs rigides en simili-cuir avec élastique en A4+! Le toucher est TRÈS important pour moi et le plaisir d’écrire aussi. J’achèterai aussi une règle-pochoir !!!
    Merci encore pour ce joli article en tout cas.

  27. Librairian

    Bonjour, j’ai commencé le BJ il y a 4 mois environ. L’avantage principal pour moi, c’est qu’il permet de regrouper au même endroit des suivis et des listes qui concernent tous les sujets importants pour moi ou qui posent problème. C’est le second avantage : ultra personnalisable. J’ai pu lire + haut un commentaire à propos de noter quand lancer la machine à laver. Effectivement, ça peut paraître ridicule SAUF si la personne a besoin de planifier ce genre de choses.

    J’ai abandonné l’idée de reporter un agenda, ça prend du temps de reporter les dates. Et comme je ne transporte pas mon BJ avec moi, j’ai besoin de mon agenda. Tout au plus, j’ai photocopié un calendrier annuel pour mettre dans le BJ afin d’avoir les dates de vacances scolaires, les numéros de semaines (info TRES importante pour moi).

    Ce que j’ai aimé par dessus tout, c’est construire mon BJ, c’est à dire réflechir à ce qui est important de noter, de garder, de planifier. C’est un retour sur ma vie et mon quotidien qui a été riche d’enseignements.

    Mon BJ me permet d’avoir une vision claire de certains aspects de ma vie. Il a contribué à désencombrer mon cerveau et j’ai constaté une plus grande disponibilité pour faire d’autres choses. Et aussi, j’ai constaté que les suivis me motivent à faire mieux : par exemple, j’ai un tracker sur mes mauvaises habitudes (malbouffe, deshydratation, absence de sport …) eh bien, j’essaie de faire mieux pour ne pas à avoir à cocher une case dans mon tracker !

    Sur le plan pratico-pratique, je ne décore pas mon BJ. Tout au plus quelques cm de masking tape. J’utilise le même stylo feutre fin pour une harmonie visuelle. Par contre j’ai acheté un joli cahier avec des soufflets dans lequel je glisse des fiches-projets. Je n’ai pas d’index, juste des mini post il en guise de marque page. J’ai commencé le cahier à l’endroit pour noter ce qui est « sérieux » du genre « solde de mes congés » et à l’envers pour tout ce qui est perso, du genre « liste des phrases rigolotes de mon fils ».

    En définitive, ça n’est pas un outil d’organisation. Mais + un outil de collecte et de simplification de ma vie. Lorsque j’ai besoin de connaître mon numéro de compte bancaire, de trouver une bonne recette de jus de fruits à la centrifugeuse, de savoir quand j’ai nettoyé le frigo pour la dernière fois, ou de me replonger dans les 4 accords toltèques, je vais au même endroit !

  28. Librarian

    bonjour, je suis adepte du BJ depuis 4 mois et pour moi, c’est l’outil idéal. Pas vraiment un outil d’organisation car je ne m’en sers pas comme agenda, mais il me permet d’être + efficace (regrouper toutes les infos importantes), + motivée (les trackers de mauvaises habitudes par ex), + créative et il m’oblige à penser tous les compartiments de ma vie, à les modeliser, donc, in fine, j’ai un autre point de vue de mon quotidien et de mes centre d’intérêts). Lorsque j’ai besoin de connaître mon numéro de livret A, de savoir si j’ai fait des progrès dans la lutte contre la malbouffe en n’allant pas au McBip le mois dernier, de choisir une recette de jus de fruits à la centrifugeuse, et si j’ai envie de rigoler en me plongeant dans la liste des phrases que sort mon fils, si je veux connaître mon solde de congés, si je veux trouver des idées de kdo de noel pour mes proches, eh bien, toutes ces infos sont regroupées au même endroit.
    Je ne passe pas de temps à embellir les pages, mais j’ai choisi un beau cahier et et un beau stylo pour uniformiser l’apparence. Un peu de masking tape ici ou là.
    Je n’utilise pas d’index, mais des mini stickers en marque pages. C’est vrai que le fait de tout noter « au fil de l’eau », c’est un peu flippant., alors j’ai trouvé une parade : commencer sur l’endroit en mettant des infos « sérieuses » du genre suivi financier de mes ventes et sur l’envers des trucs plus fun du genre « idées de trucs sympas à faire dans un rayon de 20 km avec un petit râleur casanier ».
    L’avant-BJ est chronophage car il faut réflechir à ce qu’on veut mettre dedans. Ca donne une bonne radiographie de ce qui est important dans la vie pour soi. La mise en place de l’outil et le suivi n’est pas chronophage du tout : il suffit de tirer quelques traits sur une page à petits carreaux. Pour aller encore + vite, j’ai photocopié des matrices de mes tableaux mensuels et collé le tout pour le mois suivant.
    L’inconvénient principal pour moi c’est qu’il contient à la fois des infos que je ne souhaite pas garder à court terme et des infos que je voudrais retrouver dans 10 ans. Alors que je jette allègrement mes vieux agendas, comment faire sachant que je ne veux pas me retrouuver avec 10 m linéaire de BJ ? Je n’y ai pas encore reflechi…

  29. flonflon

    A Librarian :
    Pourquoi ne pas utiliser un cahier à anneaux ? Ainsi, on peut ne garder que les feuilles qui ont vraiment un intérêt.

  30. Kim

    Je peux comprendre l’intérêt… mais perso, j’essaie de garder ça avec des feuilles de papier toutes simples ! Ça revient moins cher ! 😛

  31. Hollis Brown

    Bonjour.
    Bullet Journal original = simplicité, sobriété et efficacité. Et aucune dépense en dehors d’un cahier d’écolier et d’un stylo. Cet article est une analyse des Bullets Journals qui fleurissent partout sur Pinterest et Youtube mais qui se sont éloignés de l’original (et libre à chacun de faire ce qu’il veut, c’est le principe même). Mais ne pas décourager les gens en prenant comme référence ces cahiers-là qui se veulent avant tout des oeuvres d’art.
    Un conseil : regarder la vidéo du créateur, elle dure quelques minutes et montre tout l’intérêt de cette organisation. Je pense que vous devriez réécrire votre article et analyser le Bullet Journal de Ryder Caroll et seulement lui. Et là on verra (selon moi) que S’organiser est facile avec le Bullet Journal. Merci de m’avoir lue. Bonne journée.

  32. mimi

    Franchement, pour tout le côté agenda, non merci. Quel casse-tête.
    Par contre, le principe des listes me plait. C’est intéressant de se dire que toutes nos sortes de pensées peuvent être rassemblées par thème, par projet. Mais pourquoi pas le faire sur une clef USB ? Le nom du fichier remplaçant l’index ? On peut imprimer les pages et les glisser dans un cahier pour les gribouiller quand on a besoin, et mettre à jour informatiquement de temps en temps. ça enlève le côté créatif du BJ, mais ça résout le problème de l’archivage. Qu’en pensez-vous ?

  33. Hollis Brown, je vous remercie pour vos conseils. J’ai, bien sûr, pris la peine de visualiser la video du créateur du Bullet Journal avant de rédiger mon article. Qui s’appelle « mon avis ». C’est pourquoi je le donne 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s