Archives de Catégorie: Désencombrer

Question des lecteurs: comment trier et ranger les jouets?

C’est Aurore qui a attiré mon attention sur le sujet. Comment trier, ranger et jeter les jouets des enfants , demande-t-elle? Les siens ont 4 et 6 ans.

Procédons avec méthode (procédons au hasard, à l’inspiration? Tss, tss, allons, c’est mal me connaître…).

Je vous propose une réponse sous forme d’une série d’ évidences – mais vous savez tous qu' »Une porte ouverte enfoncée, c’est du temps de gagné » (vous ne saviez pas ? C’est normal, je viens de l’inventer).

Evidence N°1: vos enfants ne redeviendront jamais petits

Laurence, vous vous moquez? vous entends-je grommeler. Non, je suis très sérieuse.

Bien des mamans conservent des objets (dont les jouets) comme des souvenirs, des aucazous, des symboles d’une époque…

Ou bien elles ne « s’autorisent » pas à donner des jouets parce qu’il faudrait que la décision vienne des enfants… Ca n’arrivera pas.

En vérité, si vos enfants ne jouent plus avec depuis plusieurs mois, ils n’y rejoueront jamais plus.

Je pense ici aux jouets « interactifs » qui font du bruit quand on appuie ici ou là, aux mobiles si jolis au dessus du berceau (soupir nostalgique, je vous ai entendue, Madame, derrière votre clavier), aux Lego de grande taille (alors qu’ils viennent de découvrir les vrais Lego). Vous voyez le genre.

Donc là, inutile de leur demander leur avis, on donne, on vend, on jette (suivant l’état).

Evidence N°2:  Concentrée sur l’objectif, on a dit

S’il y en a trop et que vous n’avez pas le temps de vous occuper de chaque sortie possible (« je donne? Mais à qui? Allez, hop, je vais faire trois tas. Non, quatre, plutôt. Dans des sacs. Mais où les mettre? J’avais mis quoi, dedans, déjà? Quand est-ce qu’on voit Béatrice pour que je lui donne? Etc, etc »), faites simple: donnez tout à une association humanitaire.

Vous ne voulez pas ça, n’est-ce pas?

Sinon, vous n’en finirez pas à chercher toujours LA meilleure destinée de chaque jouet. Il n’y a pas de meilleure destinée. Il faut juste que ça sorte de chez vous. C’est ça, l’objectif, vous vous souvenez?

Evidence N°3: Perfection? Qui parle de perfection?

Les puzzles ont des pièces manquantes (ou mâchouillées). Les boîtes de jeu sont cassées aux angles. Les petits poneys et autres Barbie ont les poils emmêlés d’une façon quasi répulsive. Les animaux ont perdu des pattes dans la bataille. Les peluches sont crasseuses au-delà du récupérable…

Inutile de faire un tas des « il faudra que je m’en occupe ». Je ne crois pas que vous aurez le temps de rendre tout cela complet, propret et pimpant pour oser les donner la tête haute. Jetez*. Voilà tout.

Evidence N°4: plus c’est simple, mieux ça marche

Soit votre système de rangement est simple et ils arriveront grosso modo à ranger eux-mêmes avec vos encouragements et votre enthousiasme (si, si, forcez-vous un brin, ça vaut le coup. Il y a plein de techniques dans le guide « J’aide mon enfant à s’organiser« ).

Soit votre système est si sophistiqué que vous seule pouvez le maintenir en état. Mais seulement de temps en temps parce que cela demande tant d’énergie!

Un peu trop sophistiqué, ce rangement!

Qu’est-ce qu’un rangement simple?

  • des caisses ouvertes. Le moins de couvercles, tiroirs et boîtes possible
  • des thèmes faciles à comprendre (peluches/voitures/Barbie/Lego…)
  • une routine de rangement régulière (on va au lit tous les soirs? Les jouets aussi ont besoin de repos, en même temps que nous, dites donc)
  • on range là où on joue, dans la mesure du possible. Ou alors, les caisses ont des roulettes ou des poignées.

Regardez donc par ici: des solutions de rangement pour les chambres d’enfant.

Et une incitation à ranger comme vous le sentez, pas forcément comme tout le monde.

Une technique infaillible pour choisir les bons contenants.

Evidence N°5: comme on connaît ses saints on les honore

Autrement dit, composez avec la personnalité de vos enfants.

Certains sont de vrais écureuils en herbe et refusent de lâcher le moindre galet ramassé à la plage, alors une petite voiture, même cassée… Mais ça peut changer avec l’âge. On ne force pas. Et on ne jette pas derrière leur dos pour ces sensibles.

D’autres sont d’accord pour accepter que s’ils grandissent, cela va avec des jouets plus intéressants, et que donc, les jouets de « bébé » peuvent servir à un autre bébé.

En tout cas, gardez en tête c’est votre attitude qui leur indique quoi faire.

Combien de mamans s’exclame mezzo voce « je ne vais quand même pas donner cela (déjà) » lorsque l’un de leurs enfants leur tend fièrement un jouet qu’il considère, lui, comme obsolète, et qu’on pourrait donner. Méfiez-vous de votre ambivalence: vous prétendez vouloir faire le tri mais vous retenez tout encore un peu, encore un peu. L’encombrement vient de là…

Montrez-leur comment vous, vous faites le tri (médicaments, vêtements, objets devenus inutiles… voir ma série « Désencombrement Express » à partir du moteur de recherche en haut à droite) et expliquez pourquoi vous le faites: on gagne de la place, on retrouve mieux ce qu’on cherche, on peut avoir d’autres objets qui conviennent mieux, ça peut servir à d’autres personnes qui n’ont pas autant d’argent que nous etc.

Evidence N° 6: un « léger » chaos encourage la créativité

Ce n’est pas très grave si les jeux de construction sont rangés dans la même caisse que les animaux en plastique et que les petites voitures. Franchement, on s’en moque. De toute façon, ils mélangent tout en jouant, créent des histoires, des circuits… Cet espace de créativité est nécessaire pour leur croissance. Lâchons-nous.

Une aide enthousiaste est toujours bienvenue

Evidence N°7: vos enfants savent ranger

Mais si. A l’école, ils rangent. Demandez à l’instituteur. Le rangement n’est donc pas une tâche dévolue à l’adulte de référence, lequel fournit déjà bien assez d’effort pour s’occuper des ses propres affaires, donner le bain, nourrir, et divertir la progéniture. N’est-ce pas?

Je ne voudrais pas faire ma pénible mais le tri des jouets, ça se fait une à deux fois par an. Maintenant vous savez.

*je sais, vous n’aimez pas jeter. Moi non plus. C’est un dernier recours, on est bien d’accord.

Comme d’habitude, vos idées et conseils sont bienvenus pour compléter cet article, publié initialement en 2012, comme le temps passe…

34 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Comment ranger, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, S'organiser à la maison

Se libérer du désordre

Dans mon interview pour le magazine « Ca m’intéresse« , vous trouverez des pistes pour atteindre ce Graal des bordéliques: être enfin libéré.e du désordre.

Et pour aller plus loin, l’un des articles qui vous plaît le plus sur ce blog: que faire quand on est confronté à une pièce de la maison vraiment très très encombrée

Photo by Zel Ribeiro on Unsplash

5 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Comment ranger, Dans les media, Désencombrer, Oser jeter

Inscrivez-vous au webinaire Se simplifier la vie

mercredi 18 mai 2022, de 12h45 à 13h45

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Bordélique?, Coach en organisation, Désencombrer, Oser jeter, Webinaires

Les 3 paires

Oh, comme on aime être « prête à toute éventualité », « avoir le choix », « se laisser guider par les événements », « ne pas rater une opportunité »! De quoi parle-t-elle, la dame du blog? (oui, bon, je m’exprime à la troisième personne, de temps en temps).

Vous ne devinez pas ? Mais de vos vacances, pardi. Et plus précisément, de la préparation de vos valises pour les vacances.

Lire la suite

18 Commentaires

Classé dans Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Comment ranger, Désencombrer, S'organiser à la maison

Comment tirer le meilleur parti de ma garde-robe?

Lise, du blog Tendances de mode détaille parfaitement comment s’y prendre dans cette video.

Je la suis depuis des années et apprécie chacune des rubriques de son blog très riche, qu’elle écrit depuis l’étranger.

Si la mode au sens large vous intéresse, je ne saurai trop vous encourager à aller voir ce qu’elle fait.

Vous aimerez peut-être lire aussi:

Choisir sa méthode pour ranger sa penderie

Aménager une penderie en angle

Et parmi ma chère série des désencombrements express: désencombrer ses chaussures.

12 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Blogs que j'aime, Bordélique?, Comment ranger, Désencombrer

Le (vrai) poids des objets dans notre vie

En tant qu’organisatrice professionnelle, je considère en général le volume que les objets occupent dans une maison.

Mais je n’envisage le poids des objets que lorsque que je dois les déplacer, évidemment. Et j’avoue n’avoir jamais pensé à additionner leur poids.

Or, je suis bien placée pour le savoir, notre tendance aveugle à accumuler les objets augmente*.

Ce qui signifie, certes, qu’on possède toujours plus d ‘objets et qu’ils prennent de la place (et que, par conséquent, on a parfois besoin de conseils de rangement, hm hm).

Mais en termes de poids, ça donne quoi?

C’est simple: 2,5 tonnes d’objets en moyenne dans un foyer français.

Soit, notamment, 603 kilos d’objets dans le salon et 509 kilos dans la cuisine.

Et pour les vêtements? 51 kilos, Messieurs-dames.

On parlait de déménagement l’autre jour. Vous vous imaginez déplacer 2,5 tonnes de trucs et machins accumulés au cours du temps? Sans être particulièrement de type Ecureuil, remarquez. Juste si vous êtes dans la moyenne.

Ces données proviennent du site de l’ADEME qui calcule, en plus, le poids carbone inhérent à la fabrication et le transport de ces objets.

Je serais curieuse d’avoir votre avis dans les commentaires: que vous inspirent ces chiffres?

Pour mieux comprendre notre tendance à conserver toute sorte de choses, vous aurez peut-être envie de lire aussi:

J’ai tendance à accumuler les objets de type « Sapeuservir »? Se pourrait-il que je souffre de collectionnite utilitaire?

Ou alors, serais-je masochiste? Ou propriétaire déçu(e) par mes achats? Ou simplement de nature indécise

Photo: Irina Babina via Pexels

7 Commentaires

Classé dans Budget, Coach en organisation, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Ecologie, Mon avis, Oser jeter

Renoncer aux objets liés aux grandes étapes de ma vie?

J’ai reçu plusieurs questions sur ce sujet: je vous propose quelques pistes de réflexion.

De quelle nostalgie parle-t’on?

Dans l’un de ses livres, celui où elle retourne au Japon, il me semble, Amélie Nothomb parle de « nostalgie heureuse« .

La nostalgie que nous font éprouver certains objets peut être qualifiée d’heureuse. Un sourire en plus d ‘une petite larme, vous voyez. Une rêverie agréable, même si le thème est « ça ne reviendra plus ».

J’affirme que les objets que l’on a conservé qui provoquent cette émotion de nostalgie heureuse méritent d’être conservés. Dans de bonnes conditions de surcroît. Voire exposés, pourquoi pas?

Les exemples qui me viennent en tête: des courriers d’anciens amoureux (chut, j’en ai gardé quelques uns…), des photos d’amis dont je me souviens encore du nom, quelques vêtements de chacun de mes enfants, leur première paire de chaussures (on parlait dans cet article du sort des objets appartenant à nos enfants quand ils quittent la maison)…

Le poids de certains souvenirs

En revanche, il y a des objets qui, selon moi, ne nous font pas du bien.

Par exemple, le jean qui a marqué notre entrée en couple (avec 10 kilos de moins) alors qu’on a divorcé depuis: double peine.

Ou bien je pense à ce meuble encombrant, qui n’est pas à notre goût d’aujourd’hui, mais que l’on se sent obligé de conserver parce qu’il représente à la fois le décor de notre enfance et les personnes qui nous entouraient à cette époque mais peut-être décédés depuis.

Du reste, ce meuble crie son inadéquation à notre vie actuelle mais nous y restons sourds. Parce qu’on n’a pas eu le coeur de s’en débarrasser sur le coup (ou pire, parce que les frères et soeurs ont refusé de le « prendre en charge »), nous voilà dépositaire à vie d’un meuble issu d’une décision qui n’est pas vraiment la nôtre et qu’on impose à notre famille à nous.

Enfin, évoquons tous les objets qui ont partagé notre route et qu’on trimballe de maison en appartement, toujours dans les cartons. Quel sens ont-ils maintenant? A qui font-ils plaisir? En profitons-nous? Vous trouverez matière à réflexion dans cet article sur les Souvenirs, justement.

Retrouver les moments passés, oui, mais volontairement

Cela vous arrive-t’il d’être pris(e) par surprise en entendant à la radio une certaine chanson du passé? Et de vous retrouver instantanément quelques années en arrière, avec le plaisir ou le chagrin éprouvés à ce moment-là? Ainsi, certains d’entre nous se font des sessions complètes de chansons d’amour à fendre l’âme ou de hard rock à se décrocher la tête, exprès. Et c’est finalement très bon.

Aussi, comme Marcel Proust, que dire de cette bouffée de bonheur que vous retrouvez en goûtant votre propre madeleine à vous* ? Ce n’est pas pour rien que les chefs cuisiniers ré -inventent régulièrement la cuisine de leur grand-mère.

De la même façon, mon mari m’emmène dans ses propres souvenirs en introduisant dans notre nourriture les goûts et épices de son pays d’enfance. Ces plats spéciaux, que je cuisine pour lui faire plaisir, et pour lesquels il a récupéré des livres de recettes qu’il me traduit, il les appelle des « Maman-me-faisait… ».

En conclusion, pour terminer sur les objets, s’ils vous apportent de la nostalgie heureuse, gardez-les. Ou bien, prenez-vous en photo avec eux avant de les faire partir de chez vous.

Si en revanche, s’ils vous font souffrir ou que vous avez oublié que vous les possédiez, vous connaissez ma conviction: laissez-les partir.

*cela dit, trempée dans du tilleul, comme je crois me souvenir que c’était le cas de Marcel, la madeleine doit devenir bien fade, mais les goûts et les couleurs, n’est-ce pas…

Photos Alena Shekhovtcova et elly-fairytale

15 Commentaires

Classé dans Bordélique?, Coach en organisation, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Mon avis

Ranger son bureau à la japonaise: ça marche?

Marie Kondo a encore frappé. Il s’agit maintenant, dans son dernier livre, d’appliquer sa méthode au bureau.

Bureau rangé à la japonaise
Bureau rangé à la japonaise

Tous ses conseils sont-ils bons à prendre? C’est le thème de l’article de Fabienne Rosset pour Femina dans lequel je donne mon point de vue sur la question.

Lire l’article : https://fr.calameo.com/read/0002341519800ab30ce06

Lire la deuxième page: https://fr.calameo.com/read/000234151b1af31afc08f

4 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Dans les media, Désencombrer

A quoi le confinement peut nous servir (ranger n’en fait pas partie)

Photo par Toa Heftiba

Ce confinement dû au coronavirus donne lieu à de nombreuses inquiétudes et tensions (un exemple? Vos ados scotchés à la maison non-stop. Ou belle-maman hypocondriaque 12 fois par jour au téléphone).

Mais j’y vois aussi quelques belles opportunités… sauf une.

Lire la suite

19 Commentaires

Classé dans Aider mon enfant à s'organiser, Apprendre à s'organiser, Astuces pour s'organiser, Conseil en organisation personnelle, Désencombrer, FBI (Fausses Bonnes Idées), Mon avis, S'organiser à la maison

Comment trouver l’énergie de désencombrer régulièrement?

Tiroir en désordre, ranger mon tiroirJe poursuis ma réponse à Claire (la première partie de ma réponse était: Comment éviter de se ré-encombrer.)

Quand le désencombrement a été un effort, comment trouver l’énergie de recommencer régulièrement? me demande-t-elle.

Prenons les choses avec méthode (aucune chance que je les prenne au pif, n’importe comment, hein. Sinon, ce n’est pas la peine de s’appeler organisatrice professionnelle. Poursuivons).

Le désencombrement représente-t-il un effort?

Désencombrer quand on débute.

Un peu comme lorsqu’on débute la course à pied, qu’on apprend à faire des pompes, à jouer du violon, se maquiller… désencombrer, c’est difficile.

Au départ, surtout si on a une certaine ressemblance avec les écureuils (on peut ressembler à un écureuil et ne pas être roux), désencombrer n’a rien d’évident.

Mais, comme toutes les activités qui vont finir par nous faire du bien au moral, plus on pratique, plus on acquiert de l’aisance, plus c’est plaisant.

Désencombrer quand on ne sait pas comment s’y prendre.

Là, c’est simple: on lit ce blog et ses articles classés dans la catégorie « se désencombrer ». Ou on se sert des livres dont c’est le sujet, de Marie K. à l’auteure de ce blog (Se simplifier la vie). Bref, des méthodes, il y en a. A vous de les essayer pour trouver celles qui vous correspondent le mieux.

On peut aussi apprendre à se poser des questions de façon différente: comme dans cet article sur les 25 bonnes raisons de laisser partir un objet.

Désencombrer quand on a du mal à prendre des décisions.

Ce qui fatigue le plus, quand on désencombre, c’est la prise de décisions. C’est pourquoi je vous propose deux astuces qui ont fait leur preuve:

« La technique 3 cartons/1 sac » et « Aller jusqu’au bout de votre tri« .

Désencombrer quand on fait des grands « blitz » de tri/rangement/ménage

Tenez, prenons pour exemple la video de l’autre jour. Cette jeune femme, à l’énergie débordante, regroupe dans une même session le rangement ET le ménage. Dans toute la maison. Mais quelle fatigue à la fin! Pour le tri, à proprement parler, c’est la même chose. Si vous en faites trop en une fois, vous allez vous fatiguer et vous écoeurer.

Ce qui nous amène à la régularité.

Doit-on désencombrer régulièrement?

Plusieurs approches possibles:

L’approche: « je désencombre quand ça me prend »

Là, on désencombre au moment où on est gêné par le désordre à un certain endroit. Mon tiroir de cuisine se coince parce que les ustensiles s’emmêlent? Hop, je le vide, j’enlève les doublons/triplons en ne conservant que ce que j’aime et qui fonctionne. Je patouille sans fin dans le tiroir à chaussettes parce que je ne trouve jamais la bonne paire? Même combat (sans enlever les doublons, dans ce cas, mais celles trouées, décolorées, qui serrent trop… ou pas assez).

L’approche: « je désencombre en suivant les 4 saisons »

Là, c’est parti pour la saisonnalité. Par exemple, à chaque changement de saison, je vérifie que mes vêtements de la saison passée sont en état d’être stockés dans de bonnes conditions (sans taches ni trous) et que je les aime toujours. Ceux qui ne passent pas le test sortent de chez moi. Autre exemple: je vérifie tous les trimestres l’état de mon armoire à pharmacie; tous les ans, je purge ma paperasse et mon matériel de bricolage qui a séché . Tous les 3 ans, les clichés radio. Etc.

L’approche: « je désencombre parce que je n’ai pas le choix »

Ce n’est pas ma préférée mais c’est la plus courante: on déménage, ou on se sépare, bref, on n’a pas le choix. Eh bien, cela en motive plus d’un à désencombrer, figurez-vous. L’inconvénient majeur, c’est que ça risque de ne pas être vraiment régulier (je vous le souhaite , en tout cas). Et quant à l’effort que ça demande, si on ne s’y prend pas trop au dernier moment, cela devrait rester gérable.

Et vous, quelle approche adoptez-vous, chers lecteurs, quand vous désencombrez? Cela vous demande-t-il beaucoup d’énergie?

 

 

 

4 Commentaires

Classé dans Astuces pour s'organiser, Bordélique?, Désencombrer, Home organiser ou home organizer, Oser jeter